Mes questionnements quant au royalisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mes questionnements quant au royalisme

Message par Zulfik@r313 le Dim 11 Fév 2018 - 20:58

Bonsoir à tous.
Comme précisé lors de ma présentation, je me pose un certain nombre de questions sur le royalisme. Je n'en suis pas partisan, mais sans y être particulièrement hostile non plus a priori.
Je souhaitais profiter de ma présence sur le forum pour poser mes questions auprès des principaux concernés, en espérant obtenir des réponses qui me satisfassent.

La première concerne la légitimité du souverain.
On reproche beaucoup à nos dirigeants de ne pas trop prendre en compte notre avis, de ne pas donner assez de marge de manœuvre aux citoyens.
Corrigez-moi si je me trompe, mais le roi l'est de manière héréditaire, et n'est donc pas élu. Partant de là, est-il légitime à gouverner une patrie qui ne le lui a pas demandé, qui ne l'a pas choisi, voire qui ne veut pas de lui ? Pourquoi devrais-je obéir à un homme que je n'ai pas élu, mais qu'en outre personne n'a élu (donc je ne pourrais même pas me dire "je n'en veux pas, mais bon, c'est la volonté de la majorité de mes concitoyens, dont acte") ?
Ma question n'est pas du tout provocatrice, il s'agit d'une des questions que je me pose quant au royalisme.

Bonne soirée,
avatar

Zulfik@r313
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 9
Date d'inscription : 14/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Henryk le Dim 11 Fév 2018 - 21:23

Avez-vous été élu père de famille, par vos enfants et votre épouse? EN opposition, nous voyons que le seul lien réel est l'amour. C'est un peu le même cas pour la démophilie du roi.
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 863
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 52
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Herlacyng le Dim 11 Fév 2018 - 21:27

C'est une question classique et tout à fait normale pour qui découvre le royalisme. Je pense que vous devriez d'abord interroger la République dans son fonctionnement à la lumière de ce qu'elle propose elle-même. Le choix proposé par notre démocratie est une illusion, puisqu'elle même finalement, pour des raisons de stabilité et d'autres plus discutables, est contrôlée par de grandes coteries, des grands partis. Vous ne votez que pour les gens que ces partis proposent, dont l'antagonisme est très souvent ritualisé ! Le bien du pays dépend donc avant tout du bon vouloir d'une poignée de gens par nature ambitieux (ils se présentent par envie du pouvoir), qui ont toutes les chances de préférer la sauvegarde des intérêts de leur coterie oligarchique à l'optimisation du gouvernement du pays, qui est laissée avant tout à des techniciens. Ces techniciens sont évidemment nécessaires, néanmoins je crois qu'il saute aux yeux que notre pays a besoin d'une transcendance incarnée par un "arbitre suprême", quelqu'un qui puisse outrepasser les partisaneries ambitieuses. Le roi est tout désigné pour cela. Maintenant, l'hérédité est-elle juste ? Je réponds oui, pourquoi ? Parce que l'hérédité, encadrée par des lois depuis longtemps éprouvées, est un moyen objectif et naturel de désignation du pouvoir suprême, elle force le souverain a avoir un souci du bien apaisé qu'il devra transmettre à son successeur. Un roi n'empêche pas un vote d'échelle plus locale, qui est à mes yeux, une forme de démocratie plus honnête, car désincarcérée d'une part de son enjeu. Pour un choix démocratique que vous validez, combien de fois devez-vous vous plier à l'avis des autres ? En quoi est-ce plus sain que de se plier à un fonctionnement naturel ?

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Aux échecs, le Fou est toujours à côté du Roi !
avatar

Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 161
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Sire Lionel le Lun 12 Fév 2018 - 9:01

Il me semble plus naturel d'avoir un roi issue d'une lignée déjà connue et qui a été éduqué pour être roi. En effet si on veux parler d'hérédité, une lignée bien connue du peuple est largement préférable à un président dont on ne connait rien de l'ascendance. De plus un roi règne sur sa nation dont il a tout intérêt à ce qu'elle se porte bien et dont il est aimé tandis qu'un président "élu" pour 5 ans ne va faire d'efforts que pour ses 5 ans, voire 10 ans pour un éventuel second mandat, et pendant ce temps il n'aura jamais la vision de la nation au-delà de ces 10 ans. Comme on dit "Après moi, la guerre"! Un roi, lui, est obligé d'avoir une vision à longue échéance et est donc concerné par une permanence du pouvoir et des affaires. Notre monde moderne ou justement tout va très vite, à plus que besoin d'une vision à long terme capable de garder une cohésion des choses et pas sur seulement 10 ans! Un roi est un père de la nation et un père, surtout aujourd'hui, ne souhaite pas laisser un truc pourri à ses enfants. Un président n'est , en réalité, qu'un petit chef partisan intéressé qu'à son bien-être immédiat. Un président réfléchit en terme d'une dizaine d'années, un roi réfléchit en terme de siècles et fera tout pour la pérennité des programmes, des projets, des affaires et de sa lignée. Voilà pourquoi un roi est plus légitime qu'un président.

Et pour finir, le système d'élections républicaines vous à permis de "vous exprimer" certes, mais il à aussi permis de s'exprimer à Mohamed Merah, et dans son cas à lui, une fois de plus que vous !
avatar

Sire Lionel
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 6
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Zulfik@r313 le Ven 16 Fév 2018 - 18:45

J'entends vos arguments.
Mais que faîtes-vous d'un roi incompétent, malveillant ? Comment comptez-vous vous en débarrasser ?
J'irai même plus loin : un Sarkozy, un Hollande ou un Macron roi, qui mènerait une politique mondialiste et ultralibérale ? Un roi qui vous imposerait le mariage homosexuel et la théorie du genre ? Comment comptez-vous lutter contre un mauvais souverain, car, corrigez-moi si me trompe, vous ne pouvez pas révoquer le roi -ni même vous exprimer contre lui- à moins que ma conception de la royauté commence à dater ?
avatar

Zulfik@r313
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 9
Date d'inscription : 14/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Herlacyng le Ven 16 Fév 2018 - 19:08

J'entends vos arguments.
Mais que faîtes-vous d'un roi incompétent, malveillant ? Comment comptez-vous vous en débarrasser ?
J'irai même plus loin : un Sarkozy, un Hollande ou un Macron roi, qui mènerait une politique mondialiste et ultralibérale ? Un roi qui vous imposerait le mariage homosexuel et la théorie du genre ? Comment comptez-vous lutter contre un mauvais souverain, car, corrigez-moi si me trompe, vous ne pouvez pas révoquer le roi -ni même vous exprimer contre lui- à moins que ma conception de la royauté commence à dater ?

La première chose qu'il faut considérer, c'est que l'on ne se débarrasse pas d'un Roi. Si le Roi est fou, ou en faute très grave, il doit être soumis à un Conseil de Régence qui gouverne à sa place en attendant sa mort et la majorité du Dauphin. Le Roi gouverne dans l'esprit de conseil, il faut se débarrasser de cette vieille idée de monarchie absolue qui ne faisait pas sens du temps des Rois, ce concept on le retrouve encore malheureusement dans les ouvrages universitaires français. Le Roi gouverne en fait en écoutant ses conseillers et ses peuples, mais il est libre de sa politique. De l'autre côté, les sujets du Roi lui doivent obéissance et conseil, la remontrance fait partie du devoir de conseil. Si le Roi venait à manquer gravement à ses prérogatives, ses sujets aurait le devoir de se révolter contre lui, mais il faut réserver cette situation à des situations vraiment prodigieuses. La grosse différence avec un président, c'est que le Roi est éduqué dès son enfance au métier de Roi, et dans la religion catholique, c'est déjà un préservatif à la totale incompétence et à une politique totalement anti-chrétienne.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Aux échecs, le Fou est toujours à côté du Roi !
avatar

Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 161
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Zulfik@r313 le Ven 16 Fév 2018 - 19:13

@Herlacyng a écrit:la remontrance fait partie du devoir de conseil

Si ce conseil est composé d'individus de la même obédience, on ne peut pas vraiment parler de contre-pouvoirs (il suffit de constater la présence d'un Fabius ou d'un Sarkozy au Conseil constitutionnel).

La grosse différence avec un président, c'est que le Roi est éduqué dès son enfance au métier de Roi, et dans la religion catholique

Dans votre idéal oui. Mais le catholicisme -en tant que religion pratiquée- est loin d'être majoritaire aujourd'hui. Peu de chance donc que le souverain le soit.
avatar

Zulfik@r313
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 9
Date d'inscription : 14/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Herlacyng le Ven 16 Fév 2018 - 19:19

Si ce conseil est composé d'individus de la même obédience, on ne peut pas vraiment parler de contre-pouvoirs (il suffit de constater la présence d'un Fabius ou d'un Sarkozy au Conseil constitutionnel).

Un conseil de gens qui connaissent les lois qui régissent la Couronne avec des hommes qui ont prouvé leur valeur et leur dévouement, ce serait mieux.


Dans votre idéal oui. Mais le catholicisme -en tant que religion pratiquée- est loin d'être majoritaire aujourd'hui. Peu de chance donc que le souverain le soit.

Ce n'est pas seulement mon idéal, le catholicisme du Prince est constitutif de la monarchie. Le Prince actuel est catholique et il instruit ses enfants dans la religion catholique, donc il n'y a pas de souci de ce côté-là. Maintenant, la religion des citoyens/regnicoles c'est une autre histoire.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Aux échecs, le Fou est toujours à côté du Roi !
avatar

Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 161
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Mormagor Angrûth le Ven 16 Fév 2018 - 20:09

La monarchie étant un régime incarné, il est indéniable que la personne du Roi joue beaucoup. C'est la grande force de ce régime mais aussi sa faiblesse. C'est bien d'ailleurs pour cela que l'esprit de conseil primait, le pouvoir du Roi était théoriquement sans limite, mais la pratique obligeait à composer avec d'autres organes de gouvernement. Quelques fois les relations et les rapports de force n'étaient pas bien délimités, notamment avec les Parlements, ce qui a constitué une des principales lézardes dans l'édifice monarchique. Une leçon qu'il faut méditer afin de donner plus de clarté dans la relation entre pouvoir princier et magistratures ou assemblées. Pour la fabrique de la loi surtout.

@Zulfik@r313 a écrit:Si ce conseil est composé d'individus de la même obédience, on ne peut pas vraiment parler de contre-pouvoirs (il suffit de constater la présence d'un Fabius ou d'un Sarkozy au Conseil constitutionnel).
J'avoue m'être déjà posé ce cas de figure. Et si le roi n'est entouré que d'hommes qui ont les mêmes perspectives idéologiques ? Ne risque-t-il pas d'être au fond un pantin ?
C'est là que le rôle d'arbitre du Roi intervient. Il est par nature, par la forme de l'institution, au-dessus des factions et des idéologies. Dès lors pour respecter cette fonction d'arbitre, il ne peut favoriser uniquement un groupe ou une coterie.
Vous me répondrez sans doute que dans l'histoire, ça ne s'est pas toujours vérifié... Et vous aurez raison ! Mais ça n'a jamais été que ponctuel ou en temps de crise, en général les conseils étaient constitués d'hommes d'horizons différents, aussi bien dans leurs compétences, leurs préoccupations, leurs origines sociales ou géographiques. J'ai en tête les règnes de François Ier ou Philippe Le Bel, à cause de lectures récentes. Ce sont de bons exemples de limitation de l'influence de conseillers trop ambitieux, de diversité et de pluralité, et de capacité à renouveler les générations au Conseil. Philippe IV n'a d'ailleurs jamais renvoyé un conseiller, car il avait ce don pour reconnaître une personne sûre et compétente.

Bien sûr il y a une part d'idéal. Il faut avoir en tête qu'on touche aux limites de la politique : aucune institution, même la plus perfectionnée, n'est une garantie absolue contre l'erreur, l'abus, ou l'instrumentalisation. C'est malheureux, mais en ce domaine nous devons être des réalistes. L'utopie ignore ce fait humain, mais elle est un idéalisme qui s'auto-détruit.
En revanche nous devons absolument tendre vers l'idéal, parce que malgré les errements, il permet d'anoblir et de hisser les entreprises politiques et la vie sociale.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
Des cendres, un feu s'éveillera.
Des ombres, une lumière jaillira;
Renouvelée sera l'épée qui fut brisée,
Le sans-couronne sera de nouveau roi.
avatar

Mormagor Angrûth
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 182
Date d'inscription : 16/12/2017
Age : 26
Localisation : Bourbonnais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes questionnements quant au royalisme

Message par Zulfik@r313 le Ven 16 Fév 2018 - 21:57

D'accord, merci de vos réponses, elles m'ont un peu plus éclairé sur la question. Smile
avatar

Zulfik@r313
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 9
Date d'inscription : 14/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum