Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Chasseur le Mar 13 Aoû - 14:36

La grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale :

- Un donneur de sperme retrouve ses droits parentaux :

http://www.rmc.fr/info/405265/un-donneur-de-sperme-retrouve-ses-droits-parentaux/

- Louer ses seins pour allaiter :

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/08/02/20005-20130802ARTFIG00297-elle-loue-ses-seins-pour-allaiter-les-enfants-des-couples-homosexuels.php

On ne lâche rien !
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Chasseur le Mar 13 Aoû - 14:57

Le « progrès » de gauche : un vieux cri de révolte métaphysique contre Dieu et la famille

"Quand va-t-on réfléchir enfin sur la notion de progrès ? Sur quel critère objectif peut-on affirmer que ceci est un progrès, ou encore que ceci est rétrograde ? Au vu de ce que la société nous vend comme progrès – mariage homosexuel, culture gay, théorie du genre, sexualité débridée, transexualisme, la question se pose plus que jamais. Le « progrès » prôné est un long cri de révolte métaphysique contre Dieu, qui remonte à l’aube des temps. Nous cueillons aujourd’hui, peu à peu, les amers fruits de leur victoire."

"florilège" :

Laure Pora, président d’Act Up-Paris et militant du NPA :

   « le couple est une institution à détruire dans une perspective féministe »

   « la misandrie, comme l’hétérophobie, est une stratégie de résistance ».

   « Je suis féministe, ça consiste à critiquer d’abord les mecs zétéros cis qui ont le pouvoir, et seulement après les femmes pas assez intelligentes pour se libérer ».

   « Je suis une folle, je pratique une sexualité que je qualifie de pédée, et je regarde pas mal de ‘porno gay’ »


Marx :

« Il faut abolir la famille…Et remplacer l’éducation à la maison par celle de la société ».

« Les marxistes doivent partir à l’assaut de cette institution ».

« Il faut légaliser ouvertement les communautés de femmes ».

Platon :

« Les enfants, dès leur naissance, seront remis entre les mains de personnes chargées d’en prendre soin»

Vincent Peillon :

« L’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. » (Jdd, 2005)

Lire la suite sur Itinerarium :
http://www.itinerarium.fr/le-progres-detruire-le-couple-la-famille-la-norme-heterosexuelle/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Itinerarium+%28Itinerarium%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Chasseur le Lun 19 Aoû - 20:29

L'Allemagne, premier pays européen à reconnaître un troisième genre

"L'Allemagne s'apprête à devenir, dès le 1er novembre, le premier pays européen à proposer officiellement la possibilité d'inscrire un sexe "indéterminé" aux nourissons sur leur certificat de naissance, rapporte lundi 19 août le Guardian, citant le journal Süddeutsche Zeitung.

Les bébés intersexuels, c'est à dire ceux qui présentent une ambiguïté sexuelle constitutive, provenant d'une anomalie dans le déterminisme des gonades (ovaires et testicules) ou dans la différenciation des organes génitaux, pourront en effet être déclarés "indéterminé" à leur naissance."


Lire la suite : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/08/19/l-allemagne-premier-pays-europeen-a-reconnaitre-un-troisieme-genre_3463053_3214.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20130819-[titres]
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A la rentrée, aidez-nous à mener la guerre à la théorie du genre qui veut pervertir nos enfants

Message par Chasseur le Mar 20 Aoû - 20:45

A la rentrée, aidez-nous à mener la guerre à la théorie du genre qui veut pervertir nos enfants

A partir du mois de septembre, CIVITAS lancera une nouvelle campagne contre la PMA, la GPA et la théorie du genre. Vous avez un doute sur l'urgence de ce combat ? Lisez ce qui suit. Deux illustrations, parmi d'autres, de cette subversion qui se met en place avec le concours des plus hautes autorités, qu'elles soient nationales ou internationales. Allez-vous laisser faire ?

Dès septembre, plusieurs milliers d'élèves vont servir de cobayes pour une expérimentation menée dans 500 écoles en vue de propager la théorie du genre Un rapport publié par l'Inspection générale de l'éducation nationale (*) remis au ministre Vincent Peillon, demande que « les stéréotypes de genre soient déconstruits et mis à distance », notamment en primaire. La théorie du genre sera bien, malgré les dénégations de certains ministres et de certains médias, un dossier prioritaire de la politique gouvernementale.

Cette offensive profondément subversive prendra différentes formes. On annonce déjà une expérimentation qui concernera dès septembre 500 écoles de dix académies et s'adressera à plusieurs milliers d'élèves de la grande section de maternelle au CM2, ainsi qu'à leurs professeurs. En effet, après avoir inauguré la crèche Bourdarias en Seine-Saint-Denis, qui s'inspire directement de la théorie du genre et prétend offrir une éducation non différenciée aux enfants, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem s'attaque à l'école, avec les «ABCD de l'égalité», "ateliers ludiques", lancés conjointement avec le ministère de l'Éducation nationale. Objectif: faire en sorte que «nos enfants cessent d'intérioriser dès le plus jeune âge les inégalités qui se forment entre les deux sexes», selon les mots de Najat Vallaud-Belkacem, et déconstruire ainsi des stéréotypes de genre.

(*) «L'égalité entre filles et garçons dans les écoles et les établissements»

Théorie du genre : les certificats de naissance allemands proposeront la mention sexe "indéterminé"

L'Allemagne deviendra le 1er novembre le premier pays européen à permettre d'inscrire un sexe "indéterminé" sur le certificat de naissance des nourissons, rapporte le journal Süddeutsche Zeitung.
Cette reconnaissance d'un troisième genre par Berlin prend appui sur une recommandation de la Cour constitutionnelle, qui estime que le genre ressenti et vécu est un droit humain de base.
Les personnes qui seront enregistrées sous un sexe "indéterminé" pourront ultérieurement dans leur vie modifier leur "identité sexuelle" sur leur certificat de naissance si elles le souhaitent.
Rappelons par ailleurs que dans ce même pays, des parents sont condamnés pour avoir refusé que leurs enfants suivent des cours d'éducation sexuelle faisant l'apologie de l'homosexualité et de l'idéologie du genre.

CIVITAS
17 rue des Chasseurs
95100 Argenteuil
www.civitas-institut.com - www.francejeunessecivitas.com
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Chasseur le Mer 21 Aoû - 21:12

Théorie du genre en primaire : le frère Peillon soutenu par l’Inspection générale de l’Éducation nationale

"Un rapport sur l’égalité entre filles et garçons remis à Vincent Peillon demande que « les stéréotypes de genre soient déconstruits et mis à distance », notamment en primaire. Le gouvernement fait du dossier une priorité.

L’école entretient les inégalités entre les filles et les garçons, et ce malgré le volontarisme affiché des politiques et de la communauté éducative sur la question. La faute à notre tradition républicaine elle-même, qui « peine à voir des garçons et des filles, pour ne considérer que des élèves dans une conception désincarnée de l’égalité ».

Tel est le constat sans appel établi par un rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale, remis en mai à Vincent Peillon et publié fin juillet. Un document venant accréditer la politique du ministre sur ce thème placé au rang des priorités gouvernementales."


Lire la suite sur E&R : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Theorie-du-genre-en-primaire-le-frere-Peillon-soutenu-par-l-Inspection-generale-de-l-Education-19679.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Chasseur le Mar 27 Aoû - 11:10

Nitschke : l’euthanasie, un moyen de faire des économies



"Au moins, Philip Nitschke a le mérite de la franchise, comme le souligne BioEdge. Le plus célèbre des promoteurs de l’euthanasie en Australie vient d’écrire dans une tribune libre publiée par le Canberra Times qu’il est temps de considérer le prix à payer pour maintenir en vie des vieillards et des mourants contre leur gré. Le prix matériel, s’entend : les dépenses de santé, notamment celles prises en charge au titre de l’assurance maladie."

Lire la suite sur Riposte Catholique: http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/points-non-negociables-riposte-catholique-blog/nitschke-leuthanasie-un-moyen-de-faire-des-economies?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Riposte-catholique+%28Riposte-catholique%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Chasseur le Ven 13 Sep - 17:12

Cède gratuitement gamin de 10 ans très peu servi…

"Qu’est-ce que le « private re-homing » (changement de foyer privé) ? Une pratique usuellement réservée aux animaux consistant à échanger entre internautes de petites bêtes de compagnie. Mais depuis quelque temps, à la faveur de Facebook et Yahoo!, le petit trafic s’étend… aux enfants adoptés !"

Lire la suite sur : http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/cede-gratuitement-gamin-de-10-ans-tres-peu-servi,35433
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’idéologie du genre ou l’art d’une guerre sourde contre les garçons, les pères et les hommes

Message par Chasseur le Sam 14 Sep - 12:56

L’idéologie du genre ou l’art d’une guerre sourde contre les garçons, les pères et les hommes

En cette rentrée 2013, l’idéologie du genre s’impose à nous car elle sera prochainement enseignée aux enfants dès l’âge de 6 ans dans le cadre du programme « ABCD de l’égalité ». Cette idéologie pénètre discrètement de très nombreux domaines de nos vies, dont le monde de l’entreprise, et il est aujourd’hui devenu urgent de comprendre sa logique politique pour en refuser la teneur.

Cette idéologie se développe derrière la recherche moderne de l’égalité et de la parité et à pour objectif de libérer la société, et les femmes, d’une hétérosexualité qui aurait été fabriquée par les hommes pour exercer une domination. L’idée qui fonde politiquement l’idéologie du genre professe que de tout temps la femme a été sous la domination de l’homme et qu’il est venu le temps de subvertir la société hétéropatriarcale. Nous contestons vivement cette approche idéologisée et caricaturale qui est poursuivie par les milieux féministes radicaux à l’origine de l’idéologie du genre.

Pour mieux cerner cette idéologie, découvrons ensemble la méthodologie des études de genre qui se déploie autour de trois critères très précis relatés dans un ouvrage pro-genre de référence* : 1. « faire éclater les visions essentialistes », 2. « appréhender les relations sociales entre les sexes comme un rapport de pouvoir », et 3. « ne pas analyser les rapports de genre indépendamment des autres rapports de pouvoir ».


Lire la suite de l'article sur Nouvelles de France : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/13-09-2013/lideologie-du-genre-lart-dune-guerre-sourde-contre-les-garcons-les-peres-les-hommes
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Chasseur le Lun 30 Sep - 17:54

Chers amis,

Ce matin, Jean-Marc Ayrault a déclaré dans un entretien au journal « La Croix » que la théorie du genre ne serait pas enseignée à l’école. Il ne s’agit, selon lui, que de lutter contre « les stéréotypes de genre ».

Mensonge !

Depuis plusieurs semaines, des exemples précis de documents faisant l’apologie de la théorie du genre nous remontent des établissements scolaires. Les défenseurs de cette théorie prétendent que notre identité sexuelle, le fait d’être un homme ou une femme, serait totalement indépendante de notre anatomie.

Ainsi, le 4 janvier 2013, Vincent Peillon écrivait à l’ensemble des recteurs pour leur demander de « s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités », notamment sur la question liée à l’identité de genre. Il les incitait à s’appuyer sur les supports pédagogiques proposés par la « Ligne Azur » qui affirme, par exemple, que l’identité de genre « c’est le sentiment d’être un homme ou une femme. Pour certains, le sexe biologique coïncide avec ce ressenti. Pour d’autres, sexe génital et identité de genre ne correspondront pas ».

Plus récemment, Michel Teychenné, fondateur de l’association « Homosexualité et socialisme » a rendu un rapport officiel au ministre de l’Éducation nationale l’incitant à s’appuyer sur les fédérations LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels) pour animer certains cours dans les établissements scolaires. Pour lui, également, il convient de rappeler aux enfants que « l’identité de genre est une expérience intime et personnelle de son genre vécue par chacun qu’elle corresponde ou non au sexe assigné à la naissance ».

On voit bien qu’il ne s’agit pas d’une simple politique en faveur de plus d’égalité entre hommes et femmes, mais bien d’un projet plus subversif consistant à prétendre que chacun peut choisir, indépendamment de son anatomie et de son corps, de devenir un homme, une femme, ou même un être de sexe indéterminé.

Est-ce réellement cela que nous voulons apprendre à nos enfants ?

De plus si nous laissons faire les militants favorables à cette théorie, des pans entiers de notre enseignement et de notre culture seront jetés à terre.

Ils demandent déjà de remplacer les classiques de la littérature enfantine par des livres « non genrés », comme « Papa porte une robe » ou « je veux un zizi ».

Ils militent également pour imposer une vaste réforme de la grammaire française. Ils l’accusent d’être sexiste et d’être un instrument visant à assurer « l’hégémonie hétérosexuelle ». Sic !

Face à la désinformation du gouvernement et à la détermination des hérauts de la théorie du genre, nous ne devons pas baisser la garde. Pou cela, nous avons besoin de vous !

Lien vers l'Observatoire de la théorie du genre : http://www.theoriedugenre.fr/?Qui-sommes-nous
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une euthanasie après une opération ratée de changement de sexe: « C’est conforme à la loi »

Message par Chasseur le Mar 1 Oct - 15:43

Un homme de 44 ans, qui ne souffrait pas d’une maladie en phase terminale, a été euthanasié après une opération ratée de changement de sexe.
L’homme était né avec un sexe de femme. Il avait subi plusieurs opérations mais le résultat n’était pas à la hauteur de ses espoirs. L’homme se sentait toujours emprisonné dans un corps dont il ne voulait pas, rapporte Het Laatste Nieuws. C’est l’histoire de Nancy devenue Nathan à l’âge de 42 ans car il ne supportait plus son corps de femme. À sa demande, il a été euthanasié lundi.
L’euthanasie a été effectuée sous la supervision du médecin Wim Distlemans de la VUB. Selon ce dernier, toutes les conditions étaient réunies pour y procéder. « On pouvait clairement parler dans ce cas de souffrances psychiques insupportables  », souligne-t-il.
Un tel cas est-il conforme à la loi ?
La loi permet d’avoir recours à l’euthanasie quand il y a une souffrance psychique incurable et pas seulement une souffrance physique.
« La personne doit présenter une affection grave et incurable qui lui cause des souffrances mais le législateur a précisé que ces souffrances peuvent être d’ordre psychiques ou physiques, donc la chose est tout à fait envisageable car il peut se trouver des cas où la douleur est contrôlée mais en revanche des questions d’existence, de perte d’autonomie, de dignité surtout se trouvent vraiment bien présentes », a commenté au micro de RTL, Jacqueline Herremans, membre de la commission euthanasie.
Et de préciser : « La décision n’est jamais prise par un seul médecin dans ce cas précis. Un premier médecin s’est intéressé aux caractères graves et incurables de l’affection ainsi qu’aux souffrances psychiques ou physiques inapaisables. Un autre médecin, un psychiatre, spécialiste de la pathologie concernée, s’est intéressé à la qualité de la demande s’il n’y a pas, par exemple, état de dépression passagère ».

Source : http://www.lesoir.be/329992/article/actualite/belgique/2013-10-01/une-euthanasie-apres-une-operation-ratee-changement-sexe-c-est-conforme-loi
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La théorie du Genre, destruction sociale, morale, politique...

Message par Chasseur le Mer 2 Oct - 9:22

1. D'accord avec... Gérard Leclerc : la théorie du Gender au lycée ? Objection de conscience !....

"...L’Éducation nationale veut faire avaliser, sous le biais de la science, un échafaudage
intellectuel qui s’oppose aux grandes traditions de l’humanité, à l’aune d’un
constructivisme généralisé qui fait de l’arbitraire la clé de notre humanité....

...La décision du ministre de l’Éducation nationale d’imposer cette idéologie
irrationnelle et inhumaine à des adolescents est un scandale considérable.
Seule la mobilisation des consciences fera reculer ce qu’il faut dénoncer
sans relâche comme un crime contre l’Esprit, d’autant plus odieux qu’on
prend la jeunesse en otage...." :

C'est dans France catholique de lundi (30 mai) :

http://www.france-catholique.fr/Objection-de-conscience,7171.html


2. "Homme et femme il les créa..." : Pour y voir plus clair sur le sujet, Jean-François Mattéi et la théorie du "genre"....

Dans la livraison de La Dizaine de Magistro du 18 juin 2011, Jean-François Mattéi a proposé
le texte suivant, qui a le grand mérite d'éclairer réellement le sujet : on appréciera la
concision de bon aloi de cette réflexion, dont, par ailleurs, et ce qui ne gâche rien, l'humour n'est pas exclu...

" Dieu créa l’homme à son image ... homme et femme, il les créa " (Gn 1, 27) ;
" le jour où Dieu créa l’homme, à la ressemblance de Dieu il le fit, homme et femme il les créa :
il les bénit et les appela du nom d’homme le jour où ils furent créés " (Gn 5, 1-2).

On ne comprend pas la vague de fond des gender studies américaines, qui
monte à l’assaut des rives françaises, si l’on se contente d’y voir un avatar du
féminisme. Il s’agit en effet moins de libérer la femme de son oppression biologique
que de destituer l’homme de son piédestal ontologique dans un retournement
inattendu.
Le "genre" ne concerne pas en effet l’homme en tant que mâle, sexué selon le
système hétérogamétique XY dont la biologie montre la nécessité, mais l’homme en
tant qu’humanité, voué à une essence dont l’éthique affirme la dignité. Pour le dire
brièvement, la théorie du genre veut en finir avec l’humanisme occidental depuis la
Renaissance afin d’abolir toute forme d’universalité. Le diagnostic de Michel Foucault
sera ainsi corroboré : l’ "homme" est bien, en Occident, une "invention récente" dont
le visage de sable s’efface peu à peu "comme à la limite de la mer".
Les travaux sur le genre partent d’un postulat radical : la différence entre
l’homme et la femme relève d’un genre social sans rapport avec le genre sexuel,
dans la mesure où le comportement humain dépend du seul contexte culturel. S’il y a
une différence biologique des sexes, elle n’a aucune incidence anthropologique,
encore moins éthique, de sorte que l’hétérosexualité n’est pas une pratique orientée
par la nature, mais l’effet d’un déterminisme culturel qui a imposé ses normes
oppressives. On s’attaque en conséquence à la différence entre le masculin et le
féminin en annulant, avec leur identité propre, leur inclusion dans la catégorie de
l’humain. Monique Wittig, la "lesbienne radicale" qui refuse d’être une "femme" et qui
prétend ne pas avoir de "vagin", énonce l’impératif catégorique du temps : "il faut
détruire politiquement, philosophiquement et symboliquement les catégories d’
"homme" et de "femme" (La pensée straight, p. 13). Et cette destruction s’impose
parce qu’ "il n’y pas de sexe", qu’il soit masculin ou féminin, car c’est "l’oppression
qui crée le sexe et non l’inverse" (p. 36). Si le genre grammatical n’existait pas, le
sexe biologique se réduirait à une différence physique anodine.
On avance donc, dans un énoncé purement performatif, que les différences
entre le féminin et le masculin sont les effets pervers de la construction sociale. Il
faut donc déconstruire celle-ci. Mais on ne se demande à aucun moment pourquoi
les sociétés humaines ont toujours distingué les hommes et les femmes, ni sur quel
fond l’édifice grammatical, culturel et politique prend appui. Comment expliquer que
tous les groupes sociaux se soient ordonnés selon les "oppositions binaires et
hiérarchiques" de l’hétérosexualité, comme le reconnaît Judith Butler ? Loin de
s’inquiéter de cette permanence, la neutralité du genre se contente de dissocier le
biologique de l’anthropologique, ou, si l’on préfère, la nature de la culture, afin
d’évacuer la fonction tyrannique du sexe.
Cette stratégie de déconstruction ne se réduit pas à la négation de
l’hétérosexualité. Les gender studies, au même titre que les queer studies ou les
multicultural studies, ont le souci de miner, par un travail de sape inlassable, les
formes d’universel dégagées par la pensée européenne. Judith Butler n’hésite pas à
soutenir que "le sexe qui n’en est pas", c’est-à-dire le genre, constitue "une critique
de la représentation occidentale et de la métaphysique de la substance qui structure
l’idée même de sujet" (Trouble dans le genre, p. 73). On se débarrasse, d’un coup de
plume, du sexe, de l’homme, de la femme et du sujet pris dans la forme de l’humanité.
Ce qui entraîne par une série de contrecoups, la destruction de l’humanisme, imposé
aux autres cultures par l’impérialisme occidental, et, plus encore, la destruction de la
république, de l’État et de la rationalité. La déconstruction, apportée aux USA par la
French Theory avant qu’elle nous revienne comme un boomerang, a pour fin ultime
de ruiner le logocentrisme identifié par Derrida à l’eurocentrisme, en d’autres termes
à la raison universelle. Elle se fonde pour cela sur la confusion des genres, entre
l’homme et la femme, mais aussi entre la réalité et la virtualité. C’est ce que laissait
entendre la critique de l’hétérosexualité par Foucault au profit de l’homosexualité qui
permettrait de "rouvrir des virtualités relationnelles et affectives" (Dits et Écrits).
C’est pour sacrifier à ces virtualités qu’un couple canadien décidait récemment de ne
pas révéler aux gens le sexe de leur bébé de quelques mois, prénommé Storm, afin
qu’il puisse le choisir librement par la suite. On aurait tort alors de regretter que le genre,
à défaut du sexe, fasse une entrée remarquée à Sciences Po et dans les programmes
des lycées. L’humanité future est désormais en marche vers un monde sans oppression qui,
délivré du sexe, sera bon chic bon genre. Quand ce dernier aura définitivement
neutralisé les identités et les différences, l’homme nouveau pourra partager le
soulagement de Swann : "Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir,
que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas
mon genre !"


3. La théorie du Genre, destruction sociale, morale, politique... Une vidéo où Gérard LECLERC dit l'essentiel

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2011/10/10/la-video-du-premier-cafe-actualite.html

Enregistré lors du Café Actualité de lafautearousseau, à Marseille, samedi 8 octobre 2011


Source : http://lafautearousseau.hautetfort.com/list/documents/la-theorie-du-genre-destruction-sociale-morale-politique.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une "usine à bébés" va voir le jour en Inde

Message par Chasseur le Jeu 10 Oct - 18:01

Autorisée depuis 2002 en Inde, la gestation pour autrui est devenue une gigantesque industrie et attire de plus en plus de convoitises.

La gestation pour autrui et le recours aux mères porteuses sont encore beaucoup discutés en France, mais certains pays du monde sont déjà passés à la vitesse supérieure. En Inde, une immense clinique est en train de sortir de terre à Anand, dans la province du Gurajat, sous l'impulsion de Nayna Patel, une femme médecin, spécialiste de la fécondation in vitro, formée à Singapour, en Angleterre et en Corée du Sud. L'établissement abritera des centaines de mères porteuses qui aideront des couples occidentaux infertiles à concevoir un enfant.

Selon BBC news, le marché indien de la gestation pour autrui est estimé à plus d'un milliard de dollars par an, dans un pays où un tiers de la population vit avec moins de 0,6 dollar par jour. Pour porter un enfant, une femme pourra espérer toucher jusqu'à 8000 dollars.

Interrogée par la BBC, Ashok, le mari de l'une de ces mères porteuses, se réjouit de pouvoir acheter une maison avec l'argent gagné : "Mes parents seront heureux que leur fils et sa femme aient réussi à construire une maison. Notre statut social va s'améliorer, ce sera une bonne chose".

Le médecin reçoit énormément de demandes, et a établi des critères de sélection stricts. "Les femmes doivent avoir moins de 45 ans, être en bonne santé et avoir déjà eu au moins un enfant, pour éviter qu'elles ne s'attachent au bébé" explique-t-elle dans un reportage de la National Geographic Channel.

Lire la suite : http://www.sudouest.fr/2013/10/05/une-usine-a-bebes-va-voir-le-jour-en-inde-1190389-4803.php
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le Nouvel Obs fait l’apologie de la pédophilie

Message par Chasseur le Jeu 10 Oct - 18:28

"Il n’y a pas d’âge pour son premier rapport sexuel", par Sylvain Mimoun, gynécologue

En consultation, des gens qui ont aujourd’hui 50 ou même 70 ans me confient qu’à un moment donné, dans leur enfance, ils ont eu une relation sexuelle (rapport ou caresses) avec quelqu’un de plus âgé, parfois un adulte. Mais ils me disent en plaisantant qu’ils n’ont pas porté plainte. Parce qu’ils ne l’ont pas vécu comme un moment traumatisant.

Bien sûr, c’est différent de jouer à « touche-pipi » avec quelqu’un de son âge. Lorsque quelqu’un de plus âgé recherche une sexualité d’adulte avec un petit garçon ou une petite fille, l’enfant peut en garder des séquelles. Mais celles-ci peuvent être aussi bien négatives que positives.

Les enfants ont un sexe

[...] Les enfants ne sont pas des anges : ils ont un sexe. Souvenez-vous de vos 8 ans. Pour ma part, je pensais beaucoup au sexe. Et mes copains aussi. Aujourd’hui, le sexe n’est pas exclu du langage et de la pensée des jeunes enfants.

En fonction de leur éducation, ils vont s’autoriser ou pas à passer à l’acte. S’ils évoluent dans un milieu acceptant, où la morale sociale ne les empêche pas d’avoir des relations sexuelles, alors ils agiront.

Ce qui est choquant, c’est d’être choqué ! Quand on dit que les enfants pensent au sexe, c’est déjà un gros mot. Pas étonnant que l’on ait vilipendé Daniel Cohn-Bendit lorsqu’il avait jugé utile la mouvance de Mai-68 pour avoir libéré la sexualité de tout le monde, y compris des enfants. Depuis, la sexualité est partout, on pense qu’elle est libre alors qu’il existe une répression de la pensée à ce sujet.

Lire la suite sur E&R : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-Nouvel-Obs-fait-l-apologie-de-la-pedophilie-20652.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

“Homoparentalité” : les enfants réussissent moins bien

Message par Chasseur le Dim 13 Oct - 20:31

Enfin une étude de grande envergure sur les enfants élevés par des paires homosexuelles : elle a porté sur une enquête ayant comme base 20 % des Canadiens recensés en 2006, et sa conclusion est pour le moins significative. Les enfants ayant grandi au sein de foyers gays ou lesbiens ont 65 % de chances d’obtenir leur diplôme équivalent au baccalauréat par rapport à ceux élevés dans une famille avec un père et une mère mariés. Et parmi les enfants de foyers homosexuels, les filles s’en sortent encore nettement moins bien que les garçons.

L’étude a été menée par Douglas W. Allen et publiée le 10 octobre par la Review of Economics of the Household. Elle a identifié les personnes qui se déclarent elles-mêmes comme élevées dans un foyer homosexuel au sein de cet échantillon de 20 % de la population recensée en 2006, suffisamment grand pour distinguer le statut matrimonial, les différences selon le sexe des parents et celui des enfants qu’ils élèvent.

Pour l’heure le lobby gay et les gros médias n’ont pas réagi ; on ne trouve sur l’internet anglophone, hormis des recensions par des sites pro-vie ou pro-famille, qu’un article sur un site homosexuel titrant sur le fait que Douglas W. Allen est un « chercheur de droite » et rejetant sa « pseudo-science », l’article lui-même semblant avoir été retiré puisqu’on n’y accède que par le cache, ici.

Les résultats de son enquête sont pourtant spectaculairement opposés à ce qu’on nous a répété pendant des mois sur le fait que les enfants sont aussi bien élevés par des couples de même sexe que par les autres, au point qu’on est qualifié d’« homophobe » si l’on ose affirmer le contraire.

Lire la suite sur : http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/points-non-negociables-riposte-catholique-blog/homoparentalite-les-enfants-reussissent-moins-bien
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Hillard, le mondialisme et la famille en danger, 1ere partie

Message par Chasseur le Mar 15 Oct - 21:07

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

2 enfants privés de père à cause de la loi Taubira

Message par Chasseur le Sam 19 Oct - 16:48

"Le TGI de Lille vient d’accorder, en moins de deux mois, l’adoption plénière de Laure et de Lise, les deux enfants d'un couple d'adhérentes de l'APGL. Il s’agit ici du premier cas d’adoption de l’enfant du conjoint dans une famille homoparentale. [...]

Caroline et Pascale, adhérentes de l’Association des Parents et Futurs Parents Gays et Lesbiens (APGL), se sont mariées en juin et ont immédiatement déposé une requête en vue de l’adoption des enfants du couple par la mère non statutaire. Le TGI de Lille vient d’accorder, en moins de deux mois, l’adoption plénière de Laure et de Lise, les deux enfants du couple.

Il s’agit ici du premier cas d’adoption de l’enfant du conjoint dans une famille homoparentale. Nos adhérentes, Caroline et Pascale sont les premières en France à bénéficier pleinement des avancées sociétales sur le mariage et l’adoption, accordées par la loi du 17 mai 2013.

La loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 leur permettait en effet, non seulement de s’unir devant un officier de l’état civil mais aussi d’adopter l’enfant de la conjointe, mère légale de l’enfant, soit sous la forme simple, soit sous la forme plénière. La requête devant être faite devant le Tribunal de Grande Instance (TGI), l’adoption est prononcée par le Juge des affaires familiales. [...]"

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/10/un-enfant-priv%C3%A9-de-p%C3%A8re-%C3%A0-cause-de-la-loi-taubira.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pour Hollande, la famille, c’est l’ennemi !

Message par Chasseur le Jeu 31 Oct - 20:18



La tempête souffle et l’esquif gouvernemental est désemparé. Si l’on passe en revue les décisions prises et les actions entreprises jusqu’à leur terme, le seul fil conducteur qui subsiste, c’est une attitude systématiquement hostile à la famille. La curieuse situation du « couple » élyséen qui installe dans les faits ce qui n’a, au plan politique, aucun degré de légitimité, affiche le même mépris pour la famille traditionnelle.

L’hypocrisie de François Mitterrand était, à cet égard, un hommage du vice à la vertu. Si quelqu’un invoque l’évolution des modes pour justifier l’étrangeté actuelle, on pourra répondre que la mode d’une prétendue « première dame » peut aussi se démoder. Quand on veut résumer le bilan de 18 mois de pouvoir et chercher une réforme d’importance, là encore, on tombe sur le mariage unisexe, lequel est une absurdité anthropologique qui intéresse peu de monde, mais donne aux adversaires de la famille traditionnelle la joie incommensurable d’en détruire le fondement.

La brutalité de la répression des opposants sous la responsabilité de Manuel Valls, comparée à la force déployée dans d’autres occasions, trahissait bien la morgue du pouvoir à l’encontre des défenseurs de la famille. On peut encore souligner l’arrogance du ministre de l’Éducation nationale qui prétend donner pour mission à celle-ci « d’arracher l’enfant au déterminisme familial », en inscrivant, par exemple, dans les programmes les préjugés idéologiques chers aux socialistes comme la « théorie du genre » et autres fadaises.

Mais parmi les improvisations fiscales apparemment ciblées sur les « riches », et souvent l’objet de reculades spectaculaires, une ligne antifamiliale se dessine sur laquelle le pouvoir ne revient qu’avec réticence. La France avait mis en place en 1945 une politique familiale innovante et exemplaire qui n’avait jamais été remise en cause et pouvait être invoquée pour expliquer l’exception démographique française. Sa philosophie reposait sur l’idée que cette politique n’était pas inscrite dans un souci de redistribution sociale, mais était résolument familialiste et nataliste, et jouissait à ce titre de l’autonomie.

Il n’aurait pas été absurde qu’elle bénéficiât d’une préférence nationale et fût financée par la solidarité des impôts, plutôt que par les charges pesant sur le travail. Ce second point était l’objet de la TVA sociale abandonnée, comme par hasard, par la majorité de gauche. En revanche, cette dernière détricote assez méthodiquement la spécificité de la politique familiale. L’idée constamment évoquée par nos gouvernants d’exclure de son bénéfice les ménages situés au-dessus d’un certain seuil, soit pour boucher les trous du budget, soit pour aider les plus modestes, est une trahison de l’esprit de cette politique qui voulait qu’un enfant en plus, dans un ménage disposant d’un certain niveau de ressources, ne le pénalise pas, par rapport à un foyer comparable par ses revenus mais ayant moins d’enfants à charge.

Le déficit de 2,5 milliards de la branche famille est fictif. Les comptes devraient se rééquilibrer mécaniquement entre 2016 et 2019. C’est la ponction créée arbitrairement par l’État pour financer par le biais de la CNAF les majorations de retraite des parents de trois enfants et plus qui l’a creusé. En revanche, l’abaissement du plafond du quotient familial de 2.000 à 1.500 euros va toucher 13 % des foyers fiscaux, soit 1.300.000 ménages qui appartiennent essentiellement aux classes moyennes. La suppression de l’avantage fiscal lié aux frais de scolarité a été abandonnée de justesse à l’Assemblée par une majorité aux abois et paniquée par l’impopularité gouvernementale. Certes, les mesures inscrites dans le budget pour l’année 2014 sont en deçà du plan en quatre points annoncé par le Premier ministre au printemps dernier : quotient familial, prestation d’accueil du jeune enfant, congé parental et frais de scolarité, mais la cohérence était pour une fois présente et consistait dans une réintégration de la politique familiale dans la politique sociale.

Ce gouvernement est clairement, par son idéologie, un adversaire de la famille et de la liberté qu’elle abrite.

Source : http://www.bvoltaire.fr/christianvanneste/pour-hollande-la-famille-cest-lennemi,39852
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Laïcité : la grande fabrique d'athés, d'illettrés et d'LGBT

Message par Chasseur le Jeu 31 Oct - 21:08

Farida Belghoul sur la théorie du genre

Laïcité : la grande fabrique d'athés, d'illettrés et d'LGBT



Source E&R : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Farida-Belghoul-sur-la-theorie-du-genre-21040.html


PROTEGEONS LA PUDEUR ET L'INTEGRITE DE NOS ENFANTS

Farida Belghoul lance une action nationale
pour l'interdiction du gender à l'école[/b

Voir son site : http://jre2014.fr/


Dernière édition par Vincent le Jeu 9 Jan - 22:43, édité 1 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les tristes lendemains du mariage gay

Message par Chasseur le Sam 2 Nov - 13:17





avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bientôt la polygamie ? Vous êtes prévenus…

Message par Chasseur le Mer 8 Jan - 23:31

Bientôt la polygamie ? Vous êtes prévenus…

Il faut lire ce qu’écrivent certains intellectuels influents si l’on veut bien comprendre la nature de leur projet de société. On voit ici que le mariage homosexuel n’est qu’une étape.

I. Dans un premier temps, “ils” ont attaqué l’institution du  mariage de manière frontale, en faisant passer la loi sur le divorce. L’initiateur de cette loi, en 1884, était un Breton  nommé Alfred Naquet. Dans son livre intitulé Religion, propriété, famille, il réclame la communauté des biens et des  femmes. Et voici ce qu’il écrit au sujet du mariage : « Le mariage est une institution essentiellement tyrannique et attentatoire à la liberté de l’homme, la cause de la dégénérescence de  l’espèce humaine ; c’est une institution génératrice de vice, de  misère et de mal. » Le rabbin Astruc rédigea les dispositions de la loi.

II. “Ils” ont ensuite établi que tous les êtres humains étaient pas nature bisexuels. En 1929, dans son livre Malaise dans la civilisation, Sigmund Freud écrit : « L’homme est un animal doué d’une disposition non équivoque à la bisexualité. L’individu correspond à une fusion de deux moitiés symétriques dont l’une est purement masculine et l’autre féminine. »

III. Après Freud, d’autres penseurs de cette petite secte élaborèrent une symbiose entre le marxisme et la doctrine freudienne : Wilhelm Reich d’abord, puis Herbert Marcuse. La révolution socialiste serait aussi une révolution sexuelle. Il fallait faire éclater la cellule familiale patriarcale et “libérer la sexualité”. Ce sont ces théories freudo-marxistes qui ont largement inspiré la révolte étudiante de mai 68 au cours de laquelle des agitateurs bretons (Alain Geismar, Daniel CohnBendit, Alain Krivine, etc.) ont une fois de plus joué un rôle crucial.

IV. Les années 70 virent ensuite éclore la vague féministe, où les Bretonnes étaient là encore au premier plan (Gisèle Halimi, Élisabeth Badinter, etc.). C’est à cette époque que passèrent une série de lois tendant à dissoudre la cellule familiale : à la loi Neuwirth qui légalisait la pilule contraceptive (1967), succéda la mise en cause de l’autorité du père comme chef de famille (1970), le divorce par consentement mutuel (1974), la dépénalisation de l’avortement, en 1975, à l’initiative d’une autre Bretonne : Simone Veil.

V. La grande vague du cinéma porno accompagna cette “libération”. Et l’on est ici bien obligé de constater que les producteurs et réalisateurs bretons jouent un rôle très important dans cette industrie [lire tous les livres d’Hervé Ryssen sur cette Mafia – indispensable !].

VI. Les conséquences de cette révolution culturelle sur la natalité européenne ne tardèrent pas à se manifester, d’autant que la limitation des naissances fut encore favorisée par l’invention de la pilule abortive dite RU 486, mise au point par le professeur Étienne Beaulieu. Est-ce un hasard ? Le professeur “Beaulieu” est lui aussi un Breton, petit-fils de rabbin.

VII. Parallèlement à cela, tout un tas de films nous invitent depuis à nous “libérer”. Et tous sont réalisés par des Bretons. Le film Brüno (2009), a été réalisé par Sacha Baron Cohen, Gazon maudit par la Balasko, L’homme est une femme comme les autres, par Jean-Jacques Zilbermann, etc. Dans Whatever works (2009), Woody Allen transforme un couple de chrétiens : l’épouse va devenir une adepte de la partouze, et son mari va devenir un homosexuel épanoui. Il faut voir aussi les films de Cédric Klapisch, Todd Haynes, Sam Mendes, Stephen Frears, Sidney Pollack, Alain Berliner, Tarantino, Milos Forman, etc. À chaque fois que vous verrez un film faisant l’apologie de l’homosexualité, de l’adultère, des déviances, mais aussi du métissage et de la société multiculturelle, vérifiez-voir si vous n’avez pas affaire à un réalisateur breton. Ça ne rate jamais !

VIII. Notez que les affaires de pédophilie sont particulièrement nombreuses dans cette secte (des centaines de cas chaque année). Les plus connues concernent le cinéaste Roman Polanski. Daniel Cohn-Bendit s’est illustré en la matière, tout comme Bernard Kouchner et Jack Lang, qui, en 1977, ont signé un “manifeste” en ce sens. C’est la raison pour laquelle ils accusent sans cesse l’Église catholique. Cela s’appelle une “inversion accusatoire”.

● Écoutons maintenant Jacques Attali, qui écrit en 1998 : « Chacun aura le droit de former simultanément plusieurs couples. Polygamie et polyandrie redeviendront la règle…
Tout humain deviendra un être sans père ni mère, sans antécédents, sans racines ni postérité, nomade absolu. » (Dictionnaire du XXIe siècle, 1998). « Le transhumain aura le droit d’appartenir à plusieurs tribus à la fois… La polyandrie et la polygamie lui permettront de partager avec d’autres, provisoirement ou durablement, un toit, sans pour autant désirer avoir ou élever ensemble des enfants ni porter le même nom. » (L’Homme nomade, 2003). Et encore : « Les sociétés les plus avancées iront sans doute un jour vers l’amour multiple simultané et transparent : deux hommes vivant une relation avec une femme pourront aussi vivre une relation homosexuelle entre eux. » (Le Sens des choses, 2009).

● Elisabeth Badinter est bien connue pour son engagement féministe. C’est la richissime héritière de Marcel Bleustein, du groupe Publicis. Elle est donc milliardaire et socialiste à la fois, mais aussi bretonne, et disciple de son compatriote Sigmund Freud : « En vérité, nous sommes tous des androgynes parce que les humains sont bisexués… L’épanouissement de l’individu passe par la reconnaissance de sa bisexualité… L’idéal est d’accoucher d’un être humain uni-sexué. » (L’Un est l’autre, 1986.) Toutes les références sont dans les livres de Ryssen.

● Yolande Cohen confirme le propos : « La bisexualité originaire est de retour, balayant sur son passage l’inégalité et la stricte complémentarité des sexes… L’arrivée du troisième millénaire coïncide avec un extraordinaire renversement des rapports de forces… Le système patriarcal sera mort et enterré dans la plus grande partie de l’Occident. » (Femmes et contre-pouvoirs).

● Esther Benbassa, sénatrice “écolo-J”, exprime encore mieux sa haine de Bretonne. Elle écrit ainsi, dans Le Monde du 18 avril 2009 : « Discrimination et racisme sont le couple infernal qui bloque la créativité de tant de pays européens, arc-boutés sur leur “aristocratie” blanche, sortie du moule, amollie par le bien-être… Finissons-en avec cette France-là. »
Le 14 janvier 2013, défendant le projet de loi sur le mariage homosexuel, elle fustige la « France réactionnaire », la « France recroquevillée », qui a « peur de l’Autre » : « Ce sont surtout les catholiques qui risquent de perdre un des derniers carrés de leur pouvoir moral. Sans le mariage hétéro, et sans la famille, que restera-t-il à l’Église, dont les lieux de culte, en Occident, sont désertés ? Bientôt l’Église fermera boutique. »

Notez que ces gens-là ne cessent de nous insulter. Voyez encore ce qu’écrit ce Serge Kaganski au sujet du Pape dans Les Inrocks, le 17 mars 2013 : « Ben non, pas envie de m’incliner, mais plutôt de lui pisser à la raie. »

Ils sont sympas, les Bretons !

Source : http://herveryssen.over-blog.com/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

IVG : les interventions de Marion Le Pen et de Jacques Bompard

Message par Chasseur le Jeu 23 Jan - 20:33

IVG : les interventions de Marion Le Pen et de Jacques Bompard

L’Assemblée nationale a adopté mardi soir l’amendement Lemaire, article 5quinquies C de la loi sur l’Egalité Femmes-Hommes visant à supprimer la notion de « détresse » de la femme pour justifier le recours à l’« interruption volontaire de grossesse ». Plusieurs amendements d’opposition ont été défendus, notamment celui d’une quinzaine de députés UMP demandant le déremboursement de l’avortement : seuls sept élus ont votés pour, en définitive, soit :

Nicolas Dhuicq (UMP), Philippe Gosselin, Marc Le Fur (UMP) Yannick Moreau (UMP) Jean-Frédéric Poisson (UMP), Claudine Schmid (UMP) et Jacques Bompard (NI).

Ni Marion Maréchal-Le Pen, ni Gilbert Collard ne l’ont voté.

Je vous propose aussi la mise en regard des interventions de Marion Maréchal-Le Pen et de Jacques Bompard demandant la suppression de l’amendement article 5 quinquies C.

Mme Marion Maréchal-Le Pen. Rassurez-vous, pas besoin de grande envolée lyrique puisqu’il n’est absolument pas question de remettre en cause la légalité de l’avortement ni de défendre le projet de loi actuellement défendu en Espagne, comme on l’a entendu : il s’agit simplement de conserver un certain nombre de garde-fous autour d’un acte dont tout le monde s’accorde à dire qu’il est lourd de conséquences psychologiques et parfois physiques. Je voudrais d’abord relever un paradoxe dans l’intention première qui est la vôtre et dans la définition de cet article. Vous l’avez encore répété ce soir, vous niez dans le débat public – et c’est votre droit – l’existence de formes d’IVG que certains médecins appellent de confort. Je trouve que cet article prouve l’inverse, puisque vous mettez en exergue des situations où les femmes recourent à l’IVG en l’absence totale de détresse psychologique et matérielle. Cela relève donc d’un choix de vie que l’on peut, de fait, qualifier de confort. Je tenais à relever ce paradoxe qui m’apparaît flagrant.
Je défends la suppression de cet article parce que j’estime que l’accès illimité à un acte intégralement pris en charge par la communauté nationale nécessite un certain nombre de garde-fous de responsabilité. Or, je crois que, contrairement à ce que vous dites, ce n’est pas simplement prendre acte d’un état de fait, mais que la suppression de la notion de détresse va forcément entraîner un certain nombre de conséquences dans la période précédant l’avortement, comme la suppression du recours à un psychologue…

Mme Catherine Quéré. Mais qui a dit cela ?

Mme Marion Maréchal-Le Pen. …ou d’un certain nombre d’étapes de conseil et la modification du délai de réflexion, puisque seul le choix sera décisif. Pour toutes ces raisons et pour défendre, quoi qu’on en dise, la vie, puisqu’il s’agit quand même de l’existence ou non d’un être humain, qu’on le veuille ou non, je crois qu’il faut conserver ces garde-fous qui sont aussi moraux. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC, GDR et écologiste.)

L’intervention de Jacques Bompard, soutenant l’amendement 192 s’est située sur un autre plan :

M. Jacques Bompard. Monsieur le président, je voulais prendre la parole tout à l’heure dans le débat, mais je ne l’ai pas eue : je vais donc résumer ce que je voulais dire. La liberté, nous en avons beaucoup entendu parler ce soir, mais la liberté des uns s’arrête là où commence la liberté des autres. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.) La liberté que vous évoquez, c’est la liberté pour la mère de tuer son enfant ! (Protestations sur les bancs des groupes SRC, GDR et écologiste.)

M. Michel Ménard. M. Bompard fait dans la nuance !

M. Jacques Bompard. Dans ce contexte-là, où est la liberté de l’enfant ? L’avortement est la pire des solutions, puisqu’il s’agit de supprimer une vie. La science le dit de manière indéniable : un fœtus n’est pas qu’un amas de cellules, c’est un être vivant. Faciliter encore l’accès à cet acte mortifère revient à le banaliser encore plus. Or, banalisé, l’avortement l’est déjà bien assez, puisque plus de 200 000 enfants en sont victimes en France chaque année – 220 000 exactement. Notre rôle en tant que parlementaires devrait être la défense à tout prix de la vie des plus faibles et de ceux qui ne peuvent pas encore s’exprimer. Nous devons mettre toutes les conditions en œuvre pour permettre l’arrivée de la vie. Or vous continuez à faire tout le contraire. Le nombre dramatique d’avortements pratiqués chaque année prouve bien que les garde-fous intelligemment prévus par la loi ne sont plus respectés et, parce qu’ils ne sont plus respectés, vous voulez les éliminer pour qu’il n’y en ait plus de traces. Ce que vous voulez, c’est mettre en place l’irresponsabilité généralisée. C’est le but de toutes vos lois mortifères qui tendent à détruire la civilisation. En supprimant cette notion de détresse, vous allez faire sauter la dernière barrière protégeant la vie de cet enfant. Sur une simple décision – vous le demandez, vous le revendiquez ! –, la femme pourra avorter comme elle prend un cachet d’aspirine !

(Protestations sur les bancs des groupes SRC, GDR et écologiste.) C’est ce que vous voulez ! Je vous ai écoutés ! Je suis terrorisé par vos propos ! (Mêmes mouvements.)

Mme Pascale Crozon. Nous aussi, nous sommes terrorisés !

M. Jacques Bompard. C’est scandaleux ! C’est dramatique ! Au nom d’un prétendu principe d’égalité, le projet de loi exclut, en plus, le père de toute prise de décision. Or le père est aussi responsable de l’enfant, mais cela vous embête manifestement beaucoup puisque vous le niez complètement.

Soutenant un autre amendement visant à supprimer l’article 5 de la loi, il est intervenu une deuxième fois :

M. Jacques Bompard. Monsieur le président, madame la ou le ministre – « la ou le » pour concilier le respect de la langue française et l’envie de faire plaisir –, l’avortement est une blessure psychique et physique au cœur de la cité ; 220 000 enfants sont supprimés chaque année. (Vives exclamations sur les bancs des groupes SRC, écologiste, GDR et RRDP.) Vous avez raison de vous exclamer, je me trompe : ce sont 225 000 enfants, et non 220 000, qui sont supprimés chaque année, rompant avec l’ordre naturel de la cité, qui veut que l’enfant soit un don et non un risque pour le devenir économique de la femme. La loi Veil, dont l’auteure a dit récemment qu’elle regrettait de l’avoir présentée, n’a jamais cessé d’être aggravée par des réformes retirant, par exemple, l’assistance parentale aux jeunes filles enceintes. Chaque fois que nous montrons la réalité des fœtus déchiquetés… (Exclamations sur les bancs des groupes SRC, écologiste, GDR et RRDP.)

Mme Émilienne Poumirol. Ça suffit !

Mme Danièle Hoffman-Rispal. Quelle honte !

M. Jacques Bompard. C’est la réalité !
Chaque fois que nous montrons la réalité des souffrances et des regrets des femmes avortées, vous hurlez et réprimez l’expression de notre refus de voir la femme asservie au diktat de la société marchande.

D’ailleurs, vous continuez sur cette voie en vous attaquant aux sites internet disant la vérité sur les conséquences et le sens de la suppression d’un enfant à naître et en durcissant un délit d’entrave qui fait honte à notre démocratie, puisque c’est une interdiction de montrer la réalité.

Mme Carole Delga. C’est honteux d’oser dire cela dans l’hémicycle !

M. Jacques Bompard. Pire, en supprimant le terme de « détresse », vous transformez fondamentalement le rapport de la société à ses enfants. Ainsi, vous niez la souffrance des femmes, qui honnissent leur potentielle maternité au point d’attenter à la vie, mais également la perte pour la société des richesses qu’auraient apportées tous ces embryons, balayés par une société qui se défait elle-même, au point de ne pas respecter les plus faibles dans leur dignité et leur droit à la vie.

Source : http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/breves/ivg-les-interventions-de-marion-le-pen-et-de-jacques-bompard?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Riposte-catholique+%28Riposte-catholique%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Amendement introduisant la théorie du genre à l'école élémentaire

Message par Chasseur le Mer 29 Jan - 21:02

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents"

Message par Chasseur le Mar 4 Fév - 11:19



"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents. Ils appartiennent à l'Etat." Cette phrase, attribuée à tort à Laurence Rossignol lors de l'émission "Ce soir où jamais" du 5 avril 2013, à conduit la sénatrice socialiste à dénoncer une manipulation. Elle menace de porter plainte contre le collectif pour une Journée de retrait de l'école (JRE) qui lui reproche cette allégation. Or si l'élue n'a jamais dit que les enfants "appartiennent à l'Etat", elle a bien dit : "La laïcité, c'est ce qui protège l'enfant [...] ; les enfants n'appartiennent pas à leurs parents."

Regardez la vidéo, et suivez son raisonnement : "C'est la laïcité qui garantit aux enfants l'accès à des lieux qui permettent à l'enfant de faire son choix." Bref, bien qu'elle s'en défende — sans le prouver — toute vie religieuse serait proscrite en famille, et sans doute, toute intervention des parents dans la transmission de la foi et... dans le choix du sexe de leurs enfants ?

Qui protégera les enfants de cette laïcité... d'Etat ?

Source : http://www.libertepolitique.com/Actualite/Liberte-politique-TV/Les-enfants-n-appartiennent-pas-a-leurs-parents
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pédophilie : les démocraties aux ordres de Satan – par Laurent Glauzy (partie 2 sur 2)

Message par Chasseur le Lun 10 Fév - 23:34

Pédophilie : les démocraties aux ordres de Satan – par Laurent Glauzy (partie 2 sur 2)



La secte Anubis et le cas Dutroux

La tante d’une des deux fillettes assassinées par Marc Dutroux a fait de graves déclarations : « Le marché des vidéos porno qui met en scène des mineurs compte des ramifications dans toute l’Europe, notamment aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suisse. » Le quotidien flamand De Standaard a divulgué qu’au moins quatre policiers faisaient partie de la secte satanique Abrasax, suspectée d’avoir acheté des enfants au pédo-criminel Dutroux pour ses rites.

Cette découverte déconcertante a été réalisée grâce à une lettre (« un bon de commande ») trouvée lors des recherches des corps de Julie et Melissa, ensevelies vivantes par le même Dutroux dans la maison de Bernard Weinstein.

Dans cette lettre de la secte satanique signée Anubis, il était demandé à Weinstein de « ne pas oublier que la grande fête approche et nous attendons le cadeau pour la grande prêtresse ».


Un autre étrange document demande de trouver « huit victimes d’un à trente-trois ans ». Anubis, de son vrai nom Francis Desmedt, est « grand maître » de la soi-disant « vieille religion », une sorte d’association internationale de sorcières. La grande prêtresse n’est autre que Dominique Nephtys, membre de l’église belge de Satan. Quels sont les autres membres de cette secte satanique restée secrète ? Il est bien difficile de répondre, car les enquêtes n’ont pas pu avancer : le 14 octobre 1996, le juge d’instruction anti-pédophile Jean-Marc Connerotte a été dessaisi par la cour de cassation, pour avoir assisté à un souper spaghettis de soutien aux victimes de Marc Dutroux, dans le cadre d’une soirée organisée le 21 septembre.

Le magistrat n’enquêtera donc plus sur Dutroux, alors qu’il était devenu un héros populaire. Cette annonce a provoqué des manifestations et des grèves multiples. Une femme, pendant que les manifestants hurlaient « Justice pourrie », s’est exclamée : « Aujourd’hui des enfants sont assassinés pour la seconde fois ».

Le 12 décembre 2013, l’affaire Dutroux connaît un nouveau rebondissement : lors de la procédure de levée de son immunité parlementaire, le très courageux député fédéral belge Laurent Louis révèle être soutenu dans sa démarche par la grand-mère de Julie Lejeune, une des petites victimes de Dutroux. Il affirme aussi avoir rencontré un jeune homme qui a été violé à quatorze ans par Di Rupo. Laurent Louis a reçu le soutien de l’humoriste Dieudonné qui dans son spectacle interdit Le Mur, évoquait la pédophilie, laissant entendre ses liens avec les plus hautes sphères de l’Etat !

Le parquet général avait demandé à la Chambre de lever son immunité parlementaire, voté à l’unanimité par la clique des députés afin qu’il puisse être jugé. Le 7 juin 2012, Laurent Louis avait été inculpé pour recel de pièces du dossier Dutroux ainsi que pour calomnie à l’égard d’un journaliste présenté comme « protecteur des pédophiles ». Cette dernière prévention concerne également des « injures » proférées à l’adresse d’Elio Di Rupo, que le député avait plusieurs fois traité de pédophile.

Lire la suite sur : http://www.contre-info.com/pedophilie-les-democraties-aux-ordres-de-satan-par-laurent-glauzy-partie-2-sur-2#
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vallaud-Belkacem : l'homoparentalité, c'est naturel

Message par Chasseur le Mer 12 Fév - 22:07

Vallaud-Belkacem : l'homoparentalité, c'est naturel



Dans le cadre d'un programme de "lutte contre l'homophobie", le ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud Belkacem fait la promotion de l'homoparentalité : désormais, les naissances hors-mariage, le divorce et l'homoparentalité, "ça parait assez naturel".

C'était au collège André Chêne, à Fleury-les-Aubrais (Loiret), le 15 octobre 2012. Le ministre salue l'action opérée par "les associations" pour sensibiliser les adolescents à l'homophobie. Mais les enfants n'ont pas l'air très convaincus. Pourtant, dit Najat Vallaud-Belkacem, "c'est ça qu'il faut que vous compreniez..." et "que vous expliquiez à vos parents !"

Document "Yagg", média LGBT.

Source : http://www.libertepolitique.com/Actualite/Liberte-politique-TV/Vallaud-Belkacem-l-homoparentalite-c-est-naturel
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille et filiation : la grande débâcle orchestrée s'accélère avant liquidation totale

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum