Immigration : "Nous sommes à l’heure d’une barbarie qui ne dit pas son nom"

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Immigration : "Nous sommes à l’heure d’une barbarie qui ne dit pas son nom"

Message par Chasseur le Mer 4 Déc - 16:25

Immigration : "Nous sommes à l’heure d’une barbarie qui ne dit pas son nom"

Malika Sorel-Sutter a été membre du collège du Haut Conseil à l’intégration (HCI) et de sa mission « Laïcité ». Elle a publié deux ouvrages remarqués sur l’immigration et l’intégration. Elle répond à La Nef :

[justify]Pour quelles raisons l’intégration culturelle a-t-elle échoué ?

Pour de nombreuses raisons. Je vais en citer quelques-unes. Les Français l’ignorent, mais sur le flux transalpin de 1870-1940, seul un Italien sur trois s’est finalement intégré, alors même que les Italiens sont très proches des Français en raison des nombreuses pages d’histoire qu’ils partagent. La religion participe aussi de la culture. Elle a largement façonné les mentalités au long des siècles. Il en va de même pour l’héritage grec, romain, la Renaissance, les Lumières, les révolutions populaires ; toutes ces pages ont nourri les peuples européens, en ont fait ce qu’ils sont devenus. Toute distance culturelle se traduit par une différence de systèmes de principes et de valeurs qui sous-tendent les identités. Plus la distance culturelle est conséquente, plus le processus d’intégration sera difficile. Il était irresponsable de laisser croire que des extra-européens pourraient mieux s’intégrer que des Italiens. Les élites ont menti sur ce point, mais elles ont de surcroît créé les conditions qui ont rendu l’intégration quasi impossible : importance des flux migratoires qui ont abouti à la reconstitution des sociétés d’origine sur la terre d’accueil ; évolution des programmes scolaires pour les adapter à l’arrivée massive d’élèves de cultures non européennes quand il eût fallu, au contraire, intensifier la transmission de la langue française, des principes et valeurs, de l’histoire ; adoption d’une posture morale de repentance et de culpabilisation qui a enlaidi, aux yeux des migrants et de leurs enfants, l’image de la France. Peut-on s’intégrer à une France affublée des pires tares ? Non.

En quoi le fait que l’immigration actuelle soit majoritairement musulmane change-t-il le problème ?

Comme je l’ai évoqué précédemment, la distance culturelle est centrale. Si l’immigration de masse avait été d’origine indienne, l’intégration aurait été tout aussi ardue. Les Indiens sont très éloignés des Français ; cela s’observe aussi bien au travers du statut des femmes dans les familles que dans le cloisonnement entre leurs différentes couches sociales. L’intégration des musulmans est un défi difficile à relever parce que les musulmans sont issus de peuples qui ne partagent guère d’héritage culturel avec les Français de souche européenne. Quant aux pages d’histoire commune, elles ont souvent été conflictuelles et n’ont pas été surmontées. La distance culturelle se traduit au quotidien par une conception différente des principes de liberté, d’égalité et de fraternité. Quant à la laïcité, elle n’est pas un principe organisateur des sociétés sources de l’immigration, sauf pour la Turquie il fut un temps. Au HCI, nous avons été alertés par l’inquiétude des acteurs de terrain suscitée par la poussée de revendications, que ce soit dans les entreprises, les hôpitaux ou les universités. La citoyenneté partagée aura du mal à perdurer en l’absence d’une communauté de principes et de valeurs. Le propos n’est pas de hiérarchiser entre les systèmes de principes et de valeurs, mais seulement de comprendre que l’intégration ne peut être obtenue sans l’adhésion des concernés. [...]

Comment expliquez-vous que l’on ne fasse rien pour relancer notre démographie déclinante ?

Une part importante de nos élites (politiques, médias, intellectuels, monde des affaires…) agit, et ses actes le démontrent, comme si l’être humain se réduisait à sa part matérielle – son enveloppe charnelle. Lorsqu’un migrant se déplace, nos élites ne voient ni l’esprit, ni l’âme, seulement un corps, et les corps sont perçus comme interchangeables. C’est la raison pour laquelle le déclin démographique est le cadet de leur souci. Pour elles, il suffit d’importer des migrants et le problème de la natalité européenne est réglé. Je m’en suis rendu compte dans des réunions auxquelles j’ai pu assister, y compris en présence de responsables d’instances politiques européennes. Malgré les apparences, notre époque a tourné le dos aux Lumières et à leur humanisme. Nous sommes à l’heure d’une barbarie qui ne dit pas son nom, qui ne se voit pas car elle n’est pas sanguinaire, qui réduit l’homme à l’état d’objet dénué de sensibilité, et vierge de toute l’histoire qui l’a précédé et dont il peut être l’héritier.[/justify]

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/


Dernière édition par Vincent le Dim 9 Mar - 23:00, édité 1 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

«une rupture assumée avec l'héritage du peuple français».

Message par Chasseur le Mar 11 Fév - 10:39

INTERVIEW - Pour Malika Sorel-Sutter, ancien membre du Haut Conseil à l'intégration, le rapport sur l'intégration remis au premier ministre est «une rupture assumée avec l'héritage du peuple français».

LE FIGARO - Comment jugez-vous les recommandations de ce rapport (http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/12/01016-20131212ARTFIG00629-integration-un-rapport-choc.php)

Malika SOREL-SUTTER. - Elles sont fidèles à la commande de Matignon, qui avait adressé une lettre de cadrage très claire aux ministres concernés. [U]La rupture avec l'héritage du peuple français est pleinement assumée. Rien n'est laissé au hasard, comme en témoignent les recommandations qui détaillent les modalités de la rééducation des masses. Il faut traquer les Français de souche culturelle européenne et leur propension à discriminer l'autre, en mettant sur pied de nouvelles institutions, ainsi qu'une multitude de mesures dignes d'une véritable police de la pensée. Même la langue française voit sa suprématie contestée ! À aucun moment on ne trouve l'expression d'une quelconque reconnaissance de dette pour tout ce que la France a pu donner aux étrangers extra-européens et à leurs enfants. Le nombre de fois où apparaît le mot «devoir» est révélateur de l'esprit du texte : 13 fois seulement, tandis que le mot «droit» est cité 440 fois !

Qu'a en tête le gouvernement, selon vous ?

Il faut se souvenir ici du rapport de Terra Nova intitulé «Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ?» L'électorat y était passé au scanner : «La population des Français issus de l'immigration est en expansion démographique et en mutation identitaire», notait-on. Il est manifeste que cette refondation de la politique d'intégration n'est pas innocente. Elle nourrira le ressentiment des Français, avec une traduction probable dans les urnes...

Que peut-on dire de la composition des groupes de travail ?

Les cinq rapports dénotent une grande homogénéité dans l'approche. À quelques exceptions près, la plupart des membres sont inconnus sur les sujets traités. Mais il ne faut pas accorder trop d'importance à la composition des groupes, qui m'apparaissent comme de simples cautions : l'entreprise était déjà décidée.

Source(s) : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/12/01016-20131212ARTFIG00612-malika-sorel-sutter-une-veritable-police-de-la-pensee.php
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’immigration de remplacement : quand l’ONU et l’UE organisent la disparition des peuples

Message par Chasseur le Mar 11 Fév - 11:40

L’immigration de remplacement : quand l’ONU et l’UE organisent la disparition des peuples

Récemment des nouvelles passées relativement inaperçues ont été publiées malgré l’interdiction des statistiques « ethniques » en Europe : Londres est désormais peuplé de 45 % d’autochtones ( anglais « dit de souche » ), Bruxelles comprend 76 % de sa population issue directement ou indirectement de l’immigration, et en île-de-France 60 % de naissances seraient le fait de populations extra-européennes.

Ce processus de rapide d’érosion des populations européennes d’origine et leur remplacement par les populations immigrées n’est pas issue de nulle part. Cette politique qui va aboutir à la mise en minorité de la population chrétienne ou traditionnelle de l’Europe a été décidée à New York (ONU) et à Bruxelles (UE). Syndrome de l’aborigène européen ou vaste opération commerciale au détriment des populations mondiales ? Analyse.

La démographie européenne s’avère, comme chacun le sait, une cause perdue, les populations européennes « d’origine » ne font plus suffisamment d’enfants pour renouveler les générations de manière endogène. C’est inévitable et la tendance se renforce sensiblement. A l’inverse, les populations africaines et asiatiques connaissent un boom démographique inédit inversement proportionnel à la qualité de la vie et aux ressources disponibles pour les populations locales. A cette double fatalité : quasi-disparition pour les uns, appauvrissement et surpopulation pour d’autres, l’ONU avait trouvé la solution, expliquée abondamment dans son « rapport sur les migrations de remplacement publié par la Division de la population des Nations Unies ».

Constatant le déséquilibre démographique mondial qui va aboutir à une explosion de la population africaine (multipliée par 3 avant la fin du siècle) et asiatique induisant une paupérisation encore plus importante et une crise humaine et écologique insurmontable, les élites onusiennes ont élaboré une planification de l’immigration vers l’Europe (et vers d’autres pays dit développés) qui solutionnera d’une part la (presque) disparition de la population européenne et d’autre part soulagera les pays du tiers-monde de la surpopulation qui deviendrait aussi grave que le déclin démographique du « vieux continent ».

Curieusement, pour les experts les USA sont une exception « démographique ». Sans fournir trop d’explications, ils nous disent que l’Amérique connaîtra avec sa démographie interne, une légère hausse de sa population. Donc, tous les « occidentaux » ne sont pas égaux sur le plan démographique, c’est du moins le point de vue de l’ONU. Les USA n’ont par conséquent aucun besoin d’immigrés. Ils sont « autosuffisants » démographiquement.

Par contre, pour l’Europe, les chiffres sont pour le moins édifiants : En 2100, la population européenne autochtone constituera moins d’un tiers des habitants (170 millions) contre une majorité écrasante d’immigrés ou de personnes d’origine immigrée (pour un total de 520 millions d’habitants, soit quasiment le maintien de la population actuelle), L’ONU décide alors de « recommander » des quotas d’immigration visant le remplacement des Européens d’origine qui disparaissent suite à leur démographie ; c’est le concept de « remplacement de population » qui est mis en œuvre. « Tous les pays et régions étudiés dans ce rapport auront besoin d’un flux d’immigration pour éviter que leur population ne diminue. Cependant le niveau d’immigration, relatif à l’expérience passée, varie beaucoup. Pour l’Union européenne, la poursuite des taux d’immigration observés dans les années 1990 suffirait à peu près à éviter une baisse de la population totale, tandis que pour l’Europe dans son ensemble, il faudrait deux fois le taux d’immigration observé dans les années 1990. » (Extrait du rapport de l’ONU)

A la fin de la décennie 1990-2000, l’ONU recommandait une « importation » d’immigrés à hauteur de 4,5 millions d’individus par an, sachant que les populations déjà présentes d’origine immigrée aidaient les « européens de souche » à améliorer leur fécondité. Curieusement le chiffre est passé au cours de cette décennie à 13,5 millions par an. A ce rythme, les mêmes experts prévoient en 2050 que certains pays passeront le cap de la moitié (ou presque) de la population d’origine immigrée. Ce qui signifie que les grandes métropoles européennes n’auront bientôt plus de chrétiens que leurs monuments et leurs cimetières. Ces derniers étant les seuls endroits où les « blancs » seront majoritaires.

Mais loin de culpabiliser les populations immigrées, il est aussi nécessaire d’analyser comment l’Union Européenne a commencé à mettre en œuvre sa nouvelle politique d’immigration dite « choisie ». Le projet de « Carte bleue » a été lancé par la Commission en 2007, et adopté en 2009 (Directive européenne 2009/050/CE). Il s'agit d'un permis de travail délivré aux résidents d'un pays non-membre de l'EU qui lui permet, selon certaines conditions, de venir travailler plus facilement sur le territoire de l'Union.

« La carte bleue utilise le système de l'immigration choisie, qui a pour but de rendre l'immigration à long terme plus rentable pour les pays européens. Elle est destinée uniquement aux travailleurs qualifiés, ce qui écarte la possibilité de voir une immigration d'assistés qui coûte cher aux Etats et génère un sentiment xénophobe parmi la population ».

Cette directive a été particulièrement critiquée par les associations de protection des immigrés et par des intellectuels africains voyant une manifestation de néo-colonialisme dans le « brain drain », soit la fuite organisée des cerveaux des pays les moins développés vers les pays occidentaux. On extrait alors effectivement la matière grise comme l’ont fait les pays colonisateurs avec les matières premières.

Dès lors la question se pose de savoir qui tire un avantage l’immigration de remplacement si elle ne profite ni aux migrants ni aux pays d’accueil, dont la population est extrêmement défavorable à la poursuite de l’immigration vécue souvent comme une invasion ou, comme le dirait le président Poutine, comme une colonisation des colonisateurs par leurs anciennes colonies.

L’ONU et l’UE sont des institutions supranationales qui prennent des décisions collégiales après avoir soumis leurs projets à d’innombrables lobbies. Au-delà des doux rêveurs onusiens pensant que le transfert de population par centaines de millions va sauver la planète, les principales organisations soutenant cette politique ont été les multinationales, les lobbies pétroliers, miniers, agro-alimentaires… soit une oligarchie agissant pour satisfaire ses propres intérêts financiers ; peu importe que l’Afrique devienne un désert intellectuel et que l’Europe chrétienne disparaisse ; D’un côté, un marché de 520 millions de consommateurs sera toujours mieux qu’un petit marché de 170 millions d’Européens, de l’autre, l’immigration pourra faire pression sur les salaires et combler le manque de main-d’œuvre qualifiée … quand l’économie redémarrera.

Nous devons aussi nous interroger sur la déification de la démographie qui, à long terme, constitue une menace pour l’humanité. Toujours plus d’êtres humains, toujours moins de ressources et quand la situation est localement ingérable, nos élites décident de transférer la population mondiale au détriment des uns et des autres. Les hommes ne sont plus que des statistiques, dans lesquelles ils sont même « dollarisés ».

Et nous ne parlons pas des groupuscules extrémistes ou ultras fanatiques, nous vous livrons des décisions votées par l’Organisation des Nations Unies, la même qui défend la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dans le monde.
Source : http://french.ruvr.ru/2013_05_14/L-IMMIGRATION-DE-REMPLACEMENT-quand-l-ONU-et-l-UE-organisent-la-disparition-des-peuples/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les 44 mesures gouvernementales pour le grand remplacement

Message par Chasseur le Lun 3 Mar - 19:58

Oubliez ce que vous savez sur l’intégration. Maintenant, pour intégrer des immigrés, il faut que la population se lie à cette masse et s’oublie. À nouveau, la logique imparable de la gauche heurte la France traditionnelle de plein fouet, avec l’aide de médias complaisants.

F. de Souche révèle les 44 « mesures » de la feuille de route gouvernementale, c’est-à-dire les 44 étapes du grand remplacement. Ce que chacun avait pressenti est officiel. Il y a encore quelques mois, c’était une ignoble rumeur mise en place pour déstabiliser un gouvernement suffisamment fragile pour ne pas en avoir besoin, aujourd’hui, c’est la ligne de conduite assumée, mais « en douceur ». Il ne faudrait tout de même pas que les Français puissent avoir conscience de leur mise à mort, « quand même ! »

Le Nouvel Imposteur, fidèle à son habitude, se lance dans la désinformation et la propagande massive. Voilà une machine bien rodée, peut-être la seule dans ce système… Chaque ministère sera mis à profit, en commençant, comme toujours, par l’Éducation nationale, et par la création d’un nouveau délégué ministériel. Un nouveau poste de dépense visant à répandre l’idéologie gauchiste.

La déconstruction des valeurs nationales débute, et les plus fragiles seront les premiers attaqués. Pourquoi perdre du temps à se justifier quand on peut pervertir les générations à venir — ce qui, par ailleurs, est nettement plus efficace ? Arrière Racine, Chénier ou Céline, nos petites têtes blondes liront les Contes des Milles et Une Nuits avant de brunir ! Arrière Clovis, Charlemagne et sainte Jeanne d’Arc, cédez vos places aux « héros oubliés de l’Histoire de France issus de l’immigration » !

N’oublions pas que nous ne sommes pas seuls et que, dans ce contexte, il est plus que nécessaire de rester en veille, guettant l’heure et le jour de la perversion si nous souhaitons réagir, pour nos proches, notre famille, et surtout notre Patrie.

Le Rouge et le Noir veille,

RetN Mademoiselle, Breizhette, Hérisson Dissident et Louis Jaeger.

Source : http://www.lerougeetlenoir.org/les-breves/colonnes-infernales-du-16-au-23-ii-2014
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une nouvelle espèce de sangsue

Message par Chasseur le Mar 4 Mar - 19:53

Voilà où mènent le laxisme de nos oligarques et, pire encore, la traite autorisée de nouveaux esclaves : un réseau d’immigrés clandestins, se faisant passer pour des malades afin de bénéficier d’un titre de séjour provisoire et de médicaments remboursés par la Sécurité sociale, vient d’être démantelé à Paris. Mais combien courent toujours ?

La technique utilisée était aussi simple que réfléchie. Les organisateurs du réseau connaissaient parfaitement nos textes de loi : un immigré souffrant d’une grave maladie, prétendument impossible à soigner correctement dans son pays natal, a droit à un titre de séjour provisoire, mais renouvelable, et à tous les médicaments nécessaires, remboursés par la Sécurité sociale.

Les fraudeurs utilisaient donc un complice comme appât. Un homme réellement en besoin de soins. Un vrai malade qui passaient des dizaines d’examens médicaux en présentant à chaque fois un dossier rempli sous une nouvelle identité, avec les noms de clandestins prêts à tout pour avoir des titres de séjour.

Les hôpitaux et les préfectures, sans moyen de contrôle, accordaient à chaque fois au vrai malade un titre de séjour et des soins. Contre 3.000 euros en liquide, le titre de séjour était alors cédé aux malades imaginaires. Les médicaments étaient revendus au marché noir.

Source : http://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/03/04/bulletin-climatique-quotidien-4-mars-2014-de-la-republique-francaise/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Roms : il faut suspendre les accords de Schengen !

Message par Chasseur le Mer 5 Mar - 10:21

Roms : il faut suspendre les accords de Schengen !



Catholique attaché aux principes essentiels de notre civilisation, je ne peux que redouter et bannir les solutions extrêmes.

Sur son blog, le 19 février dernier, Paul-Marie Coûteaux, tête de liste FN-RBM pour les municipales dans le VIe arrondissement de Paris et président du parti Souveraineté, indépendance et libertés (SIEL), a publié un texte dénonçant la présence toujours plus importante de Roms dans les rues parisiennes. Et de s’interroger sur les moyens dont dispose le ministre de l’Intérieur pour y mettre fin. Un billet qui n’a pas manqué de déclencher une polémique. Dans un communiqué, l’association SOS Racisme a dénoncé lundi soir « les propos immondes tenus par Paul-Marie Coûteaux » et annoncé qu’elle « déposera plainte dans les prochains jours, au regard de la gravité et de l’abjection de cette “prose” antirépublicaine ». Paul-Marie Coûteaux revient sur cette affaire pour Boulevard Voltaire.

Je suis sidéré par la façon dont on utilise les développements complets et précis que j’ai consacrés dans mon blog à l’installation de familles roms dans les rues et les places de Paris, qui me choque comme elle choque un grand nombre de Parisiens – dans le VIe arrondissement notamment. Étant l’un des très rares députés européens à avoir refusé l’élargissement de l’Europe à la Roumanie et à la Bulgarie, parce que j’en prévoyais les conséquences, dès l’application à ces deux pays des accords de Schengen, je suis décidé à dénoncer publiquement, au cours de ma campagne à Paris, les conséquences inhumaines de ces accords, et à demander leur suspension, au moins pour appliquer la loi élémentaire sur la protection du domaine public.

La première conséquence de Schengen, comme je l’écris dans mon blog, est l’impuissance générale de la prétendue « puissance publique » ; chose grave. Une autre conséquence est le choix impossible entre deux solutions également insupportables : soit laisser des familles entières vivre dans les rues et les places de Paris, exposées aux intempéries, et qu’il est impossible de secourir, soit – comme me le demandent des habitants – recourir à des camps, ce qui, hélas, pour qui connaît la réalité, est déjà le cas en maints endroits.

Quiconque me connaît sait que, catholique attaché aux principes essentiels de notre civilisation, je ne peux que redouter et bannir les solutions extrêmes, et c’est bien pourquoi je crois sincèrement que la seule solution à la fois légale, rationnelle et humaine est de suspendre immédiatement les accords de Schengen.

Par ailleurs, je persiste à penser que cette situation, absurde en elle-même, est de surcroît préjudiciable à l’image de la France et à ce qu’elle se doit à elle-même – serait-ce seulement, en l’occurrence, l’image de Paris. Je conçois que la campagne électorale se prête aux polémiques, y compris les plus artificielles, mais le sujet est trop sérieux pour que j’accepte qu’une élection se transforme en champ de foire, où les commentateurs se croient autorisés à manipuler des développements graves et solennels, quand on n’en vient pas à raconter n’importe quoi.

Source : http://www.bvoltaire.fr/paulmariecouteaux/roms-il-faut-suspendre-les-accords-de-schengen,52481
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Immigration : "Nous sommes à l’heure d’une barbarie qui ne dit pas son nom"

Message par Chasseur le Lun 7 Avr - 14:00

Cher lecteur

Je fais suite à ma précédente alerte du mois de décembre 2013, pour vous transmettre de nouveaux éléments, concernant notre extinction, dans le pays qui nous a vu naître.

J'avais évoqué le rapport de l'Institut de Veille Sanitaire (www.invs.sante.fr), qui établissait qu'en 2010, 31,5% des naissances en France métropolitaine, étaient issues de deux parents non-blancs. Force est de constater que ce mouvement s'est encore amplifié.

Un nouveau rapport, concernant le dépistage néonatal de la Drépanocytose en France, est paru sous l'égide de l'Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l'Enfant (www.afdphe.org). Celui-ci évalue qu'en 2012 désormais ce chiffre à 34,44% ! (voir page 64).

La montée en puissance de ce phénomène démographique se mesure à l'aune des chiffres des années précédentes (ibidem) :

2006 : 27%

2007 : 28,45%

2008 : 29,50%

2009 : 30,60%

2010 : 31,45%

2011 : 33,08%

2012 : 34,44%

Sans réaction de notre part, et à ce rythme (aux alentours de +1% par an), les blancs deviendront minoritaires de façon certaine dès 2025 !

Si cela ne vous dérange pas, alors fermez ce courriel, et continuez votre vie. Mais si  l'avenir de vos enfants, de votre pays, et de votre culture, a une quelconque importance pour vous, alors je vous invite à prendre conscience de la gravité de notre situation, et à vous mobiliser pour que nous sortions ensemble de cette léthargie mortifère.

Nous devons défendre nos intérêts, et dire NON à ce qui est en train d'arriver à notre entier dépens. Nous sommes les victimes d'une politique qui privilégie des intérêts privés. Il est temps que cela cesse. Je vous propose donc dans un premier temps, d'écrire à vos représentants pour connaître leur position, sur le grand remplacement qui s’opère actuellement en France et en Europe.

Source : autre droit
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

BANLIEUE : LA MACHINE SANS COMPTEUR...

Message par Chasseur le Mer 9 Avr - 20:57

BANLIEUE : LA MACHINE SANS COMPTEUR...
Des milliards engloutis dans une politique inefficace ?




Michel Lhomme

L'été approche mais l’arrivée constante de clandestins mettra à nouveau, dans quelques mois, la politique d’hébergement d’urgence au pied du mur. En Seine-Saint-Denis, il y avait 7 000 sans-papiers recensés au 31 juillet 2011 et, un an plus tard, 1 000 de plus, soit une progression de 15 %. Par la Libye désormais incontrôlée mais aussi par la Macédoine et la Grèce, on parle d’une arrivée de 300 réfugiés par jour. La France ayant signé tous les accords européens sur la question ne peut les expulser.

Alors Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault avait demandé à Cécile Duflot, à l'époque ministre du logement, de demander aux officines administratives en charge du problème de gérer au mieux et le plus efficacement cet afflux supplémentaire. On réquisitionne donc de nouveaux lieux d’hébergement vite pleins et qui commencent à atteindre leurs limites. Alors on a commencé à placer certains réfugiés en grande banlieue ou à la campagne.

Mais que se passait-il jusque là ? Principalement un hébergement provisoire : un hôtel à 70 euros la nuit, solution tue par les hôteliers qui y trouvent effectivement leur compte. L’hébergement d’urgence représente 20 à 30 % des chambres louées dans la région Ile-de-France ! Cela coûterait annuellement la coquette somme de 410 millions d’euros. Mais les caisses se vidant, Cécile Duflot, avant sa démission, avait réclamé un plan d’urgence supplémentaire de 50 millions d’euros.

Malika Sorel dans Le puzzle de l’intégration (Editions Mille et une nuits -2007) mettait déjà en garde «sur l’utilisation de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain». Mandaté par Nicolas Sarkozy, Arno Klarsfeld avait préconisé d’orienter « les demandeurs d’asile où il y a de la place, dans l’Yonne ou la Creuse par exemple ». Ce déplacement de population immigrée des villes de banlieue à la campagne a bien été entamé sous la mandature Sarkozy lorsqu’il était Président de la République et déjà, auparavant en tant que Ministre de l’Intérieur. L’application forcée du melting-pot américain sur un territoire comme celui de la France se heurtera rapidement, quoiqu'on fasse, à une limite géographique mais aussi à une limite budgétaire par l’asphyxie des finances locales, des mairies et des régions. Depuis trois décennies, les budgets affectés à la “politique de la ville” n’ont jamais connu la crise. Alors que l’armée doit renoncer cette année à 5,5 milliards d’euros de commandes, le budget affecté aux quartiers va augmenter, lui, de plus d’un demi-milliard. Le schéma hugolien appliqué aux banlieues est aussi à discuter. Si, dans ces quartiers, il y a assurément des fins de mois difficiles, c’est aussi dans ces mêmes quartiers que se déroulent les trafics illicites les plus rentables (drogues, métaux), générant une économie souterraine florissante que veulent ignorer les chiffres officiels. D'après les forces de police, circulent dans certaines cités, plus de voitures de luxe que dans les arrondissements parisiens réputés aisés. Depuis que François Mitterrand avait créé le ministère de la Ville, en y nommant notamment Bernard Tapie (1992-1993), des milliards se sont déversés en priorité sur ces quartiers « défavorisés », des stades de foot, des gymnases, des piscines et des médiathèques, équipements coûteux, souvent dégradés, les premiers à brûler à la moindre émeute, avant d’être aussitôt reconstruits. En trente ans, les sommes mobilisées sont pharaoniques : 50 milliards d’euros de 1989 à 2002 selon la Cour des comptes. A cela s’ajoute la loi Borloo (42,6 milliards d’investissement pour la période 2004-2012) et les 150 000 emplois d’avenir de 2013 qui seront essentiellement localisés en banlieue. Une machine sans compteur.

Pour la Cour des comptes, « ces politiques de la ville terriblement dispendieuses n’atteignent jamais leurs objectifs ». En France comme aux Etats-Unis, la pauvreté n’explique pas tout. Selon le géographe Christophe Guilluy, auteur de l’indispensable Fractures françaises (Editions François Bourin) « 85 % des ménages pauvres n’habitent pas dans les quartiers sensibles » ! En fait, dans ces quartiers se déversent anarchiquement, depuis des années, les flux migratoires continus. Non maîtrisés, ce sont ces flux qui produisent l’insécurité structurelle de la banlieue et la faillite des politiques municipales.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2014/04/09/banlieue-la-machine-sans-compteur-des-milliards-engloutis-da-5343083.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ils sont au pied du mur

Message par Chasseur le Jeu 8 Mai - 10:56

Ils sont au pied du mur



Juan Antonio Martin Rivera est porte-parole de la garde civile, à Melilla, et il a fait des 11,5 kilomètres de barrière qui séparent l’enclave espagnole du Maroc une science. Dans son bureau, les journalistes défilent. M. Martin est patient. A chaque fois, il prend une feuille de papier. Trace une demi-courbe au stylo. Marque par des rectangles les quatre postes douaniers qui constituent autant de points de faiblesse à ses yeux. Puis assène, sûr de son effet : "Ce n’est pas la frontière de l’Espagne, c’est celle de l’Europe…"

Voilà vingt ans que les images de migrants se ruant sur le mur de fer de Melilla constituent autant de preuves de la "pression migratoire" que nient  les tenants des clandestins dans leurs tracts dénonçant " l’Europe forteresse ". Vingt ans – la première intrusion date de 1993 – que cette triple barrière est renforcée (barbelés, caméras) et rehaussée (de trois mètres en 1999 à six en 2005). Alors, à l’approche des élections européennes, M. Martin est plus que jamais chargé de montrer que, depuis tout ce temps, ce travail n’a pas servi à rien.

La frontière de Melilla connaît actuellement un regain d’assauts spectaculaires que nous avons déjà relatés. Depuis janvier, plus de 1 300 migrants sont parvenus à franchir la barrière. Pourtant, à partir de 2005, les entrées se faisaient au compte-gouttes. Les migrants se cachaient dans des voitures ou passaient par la mer, à bord d’embarcations de fortune. Seuls 600 à 1 000 d’entre eux réussissaient chaque année. En 2011, il n’y avait même eu qu’un seul assaut… de 63 personnes. Autant dire rien, comparé aux 20 000 à 50 000 entrées à Lampedusa et à la frontière gréco-turque.

Seuls des jeunes hommes d’une vingtaine d’années se risquent aujourd’hui à escalader le mur de fer de l’enclave de 12,3 kilomètres carrés. Le 24 avril, par exemple. Des centaines de migrants ont tenté de franchir la barrière. Ce jour-là, une vingtaine seulement échappa à la police ce qui démontre tout de même l’efficacité du système de protection installé par l’Espagne envers et contre les critiques de l’Union européenne. Leur objectif est toujours le même : atteindre le centre d’accueil temporaire (CETI) situé à quelques mètres du grillage. Là, le droit espagnol protège de l’expulsion. C’est donc comme sur une ligne d’arrivée, le torse en avant, qu’ils s’y ruent, ce 24 avril, entourés d’une haie honneur hurlant : " Victoire ! Victoire ! " Il n’est pas difficile d’imaginer le sort de nos pays si nous baissons la garde. Pour tous, c’est ici la vraie porte d’entrée de l’Europe : après un à six mois d’internement, ils sont transférés sur la péninsule espagnole. A cause de leur état de santé ou des difficultés à reconnaître leur identité, moins de la moitié sont expulsés. Les autres sont rendus à leur voyage, le plus souvent…vers la France.

En vingt ans, les migrants n’ont en fait laissé presque aucune trace à Melilla. Seuls deux s’y seraient installés, et ils fuient la presse. Même les morts de la barrière se sont fait oublier. Ceux qui ont glissé sur le barbelé ou se sont empalés. Dans le cimetière musulman situé au pied du grillage, l’imam sait à peine où se trouve la tombe de quelques uns d’entre eux.

La cupidité des négrier qui proposent, dans nos pays, des emplois clandestins alimentés par ces nouveaux esclaves et la complicité des pouvoirs publics européens nous donnent la nausée et alimentent notre colère. Mais au train où la situation se dégrade leur lâcheté ne les protégera plus longtemps.

Source : http://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2014/05/07/ils-sont-au-pied-du-mur-2/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La substitution ethnique chiffrée

Message par Chasseur le Lun 4 Aoû - 22:06

La substitution ethnique chiffrée

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.



avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

la guerre civile en France

Message par Chasseur le Sam 16 Aoû - 19:34

la guerre civile en France !



avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

la « diversité » selon le ministère de l’Education nationale

Message par Chasseur le Sam 30 Aoû - 15:44

la « diversité » selon le ministère de l’Education nationale

Cela donne, sur la page Facebook du ministère, des élèves noirs… et puis, c’est tout :



Une telle provocation a évidemment fait réagir les internautes. Cela a entraîné la publication de ce commentaire de l’Education nationale :

« Nous avons publié lundi une photo d’une école parisienne qui suscite énormément de commentaires injurieux et/ou racistes. Conformément à la charte de cette page, (https://www.facebook.com/EducationFrance/info) tous ces commentaires sont supprimés. Cette page est un espace de dialogue positif et constructif sur l’école d’aujourd’hui et non une tribune politique. »

Le dialogue sans la contradiction, la diversité sans les blancs… Vous n’avez pas l’impression qu’on se moque de nous ?

Source : http://www.ndf.fr/article-2/29-08-2014/facebook-la-diversite-selon-le-ministere-de-leducation-nationale?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29#.VAHeavl_vL4
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Immigration et crise économique : la vérité interdite

Message par Chasseur le Mar 2 Sep - 20:31

Immigration et crise économique : la vérité interdite
29 AOÛT 2014 PAR GUILLAUME FAYE


Une des causes –pas la seule – de la récession économique française  est le coût énorme de l’immigration, avec toutes ses conséquences financières et autres. Malheureusement, à cause de l’interdiction dans notre régime ”démocratique,” de publier des statistiques chiffrées sur ce sujet, et du fait aussi de l’idéologie politiquement correcte qui paralyse les médias, la vérité est dissimulée.
Tout d’abord, la France est à la fois le pays européen qui accueille proportionnellement la plus grande population extra-européenne et celui qui est décrit comme ”l’homme malade de l’Europe”, à cause du niveau de la dette, des déficits budgétaires, des records de chômage en hausse, etc. Étrange coïncidence.
Ensuite, des économistes libéraux nous expliquent que le marasme économique français est dû à la social-démocratie, à l ‘État providence,  au gouvernement de Hollande, au fiscalisme qui paralyse les entreprises et plombe leur compétitivité, au poids d’une fonction publique éléphantesque et privilégiée, de dépenses publiques improductives, etc. La liste est longue. Tout cela est absolument vrai. (1) Mais il y aussi un facteur essentiel dont personne n’ose parler : l’immigration débridée depuis 40 ans. Passons en revue les causes pour lesquelles elle a contribué à plomber l’économie française. Ces causes ne sont pas seulement économiques et financières, mais, indirectement, sociologiques.
Il faut d’abord préciser qu’avant le catastrophique ”regroupement familial” Giscard-Chirac de 1974, c’est le patronat qui avait organisé l’immigration de travailleurs, non pas par manque de main d’œuvre mais pour faire baisser le coût du travail. À l’époque d’ailleurs, le PC s’opposait lucidement à l’immigration. Les deux premiers inconvénients de cette politique d’appel à la main d’œuvre étrangère non qualifiée furent d’une part qu’elle inaugura la montée du chômage des autochtones et, d’autre part,  qu’elle fut un frein à l’innovation. Aujourd’hui, l’immigration n’a plus rien à voir avec ce schéma ; il ne s’agit plus d’arrivées de travailleurs, mais de clandestins, de faux demandeurs d’asiles, de réfugiés, de bénéficiaires des regroupements familiaux. Bref, d’une population plus assistée que productive qui ne fait pas augmenter mais décroître la richesse par tête (PIB/habitant) et qui, quand elle travaille (minoritairement) apporte peu de valeur ajoutée.
Voici en quoi  l’immigration de peuplement est un boulet économique et pèse sur tous les comptes publics et donc alourdit la fiscalité des particuliers et des entreprises. Analysons successivement et brièvement 1) les coûts directs ; 2) les coûts indirects ; 3) les coûts globaux
.

Lire la suite sur : http://www.gfaye.com/immigration-et-crise-economique-la-verite-interdite/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

TVlibertés

Message par Chasseur le Sam 13 Sep - 22:16

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le déficit public n'est pas assez important

Message par Chasseur le Mer 1 Oct - 20:37

Le déficit public n'est pas assez important

Les crédits alloués à l'aide médicale d'Etat, dispositif qui permet de prendre en charge les soins des étrangers clandestins, seront augmentés de 73 millions d'euros en 2015, selon le projet de loi de financement présenté aujourd'hui.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/10/01/97002-20141001FILWWW00172-l-aide-medicale-d-etat-renforcee-en-2015.php

Et ce, en raison d'une augmentation du nombre des bénéficiaires.
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’arroseur arrosé !

Message par Chasseur le Dim 5 Oct - 21:21

Eh oui, c’est l’arroseur arrosé ! A toujours vouloir nous imposer la fameuse « diversité », celle-ci se retourne contre vous et contre les Français en général ! Eux ont le droit de dire « vous êtes un homme blanc » et nous n’avons pas le droit de dire « vous êtes une femme de couleur » Marre de tous ces imbéciles !


Source : http://www.les4verites.com/culture-4v/alain-juppe-victime-de-racisme-anti-blanc
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Laurent Ozon : "Pour la Remigration !"

Message par Chasseur le Mar 7 Oct - 20:52

Extraits du discours de Laurent Ozon lors du premier rassemblement national du Mouvement pour la remigration du 21 septembre 2014 à Paris. Prochain rassemblement national le 17 janvier.


Source : http://la-dissidence.org/2014/10/07/laurent-ozon-pour-la-remigration/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mayotte devient le premier département islamique de France

Message par Chasseur le Mer 8 Oct - 20:33

Mayotte devient le premier département islamique de France

Jeudi 31 mars 2011

La collectivité départementale de Mayotte est devenue le 101ème département français et le 5ème département d’outre-mer et région d’outre-mer. Et le premier « département-sharia » de France.

Il faut que vous sachiez que pour l' ONU, Mayotte, n' est pas reconnu comme département français !!



Comme le rappel un blog spécialisé,

Cette quatrième île de l’archipel des Comores regorge d’une population de près de 200’000 personnes avec une superficie de 376 km2. Le 12 novembre 1975, l’Organisation des Nations Unies a admis l’Etat comorien en son sein, en tant qu’entité composée de quatre îles (Grande-Comore, Anjouan, Mohéli, Mayotte) et réaffirmé le respect de l’unité nationale et l’intégrité territoriale des Comores. Cependant, depuis hier, l’Ile de Mayotte est devenue le 101e département français, son président du Conseil général devrait être élu le dimanche prochain. Sa monnaie est d’ores et déjà née : l’euro de Mayotte.

Mais le pire n’est pas là. Le pire, c’est que Mayotte devient le premier département français ou la Sharia, la loi islamique est appliqué (le premier et le seul ou le premier et d’autres suivront?).

Ainsi, il existe d’énormes différences culturelles. A commencer par le traitement de la femme. Et la fait que la polygamie soit acceptée par la population locale. Même encouragée par les chefs de villages.

Ce fossé culturel est d’autant plus problématique qu’il se retrouve au quotidien jusque dans l’administration. Un habitant de l’ile explique que depuis le référendum, aucune transition n’a été initiée et les évolutions nécessaires ne se sont pas véritablement faites sentir : «Les institutions continuent de composer avec les us et coutumes locales et les Mahorais risquent de rejeter la France à cause de sa gestion administrative trop stricte.

Outre cela, Mayotte fait aujourd’hui face à un énorme afflux migratoire. Et pour cause, Mayotte devient la porte de l’Europe ! Et des milliers de musulmans des Comores sont aujourd’hui attirés par l’«Eldorado» que constitue à leurs yeux Mayotte. Plus de trois millions d’euros sont aujourd’hui consacrés à la lutte contre l’immigration.

Mayotte est considérée comme le LAMPEDUSA de l' Océan Indien  !!

Mayotte, un département qui vivra au rythme de l’islam, religion de la quasi-totalité d’une population dont plus de 60 % ne parlent que le malgache ou le swa­hili. Et comme l’explique Valeurs Actuelles:

Les Français vont donc découvrir avec stupéfaction qu’à Mayotte, les fêtes musulmanes sont chômées, que les horaires de travail sont alignés sur ceux du ramadan et que leurs compatriotes mahorais qui le demanderont conserveront leur statut personnel, la justice devant alors leur être rendue par des magistrats français (musulmans), non selon le droit français, mais conformément au droit coutumier ! Certes, celui-ci est appelé à disparaître, mais de manière progressive, et qui sait combien de temps le droit français devra composer avec un statut personnel dérogatoire au code civil et à la laïcité, très proche de la charia, qui prévoit la polygamie ainsi que la répudiation des femmes ? D’autant qu’à Mayotte, il n’y a ni état civil, ni cadastre ; noms et dates de naissance y sont incertains, ce qui va évidemment favoriser l’obtention de faux papiers et donc l’immigration-naturalisation.
Vive la République ! Vive la France !

Jonathan-Simon Sellem – JSSNews
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Immigration et délinquance : bobard d’État sur France 2

Message par Chasseur le Mer 26 Nov - 20:42

Immigration et délinquance : bobard d’État sur France 2



France 2 s’est surpassée, hier soir, 25 novembre 2014 : avec l’argent des contribuables (la redevance), France 2 a prétendu démontrer qu’il n’y avait aucun lien entre immigration et délinquance. D’après un reportage de John Paul Lepers. Un homme qui est au journalisme et à la statistique ce que DSK est à sainte Bernadette. Il s’agissait, selon Renaud Dély (d’opinion) du Nouvel Observateur, d’une « enquête à vocation pédagogique à diffuser dans les écoles de journalisme » (sic) dans le but de « déconstruire des préjugés » (resic !).

Ben voyons ! Mais qu’est-ce qu’un préjugé ? En novlangue, c’est un fait politiquement incorrect qu’il s’agit de nier.

Car la corrélation immigration/délinquance ne souffre aucun doute. Certes, les immigrés ne sont pas tous délinquants (heureusement), mais une partie importante (très importante même) de la délinquance provient des populations immigrées.
Vous prendrez bien quelques chiffres ?

Lire la suite sur : http://www.bvoltaire.fr/jeanyveslegallou/immigration-et-delinquance-bobard-detat-sur-france-2,141817
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les profiteurs de la diversité : « La diversité, on a (presque) tous à y gagner ! »

Message par Chasseur le Ven 12 Déc - 14:43

Les profiteurs de la diversité : « La diversité, on a (presque) tous à y gagner ! »

« Ce faisant, elle [la presse] ne peut que contribuer à décrédibiliser un peu plus la classe politique, déjà bien affectée, toutes tendances confondues, par les “affaires” en tout genre où des politiques pas très regardants profitent d’un argent pas très bien gagné. »

Depuis quelques années, les administrations et les grandes entreprises publiques ou privées sont sommées d’inscrire leur gestion des ressources humaines dans le cadre d’une campagne qui les invite à refuser les stéréotypes de tous ordres, reflétant ainsi l’omniprésente influence du lobby des droits de l’homme et de l’antiracisme. Le slogan-phare en est « La diversité, on a tous à y gagner ! ». L’on ne sait si le caractère savoureux de cette expression, prise au second degré, est à mettre au compte de l’inconscience ou de la malice de ses inventeurs. Toujours est-il que, si nous avons du mal à nous persuader des bienfaits pour tous de la diversité au sens où l’entendent ses promoteurs, il est beaucoup plus aisé de se rendre compte que certains en ont bien, littéralement, « tiré profit ». Une fois n’est pas coutume, c’est à notre tour d’invoquer le « devoir de mémoire ».

Lire l'article sur : http://www.polemia.com/les-profiteurs-de-la-diversite-la-diversite-on-a-presque-tous-a-y-gagner/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=1ba87067f0-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-1ba87067f0-57555045
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jean-Paul Gourévitch : l’islamo-business, vivier du terrorisme (vidéo)

Message par Chasseur le Mer 17 Déc - 22:35

Jean-Paul Gourévitch : l’islamo-business, vivier du terrorisme (vidéo)

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’immigration actuelle n’est pas une richesse au contraire elle ruine la France

Message par Chasseur le Dim 28 Déc - 20:12

L’immigration actuelle n’est pas une richesse au contraire elle ruine la France



Nos élites mondialisées pour faire avaler la pilule de l’immigration massive subie par notre pays, ont expliqué aux français qu’en plus d’être une richesse intellectuelle et culturelle, nos primo-arrivants étaient une chance économique. Elles se basaient sur des études, qu’on peut qualifier de fallacieuse, démontrant que l’immigration actuelle était un gain de plusieurs dizaines de milliards d’€ par an. Le Monde reprenait cette étude et déclarait en plus que notre pays devait accueillir chaque année 300 000 nouveaux immigrés, car notre économie ne pouvait se passer de cette main d’œuvre étrangère.

Il est évident que ces affirmations sont avant tout idéologique et ne reposent sur aucune donnée scientifique. Tous ces médias oublient d’ailleurs de mentionner que les rapports produis l’ont été sur l’immigration et leurs descendant de la 1ère génération, ce qui fausse évidemment l’ensemble des chiffres.

Au contraire, mon affirmation elle se base sur les chiffres de Gérard Pince que les lecteurs de La Gauche M’a Tuer connaissent bien, spécialiste des questions d’immigrations et qui dénonce dans son dernier livre  « Les Français ruinés par l’immigration » la ruine économique de la France par l’immigration actuelle.

Ainsi, Gérard Pince prend en compte la part des dépenses régaliennes qui sont imputables à ces étrangers, alors que tous les rapports successifs n’intègrent que les recettes. Un peu comme si une entreprise privée confondait son chiffre d’affaire avec son bénéfice.

« Selon l’étude de l’INSEE de 2012, il y avait en France, en 2008, 5,3 millions d’immigrés et 6,7 millions de descendants directs de ces immigrés, soit un total de 12 millions de personnes dont 7 millions d’origine extra-européenne ; soit encore 4,1 millions d’immigrés extra-européens et 4 millions de descendants en 2011 après correction. Rappelons que les populations vivant en France à la fin de 2011 comprenaient, selon une évaluation, un total de 65,4 millions de personnes ; la part des étrangers représentant 18,4% du total et celle des étrangers non-européens 12,4%. »

« En 2011, le taux de chômage national était de 9,1% (2,6 millions sur un total de 28,4 millions de «personnes actives»), celui des nationaux et des étrangers originaires de l’Union européenne de 7,8% et celui des étrangers extra-européens de 20,7% (600.000 sur un total de 2,9 millions de «personnes actives»). »

Les chiffres de 2012,2013, 2014 ne sont pas disponibles mais nous pouvons imaginer qu’avec près d’1 million de chômeurs de plus depuis 2011, la part des primos-arrivant a allègrement dépassé la barre du million de chômeurs.

« La part des personnes «occupées» parmi l’ensemble des personnes en âge de travailler n’était que de 40% au sein de la population primo-arrivante »

« De plus, cette situation ne s’améliore pas avec le temps ; la première génération d’immigrés extra-européens a un taux de chômage de 20% tandis que celui de la suivante atteint 23% ! Des études faites à partir des recensements de 1975, 1982 et 1990 montrent que le taux de chômage des jeunes issus de l’immigration maghrébine augmente régulièrement. Contrairement à tout ce que nous serinent les médias, le temps n’améliore pas les choses dans ce domaine. »

« La présence d’immigrés en surnombre par rapport aux besoins réels de notre économie crée, outre une pression importante à la baisse sur les salaires offerts pour les emplois peu qualifiés, une part du chômage des natifs que Gérard Pince a calculée. Il ressort de son calcul que le surnombre des immigrés en provenance du tiers-monde a pour conséquence le chômage de 1 million de natifs et de 500.000 de ces immigrés ! Contrairement à ce que les gens des médias nous disent et écrivent en permanence, l’immigration crée du chômage, ce que Maurice Allais écrivait déjà en 1998. »

« La part de la population des immigrés extra-européens et de leurs descendants de la première génération représentait 12,4% de la population de notre pays en 2011 mais sa part dans le PIB n’était que de 7,3% ; le PIB par tête de cette population était de 17.900€ quand celui des populations d’origine française ou européenne était de 32.300€. »

« Il faut ajouter que la présence des immigrés nous contraint à investir dans des logements sociaux et des infrastructures (écoles, hôpitaux…) ; Maurice Allais estimait que, lorsqu’un travailleur supplémentaire s’installe en France, les infrastructures nécessaires coûtent quatre années de son salaire annuel, soit pour 200.000 entrées annuelles un coût total de l’ordre de 16 à 20 milliards d’euros par an. »

« Cela dit, la facture est salée parce que le coût annuel de la présence de ces quelque 8,1 millions de personnes se monte à 115 milliards d’euros selon Gérard Pince, soit le double du déficit budgétaire de l’Etat ! Leur présence coûtait 2.000€ par an en 2011 à chacun d’entre nous soit 8.000€ par an pour une famille de quatre personnes. »

Des chiffres éloquents qui démontent toutes les propagandes de nos anti-racistes. Seulement, malgré cette ruine annoncée nos frontières sont toujours plus ouvertes à ceux qui pillent notre pays. Ce n’est pas aux élites de décider de l’entrée de ces masses de gens non-assimilables, sous-éduqués, sous-socialisés et sur-subventionnés, c’est aux français. Que le législateur ait le courage d’organiser un référendum sur la question, auquel cas l’envahissement sera incontrôlable et définitif.
Source : http://lagauchematuer.fr/2014/12/28/limmigration-actuelle-nest-pas-une-richesse-au-contraire-elle-ruine-la-france/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

450 clandestins par jour transitent par l’Italie pour venir en France

Message par Chasseur le Dim 4 Jan - 14:57

450 clandestins par jour transitent par l’Italie pour venir en France



L’Europe depuis la disparition totale de ses frontières est devenue une passoire où chacun peut venir comme bon lui semble, s’installer où il souhaite, et y vivre suivant son bon vouloir. Les états n’étant plus souverains mais rattaché à une commission de technocrates, ceux-ci les obligent à accueillir tous ces gens qui n’apportent rien à la collectivité.

Tous ces clandestins le savent, ils sont des centaines de milliers par jour à vouloir tenter leur chance, que cela soit à la frontière espano/marocaine ou greco/turque etc. Ils savent que s’ils posent le pied sur une terre membre de l’Union Européenne, ils seront quasi inexpulsable pour nombre d’années. Chacun d’eux expliqueront aux autorités qu’ils sont des réfugiés politiques et le temps de mettre en place une enquête (obligation de l’UE) il peut se passer 4, 5 voire 6 ans.

Certes l’Union dans certains endroits a renforcé les frontières qu’elle a avec l’Afrique du Nord mais cela reste largement insuffisant par rapport aux besoins réels, ainsi nous apprenons que chaque jour « l’an passé, près de 160 000 personnes ont foulé le sol italien, soit en moyenne 450 migrants par jour, composées pour moitié de personnes provenant de Syrie et d’Érythrée. »

Les italiens ne souhaitant pas les garder chez eux, leurs donnent des billets de trains afin qu’ils aillent en France, ainsi nous récupérons la plupart de ces 160 000 migrants.

Et nous sommes contraints de les garder puisque nous avons signé avec les britanniques un pacte qui nous oblige à tout faire pour que ces immigrés ne puissent à un moment ou un autre fouler le sol anglais.

Des milliards sont ainsi dépensé afin de sécuriser Eurotunnel, sans oublier la jungle de Calais et dont les calaisiens sont les principales victimes.

Pour endiguer cela, notre pays doit au plus vite renégocier Schengen. Les frontière doivent redevenir la norme auquel cas ce ne sera pas 450 clandestins d’Italie qui viendront sur nos côtés mais 4500. Nous n’avons pas les moyens d’endiguer le flot actuel comment arriverons-nous à le faire avec les futures vagues qui s’accumulent.

Source : http://lagauchematuer.fr/2015/01/03/450-clandestins-par-jour-transitent-par-litalie-pour-venir-en-france/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Immigration : "Nous sommes à l’heure d’une barbarie qui ne dit pas son nom"

Message par Chasseur le Dim 4 Jan - 17:45

la dernière cerise sur le gâteau républicain
Dernière grande tendance des filières d'immigration clandestine : les fausses reconnaissances d'enfants dans le but d'obtenir un titre de séjour se multiplient sur le territoire. Surnommées paternités «blanches»(sic) ou encore «de papier», ces filiations fictives présentent un défi de taille pour les autorités ou ce qu'il en reste.

Ainsi, dans la région de Caen, la police aux frontières (PAF) a interpellé en octobre dernier un "Français d'origine africaine" (nous ne savions  pas que l'Afrique était un pays) qui avait reconnu, moyennant finance, pas moins de quinze garçons et filles africains issus de quinze mères en situation irrégulière et leur avait transmis la nationalité. Un autre à Paris, avait reconnu 55 paternités frauduleuses. Le tout pour près d'un million d'euros.

D'origine béninoise, nigériane et camerounaise, les mères ont pu obtenir leur régularisation administrative en tant que mère d'un enfant français. Et, évidemment, le versement de prestations sociales qui en découle.

Pour obtenir un titre de séjour, des femmes la plupart du temps d'origine sub-saharienne, n'hésitent pas à payer des Français d'origine étrangère pour qu'ils reconnaîssent leur enfant. Le stratagème est d'une simplicité désarmante. Il suffit d'aller en mairie reconnaître un enfant qui n'est pas le sien. Ce n'est pas un délit. Parfois, ce sont mêmes des clandestins qui payent pour devenir le père d'un enfant français et emprunter à leur tour, le chemin de la régularisation. Nous vous le disions plus haut, nos dirigeants politiques sont cinglés.

À moins que ce soit volontaire et s'appelle le "Grand Remplacement"...
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

QUESTIONS SUR LES BATEAUX CHARGÉS DE RÉFUGIÉS

Message par Chasseur le Lun 5 Jan - 22:33

QUESTIONS SUR LES BATEAUX CHARGÉS DE RÉFUGIÉS



Nul certes ne peut rester insensible devant les tragédies des réfugiés de toutes parts embarqués vers l’Europe sur des bateaux d’infortune très chèrement payés.
Mais cela appelle tout de même plusieurs questions essentielles pour en finir avec une pratique d’immigration inéluctablement lourde encore de conséquences ultérieures très funestes.
D’où viennent ces cargos ? Les réfugiés syriens ou iraniens n’ont pas de ports d’embarquement possibles sur la Méditerranée autres que ceux de Turquie. L’évidence, c’est que la Turquie, État particulièrement policier, laisse donc faire cela.
Pourquoi ces réfugiés d’évidence essentiellement musulmans sunnites ne se réfugient-ils pas dans les très riches pays d’islam bien plus proches de leurs lieux de fuite tels que les Émirats Arabes Unis, le Koweit, l’Arabie Saoudite ?
Peut-on sérieusement croire qu’un très grand nombre de ces réfugiés puissent disposer des milliers de dollars nécessaires à l’achat de leur transport sans aucun financement ?
La dernière qui se pose donc est celle de savoir si l’immense migration des « boat-people » arabo-africains vers l’Europe n’est pas voulue, encouragée et même cyniquement planifiée au mépris du malheur des personnes et des familles ? Ne s’agit-il pas d’une forme de submersion démographique très organisée ?
Il est temps que les nations d’Europe renvoient les États musulmans à leur responsabilité. C’est là un impératif et de charité et de sécurité.

Bernard Antony

source : http://lagrif.fr/communiques/actualites/409-questions-sur-les-bateaux-charges-de-refugies
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Immigration : "Nous sommes à l’heure d’une barbarie qui ne dit pas son nom"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum