La fin des médias aux ordres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La fin des médias aux ordres

Message par Chasseur le Mar 17 Déc - 21:39

Le financement de la presse aux ordres

Du 16 au 20 décembre 2013 : L'Etat a donné 5 milliards d'euros aux journaux! Au nom de la liberté de la presse. Cherchez l'erreur. Téléchargez la liste en pdf ici et regadez la bien, commencez par la fin, vous verrez que même le journal de la CFDT est payé par l'Etat, tout comme Nous Deux, France Footbal et Rustica. Dingue! Ne vous étonnez pas que personne n'ose lever le petit doigt. Notez aussi que malgré cela, ils n'y arrivent pas.

Petit extrait:

- Le Figaro 18,6 millions
- Le Monde 18,2 millions
- Ouest France 11,9 millions
- La Croix 10,7 millions
- Télérama 10,3 millions
- Libération 10 millions
- Aujourd'hui en France 9,3 millions
- Nouvel Observateur 9,3 millions
- L'Express 7,2 millions
- Télé 7 jours 6,9 millions


Source : http://www.jovanovic.com/blog.htm


Dernière édition par Vincent le Mar 25 Fév - 21:13, édité 3 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ils ont acheté la presse

Message par Chasseur le Dim 29 Déc - 20:01

Ils ont acheté la presse



5e journée de réinformation de Polémia :
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Malgré l'argent du contribuable, la presse papier est en crise

Message par Chasseur le Dim 29 Déc - 22:50

"sept des huit grands quotidiens nationaux français (sauf La Croix) ont vu leur diffusion baisser sur les 10 premiers mois de l'année, selon l'OJD. Les Echos résistent, Le Figaro et Le Monde s'en sortent avec des baisses de 3 à 5%, mais la chute est alarmante pour Le Parisien, Aujourd'hui en France et l'Equipe, qui reculent d'environ 10%, et plus encore pour Libération (-16,06%). [...]

Cette année, le groupe Le Monde prévoit un déficit net de 2 millions d'euros et Le Parisien une perte nette de 17 millions, presqu'autant qu'en 2012. Libération, fragilisé par une dette de 6 millions, perdra plus d'un million cette année. Les Echos prévoient une perte opérationnelle courante de près de 3 millions, après -6,7 millions en 2012. [...]

Au moins 300 postes de journalistes seront détruits cette année, selon le Baromètre de l'emploi Journalistes 2013. Déjà 2012 avait vu 1.158 suppressions d'emplois dans la presse, dont 600 journalistes. Derniers exemples, Le Monde veut supprimer 29 postes à Courrier International, Nice-Matin 148 postes, le Groupe Sud-Ouest 180, L'Equipe fait partir 71 salariés et 20 minutes va supprimer son service photo.

Pour ne pas licencier, Libération négocie avec ses employés des baisses de salaire. Le directoire de "Libé" sera renforcé par un manager début janvier.

[...] L'année dernière, Le Monde et Le Figaro ont été les deux journaux les plus aidés, avec, respectivement, 18,6 et 18,2 millions d'euros versés. Loin derrière, viennent ensuite le quotidien régional Ouest-France (11,9 millions), le journal catholique La Croix (10,7 millions), l'hebdomadaire culturel Télérama (10,3 millions), Libération (10 millions), les Echos (4 millions). La Tribune a reçu un peu plus de 221.000 euros. Au total, 272,8 millions d'euros d'aides directes ont été accordés à la presse en 2012."

Source : http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20131228trib000802932/la-presse-papier-a-souffert-cette-annee.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jean-Jacques Bourdin démasqué !

Message par Chasseur le Mar 7 Jan - 22:22

Jean-Jacques Bourdin sous une pluie de quenelles !
RMC, 7 janvier 2014




Source E&R : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Jean-Jacques-Bourdin-sous-une-pluie-de-quenelles-22518.html

Hé oui il se passe quelque chose d’énorme en France avec l’affaire DIEUDONNE : les élites mondialistes, dont les élites médiatiques, sont acculés dans leur mensonge : la communication en face est assez puissante et les Français de moins en moins des moutons : n’oubliez pas que RIEN n’est tout blanc ou tout noir , mais là les médias mainstreams abusent en disant tout et n’importe quoi (enfin surtout du grand n’importe quoi) et se mettent à nus devant les français, qui voient donc enfin,  leur vrai visage …

Ce n’est pas pour rien, comme on l’a encore vu tout à l’heure que NIEL/BERGE/PIGASSE   veulent acheter le nouvel obs… : c’est le pouvoir !

Et ce sont ces élites oligarchiques déroutantes qui tiennent les mainsteams médias en FRANCE , et ils sont en train de créer un véritable clivage en France, en diffusant leur propagande mensongère par un énième chantage à l’antisémitisme : non DIEUDO n’est pas antisémite, non les Français ne sont pas antisémites, et oui les français commencent à percevoir l’effroyable imposture de nos élites corrompues …

Source : http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/01/08/affaire-dieudonne-aticle-en-cours-de-redaction/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le moins que l'on puisse dire c'est que Dupont-Aignan n'a pas manqué de courage

Message par Chasseur le Lun 20 Jan - 12:17

Le moins que l'on puisse dire c'est que Dupont-Aignan n'a pas manqué de courage....Aucun de ces célèbres commentateurs n'a eu l'honnêteté de répondre.

Cliquer sur le lien pour écouter;

Esclandre sur Canal Plus: la vidéo très courte est à voir...

les journalistes et leurs grands avantages, c'est bien connu … et tout ce petit monde  a voté Hollande bien entendu !

Vive la moralité ....

Dupont Aignan provoque un esclandre sur Canal Plus. La vidéo  très courte est à voir.

Les journalistes en prennent plein les dents et n'osent pas répondre à sa question, qui fait mouche.

VOIR LA VIDEO SUR : http://www.francetvinfo.fr/dupont-aignan-provoque-un-esclandre-sur-canal_83611.html

David PUJADAS …………….. (environ)………240 000 €

Laurence FERRARI ………….(environ)………500 000 €

Michel APATHIE……………... (environ)………500 000 €

Alain DUHAMEL ……………...(environ)………240 000 €

Claire CHAZAL…Hors concours (environ)…...900 000 €

Sans oublier...Marie DRUCKER.....Laurent DELAHOUSE....et les autres...

Tous ces journalistes se gardent bien de parler de leurs avantages fiscaux.

Au-delà de 3 mois de présence les journalistes ont droit à la totalité de la rémunération mensuelle pendant 3 mois, ils ont demandé à François HOLLANDE de porter la durée à 6 mois.

Les journalistes en service, victimes d’accidents du travail, de trajet ou atteints de maladie professionnelle contractée à l’occasion de leur travail, conservent pour tous les arrêts reconnus par la sécurité sociale comme directement liés à l’accident du travail ou à la maladie professionnelle, l’intégralité de leur rémunération dans la limite de 2 ans

Ils ont demandé de pousser à 4 ans.

En cas d’incapacité permanente –partielle telle qu’elle est reconnue par la sécurité sociale, le journaliste a droit à une PRIORITE DE RECLASSEMENT dans une fonction compatible avec son état physique, avec maintien de tous ses droits - y compris la déduction fiscale -, notamment en matière de salaire.

A compter de la date de leur engagement, les journalistes atteints d’une affection de longue durée reconnue par la sécurité sociale entraînant momentanément une incapacité totale d’exercer leur fonction, conservent pendant les trois premières années l’intégralité de leur salaire et les avantages fiscaux. Ils ont demandé à François HOLLANDE … de porter à 5 ans.

Au cours de la dernière campagne présidentielle,: les journalistes ont évidemment fait l’apogée de F.-Hollande.

En France tous les salariés sont exonérés d'impôt  sur 10 % de leurs revenus.

En France tous les journalistes ont droit  depuis 1934 à une exonération supplémentaire de 30 % (avec un plafond) qui s’additionne aux 10%.

En 1996, un premier ministre a osé tirer un trait sur certaines niches !

Une profession va particulièrement se plaindre « LES JOURNALISTES ».

Alain LAMBERT ex-rapporteur du budget au Sénat se souvient : « De la hargne de journalistes et de la trouille des politiques ».

Le premier ministre de l’époque avait tenu bon, mais il avait accepté une première concession à la profession : la création d’un fonds budgétaire pour compenser la hausse d’impôt que subiront les journalistes.

Parallèlement, les négociations étaient engagées avec les syndicats. Elles aboutiront sous JOSPIN :  Il fut décidé de rétablir l’avantage fiscal, sous forme un peu plus juste : au lieu de 30 % les journalistes pourront dorénavant retirer soit 7 650 € (ou équivalent 50 000 francs de l’époque) de leurs revenus (mesure unique pour les journalistes  –  et les autres Français ---RIEN---).

Avant les primaires socialistes, les syndicats de journalistes ont demandé à François HOLLANDE de rétablir les 30% d’abattement :

42.500 journalistes bénéficieront de cet avantage.

Quand on pense que le gouvernement a défiscalisé les heures supplémentaires pour les ouvriers et employés !...

Savez-vous que des proches des journalistes, (qui ne sont pas journalistes) se déclarent journalistes sans carte de presse.

Et maintenant des journalistes de l’audiovisuel ont demandé un abattement supplémentaire de 10 % pour des frais esthétiques !

Mesdames, Messieurs les journalistes : Parlez aussi de vos privilèges au journal de 20 heures !
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Patrick Cohen - Le syndrome de Pinocchio

Message par Chasseur le Lun 20 Jan - 13:19

Patrick Cohen - Le syndrome de Pinocchio

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

l'info intox

Message par Chasseur le Lun 20 Jan - 13:47

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La presse papier paie sa soumission à l’ordre établi

Message par Chasseur le Mar 21 Jan - 22:53

Marianne serait à vendre pour 5 millions d’euros
by Éric Verhaeghe • 21 janvier 2014

Marianne serait en vente pour 5 millions d'euros. Une nouvelle illustration de la fulgurance de la crise qui touche l'édition et la presse françaises.

Après l’annonce de la mise en vente du Nouvel Observateur pour une petite quinzaine de millions €(13,4 millions selon Les Echos), c’est l’hebdomadaire Marianne qui devrait vivre des heures difficiles. Selon mes informations, Yves de Chaisemartin cherche un repreneur pour un prix de vente de 5 millions €. Un prix modeste à la hauteur des pertes du journal, qui seraient supérieurs aux estimations annoncées en novembre et avoisineraient les 4 millions.

Dans le même temps, plusieurs nouvelles tombent, qui concernent plutôt le monde de l’édition papier. Ainsi, l’éditeur Jean-Claude Gawsevitch serait en train de déposer le bilan, pendant que les PUF sont rachetées par le réassureur Scor, présidé par Denis Kessler. Fin 2013, c’est LVMH qui a recapitalisé Gallimard à hauteur de 8 millions d’euros.

Après la faillite des librairies « Chapitre », c’est donc tout le secteur de l’édition papier qui subit une violente crise, depuis l’édition de livre jusqu’aux vendeurs, en passant par la presse. Les ressorts de cette crise sont connus: la transformation numérique du savoir laisse le papier imprimé KO. On notera toutefois deux particularités qui accroissent la violence de cette crise.

La presse papier paie sa soumission à l’ordre établi

Les lecteurs de ce blog se souviennent que je m’étais épanché sur les aides publiques à la presse. Certains quotidiens ne survivent que grâce à l’aide qui leur est apportée par le contribuable. Cette dérive constitue l’apothéose d’un système de subordination qui a entretenu la presse française.

La docilité est probablement ce qui caractérise le mieux le journaliste français. Faute d’une transparence des données et des informations publiques, les journalistes sont en effet extrêmement dépendants des « officiels » pour obtenir des scoops ou des informations confidentielles. Pour obtenir ces scoops, il faut se montrer docile et respectable, limiter son esprit critique et en permanence faire des compromis avec ses sources. Difficile, dans ces conditions, de faire honorablement son métier.

La presse papier suppose également des investissements très lourds, des frais de fonctionnement élevés. La presse est fortement dépendante de ses annonceurs publicitaires qui ont droit de vie et de mort sur elle. Certains annonceurs ont même décidé de s’offrir directement les journaux qui leur plaisent: Libération, Le Monde, Le Figaro, Les Echos sont tous devenus des propriétés de grands annonceurs.

Là encore, la contrepartie de cette évolution est destructrice pour le business model de la presse: les journalistes sont obligés de produire une information institutionnalisée, où l’investigation se heurte rapidement à des limites. Face à la liberté de ton d’Internet, évidemment, la presse ne fait plus le poids.

Pour lutter contre ce déclin fulgurant, nombreux sont les titres qui ont utilisé des recettes qui les discréditent à long terme. C’est par exemple le cas de l’Express qui multiplie les unes interchangeables. Par exemple, en une année, l’hebdomadaire dirigé par le sémillant Barbier doit collectionner les dossiers sur les francs-maçons: les francs-maçons et le pouvoir, les francs-maçons et les affaires, les francs-maçons qui ont fait l’histoire, les francs-maçons et le secret, faut-il devenir franc-maçon? Chaque année, Barbier utilise cette recette pour défendre ses ventes lorsque l’actualité ne lui permet pas de faire ses choux gras d’histoires ordurières.

Cette méthode a forcément ses limites.

La concurrence entre une presse Internet (blogs compris) où la réalité est décryptée librement et sans faux semblants, d’un côté, et une presse papier empesée et obséquieuse fait aujourd’hui sentir tout son prix.

Lire la suite de l'article sur : http://www.eric-verhaeghe.fr/marianne-serait-a-vendre-pour-5-millions-deuros/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=marianne-serait-a-vendre-pour-5-millions-deuros
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Figurez-vous, ma bonne dame, que 77 % des Français ne croient plus les médias.

Message par Chasseur le Lun 27 Jan - 15:46



Figurez-vous, ma bonne dame, que 77 % des Français ne croient plus les médias. De source sûre, puisque c’est l’organe principal de diffusion de la pensée unique qui le dit : Le Monde. Comment expliquer pareil désamour, quand nos journalistes font le job avec une conscience toute professionnelle ? Regardez i>Télé et ses 300 manifestants à la Marche pour la vie. Elle, qui vient de mettre en une La passion française qu’est soudain devenue Julie Gayet, et fait poser ses journalistes sur Internet avec des affichettes pro-IVG d’une indigence intellectuelle rare. Jean-Luc Hees qui confesse que, pour stopper l’hémorragie d’auditeurs, France Inter devrait donner la parole à ceux qui pensent autrement. Et aurait sans doute dû traiter la question de la filiation lors de la loi Taubira…

Bref, on le voit, ils font des efforts. Alors pourquoi tant de haine ? Ben, je sais pas, au hasard, peut-être parce qu’une bonne partie des journalistes ne connaît pas ses sujets, ne recherche plus la vérité, copie-colle des dépêches AFP, enferme les gens dans des stéréotypes autrement plus pernicieux que ceux du genre, ne les représente plus, n’accepte pas la pluralité des opinions et pratique l’excommunication médiatique ? Ou encore, qui sait, parce que 80 % à 90 % de la profession est formatée par une idéologie gauchisante, inculquée notamment à Sciences Po et dans les écoles de journalisme, et perpétuée par l’endogamie, la reproduction sociale et le comportement panurgien des dernières têtes pensantes ?

À ce sujet, la dernière conférence de presse du chef de l’État fut éloquente : un parterre de 600 courtisans qu’il n’est même plus besoin de censurer, tant ils craignent d’être marqués au fer rouge par une question dérangeante… Orwell n’aurait pas rêvé mieux ! Seuls deux journalistes ont eu l’audace, l’outrecuidance d’aborder l’affaire Gayet. Et seuls deux, les mêmes, ont regretté cette mauvaise pièce de théâtre. Alain Barluet (Le Figaro), président de l’Association de la presse présidentielle ― stalinienne ? a-t-on envie de demander ―, par un tweet dédié à celui qui n’hésitait pas à porter la plume dans la plaie : « Albert Londres, pardonne-moi ! » Et Nicolas Domenach (Marianne), par ces mots : « En assistant à la conférence de presse, au verrouillage, à la déférence des questions posées, je me suis dit : ce n’est pas possible qu’on se ridiculise à ce point-là devant la presse étrangère. »

Et si ! N’y a-t-il donc plus que Closer pour relever le gant ? Quand l’hebdo people a divulgué la double vie du Président, les médias dominants ont attendu le communiqué de l’Élysée pour réagir, des heures après les médias étrangers, alors même que tous savaient depuis 18 mois. Oui, ce tapis de 600 invertébrés aurait mieux fait de laisser sa place au paparazzi de la rue du Cirque. Il en aurait eu, lui, des questions à poser. Et des bonnes : ces trous dans votre agenda, vu le contexte, est-ce bien normal ? Un président en scooter, la sangle du casque ouverte, est-ce bien sérieux ? Tromper sa compagne, pour la jeunesse du pays, est-ce bien exemplaire ? Valérie Trierweiler vivant aux crochets de l’État, est-ce bien moral ?

Pas un n’a osé. Mais comment peut-il en être autrement, tant nos politiciens et nos journalistes sont de la même caste ? Ils se fréquentent, se tutoient, forment des couples consanguins au possible (Hollande-Trierweiler, Montebourg-Pulvar, Baroin-Drucker, Kouchner-Ockrent, DSK-Sinclair, Peillon-Bensahel, etc.). Parfois même, ils font dans l’échangisme : Roselyne Bachelot participe à un talk-show dérisoire, Caroline Fourest se fait militante politique, et Frédéric Mitterrand fait la navette entre le ministère de la Culture et France Inter. Tout se mélange dans un magma informe, comme le montre l’essor du chroniqueur, petit juge sans responsabilité, hybride d’humoriste et de polémiste, tandis que les derniers qui font leur boulot sont muselés l’un après l’autre (Zemmour, Ménard, Taddeï…).

Le pauvre invité dérangeant se retrouve ainsi seul face à une meute de contradicteurs enragés. Ainsi de Tugdual Derville (Alliance Vita) venu parler sur Arte de la détresse des femmes qui avortent. Certains vont jusqu’à insulter leurs invités : Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Lejeune et militant pro-vie, s’est fait traiter de connard à la sortie du studio d’Europe 1, par une journaliste assise sur sa charte de déontologie. Parfois même, on n’invite plus le moindre opposant : on reste entre soi, tous du même avis, c’est plus confortable, et on met la poussière sous le tapis. Qui, dans les médias installés, a annoncé la plus grande manifestation depuis 30 ans en France, le 24 mars dernier ? Qui a parlé des 730.000 pétitions adressées au Conseil économique, social et environnemental, et aussitôt jetées à la poubelle ? Qui parle des Sentinelles, qui veillent debout devant des lieux de pouvoir depuis l’été dernier ? Qui a annoncé le Jour de colère ?

La réinformation est ainsi devenue un travail vital. Depuis un an, les sites alternatifs explosent, et Valeurs actuelles est devenu l’hebdo de la résistance (+72 % en 2013 !). Et on est désormais mieux informé des questions françaises par le site La Voix de la Russie, que par la Pravda des chaînes publiques, cheval de Troie de la bien-pensance au cœur des foyers. En attendant le lancement de TV Libertés, le 30 janvier prochain. Je vais peut-être remonter mon poste de la cave…

Source : http://www.bvoltaire.fr/eliveugnol/journaliste-cette-profession-qui-trahi-la-france,48601
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le gouvernement veut aider Libé

Message par Chasseur le Mer 12 Fév - 9:47

« La Lettre de l’Expansion » annonce que le gouvernement travaille à un financement indirect du quotidien gauchiste, tout proche de la cessation de paiement – malgré les millions d’argent public qu’il perçoit déjà chaque année. Il serait notamment question de rééchelonnement de dette et de prêt garanti par l’État (autant dire de « don » du contribuable !)."

source : http://www.les4verites.com/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La dissidence française devant libération

Message par Chasseur le Jeu 13 Fév - 14:37

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Libération, combien de divisions ?

Message par Chasseur le Sam 15 Fév - 11:18

Libération, combien de divisions ?

Le 13 février 2013, Libération titrait : « Dieu démission ! »

Le 13 février 2014, le directeur de Libération a démissionné.



Source : le salon beige
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Libération : la chute de la maison bobo

Message par Chasseur le Mer 19 Fév - 11:51

Je connais un endroit à Paris où l’on ne ricane plus tout à fait de la même façon. Oh, on ricane encore, parce que c’est mécanique, automatique, mais on a compris que le temps du ricanement heureux est terminé. Au siège de Libération, il y a comme un goût de cendres dans les ricanements de cet hiver 2014. On perçoit que le type de méchanceté qui était la raison d’être de ce repère de bobos a fait long feu et ne se porte déjà plus.



Durant trente ans, la fonction de Libération a été de moquer, de stigmatiser les braves gens, ceux qui ne voulaient pas devenir des mécaniques mentales téléguidées par l’industrie culturelle, ceux qui refusaient de voir leur personnalité entièrement déterminée par le marché du cinéma,  de la musique,  de la high-tech. Ceux qui refusaient de devenir des zombies « fabriqués » par le marché mondialisé en un mot.

Pour cela, les gens de Libération ont ressassé à satiété les mêmes invectives, les mêmes amalgames, les mêmes ignominies , les mêmes trucs d’école de photo, les mêmes banalités d’école de cinéma, les mêmes ricanements hautains et méprisants, tout cela toujours dirigé contre les mêmes cibles, les français attardés, les ploucs ringards, les provinciaux sous- développés, les beaufs grossiers.  Les mêmes trucs photo lamentables utilisés pendant trente ans pour ridiculiser les braves gens. Il faut le faire !

« Nous sommes un journal » titrent ces pitoyables bobos de l’ex-Libération en réponse aux financiers qui viennent de siffler la fin de la récréation et de leur signifier en clair qu’ils sont devenus des idéologues superflus et, si j’ose le dire, et j’avoue que j’ai plaisir à le dire : ringards.

Mais non : vous n’avez jamais été un journal, bobos ahuris ! Vous n’avez été qu’une association de malfaiteurs chargée par le marché capitaliste de démoraliser et de désespérer un peuple sain et drôle, la classe populaire française. Classe promise à la liquidation et à l’éradication par différents moyens, parce qu’elle représente tout ce que le marché mondial ne peut supporter : l’ironie et l’esprit frondeur. Il se trouve qu’aujourd’hui, le marché n’a plus besoin de vous pour ce sale boulot, que votre type de méchanceté est éventé et vieillot et que vous rejoignez votre destination naturelle : la poubelle aux collabos usagés.

Vous ne saviez donc pas ceci que le marché capitaliste ne fait de promesses à personne, et qu’il les tient toujours.

Jacques-Yves Rossignol

Source : http://www.les4verites.com/societe/liberation-la-chute-de-la-maison-bobo
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les médias ont un pouvoir de vie ou de mort sociale

Message par Chasseur le Sam 22 Fév - 12:31

Les médias ont un pouvoir de vie ou de mort sociale

Jean-Yves Le Gallou est interrogé sur Politique Magazine :

"Vous affirmez que les médias ne sont plus le quatrième pouvoir, comme l'affirme l'adage, mais le premier. Pourquoi ?

Les médias exercent aujourd'hui le principal pouvoir, celui sur les esprits. Le message qui est diffusé s'imprime dans les têtes. Qu'on le veuille ou non, c'est un véritable organe de contrôle du cerveau. En outre, les médias ont un pouvoir de vie ou de mort sociale. Ils peuvent diaboliser un personnage, le starifier ou l'ignorer totalement. Les exemples ne manquent pas (voir La Tyrannie médiatique). Les médias calibrent ce qu'ils disent ; ils s'autolimitent selon l'idéologie dominante.

Quelle est cette pensée unique dont vous parlez ?

De toute évidence, elle prône la destruction des frontières, la marginalisation des traditions et de la culture, l'avènement d'un gigantesque espace de marché pour la consommation individuelle. Ceux qui ne partagent pas cette vision s'exposent à la mort sociale dont je parlais. Le mimétisme entre les journalistes renforce ce phénomène. En Europe, particulièrement en France, les médias n'informent plus, ils communiquent.

Comment en est-on arrivé là ?

Nous observons en France une conjonction entre les trotskistes de salle de rédaction - ceux qui avaient massivement investi les médias suite au mouvement libéral-libertaire de mai 68 - et le capitalisme financier - qui a constamment aidé la presse avant d'en devenir propriétaire. Vous savez, cette corruption des médias et leur transformation en instruments de propagande ne sont pas un phénomène nouveau. L'influence qu'y exercent des banquiers, des hommes politiques ou des puissances étrangères pour les détourner de leur fonction de contre-pouvoir ne l'est pas non plus. Mais on ne peut en dire autant de la disparition totale de la pluralité des opinions dans nos médias aujourd'hui.

Est-il possible de rétablir de la diversité médiatique ?

Dans le cadre actuel, je ne pense pas. Il n'y a plus aucun contrepouvoir dans la grande presse et les médias audiovisuels sont surveillés par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, organisme qui peut rappeler à l'ordre des intervenants ou empêcher la diffusion d'une chaîne sur le territoire. Il y a eu des tentatives de diversification et elles ont toutes échoué : Frédéric Taddéï a été neutralisé sur France 3, Robert Ménard a été éliminé d'I-télé, Eric Zemmour a vu son temps d'antenne réduit de 60 % sur RTL...

L'Internet peut-il changer la donne ?

Il modifie déjà en profondeur le paysage médiatique. Le rapport de force entre les médias dominants et les médias alternatifs est bouleversé : s'il était de 1 pour 1 000 avant l'apparition de l'Internet, il est aujourd'hui tombé à 1 pour 10. La répercussion est considérable. Il n'est pas impossible que nous assistions à la fin de la tyrannie médiatique. En effet, nous observons d'une part un début de « krach » : la différence entre ce qui est montré et espéré par la caste journalistique et ce qui est vécu et voulu par la population est telle que cette dernière ne croit plus au message qu'on lui soumet. D'autre part, des médias alternatifs ont fait leur apparition sur Internet, et le volume est en extension. [...]"
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Canal+ a perdu 360 000 abonnés en 2013

Message par Chasseur le Mar 25 Fév - 21:16

Grégoire Castaing, dictateur financier Canal+, explique qu'il s'agit d'un mauvais environnement macro-économique, bref c'est la crise et les Français n'ont plus les moyens de s'abonner, que la concurrence est sévère (baisse des tarifs, TNT gratuite....).

Mais il ne se demande pas si les Français n'en ont pas raz-le-bol du politiquement correct ou de l'humour abject :
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/02/humour-ind%C3%A9cent-canal-mise-en-demeure-par-le-csa.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Audiences en berne pour les radios généralistes

Message par Chasseur le Mer 16 Juil - 11:38

Audiences en berne pour les radios généralistes

Les radios généralistes ont toutes vu leur audience reculer en avril-juin, surtout RTL qui affiche la plus forte baisse en perdant 660 000 auditeurs en un an.

•RTL reste en tête mais à vue son audience cumulée baisser à 10,7 % contre 12 % un an plus tôt.
•France Inter perd 450 000 auditeurs en un an, avec une audience de 9 % contre 9,9 %.
•Europe 1 perd 0,3 point d'audience à 8,7 % contre 9 %,
•RMC perd 0,4 point à 7,6 % contre 8 %
•France Bleu résiste à 7,3 % contre 7,4 %.

En tout, plus de deux millions d'auditeurs ont déserté les ondes.

Source : le salon beige
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Presse écrite : recettes en baisse en 2013 suite au recul de la publicité

Message par Chasseur le Lun 25 Aoû - 18:24

Presse écrite : recettes en baisse en 2013 suite au recul de la publicité

Le chiffre d'affaires de la presse écrite française a encore perdu 5,3% en 2013, à 8,25 milliards d'euros, à cause d'un recul des recettes publicitaires (-8,5%) et des ventes (-3,5%), non compensé par des recettes numériques encore très marginales, indique une étude du ministère de la Communication.

Alors que le secteur affiche sa sixième année de recul consécutive, ses recettes numériques ont à peine franchi en 2013 la barre des 5% du chiffre d'affaires des 300 plus grands acteurs de la presse en France : Internet n'a représenté que 5,2% de leurs recettes, à peine mieux qu'en 2012, selon cette étude de la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC).

Lire la suite sur : http://www.boursorama.com/actualites/presse-ecrite-recettes-en-baisse-en-2013-suite-au-recul-de-la-publicite-2f321690bda0371549488d034e06085a
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

CHARLIE FAIT LA MANCHE

Message par Chasseur le Dim 23 Nov - 20:52

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Léo Scheer : "Havas a financé des partis politiques"

Message par Chasseur le Mar 2 Déc - 22:11

Léo Scheer : "Havas a financé des partis politiques"

Léo Scheer fut le directeur des programmes de TV6 (ancêtre de M6) et le créateur de la chaîne Canal+. De 1981 à 1984, il fut directeur du développement et directeur de cabinet du président du groupe publicitaire Havas.

Lien sur E&R : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Leo-Scheer-Havas-a-finance-des-partis-politiques-29463.html

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Partialité du JT de France 2 : la réplique de Bruno Gollnisch

Message par Chasseur le Jeu 4 Déc - 20:44

Partialité du JT de France 2 : la réplique de Bruno Gollnisch

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

En finir avec Radio France

Message par Chasseur le Lun 13 Avr - 20:00

En finir avec Radio France

Et « bilan financier désastreux » est un terme pudique pour cacher une réalité encore pire.

Déjà, on peut s’étonner de la masse salariale du groupe. Si l’on peut comprendre qu’il faille pas mal de monde pour faire tourner autant de radios, il est plus difficile à comprendre que cette masse salariale augmente sans cesse : entre France Info (+63% de 2004 à 2013) ou FIP (+61%), on a bien du mal à comprendre ce qui justifie une telle obésité, d’autant que les audiences, en face, ne justifient en rien une telle augmentation, d’ailleurs pas plus en rapport avec l’augmentation d’effectif sur la même période, plus calme à (seulement ?) 20%. Autrement dit, non seulement le nombre de salariés augmente, mais les salaires aussi, et plus vite.

À cela, on doit ajouter les nombreux avantages de certaines catégories de personnels (d’ailleurs abondamment représentés parmi les grévistes) et dont la Cour des Comptes faisait la liste dans un récent rapport, comme un nombre assez stupéfiant de congés payés : aux 25 jours légaux, les journalistes de Radio France bénéficient de 5 jours de repos dus au passage de 40h à 39h, 4 jours dits « de modernisation », 15 jours pour récupération de jours fériés, 16 jours de RTT (si leur travail est planifié en 5/2) et encore 5 jours au-delà de 8 années d’ancienneté, ce qui fait jusqu’à 14 semaines de vacances.

Ces avantages pourraient encore passer s’il n’y avait pas plus de 8% des effectifs de la radio d’État élus ou délégués syndicaux, dont les heures syndicales équivalent à plus de 130 personnes à temps plein, ou si, à ces éléments déjà inquiétants en regard de la situation financière de la chaîne publique, on ne devait ajouter la quantité minimaliste d’heures prestées par les musiciens des deux (oui, deux) orchestres (le philharmonique et le national), qui ne dépassent pas les 800 heures par an là où un salarié lambda doit en effectuer le double (1607 par an) pour être considéré à temps plein.




Enfin, on pourra passer rapidement sur le chantier de rénovation qui aura occupé la Maison de la Radio et dont le total atteint plus de 575 millions d’euros (un demi-milliard, les enfants, c’est une bagatelle !) alors qu’il était établi à 262 millions initialement (ça fait plus qu’un doublement), parce qu’en réalité, on devra surtout tenir compte de la trésorerie négative, d’une centaine de millions d’euros à la fin 2015, et du déficit prévu, à cette même fin 2015, à plus de 21 millions d’euros, alors que les « recettes » sont toujours aussi rachitiques.

En effet, si l’on oublie la redevance, qui fournit grosso-modo 90% de son budget, Radio France ne parvient pas, même de loin, à rentabiliser ni ses orchestres (dont les entrées payantes sont une goutte d’eau) ni ses plages publicitaires ou ses services divers. Si le groupe de radios devait vivre de ses recettes réelles, il devrait couper 90% de ses dépenses. On est loin, très loin des misérables 7% que la direction tente d’obtenir auprès des syndicats, des salariés et du ministère de la Culture dont tout indique qu’il l’a lâchée en rase campagne.
Lire l'article sur : http://www.contrepoints.org/2015/04/13/204351-en-finir-avec-radio-france?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints2+%28Contrepoints%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aides à la presse : un scandale d’État ?

Message par Chasseur le Mar 23 Juin - 13:02

Aides à la presse : un scandale d’État ?

SI L’ON EN CROIT LE DERNIER RAPPORT DU SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE EN LIGNE (SPIIL), PARU LE 2 JUIN DERNIER, LE FONCTIONNEMENT DES AIDES À LA PRESSE EN FRANCE RELÈVERAIT PRESQUE DU SCANDALE D’ÉTAT.



Le coût pour la collectivité s’élève en effet, si l’on additionne les aides directes (137 millions) et les aides indirectes (971 millions), à plus d’1,1 milliard par an. Pourquoi pas, dira-t-on, si l’on considère que la presse est un secteur éminemment stratégique dont une démocratie pourrait difficilement se passer, et si l’on ajoute que cette charge nationale est à peu près équivalente à celle du régime des intermittents du spectacle, autre joyau de notre fière « exception culturelle » ? Le malheur veut que ces aides, en protégeant un secteur dévasté, d’une part l’empêchent de se réformer en profondeur et de prendre la mesure de l’abîme sur lequel il danse depuis vingt ans, et d’autre part soient réparties de manière très injuste parmi les différents types de presse contemporaine. C’est ce que ce rapport met précisément en lumière.

Lire l'article : http://news360x.fr/aides-a-la-presse-un-scandale-detat/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

« Jusqu’à preuve du contraire » – Épisode 5

Message par Chasseur le Mer 29 Juil - 13:33

« Jusqu’à preuve du contraire » – Épisode 5

Au menu de ce nouvel épisode de « Jusqu’à preuve du contraire », quelques belles manipulations par l’image ou par l’état-civil, avec notamment des charmantes blondes se rafraîchissant aux bouches d’incendie dans les rues de notre beau pays ou des assassins d’origine africaine transformés par la grâce du politiquement correct en européens… Mais aussi un petit détour sur la grande blague du moment : les Guignols de Canal+ seraient les garants de la démocratie ! A voir sans modération.

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Réinfosphère contre médias de propagande : la grande bataille !

Message par Chasseur le Ven 9 Oct - 9:45

Réinfosphère contre médias de propagande : la grande bataille !





Pour la propagande médiatique, 2015 sera un grand cru. « Je suis Charlie », « PADAMALGAME » : 10 jours d’ahurissement en janvier ! « Je suis Aylan », accueillons les  « migrants » rebaptisés « réfugiés » : 10 jours d’ahurissement supplémentaire en septembre. En attendant l’affolement prochain des populations, en décembre, quand il faudra « sauver la démocratie » en Provence et dans le Nord après le premier tour des élections régionales. Car pour s’opposer au succès possible de Marion Maréchal Le Pen et Marine Le Pen les médias de l’oligarchie joueront à nouveau de la grosse caisse.

Toutes les techniques de propagande sont mobilisées: diabolisation des uns, angélisation des autres, répétition, orchestration, sidération émotionnelle, unanimité obligatoire, novlangue. Et l’exercice permanent de la « pensée intimidante ».

Avec un seul but : l’anéantissement de l’esprit critique.

Malheureusement, l’esprit critique survit – et même prospère – grâce à la blogosphère, refuge de l’information alternative : c’est là qu’on a appris que le père d’Aylan ne fuyait pas la guerre (il a d’ailleurs enterré sa famille à Kobane en territoire syrien sous contrôle kurde) mais voulait aller au Canada se refaire les dents (selon les déclarations de sa sœur) ; reprenant des témoignages accordés à la télévision australienne, la blogosphère a aussi révélé que le père d’Alyan était passeur. Un brave passeur qui avait oublié de trouver un gilet de sauvetage… pour sa femme et ses enfants.

Des révélations qui mettent à mal le conte de fée sur les malheureux « réfugiés » qui fuient la guerre (de jeunes hommes qui laissent souvent sur place femme, enfants et vieux parents). Les médias de propagande montrent les rares enfants. La blogosphère montre la réalité.

Les médias officiels vivent très mal cette situation qui remet en cause leur monopole et par là même leurs mensonges. D’autant qu’ils constatent que les Français les croient de moins en moins.

Ils ont donc recruté des armées de policiers du net chargés de traquer les tweets erronés ou approximatifs. De jeunes journalistes d’extrême gauche s’en sont fait une spécialité: les « décodeurs » (en fait les recodeurs) au Monde et le Lab d’Europe 1. Les grands médias audiovisuels font appel à eux comme « experts ». « Expert » : le mot fétiche des radios et des télévisions pour porter la parole officielle.

Radios et télévisions du système multiplient aussi « les mises en garde » (sic) contre la réinfosphère et appellent leur public à ne faire confiance qu’aux médias officiels en « ne se basant que sur la presse et les vrais sites (re sic) pour la vérification des informations » selon LCI.

Il y a un côté pathétique dans ces appels – ou plutôt ces rappels à l’ordre – d’organes médiatiques en perte totale de crédibilité.

On les comprend ! Comme à la fin de l’ère secondaire les petits mammifères de la réinfosphère viendront à bout des gros dinosaures des médias de propagande ! L’enjeu est de taille : abattre le totalitarisme du XXI e siècle : le totalitarisme médiatique.
Source : http://www.bvoltaire.fr/jeanyveslegallou/reinfosphere-contre-medias-de-propagande-grande-bataille,208342
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fin des médias aux ordres

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum