Black blocs : un pouvoir impuissant à maintenir l’ordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Black blocs : un pouvoir impuissant à maintenir l’ordre

Message par Prince de Talmont le Lun 7 Mai 2018 - 12:36

Après que la bande d’émeutiers des “blacks bloc” eut dévasté sauvagement un quartier de Paris, le ministre de l’Intérieur,
Gérard Collomb a déclaré : « Je condamne avec fermeté les violences et dégradations commises en marge du défilé syndical du 1er Mai à Paris. Tout est mis en œuvre pour faire cesser ces graves troubles à l’ordre public et appréhender les auteurs de ces actes inqualifiables. »



Propos d’une grande banalité face à des événements sans précédent d’une telle ampleur. Si le ministre condamne à bon droit ces « dégradations », le contraire eût été étonnant ; jamais un ministre n’a approuvé ce genre de débordements et aucun ne les a condamnés avec mollesse mais tous, bien sûr, “ avec fermeté”. Le rôle d’un ministre de l’Intérieur n’est ni de commenter, ni même de condamner, mais de prévenir ces exactions et, à défaut, de les réprimer. Or, le ministre de l’Intérieur n’a fait ni l’un ni l’autre.

On doit donc savoir qu’une France qui s’est félicitée d’avoir pu frapper en Syrie sans dégâts collatéraux et qui prétend contri
buer à y rétablir un ordre démocratique en chassant Assad, est incapable d’empêcher un régiment de 1.200 barbares gauchistes de tout casser sur son passage, à Paris et de reculer devant juste quelques centaines de squatters à Notre-Dame-des-Landes.

Lui-même et le préfet de police, Michel Delpuech, ont expliqué – si ce n’est théorisé – cette impuissance scandaleuse. Certes, les services de renseignement avaient bien prévu que les black blocs débarqueraient dans la capitale bien organisés et armés de n’importe quoi, le gouvernement en ayant prévenu les syndicats. Mais voilà, nous dit Gérard Collomb, « on en attendait entre 400 et 500 et ils furent 1200 » ! Et les casseurs ne l’ont même pas prévenu ! Il laisse entendre que, s’ils avaient été moins nombreux, les membres des forces de l’ordre auraient pu les empêcher de nuire. Mais
il est peu probable que les ordres donnés par le préfet de police auraient été différents. Quels ordres ? De ne pas intervenir ! « Quand les exactions ont commencé, il y avait au moins un millier de personnes entre eux (les black blocs) et les forces de l'ordre. On ne pouvait pas intervenir sans craindre des dégâts collatéraux », a indiqué Michel Delpuech. « Nous
voulions éviter à la fois parmi les manifestants mais aussi parmi les forces de l'ordre qu'il y ait des blessés, voire des morts », a ajouté Gérard Collomb. Donc, ne pas bouger car il y a des... risques ! C’est pourquoi, il a fallu attendre trois quarts d’heure avant que la police n’intervienne sur le... théâtre des opérations avec cette fois des nouveaux et redouta-
bles... canons à eau pratiquement sans risque pour les belligérants. Depuis 68, c’est bien une première dans les annales de la police française.

Pendant ce temps, les riverains étaient indignés en voyant de leurs fenêtres les forces de l’ordre contraintes, boulevard de l’Hôpital, à regarder les émeutiers tout saccager et voler sur leur passage sans intervenir. Un membre des CRS, du syndicat Alliance, qui était sur le terrain le 1er mai, a témoigné (Le Parisien du 3 mai) : « Nous sommes de simples CRS et nous obéis-
sons aux ordres de nos commissaires qui eux-mêmes, à Paris, obéissent aux ordres de l’autorité préfectorale, qui décide ou non d’utiliser tel ou tel moyen.
La gestion d’une manifestation est souvent politique. »

Il précise : « Durant un quart d’heure, nous avons essuyé une pluie de projectiles, pavés, cocktails Molotov, bouteilles d’acide et d’urine... » Ils attendaient les ordres pour riposter ; or « les ordres tardaient à venir ». Pendant ce temps-là, ce sont donc les policiers qui ont trinqué tandis que les autorités tergiversaient et se concertaient.

Ne peut-on donc rien faire en amont ? Les autorités sont-elles condamnées à l’impuissance devant ces hordes de casseurs ? Si c’est le cas, qu’on ne vienne plus nous parler tous les jours de l’Etat de droit, le premier droit étant de pouvoir aller et venir librement, la police devant assurer la protection des biens et des personnes.

Le bulletin d'André Noël

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Forum royaliste Blog royaliste Blog catholique
avatar

Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1914
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Black blocs : un pouvoir impuissant à maintenir l’ordre

Message par Excalibur le Lun 7 Mai 2018 - 13:12

Black blocs : un pouvoir impuissant à maintenir l’ordre

Black blocs : un pouvoir qui ne fait rien pour maintenir l’ordre et qui laisse faire.
Les R.G. étaient parfaitement au courant du déroulement de la manif.

Manif fête à Macron 2000 policiers; pas de débordement.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Les mensonges et les erreurs d’hier nourrissent la vérité et la réalité de demain
avatar

Excalibur
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 1293
Date d'inscription : 14/01/2018
Age : 66

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum