Vincent Peillon avoue qu'il veut tuer le Catholicisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vincent Peillon avoue qu'il veut tuer le Catholicisme

Message par Chasseur le Lun 29 Juil - 22:39

Vincent Peillon avoue qu'il veut tuer le Catholicisme





V.Peillon est le parangon de notre ennemi.

Vincent Peillon – "La révolution française n’est pas terminée" (le Seuil, Paris, 2008) :

La révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un COMMENCEMENT absolu, c’est la présence et l’INCARNATION d’un sens, d’une REGENERATION et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un HOMME NOUVEAU.

La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement RELIGIEUX. La révolution implique l’OUBLI TOTAL de ce qui précède la révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit DEPOUILLER L’ENFANT de toutes ses attaches PRE-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle NAISSANCE, une TRANSSUBSTANTIATION qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle EGLISE avec son nouveau CLERGE, sa nouvelle LITURGIE, ses nouvelles TABLES DE LA LOI.

Vincent Peillon, Journal du dimanche, septembre 2012 :

Le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à TOUS les déterminismes, FAMILIAL, ETHNIQUE, social, intellectuel,…


Dernière édition par Vincent le Mer 8 Jan - 22:36, édité 5 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Peillon avoue qu'il veut tuer le Catholicisme

Message par Chasseur le Mar 20 Aoû - 13:57

Peillon avoue que la franc-maçonnerie est la religion de la république





Évidemment Mr Peillon que les Catholiques sont absolument réactionnaires, car ils sont les défenseurs de la Vérité et de la Vie. Effectivement, temps et tant qu’ils seront là, votre petite armée, bien au chaud dans l’ombre des loges, ne pourra plus tranquillement refaire tourner la machine sacrificielle : les victimes sont désormais des victimes innocentes. Ainsi, comme votre maître « le porteur de lumière » vous êtes toujours déjà dupés par la Croix.

C'est pourquoi, sans trêve ni repos, chaque jour que Dieu fait, les Catholiques sont là pour vous le dire face à face et en pleine lumière. Oui Mr Peillon, c’est pour cela que la révolution a échoué et c’est également pour cela que votre république fondée sur le meurtre et le mensonge va elle aussi, tel le triangle du château de cartes, inéluctablement s’effondrer sous nos souffles combinés. Catholiques et Royalistes nous y travaillons sans relâche : tic tac, tic tac, les frères la truelle…

Vincent pour la Section Alliance Royale Metz


Dernière édition par Vincent le Mer 8 Jan - 22:39, édité 2 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Peillon avoue qu'il veut tuer le Catholicisme

Message par Chasseur le Jeu 12 Sep - 17:54

Une résistante à écouter absolument

Mettre l'état dehors, dehors de nos vies !



Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Laicite-a-l-ecole-une-mere-catholique-reagit-20101.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chantal Delsol : "entrer en dissidence"

Message par Chasseur le Sam 4 Jan - 0:05

Chantal Delsol : "entrer en dissidence"



Le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, veut faire des enfants de parfaits petits modernes au lieu de simplement leur transmettre les fondamentaux scolaires : savoir lire, écrire et compter. Pour lutter contre l'idéologie républicaine, cette pensée de la défiance, la philosophe Chantal Delsol en appelle à une pensée de la confiance.

La réforme sur les rythmes scolaires, présentée par Vincent Peillon, provoque une levée de boucliers de la part du corps enseignant et des parents d'élèves. Une preuve de plus que l'éducation nationale est impossible à réformer ?
Ce qui se passe, c'est surtout que les gouvernements se hâtent, presqu'en permanence ou au moins à un rythme accéléré, de promouvoir des réformes qui portent en général sur des points marginaux mais qui sont données pour capables de résoudre le problème dans son entier. Chaque fois cela coûte une fortune de déplacer cette énorme masse, et peu après on recommence dans l'autre sens. Bien entendu, il y a toujours des gens que cela n'arrange pas, et qui font grève. Tout cela est dérisoire. On ne réformera pas cette usine à gaz en enlevant deux heures d'Histoire ou en libérant deux ou trois après-midi par semaine. Les problèmes sont beaucoup plus profonds. On agite la surface pour faire semblant d'agir, alors qu'il faudrait plonger au fond.

Quand le ministre de l'éducation nationale déclare « qu'il faut arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social », quand il concocte une charte de la laïcité obligatoire, est-il dans son rôle ?
Il est dans le rôle parfait d'un idéologue un peu daté, persuadé que l'état peut éduquer les enfants à la place des parents et en faire un bataillon de petits soldats à son service et à sa solde. Il ne faut pas hésiter à le dire : c'est du fascisme. Ce n'est pas parce que Monsieur Peillon parle au nom des Lumières qu'il peut tout se permettre. Arracher l'enfant à l'influence de sa famille pour le mettre sous influence étatique, c'est meurtrier de toute façon, quelle que soit l'idéologie au nom de laquelle on le fait. Devant cela, nous n'avons plus qu'à entrer en dissidence.

Lire la suite sur : http://www.politiquemagazine.fr/chantal_delsol_entrer_en_dissidence.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vincent Peillon, ou le pire est devant nous

Message par Chasseur le Mar 14 Jan - 21:54

Vincent Peillon, ou le pire est devant nous

A tous ceux qui s’imaginent que la loi sur la mariage gay adoptée, la formidable contestation qui a vu le jour en France en novembre dernier, accompagnée de centaines d’arrestations – pas moins de cinq cents dans les trois jours qui suivirent la manifestation du 26 mai dernier – va s’assoupir dans la tranquille torpeur de l’été, laissant croupir le malheureux Nicolas, coupable d’avoir vingt ans et des convictions « à contre-courant », dans les geôles de la République, à tous ceux là, il convient de rappeler que, par le formidable sens politique qui les caractérise, les socialistes eux-mêmes, ayant à peine tenté de maitriser le feu Taubira, préparent un incendie de grande ampleur pour la rentrée scolaire . Il se nomme Vincent Peillon.

Le « gendre idéal », âgé de 53 ans, d’origine juive alsacienne, petit-fils du rabbin Félix Blum, est le fils d’une chercheuse de l’Inserm et d’un banquier communiste. Il est également le neveu du professeur Beaulieu, à qui l’on doit l’invention de la pilule abortive RU486, dite du lendemain. Si cela n’explique pas tout, il n’est pas inutile de planter le décor familial de notre ministre de l’éducation nationale pour comprendre ses obsessions actuelles. Agrégé docteur en philosophie, Vincent Peillon est l’auteur de nombreux travaux sur Ferdinand Buisson, théoricien de la Laîcité républicaine, et d’un ouvrage intitulé La Révolution française n’est pas finie.

A ce propos, il explique que si la Révolution française a échouée à plusieurs reprises (1793-95 puis 1848) c’est parce que l’Eglise catholique « conservatrice et réactionnaire » en France a gardé, au plus fort de tous ces événements révolutionnaires, un « formidable pouvoir d’opinion et de conscience ». Ce qui n’est pas le cas des pays anglo-saxons, où la religion protestante « religion du libre examen » est une religion « éminemment républicaine ».

Il fallait donc, pour le clan républicain créer une nouvelle religion, une nouvelle spiritualité, la laîcité. Comment définit-il la laïcité de Ferdinand Buisson ? « C’est une religion de la liberté, une religion des droits de l’homme, de l’humanité partagée, une religion de l’instruction, une religion du libre examen, une religion hétérodoxe car elle s’appuie sur tout un constat que l’on trouve dans la Kabbale, dans l’illuminisme » mais aussi explique-t-il chez des protestants ou des catholiques libéraux, et bien sûr à travers les idéaux de la franc-maçonnerie. Dans la religion laïque de Ferdinand Buisson, reprend-il, « il n’y a pas l’idée de l’incarnation du divin chez un homme, Jésus, mais le divin est incarné dans tous les hommes ».

Ce sont, pour beaucoup, des idées qui par la suite « se sont développées dans le milieu républicain et socialiste ». On aura compris que, par une contraction espace-temps dont les idéologues de tout poil sont particulièrement friands, la foi de Ferdinand Buisson est bien celle de Vincent Peillon, et que, disposant de beaucoup de pouvoirs, celui va s’acharner, pendant les quatre prochaines années, à la mettre en place. En effet, au cours d’une autre inteview, il insiste et développe sa pensée : « en 1848 les prêtres sont venus bénir les arbres de la liberté ». Et il voit dans cette confiscation des journées de 1848 « la preuve qu’on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique ».

On doit, également, pour pouvoir expliquer la formidable caisse de résonnance que constituent les médias pour l’action de Vincent Peillon, rappeler qu’il est le frère du journaliste Antoine Peillon et le mari de la journaliste Nathalie Bensahel, du “Nouvel Observateur”. Enfin, dès 2005, une certaine Valérie Trierweiler lui consacre un portrait dans l’hebdomadaire “Paris-Match“, Vincent Peillon : itinéraire d’un enfant gâté. Ces quelques exemples, parmi tant d’autres montre la puissance des relais médiatiques dont dispose Vincent Peillon.

Quant au nerf de la guerre, l’argent ,Vincent Peillon dispose pour son ministère de moyens considérables. Et pourtant… lors d’un rapport de la Cour des Comptes rendu public en mai 2013, la gestion calamiteuse de l’Education Nationale est pointée du doigt : « l’Education Nationale ne souffre pas d’un manque de moyens ou d’un nombre trop faible d’enseignants, mais d’une utilisation défaillante de moyens existants ». Tandis que la loi de refondation pour l’Ecole présentée en juin annonce la création de 60 000 postes supplémentaires, le rapport de la cour des comptes déplore que « l’évolution du nombre d’enseignants est déconnectée de celle des élèves ».

Ce ne sont pas les besoins réels de l’institution qui guide le volume et la qualité du recrutement chaque année – y compris au cours des précédents quinquennats – mais le volume d’heures de cours et le souci d’assurer chaque année un débouché satisfaisant aux universités pour les concours. Il n’est donc pas question d’intérêt général ou de bien commun pour cette mission de fonction publique mais bien de répondre aux exigences d’intérêts catégoriels.

Quant à l’affectation des enseignants, la Cour dénonce « un système inadapté aux besoins des élèves et aux exigences des postes ». Un euphémisme pour décrire une situation catastrophique : ce sont les enseigants débutants qui, pour 65 % d’entre eux sont envoyés dans les postes « difficiles » de quartiers « sensibles » .Enfin, le rapport prend exemple comme proposition d’amélioration, sur la gestion des écoles privées où le chef d’établissement dispose du pouvoir de recruter des professeurs en fonction d’une part de leur profil, d’autre part des besoins réels et conjecturels de l’établissement. Mais on ne saurait faire planer un soupçon d’efficacité sur l’enseignement public…

Au cours d’un prochain article nous tenterons d’expliquer concrètement, toutes les mesures envisagées par Vincent Peillon , dès la rentrée scolaire 2013, pour « s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités », que ce soit dans la formation des enseignants, à travers les missions assignés aux nouvelles recrues de l’Education nationale, la diffusion de la morale laïque selon Peillon, la nouvelle éducation sexuelle, la puissance du lobby LGBT autorisé, et incité, y compris financièrement, à intervenir auprès de vos chères têtes blondes… La rentrée sera chaude. (Marie d’Armagnac)

Source : http://www.correspondanceeuropeenne.eu/2013/07/04/france-vincent-peillon-ou-le-pire-est-devant-nous/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vincent Peillon s'exile en Suisse

Message par Chasseur le Mar 4 Nov - 21:13

Vincent Peillon s'exile en Suisse

Officiellement, pas pour des raisons fiscales : l'ancien ministre, nommé professeur associé, sera chargé de cours à partir du 1er décembre à l'Institut de philosophie de la Faculté de lettres de Neuchâtel, où il pourra mener des recherches et endoctriner ses élèves sur la démocratie, la laïcité et le républicanisme.

Autrement dit, Vincent Peillon, qui a voulu, en France, "arracher les élèves à tous les déterminismes, familial, éthnique, social", rendu une "charte de la laïcité" liberticide et une réforme des rythmes scolaires obligatoires, imposé l'enseignement de la théorie du genre à l'école, exigé des recteurs d'Académie qu'ils fassent la publicité d'un site faisant la promotion, entre autres, de la pédophilie et de l'usage des drogues, le tout contre l'avis des parents, premiers éducateurs de leurs enfants... bref, Vincent Peillon le Jacobin va donner des cours de démocratie au pays des référendums.

Et pourquoi enseigner en Suisse ? Les rémunérations des professeurs et l'imposition y seraient-elles par hasard, plus favorables qu'en France ?
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Peillon avoue qu'il veut tuer le Catholicisme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum