Action Française : POUR REDRESSER LA FRANCE, LES ROYALISTES PROPOSENT DIX AXES DE SALUT NATIONAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Action Française : POUR REDRESSER LA FRANCE, LES ROYALISTES PROPOSENT DIX AXES DE SALUT NATIONAL

Message par Chasseur le Mer 23 Oct - 20:09



L’Action française a défini dix axes de salut national visant à relever le pays. Ils indiquent les pistes à emprunter prioritairement par la France pour sortir de sa crise non seulement économique et financière, mais également et avant tout intellectuelle et morale.

Soucieuse de pratiquer, dans le seul intérêt national, le compromis nationaliste le plus large, l’Action française enverra, sans exclusive aucune, ces dix exigences à tous les candidats déclarés. Elle se déterminera uniquement en fonction de l’écho que celles-ci rencontreront soit directement auprès des candidats soit dans leur programme.


1 - AFFIRMATION CONSTITUTIONNELLE DE L’INALIÉNABILITÉ DU TERRITOIRE NATIONAL.

Défense des intérêts nationaux sur les cinq continents. Refus de toute aliénation, par quelque voie que ce soit et sous quelque prétexte que ce soit, de toute parcelle du territoire national.

2 - AFFIRMATION CONSTITUTIONNELLE D’UN NOUVEAU CODE DE LA NATIONALITÉ ROMPANT AVEC L’AUTOMATICITÉ DU DROIT DU SOL.

Définir un nouveau code de la nationalité, ne garantissant l’automaticité par la naissance de la nationalité française qu’aux enfants nés d’un parent ou de ses deux parents français.

Pour les enfants nés en France de parents étrangers, à la majorité, naturalisation volontaire et soumise à l’acceptation d’un Haut Conseil à la Nationalité. Seuls les enfants nés de parents légalement immigrés et n’ayant commis aucun crime ou délit grave avant leur majorité pourront en faire la demande.

3 - INVERSION DES FLUX MIGRATOIRES.

Redéfinir une politique durable avec les pays partenaires de l’immigration pour assurer leur développement, seule condition leur permettant de retenir leurs forces vives dans des conditions dignes.

- Lutte contre l’immigration clandestine : disparition des pompes aspirantes, notamment financières (allocations, aide au retour, AME, etc.) ; impossibilité légale pour un immigré clandestin d’être « régularisé », sauf en cas d’asile politique dûment reconnu ; renvoi effectif et rapide des immigrés clandestins dans leur pays d’origine avec simplification des procédures de renvoi .
- Mesures familiales et allocations sociales réservées aux nationaux.
- Rétablissement des frontières nationales, seul moyen d’exercer des contrôles efficaces. Interdiction de la double nationalité et du droit de vote des étrangers.

4 - UNE VÉRITABLE POLITIQUE DE SÉCURITÉ PUBLIQUE, ASSURÉE AU PLAN NATIONAL.

Garantir l’ordre public par un renforcement des effectifs de police et de gendarmerie et leur meilleure répartition sur le territoire. Il revient à l’Etat d’assurer sa mission de sécurité publique

- Suppression des zones de non-droit et libération physique des territoires concernés.
- Augmentation significative des capacités carcérales.
- Expulsion systématique des étrangers délinquants et criminels.
- Suppression de la nationalité pour tout naturalisé de moins de dix ans ayant commis crimes et délits les plus graves, définis par le législateur, avec renvoi automatique dans son pays d’origine à l’issue de la peine et interdiction définitive de revenir sur le territoire national.
-  Rééchelonnement des peines pour les crimes et les délits les plus graves afin de mettre fin au laxisme judiciaire.
- Suppression de l’automaticité des remises de peines pour les crimes et les délits les plus graves, notamment en cas de crimes de sang, de vol à main armée, de trafic de drogue, d’actes de barbarie ou de viol sur mineur(e).
- Généralisation des peines de substitution pour les primo-petits délinquants. Séparation de la petite délinquance du grand banditisme et retour à des prisons de proximité pour les petits délinquants.

5 - RÉTABLIR UNE SCOLARITÉ CONCILIANT SAVOIR, APPRENTISSAGE DU CIVISME ET BESOINS DE LA SOCIÉTÉ.

Nécessité de remettre le savoir au cœur de l’école.

-  Repérage dès l’école maternelle des enfants en difficulté notamment linguistique.
-  Apprentissage des savoirs fondamentaux à l’école primaire avec abandon des méthodes globale et semi-globale au CP. Insistance sur la lecture, l’écriture, le calcul, la morale, l’histoire nationale, les sciences naturelles et le sport.
-  Fin du collège de l’échec avec disparition du collège unique. Promotion dès la 6e des différentes formes d’intelligence par un enseignement différencié. Valorisation de l’apprentissage par alternance dès l’âge de 14 ans.
-  Obligation légale pour les administrations d’État et territoriales de donner l’exemple en prenant en contrat d’apprentissage un nombre minimal d’apprentis.
-  Revalorisation des filières professionnelles afin de valoriser les savoir-faire qui ont fait la réputation du génie français.
- Revalorisation au collège et au lycée des matières littéraires (langues anciennes) et de l’histoire.
- Faire des filières scientifique, économique et littéraire trois filières d’excellence ouvrant chacune à des métiers.
-  Rompre avec la politique consistant à hisser 80 % d’une classe d’âge au niveau du bac, afin de garantir le statut du baccalauréat comme premier grade universitaire.
-  Conforter l’autonomie des universités tout en garantissant l’accès aux formations en fonction des besoins de la société afin d’en finir avec l’échec universitaire, coûteux pour la nation et démobilisant pour la jeunesse.

6 - PROMOUVOIR UNE VÉRITABLE POLITIQUE FAMILIALE ET NATALISTE.

Promotion d’une politique de la vie tendant explicitement à l’abrogation, à plus ou moins long terme, des lois infanticides.

-  Suppression immédiate du remboursement par la Sécurité sociale de l’avortement et retour immédiat au délai de 10 semaines, ainsi qu’à l’encadrement strict de la notion de détresse. Interdiction de toute promotion de l’avortement.
-  Clause de conscience intégrale pour tout le personnel médical, paramédical et social.
-  Promotion et facilitation des alternatives à l’avortement, notamment : aide aux mères en difficulté et aux associations promouvant la vie, accouchement sous X, adoption à la naissance.
-  Valorisation du mariage et de la famille au travers, notamment, de la suppression des mesures administratives et fiscales encourageant l’union libre ou le PACS. Interdiction du mariage homosexuel et de l’adoption par des « couples » homosexuels.
- Suppression immédiate de la loi libéralisant le travail le dimanche.
- Politique nataliste réservée aux seuls Français au travers notamment de dispositions fiscales favorisant le troisième enfant et les suivants, de l’aide au logement pour les familles nombreuses avec priorité d’accès au logement social et de l’extension des avantages de la carte famille nombreuse.
- Refus de la fiscalisation des allocations familiales.

7 - ASSURER LA COHÉSION SOCIALE.

Promouvoir une politique de cohésion sociale visant à renforcer, voire à recréer les solidarités naturelles L’on ne peut, au détriment du corps social tout entier, accepter la politique du laisser-faire. L’objet du politique est également de défendre et de garantir les corps sociaux de manière à ne pas laisser l’individu seul face aux groupes de pression ou à l’Etat. L’harmonie sociale naîtra des impératifs de la politique naturelle.

 
- Défense d’un tissu social malmené de toutes parts : cercles communautaires dissous, destruction du lien capital-travail, perte des repères.
- Réorientation du RSA vers les Français les plus nécessiteux en concentrant les efforts sur une véritable réinsertion au plan local.
- Mobilisation des travailleurs actifs sur des solidarités identifiées et contrôlables.
- Moratoire sur les crédits à la consommation.
- Lutte contre l’économie parallèle.
- Création d’un service national civil ou militaire obligatoire.
- Politique de la jeunesse volontariste.
- Abrogation des lois adoptées depuis 1972 qui portent atteinte à la liberté d’expression et à la cohésion sociale en encourageant le communautarisme.

8 - PROMOUVOIR UNE POLITIQUE ÉCONOMIQUE AMBITIEUSE ET HUMAINE.

Elle passe par la lutte contre les effets économiques et sociaux du mondialisme, la redéfinition d’un projet économique ambitieux pour la France s’appuyant largement sur les PME, les ETI et une politique volontariste en matière d’exportation, la réindustrialisation du pays et une place légitime donnée à l’agriculture et à l’industrie agro-alimentaire.

- Sortie concertée de l’euro. Rétablissement de l’indépendance de notre monnaie.
- Retour à une monnaie commune. Préférer les emprunts nationaux aux emprunts sur les marchés financiers. Abolition des textes adoptés dans la continuité de la loi de 1973.
- Refonte globale de la fiscalité en accord avec les réalités et les enjeux économiques actuels et à venir. Limitation des niches fiscales et des accords de non-double imposition internationaux.
- Mise en œuvre d’une véritable politique de patriotisme économique visant à : - garantir les intérêts stratégiques et économiques de la France en introduisant un droit de contrôle étendu sur les acquisitions de sociétés françaises par des sociétés étrangères ; - soutenir la production nationale par des dispositifs (fiscaux, aides directes,communication) favorisant les biens et services dont la production, l’emploi et les revenus sont économiquement domiciliés en France ; - systématiser le recours à des sociétés et produits français dans les marchés publics et les grands appels d’offres ; - rétablir les droits de douanes et taxer les délocalisations.
- Accompagnement renforcé des PME, tissu économique et social du pays et acteurs fondementaux du redressement du pays.
- Politique volontariste à l’égard des entreprises de taille intermédiaires (ETI) ;
- Aide efficace à l’exportation en faisant du commerce extérieur un ministère digne de ce nom ;
- Regard de l’État sur les transferts de technologie ;
- Réduction des inégalités sociales, limitation de la disparité des salaires.
- Revalorisation du SMIC.

9 - RETROUVER LES CONDITIONS DE L’INDÉPENDANCE NATIONALE, REDONNER À LA FRANCE SA PLACE DANS LE MONDE.

Réaffirmation de la défense nationale comme priorité nationale.

- Constitution d’une véritable armée de métier, pouvant répondre aux besoins de notre politique étrangère.
- Affectation à la défense nationale, grâce à une hausse de son budget, des moyens humains et matériels nécessaires pour faire face à la multiplicité des menaces (classiques, nucléaires, terroristes).
- Deuxième porte-avions nucléaire.
- Renforcement, sur la base du volontariat, de la réserve opérationnelle dont le recrutement s’effectuera notamment à l’issue d’un service national court. Cette réserve pourra assurer dans le cadre de sa mission l’encadrement du service national.

10 – RÉTABLIR UNE POLITIQUE ÉTRANGÈRE FRANÇAISE

Réorientation de la diplomatie en fonction des intérêts supérieurs de la France avec possibilité de rapprochements et de signatures de traités avec des nations ou des groupes de nations sans l’autorisation de Bruxelles ou de Berlin.

-  Sortie de l’OTAN.
-  Renégociation des traités européens au profit de partenariats entre Etats souverains.
- Affirmation politique de la Francophonie. Partenariat avec les pays francophones sur les plans politique, économique et scolaire.
- Aide au développement orienté vers la formation d’élites francophones avec obligation de retour dans le pays pour concourir au développement durable de celui-ci.

CENTRE ROYALISTE D’ACTION FRANÇAIS

http://www.actionfrancaise.net/craf/?POUR-REDRESSER-LA-FRANCE-LES
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum