- - Irak - -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

- - Irak - -

Message par Chasseur le Jeu 24 Juil - 9:56

Persécution des chrétiens d'Irak ن‬‎ Alerte sur le silence de la France



Dernière édition par V le Mer 10 Déc - 21:42, édité 2 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Massacres & Femmes esclaves en Irak. Députée, Vian Dakhil crie à l'aide

Message par Chasseur le Ven 8 Aoû - 20:57

Massacres & Femmes esclaves en Irak. Députée, Vian Dakhil crie à l'aide

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le Califat islamique et la catastrophe qui s'annonce, par Hélios d'Alexandrie

Message par Chasseur le Dim 10 Aoû - 23:29

Le Califat islamique et la catastrophe qui s'annonce, par Hélios d'Alexandrie

Le Moyen-Orient est l'antichambre de l'Europe, il est bien moins éloigné qu'il n'y paraît. Tout ce qui s'y passe nous affecte d'une manière ou d'une autre.

La guerre civile en Syrie a mis au monde des monstres, le plus dangereux d'entre eux se nommait jusqu'à tout récemment «L'État islamique en Irak et au Levant». Il ne s'agit pas à proprement parler d'un État, mais d'une formation guerrière qui compte des dizaines de milliers de jihadistes aguerris et prêts à mourir dans la voie d'Allah. Ces guerriers ont infligé une défaite cuisante aux forces armées irakiennes et, dans l'espace d'une semaine, ont réussi à multiplier par quatre la superficie qu'ils occupent en Syrie et en Irak; des villes populeuses comme Mossoul ( Ninive) dans le Nord de l'Irak sont tombées entre leurs mains. Mais ces guerriers n'entendent pas s'arrêter là, leurs récents succès les portent à pousser leur avantage et à conquérir plus de territoire en Irak mais également en Syrie, en Jordanie et en Arabie saoudite

Le chef de cette formation guerrière s'est récemment autoproclamé successeur du prophète Mahomet, soit le calife de tous les musulmans. Aux territoires conquis il a donné le nom d'État Islamique, un État en pleine expansion que ses voisins perçoivent comme une menace existentielle. Dans cette nouvelle chronique, Hélios d'Alexandrie expose les ressorts doctrinaux du nouveau Califat, l'attrait qu'il exerce sur les jeunes musulmans, et comment il pourrait déclencher une catastrophe dont les impacts et les conséquences ne se limiteront pas à la zone où se déroule le conflit.

Le Califat, longtemps espéré par les islamistes, renaît 90 ans après sa chute. Il possède un territoire, une armée de conquête, un chef, le calife, et les ressources nécessaires à son expansion. Ceux qui l'ont rétabli s'évertuent à reproduire scrupuleusement le modèle original, celui des premiers jours de l'islam; une reproduction à l'authentique tant dans la forme que dans l'esprit. Le nouveau calife s'est même donné le nom du premier successeur de Mahomet: Abou Bakr, son discours du Vendredi 4 juillet dernier reproduit mot pour mot celui de son lointain prédécesseur. Et comme pour rendre la nouvelle réalité pareille à celle du septième siècle, l'armée islamique en Irak enregistre victoire sur victoire, de quoi forcer l'admiration voire l'enthousiasme des jeunes musulmans partout sur la planète, les convaincre de se rallier à l'armée islamique et à faire allégeance au nouveau calife.

Le retour du vrai islam

Et ce nouveau calife use d'un argument de poids: la charia islamique qu'il applique dans toute sa rigueur, sans le moindre état d'âme, peu importe si son application concrète produit des horreurs; car ce ne sont pas les normes éthiques d'aujourd'hui qui sont respectées mais celles des quatre premiers califes de l'islam, les bien guidés, qui ont dans leur temps établi et appliqué la loi d'Allah. Le nouveau calife démontre ainsi au milliard et demi de musulmans, que l'islam authentique s'il est fidèlement suivi, et la charia, si elle est imposée dans son intégralité et sans la moindre concession, le succès promis par Allah à ses fidèles est assuré, soit la victoire, le butin, les jolies captives pour les vivants, et les houris du paradis pour les «martyrs». Le message est on ne peut plus limpide: «soyez de vrais musulmans, joignez-vous à nous et vous serez gagnants sur toute la ligne!»



Ceux qui se posaient des questions quant à la radicalisation des jeunes musulmans, commencent peut-être à en saisir la raison et la motivation. L'endoctrinement dont ils ont été l'objet dans les mosquées et sur internet les a amené à haïr tout ce qui n'est pas islamique, et en particulier la civilisation occidentale impie, dont le succès depuis la renaissance est ressenti comme un affront quotidien à l'islam. Les jeunes qui se radicalisent refoulent leur honte et leur sentiment d'échec, ils n'ont aucun espoir de battre la civilisation occidentale sur son terrain, surtout qu'ils rejettent ses valeurs et le système démocratique qui a fait son succès. La honte et l'échec refoulés ont laissé toute la place à la rage et à l'autoglorification, lesquelles consument leur énergie en pure perte. Cette énergie, les jeunes musulmans et ceux qui les recrutent ont découvert le moyen de la canaliser en faveur de l'islam; c'est dans le jihad armé qu'elle est à présent employée.

Les jeunes jihadistes ont dit Adieu à la honte et au sentiment d'échec, ils ont de quoi être fiers, les gains sur le champ de bataille les ont confortés dans leur choix, le sentiment d'invincibilité a remplacé le sentiment d'impuissance, du coup ils ont acquis la certitude que rien ne peut les arrêter, les anges sont leurs auxiliaires dans le combat, comme à la bataille de Badr que Mahomet à menée contre la tribu de Quoreish. Ils ont actuellement la preuve que l'observance stricte de l'islam, l'application littérale de la charia et l'obéissance aveugle au calife sont les seuls moyens par lesquels ils feront triompher l'islam et effaceront l'opprobre qui pèse sur les musulmans depuis des siècles.

Force est de le constater, le nouveau calife et son «État islamique» ne font pas les coins ronds avec la charia, ils l'appliquent dans toute sa rigueur. Nul ne peut leur reprocher de dévier du véritable islam, même pas les wahhabites saoudiens. Les savants musulmans appelés à l'aide en Arabie Saoudite, en Égypte et ailleurs, ne peuvent sans trahir l'islam dénoncer le nouveau califat et le traiter d'hérétique, car ils dénonceraient par le fait même, et Mahomet et les quatre califes qui lui ont succédé. Les ténors de l'islam sont pris au piège, ils prêchaient pour le califat depuis des décennies, ils l'ont promis à tous les musulmans de la terre, comment peuvent-ils le renier, à présent qu'il est réinstauré dans toute sa pureté, comme au temps glorieux des origines?

Les intégristes dépassés par le Califat

Les wahhabites en Arabie sont dépassés, ils ont travaillé très fort pour islamiser le monde, et ils y ont réussi bien plus qu'ils ne l'espéraient, au point où ils se retrouvent en ce moment victimes de leur succès. Ce sont eux qui ont mis au monde le nouveau califat, mais leur créature les dépasse et de loin en terme d'observance de la religion et de la charia, et elle les laisse loin derrière pour ce qui est des réalisations sur le terrain. Elle les rend obsolètes, et met à nu leur hypocrisie, celle qui consiste à céder à toutes et chacune des tentations de ce monde, tout en dénigrant et maudissant l'Occident qui en est la source

Les islamistes en Occident sont également dépassés, ils ont perdu le contrôle et se sont laissé supplanter par le Califat. Les jeunes dont ils ont consciencieusement lavé le cerveau, leur tournent désormais le dos et partent par milliers pour tuer et se faire tuer en Syrie et en Irak. Leurs «exploits» sont diffusés partout sur les réseaux sociaux et sur Internet, de même les horreurs qu'ils commettent et dont ils tirent fierté, et cela incite les autres à leur emboîter le pas. Le Califat agit désormais comme une pompe aspirante, les jeunes musulmans les plus motivés et les plus militants rejoignent l'État islamique et font allégeance au calife. Désormais le chef c'est lui, c'est à lui que les musulmans du monde entier doivent obéissance, car il incarne la légitimité islamique, la seule, l'unique, celle qui transcende les appartenances nationales et culturelles, celle qui a pour raison d'être de fondre tous les musulmans dans la oumma, en attendant d'assujettir toute l'humanité à Allah.

La catastrophe induite par le Califat

Le rêve du Califat est devenu réalité, mais cette réalité est un cauchemar, tant pour les populations asservies que pour les musulmans modérément observants, qui jusqu'à ce jour se font des illusions sur le caractère pacifique et tolérant de l'islam. Ils sont désormais confrontés à la réalité, celle d'un état islamique qui reproduit fidèlement et qui fait revivre l'islam des origines. En tant que source de fierté et de nostalgie, l'islam des origines ou plutôt l'image romantique que les musulmans s'en sont fait, les guerriers du calife s'appliquent à la démolir. L'horreur est voulue par Allah, elle doit être acceptée, ses commandements doivent être suivis, il est juste et bon de massacrer les prisonniers, c'est textuellement dans le coran et le prophète lui-même a agi ainsi; car on n'instaure pas le vrai islam autrement.

Violer les femmes qui ne se voilent pas complètement est halal, celles qui quittent leur domicile pour chercher de quoi nourrir leurs petits transgressent la charia, elles se méritent le même traitement. La prière est obligatoire et nul croyant ne peut l'esquiver sans être condamné à la flagellation. On coupe la main aux voleurs, on lapide les femmes adultères, on tue les homosexuels, on égorge et décapite les blasphémateurs. Les chiites sont des apostats, ils doivent sous peine de mort se convertir au vrai islam, leur lieux saints sont détruits, les mausolées de leurs saints sont rasés. Les chrétiens sont des infidèles, ils doivent faire soumission, payer la rançon en subissant l'humiliation ou se convertir à l'islam, s'ils refusent ou en sont incapables ils seront massacrés après avoir assisté au viol collectif de leurs femmes et de leurs filles; leurs églises sont brulées, leurs livres saints et leurs objets sacrés profanés, les croix sont systématiquement brisées, les prêtres et les évêques sont enlevés et égorgés. Voilà la leçon que tous les musulmans doivent apprendre, le véritable islam c'est cela et nul, à moins d'être transgresseur ou rebelle, ne peut le remettre en question.

Et cet islam, qui a le mérite d'être fidèle à lui-même et se montrer à visage découvert, trouve grâce auprès de centaines de milliers de jeunes musulmans, voilà pourquoi malgré les lourdes pertes, l'État islamique ne manque pas de recrues. Cet islam pleinement assumé fait sauter les verrous du mensonge et de la dissimulation qui font obstacle à la vérité. Le Califat est d'une brutalité inouïe mais il a mis de côté la taqia (la dissimulation et la tromperie) et pour cause, il se perçoit comme tout-puissant par la volonté d'Allah, il n'a que faire des valeurs dites universelles, il ne se donne même pas la peine de faire semblant de les respecter, bien au contraire, il les méprise et les dénonce ouvertement. Aux Occidentaux qui se laissent berner par les islamistes, il montre le vrai visage de l'islam, c'est intentionnel car il importe de jeter l'effroi dans le cœur de l'ennemi, comme l'enseigne le coran. L'État islamique est né, il est appelé à grandir, son expansion ne peut avoir de limite, c'est Allah qui l'a promis. Les Occidentaux doivent savoir dès à présent, qu'à l'exemple des chrétiens de Syrie et d'Irak, ils seront un jour les sujets dhimmis de l'État islamique, ils devront faire allégeance au calife, s'humilier, payer la rançon (la jizia), et malheur à eux s'ils choisissent de résister, car ils seront exterminés ou réduits en esclavage.

Le Califat comme détonateur

Mais pour parvenir un jour jusqu'à Rome et Paris, l'État islamique doit en premier lieu conquérir le Moyen-Orient. Quelle que soit sa puissance et la motivation de ses hommes, il ne peut espérer d'autres promenades militaires. Arabes et perses ne se laisseront pas faire et vu le caractère conquérant et brutal du Califat, il faut s'attendre à des chocs terribles entre les belligérants. Chaque voisin cherchera à éviter le conflit armé en manœuvrant de telle sorte que l'essentiel de l'effort de guerre du Califat soit dirigé sur autrui. C'est ainsi que Saoudiens et Jordaniens présenteront face au Califat un front uni, leurs forces seront disposées de telle sorte que l'armée du Califat préfèrera se diriger sur Bagdad plutôt que de traverser les frontières entre l'Irak d'un bord et la Jordanie et l'Arabie Saoudite de l'autre. Le calife a pour objectifs déclarés la Mecque et Médine, mais il ne se risquera pas à se mesurer à des armées supérieures en termes de puissance de feu et d'aviation. Si le calife jette son dévolu sur Bagdad et que son armée arrive aux confins de la ville, il faudra s'attendre à une intervention massive des forces armées iraniennes. L'entrée en guerre de l'Iran provoquera inévitablement la réaction des monarchies pétrolières, elles éviteront autant que faire se peut de participer directement au conflit armé, mais elles feront tout pour empêcher l'Iran de reprendre les territoires du Nord de l'Irak à majorité sunnite et s'assurer ainsi d’une mainmise complète sur l'Irak. L'Arabie Saoudite n'acceptera pas que l'armée iranienne prenne position de l'autre côté de sa frontière avec l'Irak; elle n'aura alors d'autre choix que d'alimenter l'armée du Califat en hommes et en matériel pour qu'il fasse échec aux Iraniens. L'ennemi de la veille se transformera en allié, mais un allié imprévisible et dangereux.

La Turquie de son côté ne restera pas les bras croisés, elle a autant d'intérêt que l'Arabie Saoudite à empêcher l'Iran de dominer entièrement l'Irak, elle ne pourra faire autrement que faciliter le transfert au profit du Califat, d'hommes et de matériel à partir de son territoire, autant sinon davantage qu'elle ne le fait à présent. Il s'ensuit que le conflit se transformera en guerre de religion impliquant les chiites d'Iran d'Irak de Syrie et du Liban d'un bord, et tous les sunnites du Moyen-Orient de l'autre; l'Égypte a déjà décidé de se rallier à l'Arabie et aux Émirats car il y va de sa propre sécurité. Cette guerre sera sans merci, elle ouvrira les vannes de la haine séculaire qu'entretiennent les deux partis, et cette haine consumera tout sur son passage.

Toutes les éventualités sont possibles. On ne peut exclure une révolte sanglante de la minorité chiite en Arabie Saoudite, elle menacera sérieusement la production de pétrole. La majorité chiite du Bahreïn ne se tiendra pas tranquille durant le conflit. Les jeunes salafistes saoudiens ne resteront pas inactifs, les plus radicaux d'entre eux se battront contre la dynastie des Saoud et pour le Califat. Les incursions de jihadistes en provenance du Yémen augmenteront, l'armée et les forces de l'ordre saoudiens ne sauront où donner de la tête, elles risquent même d'être submergées. Israël s'impliquera-t-il? Pas tant que son territoire n'est pas menacé, il risque de l'être si les jihadistes du Califat parviennent à proximité, en Jordanie ou en Arabie. Ils sont déjà présents au Sinaï et à Gaza et ont entrepris de provoquer l'État hébreux, dans l'intention de l'attirer dans le conflit afin de l'épuiser. Mais on peut douter qu'Israël se laisse entraîner malgré lui dans une guerre d'usure, Israël préfère et de loin que les musulmans s'entredéchirent, à condition qu'ils le fassent à bonne distance de ses frontières.

Les Libanais plus divisés que jamais ne pourront éviter la guerre civile entre sunnites et chiites, les chrétiens du Liban tenteront de rester hors du conflit mais il n'est pas certain qu'ils y réussiront. Les kurdes seront-ils capables de protéger leur territoire en cas de conflit généralisé? Qu'arrivera-t-il aux millions de réfugiés qui ont fui la guerre civile en Syrie et en Irak, se retrouveront-ils une seconde fois au cœur de la tuerie?

Tous les ingrédients sont là pour qu'une guerre généralisée s'allume au Moyen-Orient, le Califat islamique en Irak et en Syrie est comme une mèche allumée tout près d'un baril de poudre; on peut toujours espérer qu'elle s'éteigne toute seule ou qu'elle se consume entièrement sans causer d'explosion, mais il faut se préparer au pire et le pire en terre d'islam est toujours au rendez-vous. Les conséquences d'un tel conflit seront catastrophiques pour les pays impliqués, les précédents syrien et libyen sont sur ce point fort éloquents. Nul pays ne s'en sortira sans dommages matériels sérieux, sans deuils, sans fracture sociale et sans démembrement de son territoire.

Les conséquences prévisibles de la guerre

La catastrophe si elle survient n'épargnera pas l'islam, elle donnera la nausée aux millions de musulmans, sans ébranler toutefois les certitudes des islamistes. Le fossé se creusera entre la minorité intégriste et une majorité de plus en plus traumatisée et de plus en plus critique, non seulement envers les islamistes mais envers l'islam lui-même. Les jeunes qui ont échappé à la fanatisation, rejetteront l'islam, ils le feront discrètement au début mais un nombre substantiel parmi eux le fera ouvertement. La parole se libèrera, on entendra des musulmans parler sans gêne des débuts de l'islam, des crimes contre l'humanité perpétrés par Mahomet, du caractère brutal des conquêtes islamiques, des conversions forcées, de la cruauté et de la cupidité des conquérants, des souffrances sans nom infligées aux populations asservies, des pillages en règle, des centaines de milliers d'hommes de femmes et d'enfants réduits en esclavage, de la destruction du patrimoine culturel et religieux des pays conquis etc. La vague actuelle d'apostasie s'enflera, les apostats qui naguère se cachaient se manifesteront en plein jour, les imams des mosquées seront moqués, ceux qui ont fanatisé les jeunes seront vilipendés, la peur changera de camp.

Mais il faudra compter avec la réaction violente des islamistes, car il est peu probable qu'ils assistent impuissants au ravalement de leur religion. Leur violence ne fera que donner de l'ampleur à la vague d'apostasie, sans le vouloir ils contribueront à démonter la barrière d'intouchabilité entourant l'islam. Aux yeux de plusieurs il paraîtra comme une imposture, une fausse religion responsable de l'arriération des pays qu'il a asservis. La charia sera mise à nu, on en dénoncera l'absurdité, la tyrannie et le caractère inhumain et rétrograde. Les sociétés islamiques entreront en ébullition, il y aura davantage de conflits internes et d'instabilité, les économies arabes et perses seront dévastées, le processus d'effondrement prédit par Hamed Abd el Samad s'accélérera.

Et l'Occident dans tout ça? La vague de réfugiés en provenance des pays musulmans s'amplifiera prenant l'allure d'un tsunami, d'aucuns la décriront comme une invasion. Les gouvernements européens seront dépassés par les évènements, il leur sera impossible d'accueillir des millions de réfugiés, leur présence massive provoquera des mouvements populaires d'opposition voire de révolte. L'augmentation du prix de l'énergie dû à la guerre et à l'incertitude fragilisera à l'extrême l'économie de l'Europe, le chômage et la précarité augmenteront, les états surendettés n'auront pas les moyens de limiter les dommages. Dans plusieurs endroits le contrôle échappera aux forces de l'ordre, les zones de non-droit se multiplieront, des crimes resteront impunis, les citoyens prendront en main leur propre défense, des milices populaires seront créées, les gens se feront eux-mêmes justice. Le nationalisme exclusif et même le régionalisme verront leur popularité monter en flèche, les partis d'extrême droite prendront le pouvoir, l'Union Européenne cessera d'exister.

Les pays occidentaux paieront au prix fort leur lâcheté et leur complaisance envers l'islamisme. Faute d'avoir pris acte de son caractère toxique et de sa dangerosité, ils lui ont permis de s'incruster et de s'étendre, non seulement dans les pays musulmans mais également en Europe et en Amérique. S'ils l'avaient combattu méthodiquement, s'ils s'étaient entendus pour mettre fin à la propagande islamiste, ils auraient probablement prévenu la catastrophe qui frappe les pays musulmans et dont tôt ou tard ils subiront les conséquences.

http://www.postedeveille.ca/2014/07/le-califat-islamique-et-la-catastrophe-qui-sannonce-par-helios-d-alexandrie.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chrétiens d'Orient: les condamnations verbales ne suffisent plus

Message par Chasseur le Mer 13 Aoû - 13:25

Chrétiens d'Orient: les condamnations verbales ne suffisent plus



L’Alliance Royale souhaite faire part de sa vive préoccupation face à la situation des Chrétiens en Irak depuis de nombreuses semaines, notamment due à l’implantation de groupes terroristes, et souhaite que soit trouvée dans l’urgence une solution politique passant par une forte implication de l’Etat français et de sa diplomatie.


En effet, les Chrétiens sont chassés de leurs terres et menacés de disparition par les djihadistes de l’État islamique. Présent dans cette partie du globe depuis 424, les Chrétiens ont toujours pu vivre en pleine harmonie avec les populations locales, et plus récemment, sous Saddam Hussein, il y avait 800 000 Chrétiens ; aujourd’hui, il n’en reste plus que 250 à 300 000. La majorité de ceux-ci sont aujourd’hui dans l’obligation de migrer dans des zones plus sûres, la plaine de Ninive ou dans les régions du Kurdistan irakien.


Lire la suite sur : http://www.allianceroyale.fr/articles/actualites/506-chretiens-dorient-les-condamnations-verbales-ne-suffisent-plus


La terreur des groupes djihadistes sur les populations crée une situation humanitaire plus que catastrophique, avec un manque de médicaments, d'eau, d'électricité…
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Irak : le pétrole, enjeu majeur du conflit

Message par Chasseur le Lun 18 Aoû - 21:19

Irak : le pétrole, enjeu majeur du conflit, entre Kurdistan, Turquie et USA …(+ Bassam Tahhan … et le Hoax de Thierry Meyssan)



Décryptage de l’intervention des USA en Irak par Bassam Tahhan, islamologue et professeur de géopolitique, sur les motivations profondes des américains à intervenir militairement dans cette région
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Alain Marsaud sur i>Télé

Message par Chasseur le Mar 19 Aoû - 18:35

L’analyse du député des Français de l’étranger (UMP) Alain Marsaud, sur la situation internationale et le rôle de la France, devant deux journalistes stupéfaits et apeurés...



Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Marsaud-sur-i-Tele-27344.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Comment et pourquoi la France a livré des armes aux rebelles en Syrie

Message par Chasseur le Ven 22 Aoû - 13:08

Comment et pourquoi la France a livré des armes aux rebelles en Syrie



Le voile se lève doucement sur l'un des secrets les mieux gardés de la présidence Hollande : l'armement des rebelles syriens par la France. Après que le président de la république a reconnu, mardi 19 août, pour la première fois, dans une interview au Monde, l'existence de ces livraisons, de hauts responsables français ont confié au Monde quelques détails supplémentaires.

Lire la suite sur : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/08/21/comment-paris-a-livre-des-armes-aux-rebelles-syriens_4475027_3218.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’archevêque de Mossoul lance un avertissement aux Occidentaux

Message par Chasseur le Ven 22 Aoû - 22:25

L’archevêque de Mossoul, Mgr Amel Shimoun Nona a accordé un entretien au journal italien Corriere de la Sera, il lance un avertissement aux Occidentaux :



« Notre souffrance est un prélude à ce que vous-mêmes, chrétiens européens et occidentaux, souffrirez dans un futur proche », a crié l’archevêque à ses frères chrétiens d’Occident. « S’il-vous-plaît, il faut que vous compreniez. Vos principes libéraux et démocratiques n’ont aucune valeur ici. Vous devez reconsidérer la réalité du Moyen-Orient, car vous accueillez un nombre croissant de musulmans. Vous aussi, vous êtes en danger. Il vous faut prendre des décisions courageuses et dures, y compris en allant à l’encontre de vos principes. Vous croyez que tous les êtres humains sont égaux, mais ce n’est pas une chose certaine. L’Islam ne dit pas que tous les êtres humains sont égaux. Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs. Si vous ne comprenez pas cela rapidement, vous tomberez victimes d’un ennemi que vous aurez accueilli dans votre maison. »
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les djihadistes suivent le Coran

Message par Chasseur le Sam 23 Aoû - 19:40

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Offensive de l’Otan contre l’EIIL: « Mission prolongée » de guerre sous commandement US

Message par Chasseur le Mer 10 Sep - 19:38

Offensive de l’Otan contre l’EIIL: « Mission prolongée » de guerre sous commandement US

Par Manlio Dinucci
Mondialisation.ca, 9 septembre 2014
Url de l'article:
http://www.mondialisation.ca/offensive-de-lotan-contre-leiil-mission-prolongee-de-guerre-sous-commandement-us/5400463

Demain –veille du 13ème anniversaire du 11-Septembre qui marqua le commencement de la « guerre mondiale contre le terrorisme » centrée sur Al Qaeda et sur l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak par des coalitions conduites par les USA- le président Obama annoncera, dans un discours solennel à la nation, le lancement d’une nouvelle offensive sous conduite US visant, selon ce qu’il a déclaré dimanche dans une interview télévisée à NBC, à « affronter la menace provenant de l’Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie * ». Tout en n’envoyant pas officiellement des forces de terre en Irak et en Syrie, le président promet : « Nous dégraderons systématiquement les capacités des militants sunnites de l’EI, nous restreindrons le territoire qu’ils contrôlent et, enfin, nous les vaincrons ».

La stratégie a été officialisée dans la Déclaration finale du récent Sommet de l’Otan, dans laquelle on affirme (point 37) que « l’EI, par sa récente avancée en Irak, est devenu une menace transnationale ». Qui en est responsable ? Les 28 gouvernements Otan (celui de Renzi compris) n’ont aucun doute : « Le régime d’Assad qui a contribué à l’émergence de l’EI en Syrie et à son expansion au-delà de ce pays ». On renverse ainsi la réalité : comme cela a déjà été amplement documenté, les premiers noyaux du futur EI (État islamique) se forment quand, pour renverser Kadhafi en Libye en 2011, l’Otan finance et arme des groupes islamistes définis comme terroristes jusque peu de temps auparavant (en exprimant maintenant, dans la Déclaration du Sommet, « une profonde préoccupation pour les actuelles violences en Libye »). Après avoir contribué à renverser Kadhafi, ces groupes passent en Syrie pour renverser Assad. C’est là, en 2013, que naît l’EIIL qui reçoit financements, armes et voies de transit de la part des alliés les plus étroits des Etats-Unis : Arabie saoudite, Qatar, Koweït, Turquie et Jordanie. Sur la base d’un plan à coup sûr coordonné par la CIA.

L’EIIL lance ensuite l’offensive en Irak, et sans hasard au moment où le gouvernement présidé par Nouri al-Maliki est en train de prendre ses distances de Washington, et de se rapprocher de plus en plus de la Chine. Celle-ci achète environ la moitié de la production pétrolifère de l’Irak, qui a fortement augmenté, et effectue de gros investissements dans son industrie d’extraction. En février dernier, les deux gouvernements signent des accords qui prévoient des fournitures militaires par la Chine. En mai dernier al-Maliki participe, à Shanghai, à la Conférence sur les mesures d’interaction et de renforcement de la confiance en Asie, avec le président russe Vladimir Poutine et Hassan Rouhani, président de l’Iran. Pays avec qui le gouvernement al-Maliki avait signé en novembre 2013 un accord qui, défiant l’embargo voulu par Washington, prévoit l’acquisition d’armes iraniennes. C’est sur ce fond que vient se placer l’offensive de l’EIIL, qui met le feu à l’Irak en trouvant une matière inflammable dans la rivalité sunnites-chiites.

L’EIIL joue ainsi un rôle fonctionnel à la stratégie USA/Otan de démolition des Etats à travers la guerre secrète. Ceci ne signifie pas que la masse de ses militants, provenant de différents pays, en soit consciente. Elle est très composite : en font partie à la fois des combattants islamiques, qui se sont formés dans le drame de la guerre, des ex militaires de l’époque de Saddam Hussein qui ont combattu contre les envahisseurs, et de nombreux autres dont les histoires sont toujours liées aux situations tragiques provoquées par la première guerre du Golfe et par les suivantes sur plus d’une vingtaine d’années. En font partie aussi divers combattants provenant des Etats-Unis et d’Europe, dont les masques cachent certainement aussi des agents secrets spécialement formés pour de telles opérations.

Ceci dit, il existe des faits incontestables montrant que l’EIIL est un fantassin du nouveau grand jeu impérial au Moyen-Orient. En mai 2013, un mois après avoir fondé l’EIIL, Ibrahim al-Badri –le « calife » aujourd’hui connu sous le nom de bataille de Abu Bakr al-Baghdadi- rencontre en Syrie le sénateur étasunien John McCain, chef de file des républicains chargé par le démocrate Obama de mener des opérations secrètes pour le compte du gouvernement. La rencontre est documentée photographiquement (cf. article de Thierry Meyssan[1]).

Très  suspect aussi l’accès illimité de l’EIIL sur les grands réseaux médiatiques mondiaux, dominés par les colosses étasuniens et européens, à travers lesquels il diffuse les vidéos des décapitations qui, en suscitant l’horreur, créent une vaste opinion publique favorable à l’intervention de la coalition sous conduite étasunienne en Irak et en Syrie. Intervention dont le but stratégique réel est la réoccupation de l’Irak et la démolition de la Syrie.

S’ouvre ainsi, préparée par 145 attaques aériennes effectuées en un mois en Irak par l’aviation étasunienne, une « mission prolongée » de guerre qui -précise A. Blinken, vice-conseiller d’Obama pour la sécurité nationale- « durera probablement au-delà de l’actuelle administration ». Guerre dans laquelle le gouvernement Renzi, en ignorant le Parlement, s’est déjà engagé à faire participer l’Italie. Nos chasseurs-bombardiers sont prêts, a annoncé la ministre de la « défense » Pinotti, pour « une action militaire, qu’il faudrait avoir le courage de faire ».

Manlio Dinucci

Edition de mardi 9 septembre 2014 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/obama-prepara-la-guerra-prolungata/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Note : * EI : organisation djihadiste portant aujourd’hui le nom d’État islamique (EI) se désignant autrefois par EIIL (État islamique en Irak et au Levant), ISIS en anglais (Islamic State of Iraq and the Levant) devenu Islamic State.
[1] Légende de la photo : « John McCain et l’état-major de l’Armée syrienne libre. Au premier plan à gauche, Ibrahim al-Badri, avec lequel le sénateur est en train de discuter. Juste après, le brigadier général Salim Idriss (avec des lunettes) »

Cette photo a d’abord été publiée par la TV libanaise “New TV”. C’était juste après le voyage de McCain en Syrie ; elle a été prise par le service de presse de l’Armée syrienne libre pour attester de cette rencontre.

Photo et article sur : http://www.voltairenet.org/article185073.html .

Note de la traductrice pour la version française, à la demande de l’auteur et avec le concours de T. Meyssan.
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les probabilités d’agression contre la Syrie

Message par Chasseur le Lun 15 Sep - 18:38

Les probabilités d’agression contre la Syrie

Par Ghaleb Kandil
Mondialisation.ca, 15 septembre 2014
Url de l'article:
http://www.mondialisation.ca/les-probabilites-dagression-contre-la-syrie/5401918

Nombreux sont les partisans de la Résistance qui éprouvent une inquiétude légitime face aux manoeuvres des États-Unis avançant sous le masque de la lutte contre le terrorisme après des années passées à monter et à entretenir, financièrement et logistiquement, des réseaux terroristes dans le but de frapper puis d’abattre l’État syrien.

Toutes les marionnettes locales des agences de renseignement occidentales et des milliards de dollars ont été mis à la disposition du duo terroriste international, David Petraeus et Bandar bin Sultan, pour mener campagne contre la Syrie.

Il n’empêche que ces deux éminentes personnalités du « Renseignement occidental et du Tiers Monde », ont perdu leur pari et ont fini par être congédiées en raison du fiasco de toutes leurs tentatives devant la solidité de l’État, du Peuple, de l’Armée nationale et de son commandant en chef, le Président résistant Bachar al-Assad.

Mais voilà qu’on se demande, à nouveau, si l’Empire américain vaincu et sa pupille saoudienne, menacée par le « cataclysme daechien » [de l’EIIL en arabe], ne vont pas user de leur guerre contre le terrorisme pour couvrir leur agression contre la Syrie, les raids de l’aviation US sur des positions de l’Armée nationale syrienne facilitant le déploiement des groupes terroristes sur le terrain ; ceux qui seront entraînés en Arabie saoudite [1], plus ceux déjà entraînés en Jordanie [2] ayant reçu pour mission de se répartir sur la bande frontalière jouxtant le Golan et les fermes de Chebaa sous commandement des agents du renseignement sionistes [3].

La réponse, évidente et immédiate, est que toutes les sottises sont envisageables de la part des puissances coloniales et des forces réactionnaires inféodées à l’Occident lorsqu’elles sont confrontées au désespoir et à la défaite. Par conséquent, la première chose à faire est de nous préparer au pire. Et c’est ce qui a toujours figuré à l’ordre du jour pour la Direction syrienne et ses Forces armées, tout comme cela est toujours pris en compte par l’Axe de Résistance et ses alliés en Russie, en Chine, en Inde et dans la plupart des Pays du BRICS.

En effet, une telle aventure stupide et potentiellement très dangereuse est rendue d’autant plus probable que les circonstances et les raisons qui ont obligé Obama à annuler l’agression, dont il a menacé la Syrie l’année dernière, sont encore plus pesantes aujourd’hui ; les capacités de défense de l’Armée nationale syrienne s’étant renforcées dans tous les domaines notamment celui de la défense aérienne, de l’aveu même du chef d’état-major des armées des États-Unis, le Général Martin Dempsey, et le partenariat ainsi que la coopération dans le domaine militaire entre la République arabe syrienne, la Fédération de Russie et l’Iran étant passés à un niveau supérieur.

La Russie, qui avait adressé son message désapprobateur en interceptant les missiles dirigés contre la Syrie en Septembre 2013 [4], a aujourd’hui des raisons supplémentaires qui l’inciteraient à lancer des messages plus forts et plus sévères ; l’affrontement américano-russe en Ukraine et la série de sanctions occidentales à son encontre l’ayant rendue encore plus convaincue de la justesse de la vision syrienne concernant la mentalité colonialiste des USA et de l’OTAN, une mentalité qui menace le monde entier ! Quant à l’Iran, sa position est toujours aussi claire à l’égard de la Syrie considérée comme la première forteresse de défense d’un Moyen-Orient libre !

Ce n’est pas par hasard que le « cirque US » à Jeddah [5] a coïncidé avec l’annonce du décuplement des échanges russo-iraniens et avec la volonté déclarée de Moscou de pousser la stratégie de développement de l’Organisation de coopération de Shangai [OCS] jusqu’à en faire une alliance internationale d’entraide [6] dans tous les domaines et, particulièrement, avec l’Iran. Par ailleurs, une même grille de lecture doit être appliquée aux communiqués publiés par la Russie, la Chine et l’Iran [7] : un avertissement nettement suffisant contre toute attaque à la souveraineté des États ; sous-entendue, la souveraineté de la République arabe syrienne.

Des prises de position qui doivent se traduire effectivement sur le terrain syrien, le système de coopération militaire et sécuritaire avec les alliés de la Syrie pouvant être activé et développé au moment opportun. Ceci nous paraît indispensable pour dissuader les USA de cesser leur brutalité orgiaque contre un État qui se bat contre le terrorisme, seul, et à la place de ses alliés et de ses ennemis à la fois !

Ceci dit, et en prévision d’une agression idiote quand même, il est nécessaire de rappeler la déclaration du ministre syrien, M. Walid Mouallem, se résumant à dire que toute opération aérienne sur le territoire syrien, sans coordination préalable avec le gouvernement syrien, sera considérée comme une agression nécessitant une réponse défensive légitime [8].

Les États-Unis dans leur prétendue guerre contre le terrorisme, qu’ils ont couvé pour frapper la Syrie, ont choisi de continuer à entrainer, à armer et à financer encore plus de groupes terroristes pour la démolir et l’empêcher de se récupérer. Ils habillent leurs agents et leurs mercenaires de mille masques, avec la collaboration des gouvernements turc, qatari et saoudien embourbés dans le terrorisme takfiriste jusque par-dessus la tête. Ce qui confirme que « l’alliance de Jeddah » n’a pas pour but d’endiguer le terrorisme ou de l’anéantir, mais de le réemployer ! D’ailleurs, les dérobades turques [9] et les réticences britannique et allemande sont venues compléter l’image floutée de la situation.

Certes, la visite de M. Staffan de Mistura [nouvel émissaire de l'ONU pour la Syrie] à Damas et sa rencontre avec le Président Bachar al-Assad mettant l’accent sur la priorité de la lutte contre le terrorisme, parallèlement avec la tenue de la conférence carnavalesque de Jeddah, a suggéré à beaucoup d’observateurs que les États-Unis tentaient de rassurer Damas. Certains vont même jusqu’à croire qu’ils se sont enfin décidés à dompter leurs agents avant de modifier leur langage envers l’État syrien.

Mais l’Histoire nous pousse à toujours tenir compte des mauvaises intentions US et à nous comporter sur cette base en premier lieu. Et si jamais il fallait serrer des mains et sourire, il n’est pas interdit de montrer ses crocs, comme la Syrie sait le faire face au loup américain et à ses hyènes régionaux, quand il le faut !
Ghaleb Kandil

12/09/2014
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sotloff & Foley : les fausses décapitations pour envahir la Syrie

Message par Chasseur le Lun 15 Sep - 20:24

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un bourbier semblable à celui du Vietnam en Irak et en Syrie, autour d’enjeux énergétiques?

Message par Chasseur le Mar 16 Sep - 19:06

Un bourbier semblable à celui du Vietnam en Irak et en Syrie, autour d’enjeux énergétiques?



Si la situation politique et militaire dans un Moyen-Orient riche en pétrole apparaît chaotique, complexe et confuse, c’est parce qu’elle l’est. Comment pourrait-il en être autrement quand il y a une vingtaine de gouvernements étrangers qui jouent d’influence, chacun essayant de mettre la main sur les robinets de pétrole et de gaz, et qu’ils n’ont aucun scrupule à s’impliquer, si nécessaire, dans les affaires des autres pour atteindre leurs fins. En effet, il n’y a aucun endroit au monde où l’intervention étrangère dans les affaires intérieures des autres pays par une toute une panoplie de gouvernements est aussi répandue et est même devenue monnaie courante.

En tête de liste des puissances interventionnistes, nous retrouvons les Etats-Unis d’Amérique et leur arsenal militaire déployé à travers le monde. Rappelons qu’en mars 2003, c’est le gouvernement américain de George W. Bush, avec l’appui du gouvernement britannique de Tony Blair, et aiguillé en cela par le gouvernement israélien, qui partit le bal de l’interventionnisme au Moyen Orient avec une invasion militaire de l’Irak. Ce faisant, il ouvrit une véritable « boîte de Pandore » pleine de malheurs pour cette région. Le but ultime du gouvernement de Bush et de Cheney était de renverser le gouvernement sunnite de Saddam Hussein et de le remplacer par un gouvernement chiite plus malléable. Cette invasion a été le principal élément déclencheur d’instabilité pour l’ensemble du Moyen-Orient, en ravivant les vieux antagonismes entre sunnites et chiites, ce qui s’est traduit par une série de guerres civiles et de guerres par adversaires interposés dans de nombreux pays de la région. Bien sûr, de telles guerres opposent des populations sunnites et des populations chiites dans un conflit politico-religieux, mais elles mettent aussi en cause de nombreuses loyautés ethniques et tribales.
Lire la suite : http://www.mondialisation.ca/un-bourbier-semblable-a-celui-du-vietnam-en-irak-et-en-syrie-autour-denjeux-energetiques/5402199
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

« À la poursuite de l’État islamique »: Devinez qui est derrière le projet califat?

Message par Chasseur le Mer 24 Sep - 19:35

« À la poursuite de l’État islamique »: Devinez qui est derrière le projet califat?



On dépeint l’État islamique (EI) comme un ennemi des États-Unis et du monde occidental.

Avec le soutien de la Grande-Bretagne, l’indéfectible allié des États-Unis, le président Barack Obama a ordonné une série de bombardements étasuniens sur l’Irak visant apparemment à vaincre l’armée rebelle de l’EI.

« Nous ne renoncerons pas à notre volonté de faire face à l’État islamique [...] Si les terroristes pensent que nous allons faiblir face à leurs menaces, ils ne peuvent pas être davantage dans l’erreur. » (Barack Obama et David Cameron, Strengthening the NATO alliance, lettre d’opinion publiée dans le Times de Londres, 4 septembre 2014, c’est l’auteur qui souligne.)

Mais qui est derrière le projet de l’État islamique?

Lire la suite sur : http://www.mondialisation.ca/a-la-poursuite-de-letat-islamique-devinez-qui-est-derriere-le-projet-califat/5403655
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’État islamique: un groupe terroriste « pro-démocratie » appuyé par les États-Unis et formé pour décapiter

Message par Chasseur le Lun 29 Sep - 19:22

L’État islamique: un groupe terroriste « pro-démocratie » appuyé par les États-Unis et formé pour décapiter

Ce texte a été écrit avant la présumée décapitation de l’otage français Hervé Pierre Gourdel.

Les récentes décapitations de trois Occidentaux, James Foley, Steven Sotloff et David Haines, aux mains de l’État islamique (EI) ont suscité une vague d’indignation et la ferme condamnation des chefs d’État occidentaux.

Pour toute personne au courant de ce qui se passe vraiment en Syrie depuis le début de la guerre en mars 2011, il y a quelque chose de bizarre dans ces déclarations fortes, qui servent maintenant de prétexte à des « bombardements humanitaires » en vertu d’un mandat de contreterrorisme visant l’État islamique.

N’oublions pas que dès le début de la guerre en Syrie en mars 2011, les États-Unis et leurs alliés ont appuyé les soi-disant « combattants de la liberté » dont la majorité étaient des brigades du Front Al-Nosra et de l’EI. Formés en Arabie saoudite et au Qatar, ces terroristes pro-démocratie ont été régulièrement impliqués dans des atrocités, y compris des décapitations de civils syriens.

Deux poids, deux mesures ? Au cours des trois dernières années, aucun dirigeant occidental n’a fait de déclaration concernant ces atrocités commises par les « extrémistes musulmans ». Elles sont passées pratiquement inaperçues. La communauté internationale n’a pas exprimé de préoccupations à cet égard. À quelques exceptions près, ces décapitations ont à peine fait l’objet d’une couverture médiatique.

Est-ce parce que les « combattants de la liberté » intégrés par l’EI et les forces d’Al-Nosra ont décapité des civils syriens plutôt que des Occidentaux ? Est-ce parce que les victimes de ces atrocités se sont opposées à la sanglante « révolution démocratique », appuyée par les États-Unis et l’OTAN, contre le gouvernement de Bachar Al-Assad ?

Pourquoi les dirigeants occidentaux sont-ils consternés maintenant et ne l’étaient pas avant? Est-ce parce que maintenant ce sont des Occidentaux et non plus des Syriens qui se font décapiter ?

Ces récentes décapitations de ressortissants étasuniens et britannique, qu’elles soient authentiques ou non, sont évidemment exploitées pour ouvrir la voie à une intervention militaire en Syrie. Il s’agit d’une technique élémentaire de propagande utilisée à maintes reprises par le passé afin d’obtenir l’appui du public en faveur de la guerre et les médias dominants sont là pour transmettre cette propagande.
Lire la suite : http://www.mondialisation.ca/letat-islamique-un-groupe-terroriste-pro-democratie-appuye-par-les-etats-unis-et-forme-pour-decapiter/5404604
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La lutte contre l’EI, un écran de fumée pour masquer la mobilisation US contre la Syrie et l’Iran

Message par Chasseur le Mer 1 Oct - 22:20

La lutte contre l’EI, un écran de fumée pour masquer la mobilisation US contre la Syrie et l’Iran



La menace de l’EIIL, ou EI, est de la poudre aux yeux. La force de l’EIIL a été délibérément gonflée pour que le public soutienne le Pentagone et pour justifier les bombardements illégaux de la Syrie. Elle est utilisée également pour justifier la mobilisation de ce qui apparaît de plus en plus comme un déploiement militaire massif, dirigé par les États-Unis, au Moyen-Orient. La puissance de feu et les moyens militaires engagés dépassent ce qui est nécessaire pour combattre les escadrons de la mort de l’EIIL.

Alors que les États-Unis ont assuré leurs citoyens et le monde qu’aucun soldat ne serait envoyé sur le terrain, cela est très peu probable. C’est peu probable tout d’abord parce qu’il faut des soldats sur le terrain pour identifier et choisir les cibles. De plus, Washington considère que la campagne contre les combattants de l’EIIL va durer des années. C’est un double discours. Il s’agit en fait d’un déploiement militaire permanent ou, dans le cas de l’Irak, d’un redéploiement. Cette force pourrait être transformée par la suite en une plus grande force d’attaque qui menacerait la Syrie, l’Iran et le Liban.
Lire l'article sur : http://www.mondialisation.ca/la-lutte-contre-lei-un-ecran-de-fumee-pour-masquer-la-mobilisation-us-contre-la-syrie-et-liran/5405581
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: - - Irak - -

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum