Madame de Sévigné et ses lettres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Madame de Sévigné et ses lettres

Message par Chevalier du Temple le Dim 11 Fév 2018 - 19:10

Ils sont nombreux ceux qui nous ont conté ce qu'ils ont vu du grand règne, à commencer par Louis XIV lui-même dont les Mémoires auraient un grand intérêt s'ils étaient entièrement de lui. Madame de Sévigné nous apporte des documents humains et nous apprend à connaître l'homme que fut le Roi Soleil.

Parmi ceux et celles qui ont écrit des lettres au XVIIe siècle, Madame de Sévigné, qui fut un témoin important du règne de Louis XIV, s'élève au-dessus de son temps. Ses lettres très nombreuses qui ne furent publiées qu'au milieu du XVIIIe siècle, possèdent une richesse et un fond incomparable. Elles ont un intérêt non seulement historique, mais aussi psychologique et moral. Elles nous font connaître la Cour du grand Roi entre 1670 et 1690, au moment du plus grand éclat. Elle nous amène aussi en voyage, dans ces longs voyages d'alors, qui n'étaient pas moins que des expéditions parfois dangereuses. Elle nous raconte des anecdotes et nous révèle les âmes de ce temps lointain. Elle exprime les choses sans détour et ouvertement. C'était une femme qui était très attachée à la Justice, à la vertu et à Dieu.
avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 496
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame de Sévigné et ses lettres

Message par Chevalier du Temple le Lun 2 Avr 2018 - 0:09

La lenteur des voyages, les longues séparations, l'absence totale de journaux rendaient au XVIIIe siècle le commerce épistolaire plus nécessaire et plus actif que de nos jours. Comme Madame de Sévigné, on écrivait de longues lettres parce qu'on devait raconter pour les absents l'histoire du jour. On écrivait comme on causait, et il se trouve que les gens du monde savaient causer. 

Veuve à vingt-cinq ans, Madame de Sévigné se consacra à ses deux enfants, Françoise-Marguerite et Charles. A l'âge adulte Françoise-Marguerite qui était devenue une belle jeune femme, rêveuse, romanesque, philosophe et vertueuse, épousa le comte de Grignan, âgé, deux fois veuf mais grand seigneur. Son époux venant d'être nommé lieutenant-général de Provence, fut l'opportunité pour la mère d'écrire à sa fille tous les jours. Elle lui donnait des nouvelles de Paris et de la Cour du roi. Ses lettres furent très nombreuses, elle font la matière de dix volumes. La richesse de ces lettres est extraordinaire. Comme un journal, elles nous font connaître la Cour et Paris durant une grande époque de notre histoire. de nature  indépendante, la marquise fréquentait peu la Cour mais elle en savait les nouvelles et les racontaient.

Elle parut à la Cour dans  les grandes circonstances, et relatait les grands évènements, comme par exemple, la mort de Louvois et de Turenne. Elle écrivait sur les intrigues et les modes, sur les prédicateurs à la mode comme Bourdaloue, sur les livres et les pièces en vogue. En suivant ses lettres pas à pas, on a l'illusion d'être un contemporain du grand roi. Elle nous mène aussi dans ses longs voyages lesquels étaient périlleux à l'époque.
avatar

Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 496
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum