Valls à Arras

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Valls à Arras

Message par Chasseur le Lun 6 Oct - 19:00

Valls à Arras



Jeudi 26 septembre 2014, Monsieur Valls Premier ministre de la République est venu à Arras accompagné de trois ministres de son gouvernement. La délégation du Nord-Pas-de-Calais a décidé d’être présente pour porter haut les couleurs du royalisme et de l’Alliance Royale. Force a été de constater que la France supposée être un Etat de droit, se moque véritablement de ses citoyens.

Récit d’une journée tumultueuse:

Arrivés en milieu d’après -midi devant la préfecture d’Arras, sans qu’aucun cri n’ait été entendu de notre part, aucun drapeau n’ait été déployé, à peine sur place depuis quelque minutes que nous avons fait soudainement l’objet d’une interpellation par une dizaine de policiers. En deux temps d’ailleurs ! Au départ, la maréchaussée de la république nous demande de nous écarter du trottoir sur lequel nous étions positionnés afin, nous expliquent-ils, de ne pas gêner l’arrivée du Premier ministre prévue à 17h30. Un premier policier nous demande de l’accompagner un peu plus loin, nous obtempérons . Mais quelques minutes plus tard, un deuxième de ces larrons se précipite et signale à son collègue qu’il faut nous « embarquer sinon on les aura dans les pattes » (dixit le policier). Nous tentons de filmer la scène afin de faire valoir nos droits et ce malgré les interdictions répétées des forces de l’ordre. Le policier nous intime l’ordre d’éteindre et utiliser notre téléphone portable (ce qui est illégal je rappelle). Après avoir demandé au dit policier les raisons de cette demande, celui-ci nous accorda pour seule réponse, un méprisant silence. Nous avons juste eu le temps de prévenir Sandrine Pico-Deprez, notre déléguée nationale, afin de l’avertir des faits troublants auxquels nous étions confrontés. Elle téléphone aussitôt à un avocat, Me Triomphe qui nous indique que la destruction de bien d’autrui est passible de poursuite. Nous demandons poliment aux policiers ce qui nous était officiellement reproché mais une nouvelle fois les fonctionnaires de la république nous opposent le même silence méprisant si ce n’est de nous intimer l’ordre une nouvelle fois de couper notre téléphone puis de décider brutalement de nous faire transférer en fourgon au commissariat d’Arras. Situation ubuesque.

Une fois dans le fourgon, ils nous demandent de nous attacher nous- même mais certaines ceintures restent bloquées dont la mienne, me laissant sans ceinture de sécurité lors du transport. Arrivé vers 17h au commissariat pour un motif toujours inconnu, une demi-heure plus tard un homme vient nous rejoindre sur les bancs, certainement encore une victime abusive du système. Et ce fut le cas. Se trouvant également à la préfecture pour saluer des connaissances hautement placées présentes ce jour- là, il n’a pas pu présenter sa carte d’identité aux forces de l’ordre qui l’interpellèrent immédiatement et de l’envoyer au commissariat. Surprise, il était royaliste aussi. Vers 18h00, un policier vient nous chercher individuellement pour un interrogatoire avec des questions assez inhabituelles.

Exemples de questions :

- « Parlez-vous et comprenez-vous le français ? »

- « Avez-vous besoin d’un interprète ? »

Et à ma grande stupéfaction, le policier ira même jusqu'à me demander pourquoi je ne souhaitais pas quitter la France pour un pays plus royaliste comme la Belgique, ce qui était selon lui plus judicieux. Humour certainement des petits bleus de la République?

Pendant l’interrogatoire, le policier me demande mon autorisation pour détruire le drapeau de l’ile de France (fond bleu avec trois fleurs de lys) ainsi que le drapeau de l’Alliance Royale. Je m’y oppose catégoriquement. Ce à quoi il m’oppose le fait que mon drapeau peut devenir une arme. Diable ! Enfin celui-ci nous informe enfin du motif de notre arrestation : « attroupement sur la voie publique ». Selon le policier, deux personnes sur un trottoir avec un drapeau ficelé menace de fomenter un mauvais coup contre la république et l’un de ses premiers représenter. C’est à peine si le mot « terroriste » n’est pas ajouté à notre procès- verbal. Après plus de 40 minutes d’interrogatoire dont les questions furent tout aussi ridicules et inutiles que celles données en exemple ci-dessus, le policier nous nous ramène dans le local, dans l’attente d’une réponse du procureur de la république.

C’est enfin à 19h 45 que le procureur décide de ne pas poursuivre l’affaire au pénal au vu d’un simple... Attroupement composé de deux personnes, drapeau ficelé et sans armes.

Nous avons décidé de porter plainte contre l’Etat pour atteinte à la liberté individuelle qui relève de l’article 432-4 du code pénal et à la liberté d’expression. Etant moi-même un élu royaliste indépendant de la république, l’Etat socialiste a fait bien peu de cas de mon statut. Preuve du peu de tolérance politique que nous oppose ce donneur de leçon qu’est Manuel Valls et tous ses grands discours. Le combat continue, Délégué jeune de l’Alliance royale, moi et mon camarade continuerons le combat et porterons haut la voix du royalisme contre cette république illégitime qui n’a de cesse de nous bâillonner en Nord pas de Calais, en France. Vive le Roi !

Jérôme Szczepanski

Source : http://www.allianceroyale.fr/articles/actualites/522-valls-a-arras
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum