Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Jeu 8 Nov 2018 - 9:58

Ceux de ma génération se souviennent de ce magnifique et imposant tableau du Cardinal de Richelieu, par Henri-Paul Motte, le représentant en armure devant le siège de la Rochelle en 1628. Devant une mer déchaînée, dans le tumulte de la bataille, le grand ministre de Louis XIII est là impassible, d’une hauteur qui intimide et d’un charme qui séduit. La digue qu’il a fait construire comme les fortifications marines qu’il a fait édifier pour empêcher les renforts d’une puissance étrangère marquent sa résolution et au-delà de sa personne, la détermination du pouvoir qu’il incarne. On y voit l’intelligence qui sait unir la décision et l’action pour servir une vue d’ensemble. A ses pieds, un boulet enfoncé dans le sol témoigne d’un danger que la raison d’Etat, une rectitude de pensée et les sens du devoir lui font ignorer.

Celui qui, dans l’exercice de ses fonctions d’Etat, n’avait en réalité, pour religion que de servir l’intérêt français, cette âme qui n’était remplie que de la seule passion de la grandeur de la France fait triompher à La Rochelle le principe de l’unité face aux factions religieuses. C’est là qu’il soumet le parti protestant qui aspirait à se constituer en force politique. Parallèlement, il élimine du haut clergé catholique l’esprit mondain qui légitimait la réforme et le dépouille d’antiques franchises et anachroniques privilèges. Plus tard, il s’opposera aux féodalités héritées des temps anciens et, inflexible avec Montmorency, il mettra au pas une noblesse infatuée et séditieuse. Louis XIV continuera son œuvre et finira de la domestiquer à la cour de Versailles.

Cet homme de santé si fragile porta une pensée de flamme dans un corps consumé par la maladie ; esprit synthétique et constructeur, il dirigea son génie au triomphe d’une idée : soumettre les forces éparses à l’impulsion d’une pensée fondatrice. Symbole de la volonté politique, il se professe que << la politique consiste à rendre possible ce qui est nécessaire >> ; sa vision du service de l’Etat préfigure ce que sera notre fonction publique et, dans le métier des armes, le devoir patriotique de l’armée. Son attachement indéfectible au Roi et en réalité à l’incarnation de la souveraineté du pouvoir, marque son rejet pour l’individualisme et le morcèlement des situations juridiques qui dominent dans le système féodal ; il inspire ainsi l’apparition du sentiment national pilier affectif de notre nation française. Il se montre fidèle à son adage célèbre : << les plus nobles conquêtes sont celles du cœur et des affections >>. Avec la création de l’Académie française, il affirme sa volonté d’unité linguistique du pays et s’attache, par une politique maritime audacieuse, au rayonnement de la France sur tous les continents.

Sans lui, sans sa conception de l’unité fondamentale de la France et sans sa vision de l’Etat au service de la Nation, il n’y aurait pas eu le Grand siècle, il n’y aurait peut-être pas la France moderne.
avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Jeu 8 Nov 2018 - 20:30

Armand Jean du Plessis est né à Paris en 1585. Il est le fils d'un fidèle d'Henri III, Francois du Plessis, seigneur de Richelieu, issu de la noblesse poitevine devenu grand prévôt de France. Il assurait le service d'ordre de la Maison du roi. Par sa mère, Susanne de La Porte, il descend d'un avocat célèbre, donc de la riche bourgeoisie. Il était le quatrième de cinq enfants et le dernier de trois fils. Dès son enfance il était de santé délicate et souffra de problèmes de santé tout au long de sa vie. A l'âge de cinq ans, son père mourut en combattant dans les guerres de religion, laissant la famille endettée. A l'âge de neuf ans, le jeune Richelieu est envoyé au Collège de Navarre à Paris pour y étudier la philosophie. Puis il commence une carrière militaire, dont on nous dit que la vie privée semble avoir été typique d'un jeune officier de l'époque. En 1605, il a vingt ans. L'évêché de Luçon étant traditionnellement dans la famille, et son frère y ayant renoncé pour être moine, Armand Jean devint docteur en Sorbonne et fut sacré évêque en 1607. Il s'occupe avec sérieux et soin de son diocèse.

En 1614, les états généraux donnèrent une orientation nouvelle à sa vie. Alors qu'il prononçait la harangue de clôture en 1615, au nom du clergé, Marie de Médicis, qui dirigeait le gouvernement du royaume, le remarqua. En 1616, on confia au jeune évêque la direction des Affaires étrangères. Les débuts d'Armand Jean furent plutôt délicats, car il hésitait entre la politique pro-espagnole et catholique menée par la reine mère et les choix internationaux favorables aux princes protestants qui étaient ceux de la France depuis le XVIe siècle. L'assassinat de Concini, le premier ministre de la régente Marie de Médicis, ordonné par le jeune roi Louis XIII, le 24 avril 1617, lui fit perdre ses fonctions. Il demeura le grand aumonier et le plus proche conseiller de la reine mère, qui fut exilée à Blois. Quelques années plus tard, Marie de Médicis se réconcilia avec son fils et obtint comme gage de cette réconciliation le chapeau de cardinal pour Richelieu en 1622.

avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Pascal du Forez le Jeu 8 Nov 2018 - 21:21

C est toujours avec plaisir que l on vous lit ; c est passionnant l Histoire . J aime aussi les romans datant à peu près de cette époque comme ceux de Jean d Aillon.
avatar

Pascal du Forez
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 236
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Jeu 8 Nov 2018 - 22:27

@Pascal du Forez a écrit:C est toujours avec plaisir que l on vous lit ; c est passionnant l Histoire . J aime aussi les romans datant à peu près de cette époque comme ceux de Jean  d Aillon.

MERCI pour l'intérêt que vous portez à mes exposés historiques. Je suis également un lecteur des romans de Jean d'Aillon, qui produit des ouvrages historiques bien écrits et captivants. Ses romans sont un véritable régal avec des intrigues toujours prenantes. J'ai particulièrement aimé son livre intitulé << Le dernier secret de Richelieu >>.

avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Ven 9 Nov 2018 - 14:27

La guerre de Trente Ans qui avait commencé en 1618, menaçait de s'étendre à l'Europe tout entière. Face à cette crise majeure, Louis XIII manquait de collaborateurs capables de comprendre les évènements. Marie de Médicis obtint, malgré les réticences du roi, que Richelieu fut appelé au Conseil en 1624, et peu à peu le Cardinal prit la direction du gouvernement. Il fallut néanmoins attendre 1629 pour qu'il fut déclaré principal ministre de l'Etat.
avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Pascal du Forez le Ven 9 Nov 2018 - 15:11

Mon dernier s intitule " les collèges fantômes " . Et nos élèves de l époque savaient déclamaient dès poésie , faire des disputatio en latin; mes respects . On n en serait bien incapable , maintenant .
avatar

Pascal du Forez
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 236
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Pascal du Forez le Ven 9 Nov 2018 - 15:13

avez vous un corpus d exposés sur ces sujets , car c est vraiment captivant . Si oui , je suis preneur ! Quelle connaissance et qu'elle passion !
avatar

Pascal du Forez
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 236
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Sam 10 Nov 2018 - 1:40

@Pascal du Forez a écrit:avez vous un corpus d exposés sur ces sujets , car c est vraiment captivant . Si oui , je suis preneur ! Quelle connaissance et qu'elle passion !

Very Happy A l'exemple de l'ancien directeur du FBI Edgar Hoover, depuis des années, j'ai pour habitude d'établir des fiches sur les grands personnages de l'histoire et les évènements historiques. Je possède également une bibliothèque personnelle et de nombreuses notes sur des sujets variés. Nos enseignants des années "50" ont su nous inculquer l'amour de l'Histoire et la fierté d'être Français. Aujourd'hui, l'enseignement de l'Histoire est un désastre, on ne suit plus la chronologie et des pans entiers ont été pratiquement éradiqués des cours, pour ne pas choquer les enfants des envahisseurs.

avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Dim 11 Nov 2018 - 12:56

De 1624 à 1642, la collaboration fut étroite entre Louis XIII et Richelieu, dont la puissante intelligence dut en permanence trouver des arguments pour convaincre le roi de la justesse de ses idées et de ses choix. Le Cardinal sut proposer au souverain une politique cohérente. A l'intérieur, l'affirmation de l'Etat royal signifia l'obéissance des sujets, la soumission de la noblesse rebelle, la fin de l'indépendance protestante. A l'extérieur, Il s'agissait de résister à la puissance des Hasbourg en Europe, de trouver des alliés pour le roi de France, de préparer des interventions en Italie et en Allemagne.

En tant que principal ministre de Louis XIII et chef de la politique française, le cardinal de Richelieu sut habilement profiter des différends religieux de l'Allemagne pour faire de la France l'arbitre de l'Europe et, selon son expression, << relever le nom français dans les nations étrangères >>. Cette idée directrice du relèvement de la France l'amena à s'allier d'abord contre l'Empereur, aux Suédois luthériens, et aux princes protestants allemands. C'est la continuation de la politique réaliste des temps modernes, inaugurée, en France, par François 1er, en vue du maintien de l'équilibre européen.

avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Lun 12 Nov 2018 - 22:33

On peut à juste titre dire que Louis XIII régnait, mais que Richelieu gouvernait la France. Le cardinal qui était entièrement dévoué au bien de la France, révéla au cours des années, être d'une volonté de fer, n'hésitant pas à punir et à châtier quand il le fallait. Il était déterminé à éliminer toute opposition au pouvoir royal et à faire avancer les frontières du royaume. Richelieu était convaincu que le meilleur gouvernement était une autocratie intelligente. Il fut un premier ministre drastique et sans scrupules dans ses méthodes, mais sans jamais descendre à la cruauté gratuite. Certains des opposants qu'il a écrasés, méritaient leur sort. Il a mis au service de Louis XIII une exceptionnelle capacité de travail, favorisée par un choix judicieux de secrétaires et de collaborateurs talenteux. Ses performances peuvent se résumer en trois phrases : Il a volé aux protestants une importance politique... Il a réduit la noblesse à une véritable dépendance à l'égard de la couronne... Il a créé une formidable armée et l'a lancée dans une guerre victorieuse contre l'Autriche.

avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple le Mer 14 Nov 2018 - 1:43

La querelle entre Richelieu et les protestants était politique et non religieuse. Il ne cherchait pas à tempérer avec leur conscience ou leur droit de tenir des rassemblements religieux, mais depuis l'Edit de Nantes, il était devenu assez clair que le privilège qui leur était accordé de garnir diverses villes fortifiées et de tenir des réunions à des fins politiques, était autant d'occasions pour les nobles de s'en servir pour miner l'autorité royale et pour alimenter la guerre civile. Deux fois Richelieu, au nom du roi, tira l'épée contre les nobles protestants.

La deuxième fois, la guerre a été à grande échelle et sanglante. La Rochelle, qui était la forteresse huguenote au bord de la mer, s'est engagée dans une défense désespérée de 1627 à 1628. Les protestants résistèrent au blocus de Richelieu jusqu'à ce que leurs enfants meurent de famine dans les rues. Les protestants espéraient du secours en provenance des protestants d'Angleterre, mais l'incapable Charler 1er ne pu trouver d'amiraux assez vaillants pour forcer leurs navires à travers les formidables digues de Richelieu. Finalement, les navires anglais se retirèrent, la Rochelle se rendit au cardinal, ayant résisté jusqu'à ce que les survivants ressemblent à des morts-vivants.

C'est ainsi que les hughenots cessèrent d'être un parti politique. Cependant, Richelieu leur laissa leurs privilèges religieux, et cinquante ans plus tard, les protestants français vivaient avec les catholiques dans une paix et une harmonie rares ailleurs en Europe.

avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

Message par Chevalier du Temple Hier à 20:53

Un jour, Richelieu déclara : << Les quatre coins du cabinet du roi sont pour moi plus difficiles à conquérir que toutes les batailles menées en Europe. >>

Il faut dire que le Cardinal ne devait pas seulement lutter contre les intrigues subtiles et les conspirations ordinaires, mais contre l'anarchie totale de la part de toute la noblesse de cette époque. Pour Richelieu, il fallait absolument que les dissidents aristocratiques apprennent leur place si la France devait être la grande France, et le Premier ministre ne s'est pas dérobé à cette épreuve, bien au contraire. Cette nouvelle épreuve va s'avérer encore plus essentielle et beaucoup plus difficile.

La pratique des duels au sein de l'aristocratie était une tradition de la noblesse. Elle atteint un tel point qu'elle devint un mal national et un acte de défiance envers la monarchie. Plus de gentilhommes périssaient dans ces duels que dans toutes les guerres de religion. Le moindre prétexte, la plus insignifiante provocation pouvaient mener à des affrontements sanglants ou cinq ou six personnes pouvaient y laisser la vie. Pourtant, il y avait des ordonnances royales contre tout cela, mais l'aristocratie était habituée à rire de telles promulgations du roi. Ces duels étaient devenus plus destructeurs que les anciens tournois médiévaux et les célèbres épreuves de la bataille.

Richelieu s'opposa obstinément à ces duels, parce qu'ils impliquaient un défi outrancier à l'autorité royale. En 1626, il appliqua un édit anti-duel qui visait à punir sévèrement ceux qui s'y livraient.

En 1627, le comte de Boutéville descendant de la Maison de Montmorency, lequel avait été exilé à Bruxelles pour avoir participé à vingt-deux duels, eut l'audace de revenir à Paris, malgré un refus de pardon. Ce grand insouciant ne trouva pas mieux de se battre en duel, à midi, sur la place Royale. La main d'acier du Cardinal fut instantanément sur lui. Le comte de Boutéville et son second, le comte de Chapelle, furent rapidement arrêtés, jugés sans tarder et condamnés à mort. Mlagré les protestations de la noblesse et les invocations invoquées pour inciter Louis XIII à gracier les coupables, le roi se montra inexorable. Il n'a pas osé discréditer son Premier ministre par un acte de pardon. Les condamnés furent exécutés. Richelieu déclara : << Rien ne sert mieux pour maintenir la loi en vigueur, que la punition des personnes dont le grand rang est égal à leur crime. >> Ce qui est certain, c'est que Richelieu donna un sérieux avertissement, et une leçon vigoureuse aux contrevenants.

avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1515
Date d'inscription : 07/01/2018
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum