La dictature socialiste

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fabrice Robert : On se rapproche dangereusement d’une France Big Brother

Message par Chasseur le Jeu 26 Déc - 12:27

Fabrice Robert : On se rapproche dangereusement d’une France Big Brother

Riposte Laïque : Tu viens de publier, dans Boulevard Voltaire, un article particulièrement alarmiste sur le fameux article 13 d’une nouvelle loi de programmation militaire votée par le Parlement. Tu ne parais croire à l’alibi de la lutte contre le terrorisme, et notamment les attentats islamistes…

http://www.bvoltaire.fr/fabricerobert/quadrature-du-net-souriez-vous-etes-surveilles,44515

Fabrice Robert : Pas du tout. L’adoption de cet article 13 (devenu article 20) du projet de loi de programmation militaire doit être perçue comme une véritable menace pour nos libertés individuelles. Sous prétexte de vouloir assurer notre sécurité, cet article instaure un véritable flicage en règle des citoyens français.
L’État pourrait donc maintenant accéder directement aux données personnelles détenues par les opérateurs de communications électroniques, les fournisseurs d’accès ou bien encore les hébergeurs de sites web. N’importe quel fonctionnaire de l’Intérieur accrédité pourrait consulter facilement toutes ces données, en temps réel et sans contrôle judiciaire. Nous entrons doucement mais sûrement dans un monde de Big brother légalisé grâce à des parlementaires aveugles et peu au fait des nouvelles technologies. Cela me rappelle l’épisode autour du vote de la loi Hadopi. La plupart des députés qui s’étaient prononcés pour étaient, dans le même temps, incapables de définir le concept de réseau P2P (Peer-to-peer) alors que cette technologie était la principale cible du projet Hadopi censé favoriser la lutte contre le piratage… Aujourd’hui encore, des parlementaires prennent la lourde responsabilité de voter pour une loi dont ils ne mesurent pas toutes les conséquences – du fait de l’interconnexion grandissante entre les hommes et les réseaux informatiques – et qui permettra malheureusement de mettre les Français sous surveillance.

Lire la suite sur : http://ripostelaique.com/fabrice-robert-on-se-rapproche-dangereusement-dune-france-big-brother.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ripostelaique%2FznSM+%28Riposte+Laique%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'interdiction des spectacles de Dieudonné envisagée

Message par Chasseur le Sam 28 Déc - 13:28

PARIS (Reuters) - Le ministère de l'Intérieur a annoncé vendredi qu'il envisageait d'interdire les spectacles et réunions publiques de l'humoriste français Dieudonné en raison des "propos racistes et antisémites" qui y sont tenus.

L'humoriste défraye la chronique dans ses sketches télévisés et dans ses spectacles donnés dans son théâtre de la Main d'Or à Paris, où il professe un antisionisme qui, selon ses détracteurs, n'est rien d'autre que de l'antisémitisme.

"Malgré une condamnation pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale, Dieudonné M'Bala M'Bala ne semble plus s'embarrasser de la moindre limite", peut-on lire dans un communiqué de Manuel Valls.

"Dans ces conditions, le ministre de l'Intérieur a décidé d'étudier de manière approfondie toutes les voies juridiques permettant d'interdire des réunions publiques qui n'appartiennent plus à la dimension créative mais contribuent, à chaque nouvelle représentation, à accroître les risques de troubles à l'ordre public", ajoute le ministre de l'Intérieur.

C'est un reportage filmé en caméra cachée dans son théâtre et diffusé mi-décembre sur France 2 qui a mis le feu aux poudres.

Le présentateur de la matinale de France Inter, Patrick Cohen, qui s'était interrogé sur l'opportunité d'inviter Dieudonné dans les médias, a fait l'objet de sa vindicte.

"Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu'il ait le temps de faire sa valise", a dit Dieudonné. "Moi, tu vois, quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... dommage".

UNE QUENELLE "VIRALE"

Radio France a annoncé le 20 décembre avoir porté à la connaissance de la justice les "propos ouvertement antisémites" tenus par Dieudonné à l'encontre de Patrick Cohen. SOS Racisme et la Licra envisagent aussi de porter plainte.

"De déclaration en déclaration, comme l'ont démontré plusieurs émissions télévisées, il s'attaque de façon évidente et insupportable à la mémoire des victimes de la Shoah", poursuit Manuel Valls dans son communiqué.

Dieudonné est également à l'origine de la "quenelle", un geste qui se propage de manière virale en France, notamment parmi les jeunes qui, placés parmi les spectateurs sur les plateaux de télévision, l'exécutent devant les caméras.

Pour les associations juives, ce bras tendu vers le bas, la main de l'autre bras étant portée à l'épaule, n'est rien d'autre qu'un salut nazi déguisé, ce que Dieudonné conteste.

Les longues "causeries" de l'humoriste diffusées sur internet sont vues par plus de deux millions de personnes et rassemblent un public hétéroclite, essentiellement des jeunes opposés au "système" mais aussi un public d'extrême droite.

Une de ses chansons, "shoananas", est également perçue par la communauté juive comme une provocation antisémite.

Dieudonné a à plusieurs reprises invité sur la scène de ses spectacles le militant négationniste français Robert Faurisson, condamné pour contestation de crime contre l'humanité. Cet historien de 84 ans affirme que les chambres à gaz utilisées par le régime hitlérien pour exterminer les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale n'ont pas existé.

Yves Clarisse

Source : http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/l-interdiction-des-spectacles-de-dieudonne-envisagee-27-12-2013-1774700_240.php
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dictature socialiste

Message par Chasseur le Sam 28 Déc - 13:52

Et si la France n'était plus un pays de libertés ?

La liberté d’expression ! vous étonnez-vous. Je partageais votre scepticisme. C’est pourquoi le think tank que je préside, GenerationLibre, a entrepris un rapport complet sur le sujet, que vous pourrez retrouver sur le site du Point (*).  Aurélien Portuese, brillant juriste, a parcouru notre corpus juridique pour mieux comprendre cette étrange statistique. Il a passé en revue toutes les limites apportées à la liberté d’expression, depuis sa sacralisation dans la loi sur la presse de 1881. La conclusion est sans appel. De la loi Pleven (« anti-discrimination ») aux lois mémorielles, du délit d’ « outrage à une personne chargée de service public » à celui d’  « opinions contraires à la décence », le législateur, plein de bonnes intentions et d’ignorance, a élaboré depuis quarante ans l’un des cadres les plus restrictifs des pays développés. La multiplication des procédures de diffamation, où la charge de la preuve est inversée, reflète l’extrême judiciarisation du débat public. Le moindre propos un peu tranchant peut aujourd’hui valoir de multiples poursuites. Et ce n’est pas fini : en février dernier, la sénatrice EELV Esther Benbassa a proposé de former un groupe de réflexion pour « faciliter la répression des propos sur les réseaux sociaux »…

Ici comme ailleurs, une société saine devrait pouvoir assumer les excès, les provocations, les confrontations, au risque sinon de laisser se rétablir une définition officielle de la vérité et de la morale.

D’ailleurs, les premières lignes de ce papier tombent probablement sous le coup de la loi de 2003 qui a introduit dans le Code pénal l’article 433-5-1, inventant le délit d’  « outrage public à l’hymne national », passible de six mois d’emprisonnement. Allez, procureur, chiche ?

Lire l'étude : http://www.lepoint.fr/html/media/pdf/synthese-liberte-expression.pdf

Lire l'intégralité de l'article : http://www.polemia.com/et-si-la-france-netait-plus-le-pays-des-libertes/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=8689b45cf1-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-8689b45cf1-57555045
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La vérité l'emporte toujours sur le mensonge

Message par Chasseur le Jeu 2 Jan - 18:04

Déjeuner de l'AGRIFle 05/10/2013. Intervention de Béatrice Bourges, présidente du Printemps français



Source : http://www.lagrif.fr/lu-vu-entendu/videos/261-dejeuner-de-l-agrifle-05-10-2013-intervention-de-beatrice-bourges-presidente-du-printemps-francais
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi Hollande sait ce qu'il fait

Message par Chasseur le Ven 3 Jan - 11:58

Pourquoi Hollande sait ce qu'il fait

Les rapports sur l’intégration demandés par Matignon, dont certains prônent la reconnaissance de la dimension arabo-orientale de la France et la revisitation de son histoire ou la critique de l’invocation « frénétique » du drapeau… , confirment l’impasse de l’approche idéologique de l’intégration, piégée par son laïcisme et son communautarisme. Mais qu’on ne s’y trompe pas : il n’y a là aucune maladresse.

L’Essayiste Malika Sorel, née de parents algériens, dénonce dans ces rapports « une rupture assumée de l’héritage du peuple français ». Elle pointe l’installation programmée d’une véritable police de la pensée par l’instauration de lois discriminatoires aux dépens des Français de souche. La réaction de François Hollande condamnant la sottise de son Premier ministre n’est que tactique car sur le fond, il est favorable à l’orientation.

Le président est déterminé dans sa volonté de briser ce qui dans la civilisation résiste à l’arbitraire politique. En bon tacticien, un peu comme Napoléon, il déplore la sottise de sa famille et sa brutalité contreproductive, qui provoque des réactions dont il veut faire l’économie. Mais l’intention demeure intacte.

L'amour remplacé par la loi :

L’obsession du gouvernement est de faire disparaître le principe même de la famille en substituant à l’autorité des parents fondée sur l’amour l’endoctrinement de l’enfant par la loi. « Il faut arracher l’enfant à ses conditionnements familial et culturel… » Peillon est son meilleur hussard. Il le soutient, lui. Jamais il n’a critiqué les plus violents de ses exécuteurs des basses œuvres parce que ceux-ci sont intelligents : sa porte-parole, son ministre de l’Éducation et son garde des Sceaux.

L’inversion des valeurs familiales mettant en cause la parité homme/femme au profit de la banalisation des relations contre-nature a elle aussi été programmée par sa meilleure ambassadrice, dont les médias — le magazine Elle en tête — ont voulu en faire une icône.

Lire la suite de l'article sur : http://www.polemia.com/pourquoi-hollande-sait-ce-quil-fait/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=f35a0821d1-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-f35a0821d1-57555045#!prettyPhoto
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Christiane Taubira veut descendre dans l'arène !

Message par Chasseur le Sam 4 Jan - 14:51

Christiane Taubira veut descendre dans l'arène !



Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Christiane-Taubira-pitoyable-bouffonne-22427.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Tyrans, descendez au cercueil !

Message par Chasseur le Dim 5 Jan - 23:00

L’humoriste vivant qui vend le plus de billets de spectacle en France ne fait plus rire personne. C’est le dernier diktat du sinistre, pardon, ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, Manu pour les intimes. Manu comme dans manu militari…

Qu’un politicien dénonce ses adversaires sur la place publique, bon, on y est habitué. C’est de bonne guerre : chacun convoite le même siège et le pouvoir qui l’accompagne.

Mais qu’il dénonce des personnes qui ne sont pas en concurrence à un poste électif en les désignant comme des ennemis public et qu’il en rajoute en annonçant publiquement qu’il cherche un moyen d’interdire à cet artiste de réaliser des prestations publiques, c’est ni plus ni moins que le retour des lettres de cachet apprêtées à la sauce médiatique. Non seulement désigner cet humoriste à la vindicte populaire ne suffit plus mais Valls suggère des manifestations, susceptibles de devenir violentes, devant le théâtre de la Main d’Or. Et ses milices, elles, existent : antifas et LDJ travaillent main dans la main avec le ministère de l’Intérieur. Et c’est le ministre de l’Intérieur qui désigne les cibles, comme dans le temps avec les chemises noires puis brunes…

Monsieur M’bala M’bala dérange considérablement le Système en faisant rire le public de ce même Système. Un amuseur public, plébiscité par une part importante du peuple français, ennemi de la République ! On aura tout vu. Je dis « plébiscité » car j’applique en l’espèce la maxime « acheter, c’est voter » et les gens achètent, en masse, les spectacles de Dieudonné.

Cette dérive rouge-brun des ennemis autodéclarés des soi-disant rouge-brun n’est pas si étonnante. Le socialisme, comme toutes les idéologies tranchées, prétend savoir ce qu’il convient à ses administrés et n’hésite pas à l’imposer, spécialement en matière de pseudo-morale publique. Quant à la « droite institutionnelle », elle mène au même résultat mais en invoquant des principes différents.

Ça, c’est l’analyse de surface. En soi et selon ces critères, ce que fait Monsieur Valls est hautement condamnable. Mais ce que ça cache est infiniment plus pervers. Valls, Taubira et leur surveillant de récréation en chef, François Hollande, font ce que les Anglais appellent de la « Wedge Politics », la politique de la division ou, en termes plus imagés, du coin qu’on enfonce dans une pièce pour la fendre en deux morceaux.

Cette politique ne vise qu’une chose : diviser le peuple en plusieurs camps avec l’intention manifeste de diviser pour mieux régner.

Là où le peuple pourrait s’unir contre un état de fait, une situation économique, démocratique ou politique, on lui donne en pâture de quoi se repaître, du moment que ça permet d’éviter de toucher à l’essentiel, dans le cas présent, le sabordage de la nation française, de son identité et de sa puissance, sa sujétion aux plans élaborés par des intérêts étrangers.

Alors on sort le mariage pour tou$, élément diviseur pour le peuple. On s’inspire d’une étrangère iconoclaste rémunérée notamment par George Soros pour réaliser le portrait de la nouvelle Marianne que tout le monde verra ad nauseam. On sort la Charte de la Laïcité.

Dans le cas de monsieur M’bala M’bala, on ressort l’épouvantail de la Peste Brune pour démoniser un humoriste de grand talent, vrai et authentique anti-raciste au demeurant, qui a le malheur de dire des choses vraies à travers son humour. La grande faute de Dieudonné, c’est qu’il est fédérateur donc un obstacle à la Wedge Politics.

Pendant que les gens sont pour ou contre le mariage homo et surtout le droit d’adoption qui vient avec lui, pour ou contre les Femen, pour ou contre cet humoriste qui fait grincer des dents les pouvoirs constitués, le peuple ne s’unit pas, ne peut plus s’unir contre les délocalisations, contre le chômage, contre la fin des CDI, contre les injonctions de l’Union européenne qui, rappelons-le, a le pouvoir de dicter des pans entiers des budgets des États membres. Pardon, des provinces européennes.

Autant de capes rouges qu’on agite devant le taureau pour cacher l’épée qui va le tuer…

Pour qui travaillent Valls et ses comparses ? Pour qui travaillaient Sarkozy et ses sbires ? Pas pour la France ni pour les Français. Cherchez les professions de foi des politiques, elles pointent vers leurs Maîtres. Merde ! Quand même !

Il est maintenant manifeste que tout un système travaille en synergie dans une même direction. Gouvernement, médias, communauté organisée, personnalités publiques craignant les représailles et la mort médiatique si elles ne manifestent pas leur allégeance, mairies, justice, hiérarchie des corps constitués, grandes entreprises privées, tous sont ligués dans une même action de sape d’une authentique et patriotique protestation qui menace leurs plans.

Les choses apparaissent cependant de plus en plus clairement : c’est d’une part un Système mondialiste et atlantiste contre le peuple français et ce peuple commence à s’en rendre compte. Il réalise à quel point les élites politiques et économiques ont trahi et sabordé la France, détourné la République au profit d’intérêts étrangers. Ce sabordement, ce détournement, c’est le peuple qui va en payer le prix. D’où l’intérêt critique qu’il y a de se préparer à des temps difficiles.

En effet, ou bien un climat progressivement révolutionnaire se déploiera en France avec son lot de répression et de violence, ou bien le peuple ne bougera pas et verra ses conditions de vie diminuer comme par les années passées mais, cette fois-ci, en s’accélérant. En ce sens, plus il y aura de gens prévoyants en France, moins il y aura de gens affectés. Stockez, stockez, stockez et soyez solidaires. Soyez aussi résistants car c’est la seule chose qui préservera ce qu’il reste de votre liberté. Le temps des clivages causés par des nuances politiques artificielles est terminé : gauche et droite sont deux jambes qui avancent en alternance dans la même direction, poursuivre dans cette division artificielle ne conduira qu’à l’Abîme. C’est le peuple entier qui est menacé, c’est le peuple entier qui doit réagir.

Que disait ce chant ? Ah oui : Tyrans descendez au cercueil, politiquement, pas physiquement s’entend !

Source : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/05-01-2014/tyrans-descendez-au-cercueil
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Manuel Gaz et le mépris du peuple

Message par Chasseur le Mar 7 Jan - 20:03



Dernière édition par Vincent le Mer 5 Fév - 19:19, édité 1 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bernard Antony :"Oui, j’accuse le ministre de l’Intérieur d’accélérer la mise du pays dans une dérive idéologique dictatoriale et totalitaire"

Message par Chasseur le Dim 12 Jan - 19:55

Le slogan "dictaure socialiste" a été entendu de nombreuses fois en 2013 notamment en raison des répressions policières contre la manif pour Tous mais aussi en raison du mépris affiché envers le peuple français (CESE, lois contre-nature). Bernard Antony nous explique en quoi l'affaire Dieudonné est bien plus grave qu'une simple affaire d'humoriste ou de propos déplacés. Elle constitue une étapre dans l'instauration d'une dictature insidieuse mais bien réelle en France :

"(...)En vérité Mr Valls instrumentalise l’affaire Dieudonné à son profit selon sa vision dictatoriale, totalitaire, jacobine et léniniste. Et c’est ainsi que, par le procédé traditionnel d’amalgame commun à tous les Fouquier-Tinville et tous les Vychinski, il déclare bien sûr qu’il est un défenseur de la liberté d’expression mais que celle-ci naturellement exclut la défense du régime de vichy, l’antisémitisme, le racisme, l’islamophobie, l’homophobie. Seule, nous avons pu encore le vérifier, la haine antichrétienne le laisse indifférent et d’évidence complaisant.

Or, comment ne pas voir que sous ces imputations, qui tendent à devenir de plus en plus fallacieuses sous la traque de la police de la pensée de Big brother, c’est véritablement l’idéologie officielle et obligatoire néo-marxiste-léniniste qui reprend sa vigueur terroriste.

Sous l’imputation « d’apologie du régime de Vichy », on pourra évidemment aisément traquer ceux qui défendront des recherches et jugements s’apparentant à ceux du colonel Rémy, un des premiers et des plus grands résistants, de Raymond Aron, d’Henri Amouroux, de notre ami François-Georges Dreyfus.

- Sous l’imputation « d’homophobie », on pourra traquer tous ceux qui, sans la moindre haine, ne considèrent pas la banalisation de l’homosexualité comme, socialement et surtout scolairement nécessaire et que l’institution du mariage homosexuel n’a été qu’un artifice pour la destruction du mariage naturel du couple humain."

- Sous l’imputation « d’islamophobie » (...), on pourra poursuivre, censurer, faire taire les islamologues, les universitaires, les écrivains qui affirment le droit et même le devoir de critiquer l’islam en tant que modèle de théocratie totalitaire et son cruel prophète fondateur.

Oui, j’accuse le ministre de l’Intérieur et des cultes, Manuel Valls, avec derrière lui tout un gouvernement plus ou moins intelligemment complice, et un Conseil d’État aux ordres et modifié pour la circonstance, d’accélérer la mise du pays dans une dérive idéologique dictatoriale et totalitaire.

(...) L’AGRIF, qui se bat et se battra, ne croît pas que Mr Valls pourra aisément perpétrer le parachèvement d’un pouvoir socialiste totalitaire dans lequel la seule liberté entière d’expression serait désormais, comme aux époques les plus noiresde certains régimes, réservées à une haine antichrétienne aussi abominable que la haine antijuive."

Aujourd’hui, le péril pour la liberté de l’intelligence, de la foi, du respect de la dignité humaine sans discrimination, bien plus qu’un pitre provocateur, s‘appelle Manuel Valls."

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/01/bernard-antony-oui-jaccuse-le-ministre-de-lint%C3%A9rieur-dacc%C3%A9l%C3%A9rer-la-mise-du-pays-dans-une-d%C3%A9rive-id%C3%A9o.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Quand Jean Bricmont parle de Dieudonné

Message par Chasseur le Mar 14 Jan - 21:20

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Liberté d’expression en danger !

Message par Chasseur le Mer 15 Jan - 20:13

Liberté d’expression en danger !

Suite aux offensives répétées de l’exécutif contre la liberté d’expression, l’inquiétude semble s’installer tous les jours un peu plus dans les esprits.
Par Alexandre C.




Deux phrases de membres du gouvernement ont retenu mon attention, depuis quelques semaines, parmi le brouhaha médiatique que nous avons traversé.

La première est l’œuvre de Manuel Valls, et a été prononcée au début du mois de décembre alors que le ministre de l’intérieur annonçait vouloir lutter contre le recrutement par internet de jeunes djihadistes à destination de la Syrie notamment. Il proclamait alors1 : « Nous devons neutraliser le cyberespace et sur ce point, les Américains posent un problème à cause de leur premier amendement qui défend la liberté d’expression »2. Mais il semblerait que cette phrase ne soit pas la première du genre de M. Valls puisque voici environ un an, à propos de la teneur de certains messages publiés sur Twitter, le locataire de la place Beauvau avait déclaré regretter la « segmentation des régimes juridiques [qui] procure une certaine impunité » de leurs auteurs. Avant d’ajouter : « L’Europe doit s’imposer et convaincre les États-Unis qu’il faut concilier liberté d’expression et sécurité »3. Non content de piétiner l’un des fondements de notre État de droit, notre zélé ministre semble aussi vouloir imposer son point de vue aux autres pays du monde, notamment aux États-Unis qui, il est vrai, ont sacralisé la liberté d’expression.

Quant à la deuxième sentence, elle est à mettre à l’actif de Najat Vallaud-Belkacem, collègue de Manuel Valls et porte-parole du gouvernement. Au cours d’une conférence de presse dans la journée de dimanche, on a pu l’entendre dire ceci : « C’est une bonne chose d’encadrer la liberté d’expression pour éviter qu’elle ne porte atteinte à autrui »4. Encore une fois, personne ne paraît choqué devant de telles déclarations, surtout quand elles viennent d’un ministre de la république. On ne sera donc pas étonné, par la suite, que certains pays se moquent de nos leçons de morale sur les droits de l’homme – Chine et Russie en tête.

À la vue de ces déclarations et à la lumière des offensives répétées de l’exécutif contre la liberté d’expression5, l’inquiétude semble s’installer tous les jours un peu plus dans les esprits. Quelle sera donc la prochaine étape du gouvernement ? Jusqu’où cela peut-il aller ?

Alors que la France est pointée du doigt comme l’un des pays qui restreint le plus cette liberté fondamentale, nous rappellerons que voici presque trois ans, Reporters Sans Frontières, estimait que notre pays était classé au même rang que la Corée du Sud, la Libye ou encore la Russie dans le domaine. Sombre présage qui semble se confirmer de jour en jour.

Le premier amendement de la Constitution américaine (un des dix proclamés par la Bill of Rights) déclare la chose suivante : « Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise thereof; or abridging the freedom of speech or of the press; or the right of the people peaceably to assemble, and to petition the Government for a redress of grievances ». En français, on peut le traduire de la manière suivante : « Le Congrès ne fera aucune loi pour conférer un statut institutionnel à une religion, (aucune loi) qui interdise le libre exercice d’une religion, (aucune loi) qui restreigne la liberté d’expression, ni la liberté de la presse, ni le droit des citoyens de se réunir pacifiquement et d’adresser à l’État des pétitions pour obtenir réparation de torts subis (sans risque de punition ou de représailles) ». Autrement dit, le Congrès (c’est-à-dire le Parlement américain), ne peut pas restreindre – entre autre – la liberté d’expression. L’article et sa traduction proviennent du site Wikipédia. ↩
Cette phrase a été relayée par le site en ligne Numerama dans un article disponible à ce lien. ↩
La déclaration de la ministre du droit des femmes est à retrouver sur le site du journal Le Figaro à ce lien. ↩
Rappelons-nous à cette occasion du vote par le Parlement français de l’article 20 (anciennement 13) de la Loi de Programmation Militaire

Source : http://www.contrepoints.org/2014/01/15/153290-liberte-dexpression-en-danger?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints2+%28Contrepoints%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Ratier sur l’affaire Dieudonné

Message par Chasseur le Mer 15 Jan - 21:26

Emmanuel Ratier sur l’affaire Dieudonné
Propos recueillis par ERTV


Une monstruosité juridique :



Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Emmanuel-Ratier-sur-l-affaire-Dieudonne-22713.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Najat Vallaud Belkacem, l’extrême-féministe contre la liberté

Message par Chasseur le Mer 22 Jan - 16:28

Najat Vallaud Belkacem, l’extrême-féministe contre la liberté

Or donc, le président de tous les Français a une maîtresse. Or donc, après avoir trompé sans vergogne la mère de ses enfants pour une journaliste, il s’est empressé de tromper – toujours sans vergogne – cette journaliste pour une actrice. Or donc, le président François a réussi le pari d’exister au-delà des pages « International » dans tous les journaux du monde pour occuper celle des cancans, des paillettes, du people glamour ou trash, et fait maintenant les gorges chaudes des humoristes, outre-Atlantique y compris. Or donc, le couple présidentiel est en déroute, et l’avenir pour la première copine semble bien bouché : non seulement, il a discrètement déclaré ne plus vouloir de première dame du tout, mais en plus s’est-il rendu lundi aux Pays-Bas sans Valérie Trierweiler.

Pour le dire clairement, François a donc jeté Valérie.

Pour le dire encore plus clairement, François, socialiste éhonté et progressiste assumé, qui ne s’est jamais engagé dans quoi que ce soit, et n’a réussi brillamment qu’un concours, celui de circonstances, et par voie de conséquence tout autant que par commodité électorale évidente, féministe déclaré, va à nouveau jeter une femme à la rue sans déclencher la moindre protestation, ou la moindre réprimande des féministes du gouvernement et d’ailleurs. Ces dernières constatent, de visu, la duplicité du chef de l’État et de celui qui fut patron des socialistes mais ne mouftent pas.

Et dans le silence cliniquement lourd de signification des féministes de combat, celui de Najat Vallaud-Belkacem est d’autant plus remarquable qu’elle est pourtant engagée en parallèle dans un de ses combats fermes et définitifs pour une nouvelle société taillée à grands coups d’explosifs sociétaux dans le genre et l’égalitarisme, dont le dernier exemple en date, son projet de loi « pour l’égalité entre les femmes et les hommes », ne laisse aucun doute sur l’ampleur de ses motivations. Et pour la porte-parlote du gouvernement, question projet-perso, on est loin d’un petit Mako-Moulage : lorsqu’on épluche tout ce qu’elle fait actuellement pour pousser ses idées, c’est véritablement à une avalanche de trucs tous aussi délétères les uns que les autres à laquelle on est confronté.

Lire la suite sur : http://www.contrepoints.org/2014/01/22/154194-najat-vallaud-belkacem-lextreme-feministe-contre-la-liberte?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints2+%28Contrepoints%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"L'idéologie pro-mort a envahi l'hémicycle !"

Message par Chasseur le Jeu 23 Jan - 15:27

Choisir la vie : "L'idéologie pro-mort a envahi l'hémicycle !"

Le communiqué de l'association, qui entend poursuivre son travail, malgré l'extension du délit d'entrave à l'avortement :

"Malgré la mobilisation de 40 000 personnes ce dimanche 19 janvier  à Paris exigeant du gouvernement le retrait immédiat des amendements conduisant à l’extension de l’avortement, le courage et la détermination de quelques députés s’y opposant , les dispositions relatives à la suppression de la condition de détresse pour le recours à l’IVG et l’extension du délit d’entrave à l’IVG viennent d’être votées à l’assemblée nationale.

Une fois de plus, l’idéologie pro-mort a envahi l’hémicycle !

La suppression de la condition de détresse vient ériger l’avortement, jusque-là encore dérogatoire au principe du droit à la vie (article 16 du Code Civil) en un droit désormais conditionné à la seule volonté de la femme, à sa liberté de disposer de son corps. Et la liberté de l’enfant conçu à naître ?

L’extension du délit d’entrave à l’avortement vient menacer la liberté d’expression de toutes les associations, sites, antennes d’écoute qui apportent une vraie écoute et une aide aux femmes enceintes en difficultés en leur présentant l’avortement dans sa réalité et ses conséquences physiques et psychologiques.

Désormais passibles de 30 000€ d’amende et de 2 ans d’emprisonnement, ces associations, sites, antennes d’écoute seront purement et simplement bâillonnés !


La France, avec ces nouvelles dispositions,  qui compte chaque année 223 000 avortements, s’achemine encore davantage vers l’avortement eugénique, la traque de l’enfant handicapé, le mensonge aux femmes sur la réalité de l’avortement qu’elle banalise.

Choisir la Vie dénonce ce vote idéologique et entend bien poursuivre son travail de veille, de résistance et d’aide et d’information auprès des femmes enceintes en difficulté
."
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une proposition de loi pour supprimer la liberté d'enseignement et l'école à la maison

Message par Chasseur le Ven 24 Jan - 15:38

Une proposition de loi pour supprimer la liberté d'enseignement et l'école à la maison

Tout est dit dans l'introduction de cette proposition de loi déposée au Sénat le 18 décembre 2013 : c'est à l'Etat qu'il appartient de définir où est le bien de l'enfant! Sophisme hallucinant et lieux communs, mais plus c'est gros, plus ça passe :


"L'un des buts de la scolarisation de l'enfant est sa socialisation. Celle-ci nécessite une éducation qui ait une dimension collective, qui lui permette de découvrir la diversité des conditions et des cultures des enfants de son âge et de rendre son développement plus harmonieux.

Dans cet esprit, l'éducation à domicile par la famille ne peut être qu'une situation exceptionnelle [Oui, vous lisez bien... Hallucinant! NDL], liée à l'état de santé ou à l'incapacité permanente ou temporaire de l'enfant.

Elle ne peut être le prétexte d'une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l'enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux [Et si les parents étaient reconnus pour ce qu'ils sont, les premiers éducateurs de leurs enfants!? NDL].

La présente proposition de loi, qui respecte l'esprit de la convention internationale relative aux droits de l'enfant, ratifiée par la France en 1990 (et notamment les articles 3, 13, 14 et 29 alinéas 1er a) et d) vise donc à redimensionner cette possibilité en la limitant aux cas d'incapacité et à la soumettre à un contrôle de professionnels agréés par l'Éducation Nationale sans faire pour autant disparaître l'enquête sociale de la commune".

C'est le retour de la jeunesse contrôlée par l'Etat! Les socialistes se croient autorisés à violer ainsi un autre principe non-négociable : "la protection du droit des parents d'éduquer leurs enfants". Le Pape François peut en être averti avant de recevoir notre Président.

Français, il est temps de se réveiller !

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/01/une-proposition-de-loi-pour-supprimer-la-libert%C3%A9-denseignement-et-l%C3%A9cole-%C3%A0-la-maison.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Suppression du « bon père de famille » et épuration linguistique

Message par Chasseur le Dim 26 Jan - 20:55

Suppression du « bon père de famille » et épuration linguistique

La suppression du terme de bon père de famille du droit est-elle une épuration idéologique ?
Par Matthieu Loonis.


"Après un âpre débat autour de la suppression de la notion de « bon père de famille », l’amendement  numéro 249 a tranché : ce terme est supprimé de nos textes juridiques et remplacé par l’adverbe « raisonnablement ».

En fait non, il n’y a eu aucun débat. Cela a pris 5 minutes montre en main et l’intervention de 4 personnes différentes pour que cela soit voté, sur proposition de la paysanne Brigitte Allain. Une députée écologiste qui semble visiblement bien moins cultivée que ses champs de patates. Explications.

D’où provient l’expression « bon père de famille » ?

L’expression « bon père de famille » est une traduction française du latinisme « bonus pater familias ». Un latinisme traduit au XVIe siècle conformément à l’exigence formulée par l’article 111 de l’ordonnance de Villers-Cotterêts datant de 1539 sous l’édiction de François 1er. Cette expression a ensuite été reprise en 1804 par les rédacteurs du code civil, friands de droit romain. Un droit très estimé à l’époque pour l’équité et la rigueur qui s’en dégageait. Car il faut rappeler que les Romains disposaient d’un droit écrit et codifié depuis 450 avant J-C avec la loi des douze tables, là où le droit français était pour le moins désordonné.

Étymologiquement, le latin « familia » provient du très ancien verbe « fama » de la langue proto-indo-européenne et qui signifie « parler ». Donc avant de désigner la famille étatiquement promue de nos jours en totale décontraction hérétique, la famille aux premières heures de Rome était une assemblée d’individus appelant un intérêt pour la parole. On s’adressait à cet instant dans une société si primitive, aux propriétaires terriens. La familia désigne donc les « associés cultivant » avant de désigner un couple et ses enfants, ainsi que ses esclaves vivant sous le même toit (famulus).

Le pater soulève moins de difficultés historiques. Il s’agit du père. Il faut comprendre le chef. Ce qui fait du pater familias, le chef des associés cultivant, ou le chef d’entreprise si on modernise les termes.

On est donc loin du vilain papa géniteur mâle machiste terrorisant cette chère ménagère émancipée, chose que Madame Allain aurait pu concevoir si une recherche sur ce plan avait été entreprise sérieusement. Malheureusement, cette dernière s’est bornée à se satisfaire de son étonnement trivial dont elle relate le traumatisme :

« À 21 ans, j’ai refusé de signer un acte de fermage à cause de ce terme. Le notaire m’a dit que je ne pouvais pas faire autrement. C’est parti de là. […]»

«Dans ma vie, j’ai signé plusieurs contrats où je m’engageais à gérer le bien “en bon père de famille”, raconte Brigitte Allain. Ça m’a toujours dérangée : faut-il donc avoir un phallus pour bien gérer des biens ? Quand on doit signer cela, c’est particulièrement révoltant, car on renie son identité de femme et sa capacité de gestion en tant que femme.»    

Vraiment, rien à voir. En revanche, maîtriser sa langue natale et l’histoire culturelle de son pays peut être un plus quand on propose des amendements de ce type…

Que signifie cette expression ?

Il est vrai que cette notion est floue. Qu’est-ce qu’un bon père de famille ? Plusieurs siècles de jurisprudence sont venus préciser cette notion, la faisant évoluer au fil des évolutions sociétales. Là est le mérite des notions vagues, elles permettent ainsi une interprétation large et modulable aux circonstances d’une espèce particulière.

Cette notion permet notamment d’identifier les comportements fautifs en droit. Un bon père de famille peut être, un homme, une femme, une personne physique ou morale. Philippe Le Tourneau, docteur en droit privé, explique que « les usages règlent la vie en société. Un bon père de famille respecte donc les usages, notamment professionnels, les règles de jeux, voire les préceptes de la politesse qui sont pris en considération lorsque leur transgression revêt un caractère injurieux ou est de nature à jeter la suspicion sur celui qui en pâtit. Telles sont les contraintes de la « vie en société » qu’observe le bon père de famille. Plus précisément, non seulement un bonus pater familias ne veut jamais de mal à autrui mais encore il se conduit en homme diligent, prudent et adroit et respecte la morale ».

Dès lors, il apparait pour le moins étrange de limiter l’ancienne expression « bon père de famille » en « raisonnablement », tant les principes et considérations sous-jacentes pouvaient être vastes.

Totalitarisme linguistique évident

De toutes façons, il ne sert à rien de raisonner et de chercher les racines linguistiques et culturelles qui ont imposé cette notion de « bon père de famille » dans notre droit séculaire, puisque les politiciens ne s’embarrassent surement pas avec de telles considérations réfléchies. Pourtant, il parait qu’une commission parlementaire a été payée pour travailler sur la question. On est sûr pour la paye moins pour le travail…

Depuis quelques mois déjà le gouvernement et la majorité sont emportés par une volonté d’épuration linguistique de notre vocabulaire, comme un journaliste s’est amusé à le noter :



Cette chère Najat, nous explique fièrement sur le sujet que :

« Les citoyens, de nos jours, ont, dans leur immense majorité, tourné la page de la famille patriarcale et ne comprennent plus cette référence. »

J’ajouterais que ça fait longtemps qu’avoir un père c’est has been, c’est élémentaire ma petite dame.

Pour le député écologiste Sergio Coronado c’est évidement le triomphe du bien sur le genre :



Absurde et effrayant puisqu’une langue véhicule des concepts et des idées. Est-il du devoir d’un gouvernement de nous dire comment écrire, parler ou penser ? Le toboggan du totalitarisme idéologique fait décidément glisser très vite ce pays vers la fosse à purin, du purin de roses bien sûr.

Source : http://www.contrepoints.org/2014/01/25/154466-suppression-du-bon-pere-de-famille-et-epuration-linguistique
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La théorie du "Gender" sera imposée à tous… quitte à interdire l'école à la maison

Message par Chasseur le Lun 27 Jan - 20:33

La France deviendrait-elle une dictature ? La formule peut paraitre extrême, voir galvaudée, mais petites touches par petites touches, le Gouvernement français suppriment des libertés, au profit du conditionnement des masses, que n’auraient pas renié les dictatures les plus virulentes. Dernière cible en date, l’école à la maison. En France, la scolarité est obligatoire pour tous les enfants jusqu’à 16 ans. La scolarité, pas l’école. Si on veut d’ailleurs mesurer l’excellence de la scolarité en France, on trouve au bas de l’échelle l’école publique, puis l’école privée, puis les écoles hors contrat, puis les élèves scolarisés à domicile. Leur niveau d’excellence était si flagrant que les élèves des deux dernières catégories raflaient toutes les premières place du Concours Général avant… d’en être exclu. Les prétextes sont toujours les mêmes : lutter contre les sectes, la dé-sociabilisation et j’en passe. Bien sûr, à l’école de la république, point de conditionnement et point de sectarisme.  
 
Que cette interdiction soit envisagée, au moment où Vincent Peillon veille à l’introduction de la théorie du genre — gender en anglais —  dans les écoles de la République, n’a pourtant rien d’anodin. Le principe de cette théorie, initiée au Etats-Unis par des militantes lesbiennes, s’appuie sur la distinction radicale chez la personne humaine entre son sexe biologique et son identité sexuelle. Si le sexe biologique est déterminé dès la naissance, l’identité sexuelle est, selon le manuel Hachette, « la perception subjective que l’on a de son propre sexe et de son orientation sexuelle » fin de citation. Il est le fruit d’un climat culturel et d’un conditionnement social. Le garçon qui se rue sur un camion et la petite fille sur une poupée, serait ainsi le résultat de représentations sociales transmises, sans lien avec le sexe biologique. L’être humain doit donc demeurer libre de construire sa propre identité sexuelle. Indépendante de l’identité sexuelle de la personne, l’orientation sexuelle devrait quant à elle être un choix totalement libre selon ses désirs. C’est une théorie, nullement un fait scientifique. Elle prend les enfants comme cobaye, et a surtout pour but de faire des garçons des filles comme les autres… Car c’est avant tout une négation de la virilité. Beaucoup de pays, comme la Norvège, font marche arrière devant les dégâts provoqués chez les enfants et les adolescents par cette propagande visant à faire accepter comme une normalité, les relations anti-naturelles.
 
 
Plus les contre-enquêtes sur la théorie du Gender sont sérieuses, plus on s’aperçoit qu’il faut éduquer les filles et les garçons dans une différence assumée et respectueuse. Les filles et les garçons ne fonctionnent pas à l’identique. L’éventail des comportements est plus large que les stéréotypes convenus mais ces comportements ne se superposent pas. D’ailleurs l’indifférenciation n’invoque aucun respect particulier, la différence oui. Dans ces sociétés malades du XXIe siècle, il est parfois ahurissant de devoir rappeler des principes sains qui ont été à la base de nos plus belles civilisations…L’imposition du Gender n’est pas un fait français. C’est une volonté imposée aux nations. Comme c’est le cas en Suisse, où dans le canton de Bâle, des «Sexbox» contenant du matériel pornographique ont été préparées à l’intention des écoles maternelles et primaires ! Où encore en Allemagne, où des parents on été mis en prison 40 jours pour avoir refusé que leurs enfants suivent ces cours. C’est bien la famille, en tant que cellule de base de notre civilisation européenne, qui est visée. Le droit à la scolarité à la maison est donc un des actes de résistance possibles contre l’utilisation de nos enfants comme cobayes sexuels. Que vos enfants soient concernés ou non, vous pouvez exiger le maintien de ce droit en signant la pétition en ligne à l’adresse qui s’affiche au bas de votre écran.

Source : http://www.prorussia.tv/La-theorie-du-Gender-sera-imposee-a-tous-quitte-a-interdire-l-ecole-a-la-maison_v735.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chronique d’Eric Zemmour sur RTL, à propos de la théorie du genre

Message par Chasseur le Mer 29 Jan - 20:44

Chronique d’Eric Zemmour sur RTL, à propos de la théorie du genre et des projets libertaires de Najat Vallaud-Belkacem

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La dérive totalitaire de Manuel Valls

Message par Chasseur le Mer 5 Fév - 12:31

La dérive totalitaire de Manuel Valls
RTL, 2 février 2014




Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-derive-totalitaire-de-Manuel-Valls-23221.html

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Zemmour : «La gauche Terra Nova a déclaré la guerre au peuple»

Message par Chasseur le Lun 10 Fév - 10:23

Zemmour : «La gauche Terra Nova a déclaré la guerre au peuple»

INTERVIEW – Le chroniqueur du Figaro, Éric Zemmour, analyse l’évolution de la gauche française ces dernières décennies.

♦ Depuis la dernière conférence de presse de François Hollande, la plupart des éditorialistes de droite comme de gauche applaudissent le tournant social-libéral du président de la République. Mais François Hollande n’a-t-il pas toujours été social-libéral?

Pour moi, il n’y a pas de tournant. À partir du moment où François Hollande avait ratifié le traité budgétaire signé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, et où ni l’Euro ni le libre-échange n’étaient remis en cause, il n’y avait pas d’autre politique possible. François Hollande, héritier de Jacques Delors le savait depuis le début de son mandat, sans doute même depuis la campagne électorale. Pour prendre une image automobile, le président de la République est sur l’autoroute de cette politique là et auparavant il n’a fait qu’acquitter des péages à la gauche qui l’avait porté au pouvoir: la taxe à 75%, les mots sur la finance qui serait son «ennemi»…

Certains vont même jusqu’à parler de Bad Godesberg français… De quand date réellement la conversion de la gauche française au libéralisme?

Le virage le plus récent et le plus marquant est celui de 1983, lorsque François Mitterrand arrime la monnaie française au Deutsche Mark et se jette dans le libre-échange. À partir de ce moment-là, la messe est dite et la gauche s’éloigne des classes populaires. Un lent abandon qui est théorisé par la note de Terra Nova avant la présidentielle de 2012 qui recommandait au PS de «remplacer» le peuple par les immigrés et à la marge par les cadres et les femmes diplômées. Comme l’a fait, avec brio, le philosophe Jean-Claude Michéa, il faut remonter beaucoup plus loin. Le tout premier tournant date de la fin du XIXe siècle avec l’affaire Dreyfus. Au nom de la défense des droits de l’homme, les socialistes se sont alors ralliés à la gauche libérale renonçant à leur spécificité: la volonté de contraindre l’individu au nom de l’intérêt supérieur de la collectivité. À partir de ce renoncement, le socialisme se condamnait à être ce qu’il est devenu.

«Sous la République, l’argent prenait son bien en patience» Jacques Bainville.

Une phrase magnifique prononcée par une vieille dame riche dans La IIIe République de Jacques Bainville résume ce nouvel état d’esprit: «Sous la République, l’argent prenait son bien en patience». Cette formule splendide qui date de 1900 aurait pu être prononcée dans les années 80 sous Mitterrand. À partir de mai 68, on constate l’émergence de la gauche libertaire avec le slogan: «il est interdit d’interdire». Avec le libertarisme, cette gauche charrie déjà le libéralisme sans le savoir. Elle va peu à peu dominer la vieille gauche étatiste et socialo-communiste. En quelque sorte, Daniel Cohn-Bendit règle son compte à Georges Marchais!

Dans ce contexte, qu’est-ce qui distingue encore la gauche de la droite?

Depuis 30 ans, la gauche a abandonné le peuple et la droite la nation. La gauche avait abandonné la nation dès la fin du XIXe siècle et encore plus en mai 68. Par l’intermédiaire du général de Gaulle la droite l’avait récupérée. Après sa mort, elle l’a de nouveau délaissée par vagues européistes successives. De ce constat découle qu’il n’y a plus grande différence entre une gauche social libérale et une droite libérale social. Reste à la marge des gens qui se distinguent. Le discours sur les frontières de Nicolas Sarkozy durant la campagne de 2012 se démarquait clairement du discours dominant… Mais il se démarquait aussi de la politique de Nicolas Sarkozy pendant 5 ans. Et il n’est repris par personne aujourd’hui.

La feuille de route du gouvernement sur l’intégration a suscité un tollé. Les vraies différences se situent-elles désormais sur les questions identitaires et sociétales?

Le prix à payer pour la soumission définitive de la gauche au libéralisme économique, c’est effectivement la marche en avant totalitaire vers un libéralisme sociétal. Comme on peut le voir à travers la politique de Najat Vallaud-Belkacem, qui reprend aujourd’hui les programmes que l’inter LGBT promeut depuis 15 ans, ou à travers le rapport sur l’intégration qui prône le retour du voile à l’école, la gauche brûle aujourd’hui ses vaisseaux sociétaux. Elle le fait pour deux raisons assez simples.

Premièrement, comme on l’a déjà dit, pour masquer sa conversion au libéralisme mondialisé.

«Les lobbys pourtant ultra minoritaires, qui dictent leur loi au gouvernement, veulent profiter du quinquennat de François Hollande pour imposer leur vision de la société de manière irrémédiable.»

Deuxièmement, parce qu’elle sent qu’il y a «un retour de bâton» dans le pays réel comme le montre les sondages. Tous l’électorat de droite, de l’UMP au FN, fait désormais bloc sur les thématiques sociétales, immigrationnistes et sécuritaires, mais désormais la moitié de l’électorat de gauche les rejoint également. Il y a une donc une volonté idéologique de la part de la gauche de briser ce qui leur apparaît comme le comble du fascisme: le peuple français. Celui-ci est à leurs yeux, racistes, xénophobe et homophobe. Et les lobbys pourtant ultra minoritaires, qui dictent leur loi au gouvernement, veulent profiter du quinquennat de François Hollande pour imposer leur vision de la société de manière irrémédiable. Il s’agit ni plus ni moins d’une déclaration de guerre.

Vous avez voté François Mitterrand en 1981. Face à l’effacement du clivage droite/gauche où vous situez-vous désormais?

Cliquez pour SupprimerJ’ai rompu avec la gauche depuis 1984 et la naissance de SOS racisme qui avait justement marqué le début de la dérive sociétale des socialistes. Je me reconnais depuis toujours dans le vieux courant bonapartiste français à la fois national et social. Mais ce courant a été détruit par l’Europe et la mondialisation et n’a plus vraiment de leader depuis la défaite du non au traité de Maastricht en 1992. Philippe Séguin et Jean-Pierre Chevènement qui étaient les principaux représentant de ce mouvement à droite et à gauche ont échoué à lui donner des débouchés électoraux, même s’il reste paradoxalement majoritaire dans le pays réel.

Alexandre Devecchio
Le Figaro.fr
04/02/2014

Correspondance Polémia – 8/02/1014

Source : Polémia
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dictature socialiste

Message par Chasseur le Mar 11 Fév - 18:30

Autour de Finkielkraut, de l'immigration, de l'identité française et d'une certaine gauche devenue... folle ?

1. Lu dans Le Figaro (internet) :

Après l'émission Des Paroles et des Actes ce jeudi 6 février, deux membres du conseil national du PS, Mehdi Ouraoui, ancien directeur de cabinet d'Harlem Désir et Naïma Charaï, présidente de l'Agence national pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE) ont saisi le CSA.

Dans une lettre envoyée à son président, ils qualifient l'intervention d'Alain Finkielkraut "d'inacceptable et "dangereuse".

Ils s'inquiètent précisément de l'usage par le philosophe de l'expression "Français de souche", "directement empruntée au vocabulaire de l'extrême droite".


2. Réponse d'Alain Finkielkraut :

"Je suis totalement abasourdi. Hier soir, lors de l'émission Des paroles et des actes, j'ai dit que face à une ultra droite nationaliste qui voulait réserver la civilisation française aux Français de sang et de vieille souche, la gauche a traditionnellement défendu l'intégration et l'offrande à l'étranger de cette civilisation. La gauche en se détournant de l'intégration abandonne de fait cette offrande. Manuel Valls a expliqué que nous avions tous trois -lui-même, David Pujadas et moi - des origines étrangères et que c'était tout à l'honneur de la France. J'ai acquiescé mais j'ai ajouté qu'il "ne fallait pas oublier les Français de souche". L'idée qu'on ne puisse plus nommer ceux qui sont Français depuis très longtemps me paraît complétement délirante. L'antiracisme devenu fou nous précipite dans une situation où la seule origine qui n'aurait pas de droit de cité en France, c'est l'origine française. Mes parents sont nés en Pologne, j'ai été naturalisé en même temps qu'eux en 1950 à l'âge de un an, ce qui veut dire que je suis aussi Français que le général de Gaulle mais que je ne suis pas tout à fait Français comme lui. Aujourd'hui, on peut dire absolument n'importe quoi ! Je suis stupéfait et, je dois le dire, désemparé d'être taxé de racisme au moment où j'entonne un hymne à l'intégration, et où je m'inquiète de voir la gauche choisir une autre voie, celle du refus de toute préséance de la culture française sur les cultures étrangères ou minoritaires. L'hospitalité se définit selon moi par le don de l'héritage et non par sa liquidation."


3. Est-ce que "On" - qui est au gouvernement - veut "démolir" Finkielkraut parce que toujours et partout - comme dans ce court extrait de 8'52", où il répond à Jean-Jacques Bourdin - il s'oppose à la théorie du Gender, promue par le Gouvernement ? Parce qu'il défend la féminité contre les "moeurs" (!) qui prévalent dans les banlieues ? Parce qu'il reprend la sénatrice PS Roussignol qui affirme cette énormité : "les enfants n'appartiennent pas à leurs parents..." ?  etc...



Source : http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2014/02/09/finki-5293948.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

1984 en 2014

Message par Chasseur le Sam 22 Fév - 15:04

1984 en 2014



George Orwell, dans le roman 1984, décrit la dictature de Big Brother. Dans cette société, une propagande diffusée par le ministère de la Vérité recours à la désinformation et à la mutation du sens commun des mots. Une novlangue est instaurée, qui consiste à supprimer des mots ou à créer des slogans absurdes. Par exemple, « l’ignorance, c’est la force » ou « la guerre, c’est la paix ». Une police de la pensée veille au respect de la doxa. Les membres du Parti se chargent aussi de supprimer les archives historiques qui ne correspondent pas à l’histoire officielle. Enfin, Big Brother a identifié un ennemi qui est responsable de l’ensemble des maux de la société : « le traître Emmanuel Golstein ».

Des ressemblances inquiétantes avec ce roman apparaissent aujourd’hui. Le pouvoir explique que la théorie du genre n’existe pas et qu’elle n’est pas enseignée à l’école. Il s’agit seulement de promouvoir l’égalité des sexes et de lutter contre les stéréotypes de genre. En réalité, une expérimentation pédagogique est réalisée sur les élèves sans informer leurs parents. Quand ceux-ci refusent que leurs enfants subissent un enseignement qu’ils réprouvent, ils sont traités de réactionnaires. On peut toutefois s’interroger sur les objectifs du ministère de l’Education nationale. Cherche-t-il à transformer l’école en un lieu d’endoctrinement à l’instar des régimes communistes et fascistes ?

Un ennemi public numéro 1 a été identifié récemment par le ministre de l’Intérieur. Une circulaire a permis de mettre fin à ses spectacles et de multiples procédures judiciaires s’abattent sur lui. Chaque jour, la nomenklatura socialo-écolo-bobo proclame son opposition viscérale à toute forme d’antisémitisme. On peut toutefois s’inquiéter pour la liberté d’expression et de réunion. L’arrêt du Conseil d’État invoque l’atteinte à la dignité pour interdire le spectacle. Mais qui sera autorisé à s’exprimer publiquement dans le futur ?

Le pouvoir a décidé de supprimer le mot « race » de la Constitution car les races n’existent plus. De même, l’expression « bon père de famille » doit être bannie du code civil car il s’agit de la survivance d’un esprit paternaliste incompatible avec les progrès du féminisme. On a l’impression qu’une police de la pensée est à l’œuvre. Elle croit changer la réalité en supprimant les mots qui la décrivent. La nomenklatura socialo-écolo-bobo expérimenterait-elle la novlangue pour le bien du peuple ?

L’enseignement de l’histoire en classe de 5ème se décompose en 3 parties : une première partie sur l’islam, une seconde partie sur une société primitive africaine et enfin la dernière sur l’histoire de France. Ces 3 histoires sont présentées de manière égalitaire. Aucune n’est plus importante que les autres et chacune est également respectable. Toutefois, une histoire est plus « égale » que les autres car elle passe en premier ! Cet enseignement tripartite correspond au slogan « black blanc beur ». La nomenklatura socialo-écolo-bobo ne chercherait-elle pas à réécrire l’histoire pour la faire coïncider avec une France métissée qu’elle appelle de ses vœux ?

Ces exemples montrent que les heures sombres sont devant nous si le peuple français laisse faire la nomenklatura socialo-écolo-bobo actuellement au pouvoir.

Source : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/21-02-2014/1984-en-2014?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29#.Uwiq5vl5OMM
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A Rennes, le PS souhaite mettre les résistants en prison

Message par Chasseur le Dim 23 Fév - 17:41

A Rennes, le PS souhaite mettre les résistants en prison

Après la réunion publique de Nathalie Appere, candidate PS à la mairie de Rennes, au cours de laquelle LMPT35 est intervenue, l’élu de quartier est venu les voir et le dialogue suivant s’est instauré :

« Si nous sommes élus …
Ça sera dur pour vous, mais, en supposant ?...
… je demanderai à ce que vous et les autres responsables de LMPT soyez collés en taule.

Ah oui, et pour quelle raison ?

Parce que vous êtes des ennemis de la démocratie, puisque vous vous opposez à une loi votée.

Monsieur, avez-vous vu un seul cas de mariage homo célébré à Rennes, et empêché par LMPT ?
J
e ne vous parle pas de cela, je vous parle de l’accueil de Manuel Valls à la gare. Vous auriez dû être arrêtés immédiatement.
Si cela n’a pas été le cas, posez la question au Préfet et au commissaire de police …
La loi a été votée, elle est donc légitime !

En 1942, lorsque l’Etat Français a promulgué le décret obligeant les juifs à porter l’étoile jaune, c’était tout autant légal [L'étoile jaune n'a été portée en zone libre, ni avant, ni après l'entrée des Allemands. NDMJ]. Pour autant, ce n’était pas légitime. C’est pareil pour la loi du mariage pour tous, c’est anormal que 2 à 3% de la population imposent leur vision de la société aux 97 ou 98% restants.

Vous êtes scandaleux, vous nous comparez aux nazis !

Je ne vous compare pas, vous me dites que toute loi votée est légitime. Notre réponse est non.

De toutes façons, je ne sais même pas pourquoi vous êtes venus, vous êtes une annexe de la droite réactionnaire !

Vous n’avez rien compris, la Manif pour Tous n’est pas un mouvement politique, mais un mouvement sociétal et citoyen. Vous allez vous faire laminer aux prochaines élections, car vous ne tenez pas compte de ces millions de personnes qui se lèvent sur les sujets de la famille et des valeurs.

Comme le Front National …
J
e vous rappelle qu’il y a un mois, Jean-François Copé est venu à Rennes, qu’il a eu droit aussi à un accueil de notre part, nous lui avons clairement dit que s’il voulait des voix, il fallait qu’il abroge la loi Taubira … , c’est valable pour tout le monde»

Source : le salon beige
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Valls, Hollande et les autres : de la Stasi à la Gestapo

Message par Chasseur le Dim 23 Mar - 12:13

Valls, Hollande et les autres : de la Stasi à la Gestapo

Après la sortie de Nicolas Sarkozy contre la Stasi et les écoutes sauvages dont il est victime, tous les socialistes, du premier, qui n’est pas le plus grand, au dernier, ce sont offusqués des attaques de l’ancien président. « Coup d’état verbal », « atteinte contre l’état de droit », « comparaison insupportable ».

Et si Sarkozy avait raison ?

Les socialistes ont la mémoire courte, alors on va leur rafraîchir. Voici quelques exploits de leur police politique ces derniers mois. Mais non, mais non, la police n’agit pas sur ordre, en dehors de tout cadre légal et pour des raisons politiques, c’est juste une illusion.

> 1er avril 2013 (ce n’est pas une blague) : un sweat-shirt
Un père de famille qui vient pique-niquer dans les jardins du Luxembourg avec sa femme et ses enfants est arrêté, conduit au poste et verbalisé pour port d’un sweat-shirt avec le logo de la Manif pour Tous. (1)

> 29 mai 2013 : Manif pour Tous
Manuel Valls et Valérie Trierweiler se rendent au théâtre des Champs-Élysées pour une représentation. Ils sont accueillis par des militants anti- »mariage » gay qui scandent « Hollande, ta loi, on n’en veut pas ». La violence avec laquelle les policiers sautent littéralement sur les manifestants, et en particulier sur un enfant au sol, tentant de lui casser le bras pour le faire taire, est inouïe . (2)

> 21 juin 2013 : un prêtre
L’abbé Pirondon, curé de Saint-Cyr au Mont d’Or, se fait menacer par le Préfet de région, Jean-François Carenco, qui lui assène : « Si vous n’étiez pas curé, je vous aurais mis deux baffes ». (3) En guise de baffe, le curé se fait embarquer par les gendarmes pour avoir osé protester auprès du maire contre des contrôles d’identité illégaux à la sortie de son église pendant la visite de Jean-Marc Ayrault et de Manuel Valls.

> 11 novembre 2013 : des bonnets rouges
Deux hommes qui ne ressemblent pas vraiment à de dangereux terroristes (4) sont arrêtés sur les Champs-Élysées et conduits en garde à vue. Leur seul tort : ils portaient tous les deux un bonnet rouge sur la tête. Quelques instants plus tard, un des deux hommes s’écroule, victime d’une attaque cardiaque.

> 13 novembre 2013 : un opposant politique
David Van Hemelryck, fondateur du site « Hollande-démission.fr », se rend à Paris dans son véhicule floqué du nom de son site internet. D’abord arrêté par 4 motards, ce sont ensuite plus de 30 policiers qui sont mobilisés pour l’arrêter et qui provoquent un embouteillage monstre. Sa voiture est saisie, il passe la journée en garde à vue.

> 13 décembre 2013 : les veilleurs
Alors que les rassemblements pacifiques des veilleurs se multiplient partout en France, une centaine de veilleurs se rendent vers les Champs-Élysées au terme d’une soirée de lecture. Soudain, ils sont encerclés par une centaine de CRS, arrêtés et conduits au poste de police sans qu’aucun motif ne leur soit notifié. De faux procès-verbaux seront rédigés par la police, prétendant qu’aucun des veilleurs ne possédait ses papiers sur lui. (5)

Toute ressemblance avec une dictature existante ou ayant existé ne saurait être que fortuite et indépendante de la volonté des auteurs de ces dérives.

Le passe-droit pas pour tous

Une des caractéristiques des régimes démocratiques est l’égalité de tous devant la loi, ce dont nous rabat les oreilles tout ce que la France compte de socialistes. La démonstration par Manuel Valls.

28 janvier 2014, 10h30, Paris. Une amie d’Anne Gravoin, la femme de Manuel Valls se gare en vrac devant l’appartement du couple. Une pervenche qui ne fait que son travail et applique consciencieusement l’égalité de traitement pour tous les automobilistes en infraction se met à verbaliser le véhicule. Deux heures plus tard, quand l’amie de la femme du premier flic de France sort de l’appartement, elle ne peut que constater le papillon sur son pare-brise. Un policier en faction essaye de se justifier en précisant qu’il a tout fait pour éviter cela.

Lire la suite sur : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/22-03-2014/de-la-stasi-a-la-gestapo#.Uy7BhZWPLX4
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dictature socialiste

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum