Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Message par Mabblavet le Dim 3 Juin 2018 - 14:20

Article de Jeanne Smits vu sur REINFORMATION TV



Réinformation.TV a écrit:Pour les tenants de la théorie de l’évolution, c’est un mauvais coup ou, à tout le moins, une énigme. L’étude de l’ADN mitochondrial dans le cadre d’une recherche génétique de grande envergure vient de révéler que 90 % des animaux, ou plus exactement 9 espèces animales sur 10 sont apparues sur Terre à peu près en même temps que l’homme, il y a 100.000 ou 200.000 ans. L’un des principaux auteurs, David Thaler, généticien à l’université de Bâle, reconnaît que la conclusion de sa recherche est « très surprenante ». « Je l’ai combattue autant que je l’ai pu », avoue-t-il. Pourquoi ? Parce qu’elle ne « colle » pas avec les faux dogmes obligatoires de ce qui demeure une théorie.
[Lire la suite passionnante de cet article sur REINFORMATION TV]


RAPPEL :

Les chrétiens ont, avec la Genèse, une explication globale, mais sont bien incapables de rentrer dans le détail, car la Bible n'est pas un livre de science.
Mais les évolutionnistes sont tout aussi incapables de rendre compte de leurs théories. De là leurs oppositions entre écoles :

L’école dite synthétique (car elle prétend faire la synthèse des différentes sciences actuelles concernant l’évolution)
Selon cette école :
- l’apparition de caractères nouveaux résulte des mutations du matériel génétique entraînant une modification progressive et durable des caractères héréditaires.
- A l’intérieur d’une population se produisent sans cesse des croisements créateurs de combinaisons génétiques nouvelles qui peuvent favoriser des individus qui les portent quand ceux-ci se révèlent plus adaptés à leur environnement. Ces porteurs de mutations favorables se retrouvent donc majoritaires dans la population du fait du mécanisme de sélection, et la population s’éloigne alors d’autres populations qui n’ont pas été soumises à cet environnement pour complètement s’en différencier et constituer une nouvelle espèce.
Notons bien que la plupart des créationnistes ne nient pas cette réalité pour des modifications mineures (pigmentation de la peau, sudation…) mais ils la récusent pour ce qui est de l’apparition d’organes nouveaux qui suppose un dessein intelligent.

L’école neutraliste qui récuse les points précédents de l’école synthétique selon lesquels les mutations génétiques ne se perpétuent que si elles réussissent à passer le cap de la sélection naturelle. Ils argumentent avec raison que si c’était le cas on n’observerait pas dans toutes les populations la persistance d’une extrême variabilité génétique à l’intérieur d’une même population. D’où la conviction que les variations génétiques en questions sont sélectivement neutres, elles ne sont ni avantageuses, ni pénalisantes : elles sont neutres (d’où le nom de cette école). La dérive génétique d’une population est le seul fruit du hasard aveugle.

L’école saltationniste, considérant les discontinuités incessantes et non expliquées dans l’arbre de l’évolution (qui ne cesse d’ailleurs d’évoluer, on est presque maintenant à un arbre par chercheur tellement c’est un sport), cette école récuse l’idée d’évolution progressive. Elle explique que seule une évolution par saut peut expliquer la discontinuité entre les espèces, mais elle n’explique pas comment s’effectuent ces sauts. C'est dans ce dernier courant qu'il faut situer la publication de Stoeckle et Thaler sur la "jeunesse" de l'ADN mitochondrial des espèces actuelles.

Bref ! Contrairement à ce que les médias nous laissent croire, il n’y a absolument pas unanimité dans la communauté scientifique au sujet de l’évolution. On peut même dire que ça ferraille dur sur des théories dont, nous venons de le voir, la justification des fondements mêmes est loin d’être établie.

Quant-aux scientifiques créationnistes, ils sont obligés de la jouer discrète sous peine de ne pas obtenir de subventions pour leur labo, voire même de se faire mettre au ban de la communauté scientifique. Hé oui ! Dans cette communauté, il y a aussi des dogmes qu’il ne fait pas bon contredire.

Espérons que cette dernière publication -- de David Thaler, généticien à l’Université de Bâle et de Mark Stoeckle de la Rockefeller University-- sur le caractère récent de l'ADN mitochondrial a brisé un tabou et encouragera d'autres études sans crainte de représailles.


Dernière édition par Mabblavet le Dim 3 Juin 2018 - 15:14, édité 1 fois
avatar

Mabblavet
Titre du rang
Titre du rang



Messages : 325
Date d'inscription : 08/12/2017

http://www.viveleroy.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Message par Herlacyng le Dim 3 Juin 2018 - 14:48


_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Aux échecs, le Fou est toujours à côté du Roi !
avatar

Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 199
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 24
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Message par Prince de Talmont le Lun 4 Juin 2018 - 9:40

Article très intéressant, merci Smile


Nous sommes sur un forum francophone, il serait peut-être plus adapté de mettre des sources en français ?

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Forum royaliste Blog royaliste Blog catholique
avatar

Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1368
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Message par FLF_BZH le Lun 4 Juin 2018 - 13:21

On peut utiliser ceci pour traduire, il fonctionne largement mieux que google trad: https://www.deepl.com/translator
avatar

FLF_BZH
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 991
Date d'inscription : 05/12/2017
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Message par Mabblavet le Lun 4 Juin 2018 - 14:36

@Prince de Talmont a écrit:Article très intéressant, merci Smile


Nous sommes sur un forum francophone, il serait peut-être plus adapté de mettre des sources en français ?
Herlacyng a eu raison de mettre ce lien, car il s'agit d'un résumé en ligne fait par les auteurs de cette publication scientifique. Disposer ainsi de la source permet d'éviter pas mal de critiques Very Happy
Merci FLF_BZH pour le lien vers le traducteur.

En tout cas il ne se passe plus un jour sans que je fasse mon petit tour sur reinformation.tv, car c'est une mine d'or avec des informations inédites. Par ailleurs, son directeur est sympathisant et viendra faire la conférence au Pèlerinage de Sainte-Anne d'Auray en septembre.
Vive Louis XX
avatar

Mabblavet
Titre du rang
Titre du rang



Messages : 325
Date d'inscription : 08/12/2017

http://www.viveleroy.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Message par Henryk le Mar 5 Juin 2018 - 10:19

@Mabblavet a écrit:Article de Jeanne Smits vu sur REINFORMATION TV



Réinformation.TV a écrit:Pour les tenants de la théorie de l’évolution, c’est un mauvais coup ou, à tout le moins, une énigme. L’étude de l’ADN mitochondrial dans le cadre d’une recherche génétique de grande envergure vient de révéler que 90 % des animaux, ou plus exactement 9 espèces animales sur 10 sont apparues sur Terre à peu près en même temps que l’homme, il y a 100.000 ou 200.000 ans. L’un des principaux auteurs, David Thaler, généticien à l’université de Bâle, reconnaît que la conclusion de sa recherche est « très surprenante ». « Je l’ai combattue autant que je l’ai pu », avoue-t-il. Pourquoi ? Parce qu’elle ne « colle » pas avec les faux dogmes obligatoires de ce qui demeure une théorie.
[Lire la suite passionnante de cet article sur REINFORMATION TV]


RAPPEL :


Les chrétiens ont, avec la Genèse, une explication globale, mais sont bien incapables de rentrer dans le détail, car la Bible n'est pas un livre de science.
Mais les évolutionnistes sont tout aussi incapables de rendre compte de leurs théories. De là leurs oppositions entre écoles :

L’école dite synthétique (car elle prétend faire la synthèse des différentes sciences actuelles concernant l’évolution)
Selon cette école :
- l’apparition de caractères nouveaux résulte des mutations du matériel génétique entraînant une modification progressive et durable des caractères héréditaires.
- A l’intérieur d’une population se produisent sans cesse des croisements créateurs de combinaisons génétiques nouvelles qui peuvent favoriser des individus qui les portent quand ceux-ci se révèlent plus adaptés à leur environnement. Ces porteurs de mutations favorables se retrouvent donc majoritaires dans la population du fait du mécanisme de sélection, et la population s’éloigne alors d’autres populations qui n’ont pas été soumises à cet environnement pour complètement s’en différencier et constituer une nouvelle espèce.
Notons bien que la plupart des créationnistes ne nient pas cette réalité pour des modifications mineures (pigmentation de la peau, sudation…) mais ils la récusent pour ce qui est de l’apparition d’organes nouveaux qui suppose un dessein intelligent.

L’école neutraliste qui récuse les points précédents de l’école synthétique selon lesquels les mutations génétiques ne se perpétuent que si elles réussissent à passer le cap de la sélection naturelle. Ils argumentent avec raison que si c’était le cas on n’observerait pas dans toutes les populations la persistance d’une extrême variabilité génétique à l’intérieur d’une même population. D’où la conviction que les variations génétiques en questions sont sélectivement neutres, elles ne sont ni avantageuses, ni pénalisantes : elles sont neutres (d’où le nom de cette école). La dérive génétique d’une population est le seul fruit du hasard aveugle.

L’école saltationniste, considérant les discontinuités incessantes et non expliquées dans l’arbre de l’évolution (qui ne cesse d’ailleurs d’évoluer, on est presque maintenant à un arbre par chercheur tellement c’est un sport), cette école récuse l’idée d’évolution progressive. Elle explique que seule une évolution par saut peut expliquer la discontinuité entre les espèces, mais elle n’explique pas comment s’effectuent ces sauts. C'est dans ce dernier courant qu'il faut situer la publication de Stoeckle et Thaler sur la "jeunesse" de l'ADN mitochondrial des espèces actuelles.

Bref ! Contrairement à ce que les médias nous laissent croire, il n’y a absolument pas unanimité dans la communauté scientifique au sujet de l’évolution. On peut même dire que ça ferraille dur sur des théories dont, nous venons de le voir, la justification des fondements mêmes est loin d’être établie.

Quant-aux scientifiques créationnistes, ils sont obligés de la jouer discrète sous peine de ne pas obtenir de subventions pour leur labo, voire même de se faire mettre au ban de la communauté scientifique. Hé oui ! Dans cette communauté, il y a aussi des dogmes qu’il ne fait pas bon contredire.

Espérons que cette dernière publication -- de David Thaler, généticien à l’Université de Bâle et de Mark Stoeckle de la Rockefeller University-- sur le caractère récent de l'ADN mitochondrial a brisé un tabou et encouragera d'autres études sans crainte de représailles.

Il semblerait, que l'idéologie dominante sur les sciences soit une tyrannie qui se moque de ses opposants, à part dans les fillms...

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1081
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Evolutionnisme : une publication de l'Université de Bâle et de la Rockefeller University ébranle les dogmes

Message par Mabblavet le Mar 5 Juin 2018 - 15:57

Effectivement Henrick, les sciences ne sont jamais neutres mais traversées par des courants de pensée et des modes. Cependant, soyons justes : cela a toujours existé.

Arthur Koestler dit à ce propos, dans les Somnanbules, que la principale opposition à l'héliocentrisme de Copernic, et une grande partie des "ennuis" de Galilée, vinrent de la part de l'université.
L’inertie de l’esprit humain, sa résistance aux nouveautés ne s’affirment pas, comme on pourrait le croire, dans les masses ignorantes — aisément persuadées dès que l’on frappe leur imagination — mais chez les professionnels qui vivent de la tradition et du monopole de l’enseignement. Toute innovation menace doublement les médiocrités académiques : elle met en péril leur autorité d’oracles, et elle évoque le danger redoutable de voir s’écrouler tout un édifice intellectuel laborieusement construit.
Ce jugement est dur mais plus que jamais vrai Cool
A contrario, des savants comme les Jésuites ont tout de suite adopté le modèle de Copernic affiné par Kepler, car ses prédictions étaient plus en phase avec la réalité observée (prévisions et explications des phénomènes célestes comme les éclipses). Or le propos des Jésuites était de démontrer aux Chinois la supériorité de la religion chrétienne, en montrant entre autres la maîtrise par l'Occident des sciences profanes)
Voir L'affaire Galilée par Arthur Kœstler 1re partie et L'affaire Galilée par Arthur Kœstler 2e partie

Autre exemple : celui du grand physicien autrichien Ludwig Boltzmann qui s'est opposé à la mode du déterminisme de Laplace qui affectait alors toute l'université. Le déterminisme -- initialement promu par plusieurs physiciens français imbus des Lumières -- avait conquis les universitaires qui devenaient des sortes de "prophètes" modernes. En effet cette doctrine prétendait que si on connaissait les lois physiques qui régissent un système physique, ainsi que ses conditions initiales, on pouvait prédire l'état du système n'importe quand. Les travaux de Boltzmann démontrant le contraire, celui-ci dû subir les foudres de ses collègues d'une grande partie de la communauté scientifique qui n'eurent pas de mots assez durs. La pression fut si fort que le fragile Boltzmann ne pu résister et ... il se suicida. Pourtant c'est lui le génie qui avait raison au sujet de cette affaire. Donc, non seulement le scientisme freine la science, mais il tue.

avatar

Mabblavet
Titre du rang
Titre du rang



Messages : 325
Date d'inscription : 08/12/2017

http://www.viveleroy.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum