Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Prince de Talmont le Ven 12 Jan 2018 - 20:07


Chers amis,

nous avons le plaisir et l'honneur de recevoir M. Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste.

Cet entretien est ouvert à tous, n'hésitez pas à réagir et à poser toutes les questions que vous voulez à M. Franck Abed. Nous rappelons simplement que la plus grande courtoisie est de rigueur afin de nous conformer aux us et coutumes qui font la grandeur et la beauté de notre civilisation française et de permettre le dialogue le plus serein possible.

M. Franck Abed, permettez-moi tout d'abord de vous remercier d'avoir accepté le principe de cet entretien avec nous.

Pourriez-vous commencer par vous présenter en quelques mots et nous indiquer votre position par rapport à la pensée légitimiste ?
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Ven 12 Jan 2018 - 21:07

@Prince de Talmont a écrit:

M. Franck Abed, permettez-moi tout d'abord de vous remercier d'avoir accepté le principe de cet entretien avec nous.

Pourriez-vous commencer par vous présenter en quelques mots et nous indiquer votre position par rapport à la pensée légitimiste ?

Bonsoir,

Je vous remercie de me donner la parole.

Je suis âgé de 36 ans. Je me définis comme catholique et royaliste.

J’ai toujours défendu ce que je nomme le traditionalisme politique français qui repose sur le catholicisme et le royalisme.

En septembre 2009, les Editions Godefroy de Bouillon ont publié : La Réconciliation impossible. Il s’agit d’un dialogue historique entre un bleu et blanc en 1802.

Mon deuxième ouvrage Sentinelle française a été publié en novembre 2010 aux Editions Dualpha. Je me suis glissé dans la peau d’un militant politique de la base, qui raconte son vécu, ses idées, et les nombreuses difficultés rencontrées dans sa vie d’activiste.

En décembre 2010, j’ai préfacé l'ouvrage de l'abbé Aulagnier intitulé La politique de Jean-Paul II.

Le livre Face à la crise : une autre Europe ! est édité en novembre 2012 par Synthèse Nationale, qui regroupe une trentaine de contributeurs. J’y ai participé en écrivant une tribune.

En décembre 2015 Connaître pour mieux combattre, un recueil de mes articles couvrant la période de 2009 à 2014, paraît en auto-édition. Il y a des chroniques littéraires, des textes d’analyses politiques, historiques et philosophiques.

En janvier 2016, à l'occasion des commémorations pour le Roi Martyr, j’ai publié mon essai politico-historique intitulé Louis XVI, un homme, un roi, un saint dans lequel je défends sa mémoire et son action.

Poursuivant mes réflexions sur le monde moderne, j’ai publié en février 2016  Une société avec ou sans Dieu  un essai philosophique et sociologique qui analyse les rapports entre la société civile et Dieu en France. J’y défends la conception traditionnelle de la société, à savoir la saine distinction entre le temporel et le spirituel, tout en insistant sur la nécessaire dépendance du temporel envers le spirituel.

En juin 2016 est sorti en librairie Pourquoi être royaliste, livre dans lequel j’expose et je défends l’idée royale en France avec des arguments philosophiques, historiques politique et religieux. Deux mois plus tard Le mondialisme ouvrage qui expose et dénonce cette idéologie, est édité. En septembre 2016 Panorama critique de la droite qui analyse et décortique l’échec de ce courant est publié. En octobre de la même année paraît Les Crises, essai sur la crise spirituelle, philosophique et politique que nous traversons. Voilà pour la rapide présentation de mon travail intellectuel.

Je peux rajouter que mémoire de maîtrise porte sur Les nouveaux moyens d’expression politique et de militantisme de la mouvance royaliste, celui de son DEA, Internet dans l’évolution de la communication politique au début du XXIe siècle. Parallèlement à mon doctorat en philosophie politique consacré au Deuxième Concile du Vatican avec un sujet de thèse intitulé : Vatican II, ou le triomphe de l’idéologie des droits de l’homme dans l’Eglise ?, j'ai entamé un vaste travail de réflexion intellectuelle et pluridisciplinaire dont les ouvrages plus haut témoignent. J'espère avoir l'occasion d'y revenir.

Concernant la pensée légitimiste, je peux dire que je défends publiquement, depuis des années à l'aide d'articles, de livres et de conférences, une conception traditionnelle de la royauté, d'un point de vue philosophique, historique et politique.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Héloise le Sam 13 Jan 2018 - 2:16

Bonsoir M. Abed... puissent nos échanges, nos pensées et notre engagement faire qu'en France on finisse par reconnaître que ce n'est pas "la pollution" (comme cela a été émis par des journalistes un peu "verts") qui a nui au quotient intellectuel des Français mais bien les visées mortifères de la "dite éducation" nationale à l'égard de notre pays. Merci de vos propos précédents et des références de lecture que vous apportez... bienvenue parmi nous.
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Sam 13 Jan 2018 - 8:02

@Héloise a écrit:visées mortifères de la "dite éducation" nationale à l'égard de notre pays.

J'ai été enseignant en histoire-géographie en école privée catholique sous contrat pendant plusieurs années. J'ai arrêté pour des raisons d'honnêteté intellectuelle et de probité.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Prince de Talmont le Sam 13 Jan 2018 - 10:14

@Franck ABED a écrit:

Concernant la pensée légitimiste, je peux dire que je défends publiquement, depuis des années à l'aide d'articles, de livres et de conférences, une conception traditionnelle de la royauté, d'un point de vue philosophique, historique et politique.

Et quelle est votre position vis-à-vis des lois fondamentales du Royaume et de la succession dynastique ?
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Dim 14 Jan 2018 - 14:17

@Prince de Talmont a écrit:

Et quelle est votre position vis-à-vis des lois fondamentales du Royaume et de la succession dynastique ?

Je respecte - bien évidemment - les lois fondamentales du Royaume car elles sont essentielles à la France.

Concernant la succession dynastique les " choses " me paraissent plus compliquées.

Je défend, avant tout, les principes...
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Prince de Talmont le Dim 14 Jan 2018 - 15:54

quelles sont donc ces "choses" déconnectées des principes ?
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Dim 14 Jan 2018 - 16:20

Louis XVII, double abdication de Charles X et Louis XIX, etc.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Héloise le Dim 14 Jan 2018 - 18:10

Ces abdications sont nulles selon les Lois Fondamentales du Royaume. La "légitimité" ne peut pas un jour se référer à un "principe" et le lendemain à un autre. Si nous faisons comme les républicains et oeuvrons selon des humeurs vagabondes, il y a fort à parier que nous ne serons pas plus crédibles qu'eux... cela a tout de même duré quelque 250 ans.... La Monarchie a vécu 1200 ans ! Comme les clichés l'énoncent aujourd'hui : il n'y a pas photo !
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Dim 14 Jan 2018 - 18:13

@Héloise a écrit:Ces abdications sont nulles selon les Lois Fondamentales du Royaume. La "légitimité" ne peut pas un jour se référer à un "principe" et le lendemain à un autre.

Elles existent et elles posent plus que problème...
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Royalys le Dim 14 Jan 2018 - 20:54

Elles existent certes, comme les caprices de mon frère mais les règles parentales restent les mêmes pour lui comme les Principes et l'esprit des Lois Fondamentales le sont pour le Roi de France. Les Lois se superposent à la personne du Roi qui ne peut jouer avec, car la Couronne ne lui appartient pas en propre comme Héloïse l'a rapidement souligné.

Ces abdications posent (effectivement) des problèmes (mais uniquement) parce que d'autres s'en servent pour justifier leurs intérêts, ce sont des prétextes en or pour ceux qui veulent être Calife à la place du Calife... Par ailleurs on peut en profiter pour souligner que ces mêmes gens qui se base sur ces abdications, vont bien souvent (et volontairement?) oublier les lois de la Couronne, leurs principes et l'esprit, pour choisir à leur guise le Prince de leur choix, tout en cherchant dans le passé des ancêtres à leurs justifications.

Je pense que le plus grand problème vient de l'ignorance des gens sur ces Lois Fondamentales et leur mauvaise foi, ils ont trop l'habitude de voter et de choisir leur chef depuis quelques générations.

Cependant je suis certains de ne rien vous apprendre, votre cursus témoigne de votre érudition et peut-être est-ce là ce que vous entendiez en parlant de problème?

PS: J'en profite pour vous souhaitez la bienvenue sur notre Forum, je suis enchanté de vous avoir parmi nous!
avatar
Royalys
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Henryk le Dim 14 Jan 2018 - 21:33

Finalement, les lois du code de la route posent problèmes aussi. Vous êtes d'accord avec le premier chapitre de St Matthieu?
avatar
Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 479
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 52
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Dim 14 Jan 2018 - 21:51

@Royalys a écrit:
Elles existent certes, comme les caprices de mon frère mais les règles parentales restent les mêmes pour lui comme les Principes et l'esprit des Lois Fondamentales le sont pour le Roi de France. Les Lois se superposent à la personne du Roi qui ne peut jouer avec, car la Couronne ne lui appartient pas en propre comme Héloïse l'a rapidement souligné.
Ces abdications posent (effectivement) des problèmes (mais uniquement) parce que d'autres s'en servent pour justifier leurs intérêts, ce sont des prétextes en or pour ceux qui veulent être Calife à la place du Calife... Par ailleurs on peut en profiter pour souligner que ces mêmes gens qui se base sur ces abdications, vont bien souvent (et volontairement?) oublier les lois de la Couronne, leurs principes et l'esprit, pour choisir à leur guise le Prince de leur choix, tout en cherchant dans le passé des ancêtres à leurs justifications.
Je pense que le plus grand problème vient de l'ignorance des gens sur ces Lois Fondamentales et leur mauvaise foi, ils ont trop l'habitude de voter et de choisir leur chef depuis quelques générations.
Cependant je suis certains de ne rien vous apprendre, votre cursus témoigne de votre érudition et peut-être est-ce là ce que vous entendiez en parlant de problème?
PS: J'en profite pour vous souhaitez la bienvenue sur notre Forum, je suis enchanté de vous avoir parmi nous!

Merci de votre message me souhaitant la bienvenue.

Il est " étonnant " de comparer des principes ancestraux et fondamentaux avec des pacotilles comme les caprices de votre frère... Ceci étant dit, si les Princes (Rois) qui incarnent les principes ne respectent pas les principes... Bonjour la cohérence. Saint Thomas d'Aquin a écrit : " la cohérence " est le moteur de la vérité. J'ai écrit chronique consacrée à Louis XIX de Coustin. Je vous invite à la lire : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/louis-xix-de-francois-de-coustin-200323

Ces abdications ne posent pas problème car en conséquence certains usent et en abusent... Mais elles posent problème d'un point de vue intrinsèque (cause...)
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Dim 14 Jan 2018 - 21:52

@Henryk a écrit:Finalement, les lois du code de la route posent problèmes aussi. Vous êtes d'accord avec le premier chapitre de St Matthieu?

Votre question ne veut rien dire.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Royalys le Dim 14 Jan 2018 - 23:43

Pardonnez-moi si ma phrase n'était pas clair! Le "caprice" de mon frère était comparé à l'acte d'abdication du Roi, en réalité, je pense personnellement que l'on devrait plutôt parler de "lâcheté" que d'un caprice dans cet acte d'abdication effectué par Charles X. Mais le Roi avait ses raisons et porter ce genre de jugement serait entrer dans un débat inutile. La personne du Roi est désigné selon les Lois Fondamentales indépendamment de sa personnalité qui elle, peut, a pu ou pourra commettre des erreurs... Ainsi, le Roi n'est pas infaillible et cela, malgré les Principes qu'il est censé incarner.
En revanche je m'accorde avec ce que vous affirmez ici:
"Ces abdications ne posent pas problème car en conséquence certains usent et en abusent... Mais elles posent problème d'un point de vue intrinsèque (cause...)"

Si la cohérence est effectivement moteur de la Vérité (point sur lequel je m'accorde aussi), cette "vérité" qu'apporte les principes est mise à mal d'un point de vue philosophique par ces différentes abdications. Néanmoins s'il est intéressant de s'intéresser philosophiquement au problème que cela amène pour tenter de le comprendre ensemble, les Lois Fondamentales gardent un aspect très pragmatique qui se fiche un peu du "caprice" de Charles X.
Pouvez-vous s'il vous plaît nous parler de ce problème de causalité que vous évoquez?
J'ai lu l'article sur Louis XIX et je vais essayer de lire votre ouvrage à l'occasion. C'est effectivement un personnage très intéressant dans sa tourmente.
avatar
Royalys
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Prince de Talmont le Dim 14 Jan 2018 - 23:48

@Franck ABED a écrit:Louis XVII, double abdication de Charles X et Louis XIX, etc.

Sinon que vouliez-vous dire en parlant de Louis XVII ? Vous êtes survivantiste ?
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Missel le Lun 15 Jan 2018 - 0:22

Monsieur,

Je me permets de vous encourager à lire le dernier chapitre du petit ouvrage de Stéphane Rials intitulé Le légitimisme. Il explique très bien tout cela.

_________________
« Tous les légitimistes ne sont pas fous mais tous les fous sont légitimistes »  king
(Alphonse II)
avatar
Missel
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 41
Date d'inscription : 05/01/2018
Localisation : Flandres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 6:32

@Missel a écrit:Monsieur,

Je me permets de vous encourager à lire le dernier chapitre du petit ouvrage de Stéphane Rials intitulé Le légitimisme. Il explique très bien tout cela.

Merci. Vous avez un lien pour l'acheter ?
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 6:33

@Prince de Talmont a écrit:
@Franck ABED a écrit:Louis XVII, double abdication de Charles X et Louis XIX, etc.

Sinon que vouliez-vous dire en parlant de Louis XVII ? Vous êtes survivantiste ?

Survivantiste est trop connoté selon loi et selon ce que je défends. Je ne suis pas du tout Naudorffiste.

Je n'adhère pas à la thèse officielle qui explique, nous apprend, que Louis XVII est mort au Temple.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 6:34

@Royalys a écrit:
Pouvez-vous s'il vous plaît nous parler de ce problème de causalité que vous évoquez?
[/justify]

Charles X était-il le vrai roi de l'époque ? Idem pour Louis XVIII ?
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Fleur_De_Lis le Lun 15 Jan 2018 - 10:16

@Franck ABED a écrit:
@Royalys a écrit:
Pouvez-vous s'il vous plaît nous parler de ce problème de causalité que vous évoquez?
[/justify]

Charles X était-il le vrai roi de l'époque ? Idem pour Louis XVIII ?


Bonjour Monsieur et la bienvenue sur le Forum.

Si Louis XVII était survivant lors des règnes de ses oncles paternels, comment expliqueriez-vous la guérison des écrouelles par Charles X, suite à son sacre ?

_________________
Si omnes ego non ; Nihil me pavet ; Sua stans mole refulget.
Fleur des Fleurs, Vierge Marie, je mets ma confiance en vous.
Pravda vítězí.
avatar
Fleur_De_Lis
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 9
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 11:32

@Fleur_De_Lis a écrit:
@Franck ABED a écrit:
@Royalys a écrit:
Pouvez-vous s'il vous plaît nous parler de ce problème de causalité que vous évoquez?
[/justify]

Charles X était-il le vrai roi de l'époque ? Idem pour Louis XVIII ?


Bonjour Monsieur et la bienvenue sur le Forum.

Si Louis XVII était survivant lors des règnes de ses oncles paternels, comment expliqueriez-vous la guérison des écrouelles par Charles X, suite à son sacre ?

Merci de votre message me souhaitant la bienvenue.

Plusieurs remarques et questions rapides :

Louis XVIII n'a pas été sacré

Louis XVIII, selon différentes sources, aurait été au courant de la " survivance " de Louis XVII.

Charles a guéri avec les écrouelles ? Mais :

1) les deux ou trois témoignages sont-ils fiables à 100% ?

2) La guérison venait-elle vraiment de Dieu ?

3) de Clovis à Charles X combien de Roi ont perdu leur trône ?
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Royalys le Lun 15 Jan 2018 - 12:03

"Je n'adhère pas à la thèse officielle qui explique, nous apprend, que Louis XVII est mort au Temple"

Louis XVIII n'a pas été sacré car si je me souviens bien, on espérait encore que Louis XVII ait survécu aux épisodes de la Révolution et également par crainte des révolutionnaires et de leurs idées qui avaient en un sens, réussi à faire passer le Sacre comme absurde. Lorsque Charles X monte sur le trône, on a estimé (malheureusement à juste titre) que Louis XVII n'avait pu survivre...


1) les deux ou trois témoignages sont-ils fiables à 100% ?

2) La guérison venait-elle vraiment de Dieu ?

3) de Clovis à Charles X combien de Roi ont perdu leur trône ?

Vous nous posez ces questions mais c'est plutôt à vous de nous expliquer en quoi Louis XVII aurait pu survivre avant de remettre en cause des témoignages fiables aussi surprenant que cela puisse vous paraître. Vous nous dîtes ne pas adhérer à une thèse officielle sans nous expliquer le pourquoi du comment, puis vous nous demandez de répondre à des questions qui ont déjà leurs réponse...
Voici rapidement quelques éléments de réponse:
1) Oui, une petite investigation permet de le voir et si nous ne possédons pas tout les témoignages, ceux que l'on en a gardé en témoigne. Je vais essayer de vous retrouver les liens.
2) Si elle ne vient pas de Dieu, elle vient du démon... Or en 1200ans d'existence l’Église aurait fait quelque chose si tel était le cas et je doute que les Rois dans leurs gènes soient des super-héros.
3) Il y en a eu oui, mais... Chaque épisode à son histoire et ses circonstances, en parler serait intéressant mais c'est quoi leur rapport exact avec le sujet?
avatar
Royalys
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 12:05

@Royalys a écrit:
2) Si elle ne vient pas de Dieu, elle vient du démon... Or en 1200ans d'existence l’Église aurait fait quelque chose si tel était le cas et je doute que les Rois dans leurs gènes soient des super-héros.

Je ne posais la question que pour Charles X....

Je suis catholique romain.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 12:06

@Royalys a écrit:
3) Il y en a eu oui, mais... Chaque épisode à son histoire et ses circonstances, en parler serait intéressant mais c'est quoi leur rapport exact avec le sujet?

Lesquels ?
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Royalys le Lun 15 Jan 2018 - 12:48

Je pensais essentiellement au passage des mérovingiens au carolingien, où il me semble, (il faudrait revérifier car je ne veux pas vous tromper) que l'un des héritiers de la couronne à volontairement été écarté au profit des Maires du Palais. En l'occurrence il aurait été tonsuré et serait entré de force comme moine dans un monastère. Mais comme vous posez la question de façon rhétorique, j'imagine que vous connaissez bien plus d'exemple.
Charles a guéri avec les écrouelles ? Mais :

1) les deux ou trois témoignages sont-ils fiables à 100% ?

2) La guérison venait-elle vraiment de Dieu ?

3) de Clovis à Charles X combien de Roi ont perdu leur trône ?

Mais vous ne répondez toujours pas à la question; en quoi Louis XVII aurait pu survivre à la Révolution? Dire que l'on croit pas à une thèse officielle est une chose, le prouver c'est mieux.
avatar
Royalys
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 12:51

@Royalys a écrit:
Mais vous ne répondez toujours pas à la question; en quoi Louis XVII aurait pu survivre à la Révolution? Dire que l'on croit pas à une thèse officielle est une chose, le prouver c'est mieux.

Que les choses soient claires.

Je pense qu'il n'est pas mort au Temple. Cette conclusion est le fruit de plusieurs lectures (ouvrages et articles) sur le sujet. Je n'en fais ni une thèse, ni un cheval de bataille.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Herlacyng le Lun 15 Jan 2018 - 17:53

La bienvenue Franck Abed !

Je pense qu'il n'est pas mort au Temple. Cette conclusion est le fruit de plusieurs lectures (ouvrages et articles) sur le sujet. Je n'en fais ni une thèse, ni un cheval de bataille.

Il est vrai, que de toute manière quand bien même Louis XVII ait survécu (ce que je ne crois pas), sa lignée est perdue, évaporée dans la nature, donc cela règle la question.

Louis XVIII n'a pas été sacré car si je me souviens bien, on espérait encore que Louis XVII ait survécu aux épisodes de la Révolution et également par crainte des révolutionnaires et de leurs idées qui avaient en un sens, réussi à faire passer le Sacre comme absurde.

En fait la charte sur laquelle s'appuyait la Restauration de Louis XVIII, prévoyait le sacre dans le processus normal d'avènement du Roi de France. Il semble même qu'au départ Louis XVIII l'ait prévu, mais finalement il a prétexté de son infirmité pour ne pas le faire. Je ne saurais dire à quel point c'était sincère. En tout cas, il était sûr de son bon droit à régner depuis la Révolution, et en 1814 il se comptait déjà 19 ans de règne.
avatar
Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Lun 15 Jan 2018 - 22:14

@Herlacyng a écrit:

Il est vrai, que de toute manière quand bien même Louis XVII ait survécu (ce que je ne crois pas), sa lignée est perdue, évaporée dans la nature, donc cela règle la question.

C'est trop facile de dire maintenant : sa lignée est perdue...

En 1815, la survie de Louis XVII changeait tout.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Henryk le Lun 15 Jan 2018 - 23:58

En 1815, la survivance combattait louis XVIII et sa politique et a joué en la faveur de Cambacérès et au néo socialisme de parti. Je ferais la remarque à toutes et à tous que les aventuriers politiques Napoléon et Louis Philippe se sont occupé personnellement des dizaines de Ludwigs XVII nés de la pouponnière du Temple. Mais ce cas est imputé aussi à la Russie et à l'Angleterre, pour leur tsarévitch et delphin.

Il est vrai que les gardiens républicains qui gardaient l'Enfant au Temple devaient laisser l'enfant aller se promener sur les quais de Seine, du temps qu'ils picolaient avec Simon... Le trésor du Royaume est dans leur mains, et les fanatiques parisiens l'auraient laissé filé dans la passoire du Temple des Templiers???

Nous ne voulons pas le laisser mourir au Temple des Templiers, parce nous ne voulons pas accepter notre propre complicité déicide dans la mort de cet enfant royal.

La charte est un carcan républicain, sur les épaules du Royaume, comme cette malédiction qui s’abattit sur Henri VI, Ioakin et sur Roboam.
avatar
Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 479
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 52
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Herlacyng le Mar 16 Jan 2018 - 0:25

C'est trop facile de dire maintenant : sa lignée est perdue...

En 1815, la survie de Louis XVII changeait tout.

C'est juste un état de fait : nous ne sommes plus en 1815, et à l'heure actuelle, personne ne peut prétendre descendre de Louis XVII, pas plus qu'à l'époque un individu n'a pu établir qu'il était Louis XVII. Au final l'affaire ne repose que sur des rumeurs et des impressions. Ces spéculations ne sont que des impasses.
avatar
Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

LA OU NOUS MENE LA CONTESTATION DE LA LEGITIMITE...

Message par Héloise le Mar 16 Jan 2018 - 0:28

In "REVUE D'HISTOIRE DU XIXè siècle - Socitété d'Histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXè siècle de Paul AIRIAU.
Le maelstrom qui sévit sur les divers groupements qui se disent "royalistes" n'existe que par l'exploitation -souvent mercantile- de l’incertitude sur la mort de Louis XVIIn ajoutons-y le souci de la légitimité et cela conduit tout naturellement à remettre en cause implicitement, avec gêne mais réellement, la légitimité des rois trônant.
Cela pourrait n’exprimer qu’une insatisfaction politique profonde, comme celle de ces ultras ou de ces chouans qui envisagèrent le remplacement de Louis XVIII par Monsieur. Mais c’est en fait bien une profonde incertitude sur la légitimité du pouvoir qui se manifeste.
Car ce n’est plus seulement, comme chez les royalistes déçus par Louis XVI entre 1789 et 1792, une interrogation sur l’exercice réel du pouvoir et l’appel à la fidélité à ce qu’il implique ; ou une contestation de la nationalisation de la royauté et de la « royalisation » de la nation.
Ici, la fidélité au principe même de la succession par ordre de primogéniture mâle l’emporte sur la fidélité à la personne du roi régnant. L’exercice légitime du pouvoir est, dans le cadre dynastique, rendu strictement dépendant d’une des règles non écrites de la monarchie d’avant 1789.
Cette loi fondamentale est jugée plus importante que la présence sur le trône d’un frère de Louis XVI, même s’il défend une royauté contre-révolutionnaire (dès avant 1830, de hauts responsables ecclésiastiques sont convaincus de l’illégitimité de Charles X, malgré le projet ultra de ce dernier). Quand bien même elle serait un moindre mal, elle est foncièrement illégitime car voilant les « attributs de la couronne ».
Le sang s’impose donc contre le sang, la primogéniture contre la dynastie, au point, chez certains ultras, de miner la légitimité du roi effectivement régnant, et quelles que puissent être les conséquences. Car affirmer la survie de Louis XVII est en fait affirmer une usurpation, volontaire ou non, destructrice de toute légitimité, créatrice d’une radicale incertitude politique et susceptible de remettre en cause la Restauration et la dynastie bourbonnienne.
De telles conséquences expliquent peut-être que le survivantisme ne puisse se manifester réellement qu’après 1830 : il fallait qu’il fût inappliquable pour pouvoir se développer.
Bien sûr, cela suppose de tenir pour vraie la survie de Louis XVII. La position survivantiste ne serait qu’une variante de l’application logique des règles successorales. Cependant, il faut ici prendre en compte la modification de la conception dynastique issue de la Révolution.
Si la succession par primogéniture masculine n’est jamais oubliée, la succession simplement dynastique, sur des critères entrecroisant idéologie et considérations de personne, s’est vulgarisée : projet de substitution du comte de Provence à Louis XVI en 1789-1790, projets d’accès au trône de la branche d’Orléans, organisation de la dynastie napoléonienne, projets ultras de renversement de Louis XVIII.
La définition comme « provocation au crime », par la loi Serre du 17 mai 1819, de « l’attaque formelle contre […] l’ordre de succession au trône », laisse aussi deviner que cette question inquiète le pouvoir. N’évolue-t-il d’ailleurs pas lui-même, afin de préserver la dynastie ? Si Charles X refuse le décret de Ferdinand VII abolissant la loi salique en Espagne (29 mars 1830), il abdique pourtant en faveur du duc de Bordeaux, en imposant un acte identique à son fils. Le monde légitimiste se déchirera sur cet acte jusqu’à la mort du duc d’Angoulême.
Les survivantistes montrent ainsi que le principe dynastique est en lui-même atteint, puisque ses conséquences pratiques iraient contre son objectif (garantir la continuité de l’exercice du pouvoir), et que sa fragilisation empêche de le faire fonctionner comme avant 1789. À ce titre, ils sont aussi révélateurs que l’indéniable échec pratique de la succession dynastique en France au XIXe siècle.
Même si tous les monarques s’inscrivent dans une dynastie (qu’ils la prolongent ou la fondent) et tentent de renouer ce qui s’était brisé entre 1789 et 1793, l’union d’une famille et de la France, la nation fraternelle, lentement, progressivement, remplace désormais la paternité royale.

Idéologisation de la légitimité et corps du roi
Ces survivantistes représentent alors une autre conception royaliste de la légitimité, distincte des partisans du droit historique ou des tenants du droit divin.
Ils réduisent la légitimité au strict respect d’une procédure, à un formalisme juridique.
Ce formalisme est cependant articulé à une idéologisation de la légitimité qui peut les rapprocher du droit divin. En effet, les survivantistes font aussi dépendre la légitimité du respect de la volonté divine, par le biais du prophétisme.
La contestation de Louis XVIII, puis partiellement de Charles X, s’alimente ainsi dans une partie du monde ultra aux prophéties politiques circulant de manière manuscrite ou en compilations (désormais classificatoires) imprimées, et au dernier prophète royal qu’est Thomas Martin. Ce prophétisme se prolonge après 1830 dans un messianisme, voire un millénarisme, qui exploite les nouvelles révélations (dont les apparitions mariales de La Salette en 1846 dans le cas de Richemont) et identifie les prétendants au Grand Monarque, personnage eschatologique associé au Grand Pape, hérité d’une longue histoire remontant à la fin de l’Antiquité, revivifié durant les années 1820-1840 par la diffusion de recueils de prophéties. Naundorff lui-même prend la place de Martin une fois celui-ci mort, réécrit les Évangiles et fonde une Église ; Richemont est identifié au Christ par un de ses partisans ; et tous deux doivent faire advenir les temps nouveaux de la régénération sociale voulue par Dieu.
La légitimité dépend ici strictement de la conformation à l’ordre divin. Louis-Philippe l’ayant abandonné, elle peut être exploitée.
Mais le prophétisme peut simplement servir à garantir la survie de Louis XVII, à dévoiler l’usurpation (chez Naundorff essentiellement).
La primauté de la règle successorale devient alors presque une règle divine.
La rupture est nette par rapport à l’Ancien régime ou aux tenants du droit divin, où Dieu justifie d’abord le pouvoir, avant ses règles de transmission. La légitimité demeure purement ainsi formelle.
Le prophétisme a aussi des effets inattendus. Chez Naundorff, les Évangiles réécrits justifient le libéralisme : « Ne vous amassez point des trésors sur la terre, et ne vous occupez point des choses politiques ; car là où est votre trésor, là est aussi votre cœur. » Le prophétisme alimentant l’anticléricalisme débouche sur l’abandon du catholicisme, y compris par deux prêtres le soutenant. Et Richemont achève sa carrière en faisant appel à l’Assemblée nationale de 1848 pour voir reconnaître ses droits.
S’opère donc une double dynamique pour la légitimité dans l’ultracisme prophétique : sécularisation (par la réduction de la légitimité à une formalité) et recharge sacrale (par le fondement de la légitimité sur l’intervention divine ou la conformation à la volonté céleste), la seconde pouvant paradoxalement alimenter la première.
À ce titre, le survivantisme peut être rapproché des « prophètes romantiques », présentant les mêmes caractéristiques, enracinées dans un joachimisme plus ou moins sécularisé : l’utilisation du christianisme comme solution temporelle aux problèmes socio-politiques aboutit à une sécularisation à partir d’une réactivation de la dimension religieuse.
De telles évolutions ne sont pas sans effets sur la théorie des deux corps du roi.
Depuis ses origines, cette fiction juridique peut renforcer le pouvoir royal, par investissement ; et le restreindre ou le relativiser, par la distinction entre le corps politique et le roi régnant, ouvrant la voie à une possible autre localisation de la souveraineté qu’en un corps physique.
Or, la Révolution, en identifiant le corps politique à la nation, dissocie absolument le corps physique du roi du corps politique, canonisant une distinction gommée par Louis XIV et progressivement réaffirmée au XVIIIe siècle avec la querelle janséniste et les revendications parlementaires. En même temps, elle finit par identifier radicalement le corps physique de Louis XVI à la monarchie comme forme politique, et peut ainsi supprimer celle-ci en discréditant, dévalorisant et décapitant celui-là, dans une œuvre de donatisme politique déjà pratiqué par la Ligue au XVIe siècle.
Les faux dauphins, en tendant à réduire leur projet politique à une règle successorale, minent radicalement la théorie politique de la monarchie. Point de transmission immédiate de la continuité de l’État, aucun exercice de la puissance temporelle, nulle autorité ou majesté. Ne demeure qu’une vacuité : celle du père, que le fils doit combler.
Cette extrême simplicité peut être comprise comme l’impossibilité de faire face à la recharge symbolique des deux corps du roi, partiellement efficace au prix d’évolutions, que produit la Restauration. Elle dirait ainsi la réussite du projet restaurateur, et ses limites, puisque la revendication survivantiste ne disparaît pas.
Elle souligne aussi que le pouvoir se légitime également par son simple exercice, lequel permet le déploiement de codes symboliques renforçant à leur tour ce pouvoir. Elle dit enfin que, d’une certaine manière, chez les faux Louis XVII, la règle d’une monarchie successive, établie comme transcendante, se substitue au corps politique, joue contre le corps physique trônant et en faveur du corps physique revendiquant.
Les survivantistes ignorent le corps politique, ne se soucient que du corps mortel. En même temps, ce simplisme est associé de manière complexe à une forte idéologisation.
Mais les règles destinées à garantir la continuité de l’État, la perpétuation de la souveraineté par la succession des corps physiques des monarques, la sécurité politique par la stabilité, peuvent-elles être investies d’une participation à une mission du pouvoir ?
Ou peut-on leur ajouter un projet idéologique qui deviendrait une nouvelle loi fondamentale ?
La primauté de l’idéologie rend la théorie dépendante de l’application du projet, et lui fait courir le risque de disparaître si d’autres idéologies s’imposent.
Mais les survivantistes ne sont pas seuls dans cette évolution. Lors de la mort de Louis XVIII, la Restauration idéologise partiellement les corps royaux : Charles X s’engage à poursuivre son frère (corps physique) en régnant selon la Charte (corps politique).
Ainsi, la multiplication des corps physiques avec la réitération des prétendants, la concurrence des incarnations et l’inlassable interrogation sur le possible survivant traduisent, notamment dans l’ultracisme, non seulement qu’on ne peut plus rabattre définitivement le corps politique sur le corps physique, mais que même la théorie des deux corps du roi est mourante, ou morte.
Car le corps politique est désormais celui de la nation, ou du peuple, avec laquelle le corps du roi ne peut plus faire un – ou tout au moins, ils doivent composer pour former un corps politique bancal.
Les ultras eux-mêmes, en partiels héritiers du libéralisme aristocratique et du jansénisme judiciaire d’Ancien Régime, le savent bien.
Abandonnant de fait tout espoir de revenir à une politique fondée sur le roi seul, ils cautionnent, voire revendiquent et organisent contre le roi et ses ministres ce qui s’expérimente comme une forme de parlementarisme. Ils assument leur idéologisation du corps politique sans en tirer toutes les conséquences. L’échec systématique des Louis XVII souligne également que la naturalité du corps ne peut efficacement s’opposer à l’artificialité du contrat social.
Le corps royal n’est plus une politique, quoi qu’ils en veuillent. Ils expérimentent le même échec que Charles X se faisant sacrer, tentant d’investir divinement de la légitimité son corps comme corps royal et par là la monarchie restaurée. Mais ce souci diffère trop de celui de la majorité des responsables politiques, qui veulent achever l’histoire de la France comme sujet corporellement distinct du roi, à la manière de Rémusat en 1840, qui montre la continuité physique de la nation en installant à la Chambre des pairs les statues d’illustres Français des siècles précédents dont des descendants sont pairs.
Ignorant en fait la théorie des deux corps du roi mais alimentant une incertitude sur le détenteur du pouvoir, les survivantistes, paradoxalement, participent à la désincarnation politique du libéralisme.
Ainsi, à rebours, montrent-ils que la Révolution l’a emporté.
La souveraineté de la nation est devenue indépassable.
Comme l’écrit Le Siècle à propos du défi naundorffiste aux légitimistes venus visiter le duc de Bordeaux à Londres en décembre 1843 : « Pauvre légitimité ! S’il faut en effet la chercher dans la personne des princes et non dans la volonté des nations, Dieu aurait bien dû la marquer sur leur front d’un signe ineffaçable. ».
Les multiples Louis XVII et l’impossibilité de les faire disparaître montrent combien les Français sont agités par une profonde indécision politique, combien la légitimité change de sens et combien se renouvellent ou se décomposent les justifications de son fondement, y compris chez les ultras.
Se déroulent alors des itinéraires politiques complexes. Modeste Gruau, d’origine légitimiste, débute ainsi une carrière judiciaire interrompue en 1830. En lien avec un milieu prophétique, il reconnaît en Naundorff Louis XVII, puis accepte ses revendications messianiques. Il s’oriente alors vers un libéralisme religieux débouchant dans un libéralisme politique et une hostilité radicale au monde légitimiste et au catholicisme.
Sur ces bases contestataires, se construisent et se perpétuent également de petits milieux. La petite fille de Rambaud épouse Léon Verger, un neveu du secrétaire d’Étienne de Joly, éphémère ministre de la Justice en juillet-août 1792 et qui reconnut en Naundorff Louis XVII ; une des nièces de la même Rambaud épouse Xavier Laprade ; une autre épouse Augustin Solard, dont le frère, Auguste, bonapartiste marié à Églantine Pégot (fille du général d’empire Jean Pégot et belle-fille du littérateur Emile Marco de Saint-Hilaire, fils de Denis Marco), finit secrétaire général de la préfecture d’Orange sous le Second Empire. Les faux Louis XVII peuvent ainsi servir diachroniquement et synchroniquement à apprécier quasiment de manière micro-historique les voies de la politisation, l’articulation des héritages et des projets politiques et les évolutions des opinions politiques des Français.
CES ITINERAIRES, CES PARTIS PRIS NOUS FONT COMPRENDRE LES VOIES TROMPEUSES ET MULTIPLES A NE PAS EMPRUNTER. SEULE, LA DROITE LIGNE DE LA LEGITIMITE...PEUT NOUS PERMETTRE DE RESTAURER NOTRE PAYS : C'EST CELLE QUI NOUS RELIE A LA PATERNITE AVEC LA "ROYAUTE" ET NON CELLE QUI NOUS TROMPE CAR ELLE N'EST QU'UNE FORME DE GOUVERNEMENT LA "MONARCHIE" SOURCE DE DEBATS STERILES ET DE PARTIS... pris !
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Prince de Talmont le Mar 16 Jan 2018 - 12:14

@Franck ABED a écrit:
Je pense qu'il n'est pas mort au Temple. Cette conclusion est le fruit de plusieurs lectures (ouvrages et articles) sur le sujet. Je n'en fais ni une thèse, ni un cheval de bataille.

Par le fait c'en est un.
Pourriez-vous nous résumer le fruit de vos lectures sur le sujet s'il vous plait ?
Est-ce que cela a trait à Maximin le voyant de la Salette ?
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mar 16 Jan 2018 - 15:50

@Prince de Talmont a écrit:
@Franck ABED a écrit:
Je pense qu'il n'est pas mort au Temple. Cette conclusion est le fruit de plusieurs lectures (ouvrages et articles) sur le sujet. Je n'en fais ni une thèse, ni un cheval de bataille.

Par le fait c'en est un.
Pourriez-vous nous résumer le fruit de vos lectures sur le sujet s'il vous plait ?
Est-ce que cela a trait à Maximin le voyant de la Salette ?

Les principaux livres sur le sujet, notamment et entre autres :

http://www.cercle-louisxvii.com/livres/
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Chevalier Paul le Mer 17 Jan 2018 - 11:08

Que pensez-vous du suffrage universel et de la démocratie?

_________________
L' Union fait la force
avatar
Chevalier Paul
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 116
Date d'inscription : 29/12/2017
Age : 38
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mer 17 Jan 2018 - 11:47

@Chevalier Paul a écrit:Que pensez-vous du suffrage universel et de la démocratie?

Je rejette l'un et l'autre. Pourquoi cette question ?

Et vous ?
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Chevalier Paul le Mer 17 Jan 2018 - 12:10

Je vous pose cette question car je me demande comment faire passer la suppression de l'un et l'autre avec la suppression de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.
Je me demande aussi si le Roi en aura le courage et éventuellement la pédagogie, ou bien si une dictature intermédiaire  est nécessaire.

Je m'interroge aussi sur la place des futurs sujets du Roi dans la sphère publique et politique: la nature ayant horreur du vide, les nouvelles corporations peuvent être une piste mais je n'en vois pas d'autres.

Le carcan idéologique républicain et révolutionnaire peut s'effondrer du jour au lendemain, mais je réfléchis aux relais monarchiques provinciaux pour assurer la transition monarchique dans notre pays.
Je sais que c'est la fonction du Roi de rétablir la monarchie française comme il l'entend, mais rien n'interdit d'anticiper cette transition pacifique.

Pour répondre à votre question, je rejette catégoriquement aussi le suffrage universel, la démocrassie et les droits de l'homme.
Je souhaite le rétablissement de la monarchie traditionnelle française forte.
avatar
Chevalier Paul
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 116
Date d'inscription : 29/12/2017
Age : 38
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Prince de Talmont le Mer 17 Jan 2018 - 12:59

@Franck ABED a écrit:
@Prince de Talmont a écrit:
@Franck ABED a écrit:
Je pense qu'il n'est pas mort au Temple. Cette conclusion est le fruit de plusieurs lectures (ouvrages et articles) sur le sujet. Je n'en fais ni une thèse, ni un cheval de bataille.

Par le fait c'en est un.
Pourriez-vous nous résumer le fruit de vos lectures sur le sujet s'il vous plait ?
Est-ce que cela a trait à Maximin le voyant de la Salette ?

Les principaux livres sur le sujet, notamment et entre autres :

http://www.cercle-louisxvii.com/livres/

effectivement il existe une abondante littérature sur le sujet, mais apparemment aucune piste concrète, il n'est que de lire   la présentation de ce Cercle Louis XVII :

Le Cercle d’Études Historiques sur la Question Louis XVII ne privilégie aucune solution

Ce qu'il est facile de remarquer c'est que la question de l'enfant du Temple a connu une très grande vigueur à l'époque ou de nombreuses personnes prétendaient être cet enfant. Ces témoignages concrets et la proximité des événements étaient à 90% la cause de l'effervescence.
Aujourd'hui, on sait, et vous-même le dîtes, que les nombreuses personnes prétendant être Louis XVII à l'époque étaient des imposteurs, à commencer par Naundorff.
Les survivantistes actuels ne sont plus que l'écume de l'effervescence passée suscitée par les faux dauphins, certains continuent contre toute évidence à être Naundorfiste, mais d'un point de vue rationnel il n'y a plus grand chose qui étaye la thèse survivantiste.

Pourquoi se complaire dans ces romans qui surviennent à immanquablement à chaque disparition douloureuse d'un souverain ?

Ne voit-on pas qu'il ne s'agit que de déstabiliser le roi légitime et évident ?

A preuve, Novak a établi que Naundorff était membre de la secte de Jacob Franck. On voit d'où tout cela vient.
Sur le net, certains vous accusent de provenir des mêmes mouvances. Sachez que je me refuse à le croire et que j'espère en votre probité et votre courage.
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mer 17 Jan 2018 - 13:12

@Prince de Talmont a écrit:
Sur le net, certains vous accusent de provenir des mêmes mouvances. Sachez que je me refuse à le croire et que j'espère en votre probité et votre courage.

Ma personne, mon travail et mon parcours parlent pour moi...

Cette évidence étant dite, quand on accuse, il faut prouver.

Dans ces milieux racistes, ultra renfermés et ultra-complotistes, on voit des complots partout, idem pour les juifs, maçons, ésotériques gnostiques etc, " ils sont partout ".  Autre chose, en étudiant leurs proses, on s'aperçoit qu'ils se citent, se re-citent et ainsi de suite. Cela rassure, alimente " le combat ", mais d'un point de vue méthodique (à défaut de dire universitaire) ce n'est guère probant.

J'ignorais que Naundorff était membre d'une secte, qui plus est de la secte de Jacob Frank... Je serai curieux de voir les arguments et les preuves historiques de cette attaque (gratuite ?). Là encore, je ne défends pas Naundorff. Je suis un intellectuel sérieux, je défends la Vérité, et notamment la vérité historique.

Concernant la royauté française, je repose ma question :

de Hugues Capet à Charles X, combien de rois ont perdu le pouvoir définitivement ?
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Sylvie-Jeanne Reze le Mer 17 Jan 2018 - 14:31

@Franck ABED a écrit:
@Prince de Talmont a écrit:
@Franck ABED a écrit:Louis XVII, double abdication de Charles X et Louis XIX, etc.

Sinon que vouliez-vous dire en parlant de Louis XVII ? Vous êtes survivantiste ?

Survivantiste est trop connoté selon loi et selon ce que je défends. Je ne suis pas du tout Naudorffiste.

Je n'adhère pas à la thèse officielle qui explique, nous apprend, que Louis XVII est mort au Temple.

Que faites vous en ce cas des preuves apporter par les études ADN ?

_________________
Deo lo veult
avatar
Sylvie-Jeanne Reze
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 43
Date d'inscription : 16/12/2017
Age : 67
Localisation : Lot

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mer 17 Jan 2018 - 14:40

@Sylvie-Jeanne Reze a écrit:
Que faites vous en ce cas des preuves apporter par les études ADN ?

Pour le coup, je n'accorde AUCUNE confiance à ses laboratoires...
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Herlacyng le Mer 17 Jan 2018 - 15:41

on voit des complots partout, idem pour les juifs, maçons, ésotériques gnostiques etc, " ils sont partout ".  Autre chose, en étudiant leurs proses, on s'aperçoit qu'ils se citent, se re-citent et ainsi de suite. Cela rassure, alimente " le combat ", mais d'un point de vue méthodique (à défaut de dire universitaire) ce n'est guère probant.

Je suis d'accord avec ce constat, cette vision du monde est un énorme boulet pour le développement du royalisme. Tant qu'elle prévaudra, notre pensée se privera de bien des intelligences, car c'est une solution de facilité trop grossière. J'ajouterais que le survivantisme procède de la même démarche : puisque le monde ne nous plaît pas et que le prince qu'il propose n'est pas comme on le rêve, on ressuscite les vieux fantasmes claudicants depuis deux siècles, celui de la lignée perdue salvatrice. On est toujours dans l'eschatologie.

de Hugues Capet à Charles X, combien de rois ont perdu le pouvoir définitivement ?

Seulement deux : Louis XVI et Charles X, pris dans la Révolution.
avatar
Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mer 17 Jan 2018 - 15:43

@Herlacyng a écrit:
de Hugues Capet à Charles X, combien de rois ont perdu le pouvoir définitivement ?

Seulement deux : Louis XVI et Charles X, pris dans la Révolution.

Vous savez pourquoi ?
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Herlacyng le Mer 17 Jan 2018 - 15:47

Vous savez pourquoi ?

Ces rois n'ont pas réussis à réformer le pays, et ils étaient très mal entourés, pour faire court.
avatar
Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mer 17 Jan 2018 - 15:49

@Herlacyng a écrit:
Vous savez pourquoi ?

Ces rois n'ont pas réussis à réformer le pays, et ils étaient très mal entourés, pour faire court.

Louis XVI et Charles X...

Revoir cérémonie du Sacre... Formules ancestrales non respectées pour LXVI... Et pour Charles X... Idem + hypothèse Louis XVII. Louis XVIII non sacré.
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Herlacyng le Mer 17 Jan 2018 - 15:55

Revoir cérémonie du Sacre... Formules ancestrales non respectées pour LXVI... Et pour Charles X... Idem + hypothèse Louis XVII. Louis XVIII non sacré.

Je trouve personnellement mon début d'explication beaucoup plus convaincant, et pas seulement parce qu'il provient de moi... Vous savez, le rituel du sacre a évolué avec le temps et de plus il n'est pas constitutif de la royauté.
avatar
Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mer 17 Jan 2018 - 16:18

@Herlacyng a écrit:
Revoir cérémonie du Sacre... Formules ancestrales non respectées pour LXVI... Et pour Charles X... Idem + hypothèse Louis XVII. Louis XVIII non sacré.

Je trouve personnellement mon début d'explication beaucoup plus convaincant, et pas seulement parce qu'il provient de moi... Vous savez, le rituel du sacre a évolué avec le temps et de plus il n'est pas constitutif de la royauté.

Il y a des formules sur lesquelles ils ne peuvent pas faire l'impasse....
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Herlacyng le Mer 17 Jan 2018 - 16:23

Il y a des formules sur lesquelles ils ne peuvent pas faire l'impasse....

Pourriez-vous détailler la chose, en venir aux faits précis ?
avatar
Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Franck ABED le Mer 17 Jan 2018 - 16:23

@Herlacyng a écrit:
Il y a des formules sur lesquelles ils ne peuvent pas faire l'impasse....

Pourriez-vous détailler la chose, en venir aux faits précis ?

Lors du Sacre des formules sacrées ont été oubliées volontairement...
avatar
Franck ABED
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 144
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entretien avec Franck Abed, intellectuel et écrivain royaliste

Message par Herlacyng le Mer 17 Jan 2018 - 16:28

Lors du Sacre des formules sacrées ont été oubliées volontairement...

Mais lesquelles ? J'aimerais le détail des faits s'il vous plaît, si possible sourcés !
avatar
Herlacyng
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 12/01/2018
Age : 23
Localisation : Généralité de Moulins

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum