"Le Christ, Roi de France": est-ce vraiment la bonne expression?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Le Christ, Roi de France": est-ce vraiment la bonne expression?

Message par Jean-Pierre Aussant le Ven 26 Oct 2018 - 23:45

Le Christ, dans le mystère de la Sainte-Trinité est Dieu. En cela, bien évidemment, Il est non seulement le Roi de France mais aussi de tout ce qui existe dans l’univers visible et invisible. Pour autant si je suis moi-même monarchiste, et pour les raisons (essentiellement religieuses) que j’ai déjà expliquées à maintes reprises- y compris dans ce forum- j’ai toujours éprouvé une certaine gêne face à l’affirmation-peut-être un peu trop « humaine »- qui consiste à dire que le Christ doit être le Roi de France comme si cela était une obligation. Je ressens cela un peu comme un manque de respect par rapport au Fils de Dieu.  En effet, si le Seigneur a dit  « Mon Royaume n’est pas de ce monde », c’est qu’il y a une raison. Et cette raison, c’est que si le Christ était d’emblée le Roi de des nations de la terre, alors, nous vivrions dans un monde parfait. Or dans un monde parfait, nous ne serions pas en mesure d’avoir le libre arbitre. Ce libre arbitre qui nous a pourtant été laissé par Dieu de façon à ce que nous puissions choisir la vérité, donc de façon à ce que nous puissions le choisir. Le Christ pourrait être immédiatement le Roi effectif de la terre (sans nous demander d’ailleurs notre avis), abolissant ainsi immédiatement toute souffrance ; mais voilà, Il ne le fait pas. Je crois qu’il y a une différence essentielle entre, d’un côté, désirer un Roi « oint » par le Seigneur (ce qui selon moi est la bonne optique-car une monarchie non religieuse en dernière analyse, n’est pas légitime) et, de l’autre, vouloir dans les faits que le Christ règne directement par décret ; il me semble que cela pourrait au fond allait à l’encontre de sa volonté (volonté dont la finalité est notre salut). Ma réflexion, pour être conséquente, m’amène maintenant nécessairement à poser la question du mystère de l’existence du mal et de la souffrance (mystère d’iniquité) car elle est le fondement même de mon interrogation.

SI DIEU EST À LA FOIS INFINIMENT BON ET TOUT PUISSANT, POURQUOI L’EXISTENCE DU MAL ?

La souffrance absurde et gratuite relance régulièrement, et c’est bien normal, le vieux débat sur le « silence de Dieu». Pour autant, à cette question apparemment insoluble, il y a, en y regardant de plus près, bien une réponse.
Certes, Dieu aurait pu dès le commencement créer un monde parfait, avec des êtres parfaits qui, contrairement à Adam et Ève, auraient fait le bon choix (ou plutôt auraient été obligé de faire le bon choix). Oui, Il aurait pu créer un monde sans souffrance, un monde immaculé, où dès le début toutes les créatures auraient été dans la plénitude du bonheur. Mais dans un tel monde, et c'est ici où se situe l'essence du problème, l'homme ne serait pas libre « pour choisir le bien », il serait une sorte de super robot dont la dignité correspondrait en gros à celle d'une "machine à laver" ne tombant jamais en panne. C'est justement cela que Dieu a voulu éviter.

Au fond, la tragédie du "Mal" est la condition sine qua non de la liberté (liberté doit être entendue ici comme liberté « pour choisir la Vérité »). Or sans liberté, il n'y a pas d'amour, en tout cas pas d'amour dans la vérité. Dieu n'a certes pas créé le "mal", Il en a seulement permit la possibilité. Sans cette "possibilité", il n'y aurait pas de choix possible. Or, sans choix, l'homme serait une marionnette. Si nous étions obligés d'aller vers Dieu, les dés seraient pipés.
Cela n'était pas dans les plans de Dieu.

Paradoxalement, Dieu nous aime et nous respecte tellement qu'il nous a même laissé le choix de « voter » contre lui.
C’est pourquoi, Il a laissé faire Hiroshima, c’est pourquoi, il a laissé faire Auschwitz ainsi que toutes les abominations que l’on connait : Meurtre légal des enfants à naître » (avortement) etc…
C’est volontairement que Dieu n’intervient pas. Il ne veut pas entraver notre libre arbitre (pour choisir le bien). Nous devons choisir nous-même le bien (le "bien" signifie ici, la Vérité qui vient de Dieu et non pas bien sûr un bien relatif que nous définirions nous-même). Si notre choix était « forcé », il n’aurait plus de valeur. Dieu n’a certes pas créé le mal mais il a permis sa « possibilité ». Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est justement cette « possibilité » du mal qui est, en creux, la preuve de l’amour de Dieu pour sa créature.

C’est pour toutes ces raisons que l’affirmation « Le Christ est Roi de France » me gêne un peu. Si le Seigneur était dans les faits le Roi de France (déjà l’expression « de France » est restrictive et presque irrespectueuse car le Seigneur ne peut-être que le Roi de tout l’univers visible et invisible), la France serait alors la Jérusalem Céleste. Or la Jérusalem Céleste, c’est le Royaume de Dieu et le Royaume n’est pas de ce monde « qui passe ». Enfin, je précise que j’exprime ici un questionnement que j’ai depuis longtemps et que je ne prétends pas apporter des réponses définitives. Dans cet esprit je remercie ceux et celles qui pourront apporter des éléments de réflexion.
avatar

Jean-Pierre Aussant
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 79
Date d'inscription : 24/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Le Christ, Roi de France": est-ce vraiment la bonne expression?

Message par Henryk le Sam 27 Oct 2018 - 10:13

Sainte Jeanne d'Arc en son temps, disait que le Royaume de France ressemblait le plus au Royaume Céleste.

Jean Pierre, la France est un Royaume référentiel pour le Roi de France. On le voit malgré la Révolution dans cet essaim de Saintes et Saints au XIX, dans la Charité, et le vœu missionnaire.

Comme je le dit souvent les peuples de France, ne sont pas responsables des gouvernements ni des constitutions. Ils les subissent, malgré la trahison des profiteurs qui le dénaturent, le Royaume, rien que dans la Charité.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1609
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Le Christ, Roi de France": est-ce vraiment la bonne expression?

Message par Henryk le Dim 28 Oct 2018 - 11:27

Les textes de la Messe du Christ Roi, aujourd'hui sont explicites.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1609
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Le Christ, Roi de France": est-ce vraiment la bonne expression?

Message par Jean-Pierre Aussant le Dim 28 Oct 2018 - 11:52

Bonjour Henryk. Je n'arrive pas à ouvrir le lien des textes en questions. Peut-être, pourriez-vous les publier directement.
avatar

Jean-Pierre Aussant
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 79
Date d'inscription : 24/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Le Christ, Roi de France": est-ce vraiment la bonne expression?

Message par Prince de Talmont le Dim 28 Oct 2018 - 17:54

Effectivement de la liberté offerte à l'homme par Dieu découle directement la possibilité du mal sur terre. C'est le péché de l'homme qui engendre le mal. A chaque fois que l'homme choisit le mal, même dans les plus petites choses, les conséquences peuvent être incalculables et si elles peuvent nous surprendre par leur horreur cela est du à notre cécité sur la gravité du péché.
Chaque jour, dans la moindre de ses actions, l'homme a à choisir entre le bien et le mal (on peut prendre pour image ses dessins humoristiques de BD ou un petit diablotin et un petit ange essaye de convaincre le héros d'aller dans un sens ou dans l'autre).
Chaque jour, dans la moindre de ses actions, l'homme a à choisir entre le règne de Dieu et celui de Satan.
Aussi, sur cette terre, dans notre pays, le Christ est autant roi de France que Satan est prince de ce monde et c'est à nous de faire pencher la balance dans le bon sens.
Nous devons proclamer le règne de notre Seigneur sur notre pays pour essayer de faire reculer l'empire du mal, sachant évidemment qu'il n'y a qu'au Ciel que cette royauté du Christ est absolue.
Consacrer son âme, son pays, au Seigneur, à la Vierge-Marie, sont des démarches très importantes.
Louis XIII a consacré officiellement la France au Sacré-Cœur de Marie, devenue par le fait reine de France, mais la consécration au Sacré-Cœur de Jésus n'a jamais été réalisée bien qu'Il en ait fait la demande instante à sainte Marguerite-Marie Alacoque en 1689.
Cent ans après cette demande insatisfaite, jour pour jour, éclatait la Révolution satanique.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Forum royaliste Blog royaliste Blog catholique
avatar

Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1910
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Le Christ, Roi de France": est-ce vraiment la bonne expression?

Message par Jean-Pierre Aussant le Dim 28 Oct 2018 - 20:01

@Prince de Talmont a écrit:Effectivement de la liberté offerte à l'homme par Dieu découle directement la possibilité du mal sur terre. C'est le péché de l'homme qui engendre le mal. A chaque fois que l'homme choisit le mal, même dans les plus petites choses, les conséquences peuvent être incalculables et si elles peuvent nous surprendre par leur horreur cela est du à notre cécité sur la gravité du péché.
Chaque jour, dans la moindre de ses actions, l'homme a à choisir entre le bien et le mal (on peut prendre pour image ses dessins humoristiques de BD ou un petit diablotin et un petit ange essaye de convaincre le héros d'aller dans un sens ou dans l'autre).
Chaque jour, dans la moindre de ses actions, l'homme a à choisir entre le règne de Dieu et celui de Satan.
Aussi, sur cette terre, dans notre pays, le Christ est autant roi de France que Satan est prince de ce monde et c'est à nous de faire pencher la balance dans le bon sens.
Nous devons proclamer le règne de notre Seigneur sur notre pays pour essayer de faire reculer l'empire du mal, sachant évidemment qu'il n'y a qu'au Ciel que cette royauté du Christ est absolue.
Consacrer son âme, son pays, au Seigneur, à la Vierge-Marie, sont des démarches très importantes.
Louis XIII a consacré officiellement la France au Sacré-Cœur de Marie, devenue par le fait reine de France, mais la consécration au Sacré-Cœur de Jésus n'a jamais été réalisée bien qu'Il en ait fait la demande instante à sainte Marguerite-Marie Alacoque en 1689.
Cent ans après cette demande insatisfaite, jour pour jour, éclatait la Révolution satanique.
Merci pour vos précisions très pertinentes
avatar

Jean-Pierre Aussant
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 79
Date d'inscription : 24/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum