Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Lun 8 Jan 2018 - 1:36

Je suis vraiment curieux de savoir qu'elle est la position royaliste à l'égard d'un pape qui a pour thèmes favoris, l'anticolonialisme, l'anticapitalisme, la critique de l'islamophobie et le consumérisme. Avez-vous remarqué que la plupart de ses déclarations sont d'ordre politique, pas religieux ? Il a même déclaré qu'il fallait faire passer la sécurité des migrants musulmans avant la sécurité nationale. Serions-nous en présence d'un berger qui vend ses brebis aux loups ? Il y a de quoi s'inquiêter. Ce pape se fait le soutien des pires ennemis de la chrétienté, l'islam totalitaire et obscurantiste qui est en train de conquérir la France. Vraiment, ce pape nous donne une image de lui-même qui rappelle de beaucoup l'apostasie prophétisée. Royalistes, quelle est votre opinion à ce sujet ?
avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Missel le Lun 8 Jan 2018 - 2:52

Il me semble que la réalité est un peu plus complexe... Vous semblez ici prendre pour paroles d'Évangiles les interprétations qu'ont fait les journalistes des propos du pape.

En fait, il parle quasi-exclusivement de religion... mais cela n'intéresse pas les grands médias. Pour ce qui est de l'anticapitalisme, cela rejoint la position officielle de l'Église. Quant à son rapport à l'islam, il est effectivement plus étonnant. Dire qu'il vend ses brebis me semble néanmoins exagéré.

Je crois que c'est un fonceur... un peu maladroit... Rappelons aussi qu'il est sud-américain. Sa culture n'est pas tout à fait la nôtre. Et puis, il semble préférer l'action à la théorie, ce qui, pour un chef religieux, est assez déroutant !

Quoi qu'il en soit, il me semble orgueilleux et inutile de juger le Saint-Père de cette manière. Le pape est un père. On peut être en désaccord avec son paternel sur plus ou moins de thèmes, il reste notre père.


Dernière édition par Missel le Jeu 11 Jan 2018 - 0:59, édité 1 fois
avatar
Missel
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 41
Date d'inscription : 05/01/2018
Localisation : Flandres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier Paul le Lun 8 Jan 2018 - 5:26

Je pense que ce pape agit en citoyen du monde et  ça me fait de la peine.
Je pense que le pape François n'a toujours pas conscience de ses hautes responsabilités et qu'il a fort besoin de notre prière.
Sa raison est malade, sa foi individuelle de plus en plus défaillante, hélas. Donc continuons à prier chaque jour pour lui.
Sa pastoralité est pour le moins étonnante de la part d'un pape, et sa doctrine s'éloigne sans cesse de la foi catholique, c'est triste et m'inspire la plus grande prudence.
Je suis en profond désaccord avec son attitude de réhabilitation de Luther, hérétique et apostat: ce pape s'enfonce dans l'erreur, c'est son affaire.
Ceux qui approuvent ses erreurs ne pourront donc pas s'étonner de perdre finalement la foi ainsi que de perdre la raison.
J'estime aussi que je suis responsable de mon âme et de mes actes/péchés/omissions devant Dieu, je ne me cacherai donc pas derrière des pasteurs égarés... Y compris ces pasteurs qui n'aiment pas les catholiques, tout en adorant le mondialisme.

Reconnaissant donc un arbre à ses fruits, je travaille plutôt à étudier l'enseignement traditionnel constant et cohérent de l'Eglise et je prie déjà pour le futur pape.

Je pense qu'un catholique doit prier aussi pour son Evêque local et l'aider dans le service réel de l'Eglise locale, chacun à sa place ordonnée par Dieu: en tout cas actuellement, c'est là que je porte mon attention.

Bon, il faut éviter de juger les personnes, dont le pape, mais il n'est pas défendu de juger les actes mauvais et de les rejeter.
Tout mon propos est une estimation individuelle qui n'engage que moi, et non les royalistes en général.

En espérant avoir répondu à votre question, je vous souhaite une très bonne journée!
avatar
Chevalier Paul
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 116
Date d'inscription : 29/12/2017
Age : 38
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Lun 8 Jan 2018 - 11:12

Personnellement, j'ai du mal à comprendre qu'un pape puisse faire un travail pro-islamisation et pro-mondialisme. Car en accueillant des masses de migrants, nous accueillons aussi notre pire ennemi qui est l'islam. Je suis surpris que le pape François ne se rappelle pas de la deuxième Epitre de St Jean, qui dit que si quelqu'un vient à nous sans emporter cette doctrine qu'est l'Evangile, de << ne pas le recevoir >>. Comment peut-il oublier que l'Eglise de Jésus-Christ est la première cible de l'islam ?

Aujourd'hui dans l'Eglise, il n'est plus question de convertir les musulmans, comme pourtant c'est le devoir du pape. On accepte de facto l'islamisation de la "Soeur Ainée de l'Eglise". Que diantre, il n'y a pas de commune mesure entre l'Evangile et l'islam. Mais qui peut donc venir après Notre Seigneur Jésus-Christ, sinon l'Anti-Christ ? Est-ce que le Saint Evangile est du même ordre que le Coran ? Comment peut-on traiter la Vérité et le mensonge de la même manière ?

avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Mar 9 Jan 2018 - 13:13

@Missel a écrit:Il me semble que la réalité est un peu plus complexe... Vous semblez ici prendre pour paroles d'Évangiles les interprétations qu'ont fait les journalistes des propos du pape.

En fait, il parle quasi-exclusivement de religion... mais cela n'intéresse pas les grands médias. Pour ce qui est de l'anticapitalisme, cela rejoint la position officielle de l'Église. Quant à son rapport à l'islam, il est effectivement plus étonnant. Dire qu'il vend ses brebis me semble néanmoins exagéré.

Je crois que c'est un fonceur... un peu maladroit... Rappelons aussi qu'il est sud-américain. Sa culture n'est pas tout à fait la nôtre. Et puis, il semble préférer l'action à la théorie, ce qui, pour un chef religieux, est assez déroutant !

Quoi qu'il en soit, le pape est un père. On peut être en désaccord avec son paternel sur plus ou moins de thèmes, il reste notre père.

Missel, le pape François propage une idéologie très à gauche qui veut éliminer définitivement le seul vrai Dieu incarné en la personne de Jésus-Christ. En affirmant que le Coran est un livre de paix et prophétique, ce "pape" prône un livre radicalement antiChrist car niant le Fils de Dieu Rédempteur. Quel genre de "Père" est ce pape ?

avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Croisé le Mar 9 Jan 2018 - 15:19

Oh moi, je ne préfère pas y penser. ^^
Le Pape François admet qu'il "connait des personnes très bien qui adhèrent aux théories marxistes" alors que si elles adhèrent à ces théories, elles ne sont pas "très bien" mais elles sont des ennemies de l'Église et doivent être combattues en tant que telles et, dans le meilleur des cas, converties!... Enfin, quand on sait que Le Pape François est le fils spirituel d'Hélder Câmara, cela n'a rien de vraiment étonnant...
Rajoutez à cela son discours sur la "violence des catholiques" (totalement hors de propos quand ont sait que la violence et la bédouïnité sont au cœur de l'islam), l'aberrante constitution apostolique "Vultum Dei Quaerere" qui s'en prend particulièrement à la Tradition et les dérapages du genre de celui de Mgr Galantino, secrétaire de la CEI voulu expressément par le Pape, et réputé être un de ses proches conseillers, qui a déclaré au cours d'une homélie, devant les jeunes des JMJ, que la ville de Sodome fût épargnée grâce à Abraham (oui oui, Abraham...) car : "sa prière d'intercession et son audace sauvent Sodome. La ville est sauve parce qu'il y a des justes, même s'il y en a peu; mais la ville est sauve surtout parce qu'il y a Abraham, homme de prière, qui ne se fait pas accusateur implacable, ne parle pas contre mais plaide pour. Abraham, homme de prière, ne dénonce pas les crimes, mais il annonce la possibilité de quelque chose de nouveau. Abraham, homme de prière, annonce et nous invite à regarder les possibilités positives. Abraham, homme de prière, est un chercheur infatigable de signes d'espérance à présenter au Seigneur pour qu'il les valorise." Ce qui est complètement faux !!
Et on pourrait en citer encore bien d'autre (la statue de Luther dans la Basilique St Pierre, son homélie plus que douteuse lors de la Messe de minuit où il compare la situation de la Sainte Famille à celle des migrants, la sulfureuse Crèche du Vatican, etc...).
Alors, je ne prétend pas connaître la religion de mes Pères mieux que quiconque, et je ne prétend pas juger le Pape François, mais permettez-moi d'avoir de sérieux doutes quant à ses déclarations et à la direction qu'il veut faire prendre à l'Église.  scratch

_________________
avatar
Croisé
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 12
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 40
Localisation : Dauphiné

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Semper Fidelis le Mer 10 Jan 2018 - 19:31

En fait, il me semble que, beaucoup plus simplement, il faut tenir le raisonnement suivant :

1) Sur beaucoup de points, ce pape s'éloigne de manière impressionnante de 20 siècles de Tradition ; il est capable de dire tout et le contraire de tout... Il se comporte exactement comme s'il avait été mis là par certains lobbies qui agissent dans l'Eglise et à l'extérieur de l'Eglise. Le dogme et la liturgie catholique ne l'intéressent pas. Ce qui lui plaît, c'est de parler, parler, parler...  Il agit très rarement comme le dépositaire d'un magistère, mais se concentre sur l'immédiateté en donnant des avis personnels qui sont dépendants de sa formation (qui est lacunaire et moderniste) et avec sa mentalité propre, sans chercher à se rattacher à la pensée des Pères et Docteurs.
Voilà, ça ce sont les faits - des faits objectifs : contra factum non fit argumentum...

2) Le droit canon actuellement en vigueur nous enseigne que le pape ne peut être jugé que par le pape : il n'y a aucune autorité au-dessus de lui sur cette terre.
Nous ne sommes plus à l'époque où le Basileus, l'Empereur germanique ou le Roi de France pouvaient faire une "descente" à Rome pour ramener le pape à la raison s'il en était besoin, voire l'enfermer dans un monastère pour qu'il y fît pénitence, et pour en faire élire un autre en remplacement. On peut regretter cette époque, cela ne changera rien aux faits ni à la loi actuelle de l'Eglise. Donc, selon cette dernière, nous n'avons qu'une chose à faire : attendre que son pontificat cesse, par les moyens qu'il plaira à Dieu. Et attendre qu'un autre pontife après lui nous "confirme dans la foi".
Peut-être (cela est pure supposition) que plus tard, un autre pape (car lui seule pourrait le faire) nous assurera que le pape François est à mettre dans la liste des anti-papes : nous n'en savons rien et on ne va pas vaticiner là-dessus.
Ce qu'il faut, en attendant, c'est garder la Foi, l'Espérance et la Charité, quelque difficile que cela puisse être parfois !

3) Nous devons aussi et surtout, en attendant, prier pour lui, parce que - comme il ne nous appartient pas de dire s'il est un vrai ou un faux pape - il est de facto sur le siège de Pierre.
Nous ne prions pas pour lui d'une manière sentimentale (comme ceux qui prient pour telle personne parce qu'ils la trouvent "sympa"), mais simplement parce qu'il se trouve à la place qui est celle du Vicaire de NSJC et que nous devons demander que l'Eglise reçoive toutes les grâces pour éviter le mal et les embûches de l'ennemi, et pour marcher dans les voies de la sainteté. Point final.

4) Quand on a pris conscience de ces choses, on ne cherche pas à émettre des "pensées" qui consisteraient en une forme de "jugement" qui ne nous revient pas. On fait ce qu'on doit faire et on espère des temps meilleurs, en essayant de garder dans l'âme une grande sérénité et en ne se mettant pas martel en tête pour des choses sur lesquelles nous ne pouvons rien (sinon par la prière, comme dit supra)...

_________________
« Le trône de Saint Louis sans la religion de Saint Louis est une supposition absurde ».
(Chateaubriand)
avatar
Semper Fidelis
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 117
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 55
Localisation : Vivarais

http://leblogdumesnil.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Mormagor Angrûth le Jeu 11 Jan 2018 - 21:16

Qu'on me permette une petite réflexion à ce sujet.

Sur ce genre de questions, j'ai un point de vue que je qualifierais d'extérieur. En effet je suis une sorte de demi-catholique, dans un flou spirituel qui fait que je ne suis ni un homme de foi, ni un agnostique, une sorte d'incapacité de traduire la croyance en actes. On peut me considérer comme un catholique des marges, ou comme le mendiant d'à-côté de l'église, bref passons l'aspect biographique.

Je m'étonne énormément de ce besoin frénétique qu'ont les fidèles de guetter et - pour les plus zélés - de se pâmer à la moindre déclaration du pape, quel qu'il soit. Sur un plan personnel, j'aime penser par moi-même, et je n'ai aucune sympathie pour les comportements qui rapprochent la figure du pontife de celle d'un gourou. En fait je vis très bien sans le pape, je ne m'intéresse ni aux petites phrases, ni aux faits et gestes, je m'en fiche complètement. Evidemment parfois je tombe sur une annonce, j'entends des choses à la radio, etc. par exemple j'ai entendu "l'homélie migratoire" à Noël, j'ai ironisé derrière ma télé et c'est tout. La politique du Saint-Siège peut m'intéresser, mais la personne du pape François m’indiffère au plus haut point. Ceci dit j'aimerais aller plus loin.

On touche ici le problème de la mégacéphalie du Saint-Siège, qui a plusieurs origines :
- Elle est une conséquence de la fin des monarchies chrétiennes, et de la laïcisation des sociétés et des gouvernements. Dès lors tout ce qui sort de Rome est la seule parole catholique vraiment officielle et souveraine.
- Elle est une conséquence premièrement d'une véritable politique de la part des papes successifs, qui ont voulu (re)devenir les chefs politiques du catholicisme (Léon XIII en tête), et secondement de la construction d'une influence diplomatique immense. "Le Pape combien de divisions ?" disait Staline... très peu mais une capacité de peser non-négligeable.
- Ensuite il y a un effet de mode, un phénomène de sur-médiatisation du pape, que je ne crois absolument pas subi, qui donne une caisse de résonance énorme à ses moindres paroles, qu'on se met à scruter dans l'attente de quelque chose de vendeur ou racoleur.
- Enfin une mauvaise conception du rôle du souverain pontife. On se met à penser que pape = catholicisme dans son ensemble. Rien n'est plus faux. Le catholicisme, l'Eglise, est un corps dont le pape n'est "que" la tête. C'est pour cela que je parle de mégacéphalie. Le pape est évidemment nécessaire mais il n'est pas complètement indispensable à la vie du fidèle. Aujourd'hui on en vient à croire que si on est catholique, on doit penser tout ce que pense et exprime le pape. Inversement, ne rien reconnaître de valable dans les paroles d'un pape, parce que pour une raison x ou y on ne l'aime pas du haut de sa subjectivité, n'est pas plus sage.

Qu'on me corrige si je me trompe, mais pendant des siècles les fidèles, les gens "simples" ne savaient quasiment rien du pape, son nom à la rigueur, mais rien de ses petites phrases ou de ses opinions. La figure de l'évêque était beaucoup plus susceptible d'être connue dans certaines limites. Et ils vivaient très bien leur foi, certainement pas moins bien qu'aujourd'hui !

En fait on peut se poser la question : faut-il penser quelque chose du pape ? Selon moi, on n'y est pas obligé, parce que la religion s'appuie sur des textes sacrés, une tradition, une liturgie, des rites, qui ne se limitent pas aux règnes des papes et transcendent complètement les générations. Cela suffit au salut et normalement à reconnaître une erreur quand on en voit une. Si on est bien informé on peut avoir un avis. Avec deux écueils : le jugement et l'opinion. Le jugement je ne reviens pas dessus.
En ce qui concerne l'opinion, sur laquelle repose une bonne part de la vie civique dirons-nous, le risque est de se transformer en commentateur. En commentateur de commentaires même. Avec des informations biaisées, tronquées, des médias tapageurs, pourquoi rajouter de la subjectivité là où elle déborde déjà ? Pourquoi se rabaisser à attendre les miettes qu'on nous sert pour jouer au gentil moineau ou au charognard ? Gardons les bonnes choses, les paroles bénéfiques lorsque nous les trouvons, écartons le suspect ou l'erreur et ignorons le superflu, ce sera déjà bien.

Et puis il y a une question d'échelle, qu'est-ce que l'avis d'un simple fidèle ? Je ne crois pas que si un cardinal accourait tout essoufflé auprès du pape en lui disant : "Votre Sainteté ! Le grand Mormagor est mécontent de vous !", il réponde : "Seigneur ! Vite qu'on réunisse un concile !" Laughing

_________________
Des cendres, un feu s'éveillera.
Des ombres, une lumière jaillira;
Renouvelée sera l'épée qui fut brisée,
Le sans-couronne sera de nouveau roi.
avatar
Mormagor Angrûth
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 62
Date d'inscription : 16/12/2017
Age : 26
Localisation : Bourbonnais

Revenir en haut Aller en bas

Le pape est hérétique,

Message par Héloise le Jeu 11 Jan 2018 - 23:13

1 OCTOBRE 2017
Le pape est hérétique, c’est officiel


On attendait un signe à l’occasion de l’alignement planétaire du 23 septembre 2017 reproduisant la Femme dans le ciel décrite par l’Apocalypse, la lune sous ses pieds et couronnée de 12 étoiles. Le Ciel a tenu ses promesses : dès le lendemain eu lieu l’événement annoncé par ce signe : la divulgation publique d’une Correctio Filialis signée par 62 clercs, universitaires et laïcs catholiques, dont Mgr Bernard Fellay supérieur général de la Fraternité saint Pie X, déclarant le pape François hérétique sur 7 points dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia.
Le document original est daté du 16 juillet 2017, remis au pape le 11 août, et en l’absence de réponse du Vatican, rendu public le dimanche 24 septembre en la fête de Notre-Dame de la Merci.
Les connaisseurs noteront au passage que les trois dates correspondent à des apparitions ou des fêtes de Notre-Dame : Notre-Dame du Mont Carmel le 16 juillet, apparition de Marie à Cotignac le 11 août, et fête de Notre-Dame de la Merci le lendemain de l’alignement historique de la Femme dans le ciel.
Désormais cette Femme dans le ciel a un nom : Notre-Dame du Mont Carmel, car tout commence le 16 juillet. Or les apparitions hautement eschatologiques de Lourdes et de Fatima se terminent toutes les deux par Notre-Dame du Mont Carmel : la 18ème et dernière apparition à Lourdes a lieu le 16 juillet 1858 ; et le 13 octobre 1917, le dernier tableau vu par Lucie pendant le miracle du soleil fut la vision de Notre-Dame du Mont Carmel.

Or cette Correctio Filialis, nous allons le voir, est un document capital dans la lutte entre la Vierge et la Bête qui a pris le contrôle du Vatican. Le point de départ véritable de la chute de la bête. Elle est triplement signée par la Sainte Vierge, car le moment est venu pour elle d’écraser la tête de Satan. Elle le fait avec des armes divines.



La genèse du document
Une lettre de 25 pages signée par 40 clercs, universitaires et laïcs catholiques, datée du 16 juillet 2017 en la fête de Notre-Dame du Mont Carmel porte le nom en latin de : Correctio filialis de haeresibus propagatis (littéralement : « Une correction filiale concernant la propagation d’hérésies »). Selon ses signataires, « elle affirme que le pape, par son Exhortation apostolique Amoris laetitia (8 avril 2016) ainsi que par d’autres paroles, actions et omissions en rapport avec celle-ci, a effectivement soutenu sept propositions hérétiques par rapport au mariage, à la vie morale et à la réception des sacrements, et qu’il a été à l’origine de la diffusion de ces opinions hérétiques au sein de l’Eglise catholique. Ces sept hérésies ont été exprimées par les signataires en latin, langue officielle de l’Eglise. »
Toujours selon les signataires, cette lettre a été remise au pape François le 11 août 2017. Probablement en mains propres puisqu’ils disent « au pape François » et non au Vatican. N’ayant reçu aucune réponse du pape ou du Vatican, ils ont décidé de la rendre publique le 24 septembre 2017, en la fête de Notre-Dame de la Merci.
Le jour de cette publication, le nombre de signataires était parvenu à 62, dont celui de Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, seul évêque à avoir signé le document. Y figurent aussi le supérieur du district de la Fraternité au Royaume-Uni, l’abbé Robert Brucciani, ainsi que le supérieur du district d’Afrique, Marc Vernoy ; également l’abbé Claude Barthe, le frère Jehan de Belleville, l’abbé Guy Pagès… ; mais aussi Ettore Gotti Tedeschi, ancien président de l’Institut pour les œuvres de religion (le fameux IOR)de 2009 à 2012. Au jour où j’écris ces lignes, ils sont 216 signataires.

La montée des critiques envers le pape et sa nouvelle doctrine s’est faite progressivement. La première « grande » critique fut émise par quatre cardinaux -donc par quatre sommités au plus haut niveau de l’Eglise-, Walter Brandmüller, Raymond L. Burke, Joachim Meisner et Carlo Caffarra, – ces deux derniers étant décédés cette année, respectivement le 5 juillet et le 6 septembre. Ils émirent le 19 septembre 2016 cinq Dubia (c’est à dire cinq questions) où ils demandaient respectueusement au pape François de « faire la clarté » sur cinq points hétérodoxes d’Amoris lætitia. Les Dubia, restés sans réponse, furent suivis d’une demande d’audience de la part de leurs auteurs le 25 avril 2017. Audience non accordée.
Je note au passage que ces Dubia ont été émises le jour anniversaire de l’apparition de Notre-Dame à la Salette (19 septembre) ; une fois de plus, il apparaît que non seulement la Sainte Vierge veille au grain, mais qu’elle conduit personnellement les actions décisives face à la bête.

Le 29 juin 2016, 45 théologiens avaient fait parvenir au cardinal Angelo Sodano, doyen du Collège des Cardinaux une étude critique portant sur 19 points d’Amoris lætitia. Critique, elle aussi, restée sans réponse. Dans la liste des 62 signataires de la Correctio filialis on retrouve plusieurs noms figurant déjà dans celle des 45 théologiens de 2016.



Qu’est ce qui change avec la Correctio Filialis ?
1) D’abord les signataires se donnent les moyens de la contestation. Leur action est la troisième du genre, restée elle aussi sans réponse. Mais elle regroupe 62 clercs, universitaires et laïcs de 20 pays différents. Eux aussi attendent respectueusement un certain délai avant de rendre publique leur initiative, mais en lui donnant une portée mondiale. Leur détermination se concrétise par un site internet spécialement créé pour l’occasion, traduit en six langues (français, anglais, italien, espagnol, portugais et allemand), et par une opération de relations presse d’envergure, puisque cette information a été traitée par les grands médias. La grande presse en France en a parlé.
On sort donc du microcosme des catholiques contestataires habituels, souvent assimilés avec ce que l’on appelle les intégristes, pour se retrouver dans une dimension grand public et de portée internationale. Avec la volonté affichée d’être vus et connus du plus grand nombre.

2) Ensuite, comme l’écrit avec justesse Christian Lassalle dans Média-Presse-Info du 30 septembre, « La Correctio Filialis est un coup de tonnerre dans le monde catholique : pour la première fois depuis la crise déclenchée par le concile Vatican II, l’orthodoxie du pape est remise en question, non plus par la Fraternité Saint Pie X, mais par une base beaucoup élargie. Auparavant les Dubia des 4 cardinaux avaient également pointé les affirmations du pape François contraires avec le dogme catholique. »
Cela veut dire qu’il y a une remise en cause franche et directe du pape, exposée au grand public, et exprimée par des catholiques n’appartenant pas uniquement aux milieux traditionalistes.

3) Malgré tout, la présence parmi les signataires du supérieur de la Fraternité saint Pie X donne au document une légitimité incontestable, car il agit en tant que dirigeant de l’entité représentant officiellement la Tradition -même le Vatican ne le conteste pas-, soit, pour nous, la véritable Eglise de Jésus-Christ. « Notre fidélité à la Tradition n’est pas un repli sur le passé, mais un gage de pérennité pour l’avenir » explique Mgr Fellay en rappelant, à l’appui des propos de Mgr Lefebvre, fondateur de ce mouvement, que l’Eglise n’est pas « la Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante » qu’ils ont toujours refusé de suivre. Or, continue Mgr Fellay, « ce sont précisément ce néo-modernisme et ce néo-protestantisme que les auteurs de la Correctio filialis dénoncent à juste titre comme les causes des changements opérés par Amoris laetitia dans la doctrine et la morale du mariage. »

4) Elle est là l’intelligence et la clairvoyance de Mgr Fellay : n’associer son nom -et celui de son mouvement- qu’à un document portant sur le dogme et la doctrine, évitant de tomber dans les pièges d’autres hérésies vaticanesques comme l’encyclique sur le climat, plus politique et donc plus piégeuse. En se plaçant sur le terrain de la théologie et de ses applications concrètes dans la vie de l’Eglise, Mgr Fellay oblige le pape et le Vatican à répondre sur le fond et non pas sur la forme. A juste titre il rappelle que « désormais dans certains pays les évêques acceptent la communion des divorcés civilement remariés, dans d’autres ils la refusent. Est-ce que la morale catholique est à géométrie variable ? Peut-elle être soumise à des interprétations contradictoires ? »
C’est pourquoi il ajoute : « dans cette triste situation de confusion, il est très important que le débat sur ces questions majeures s’amplifie, afin que la vérité soit rétablie et l’erreur condamnée. »
On sent par ces propos que Mgr Fellay veut encore donner un ton modéré à son approche, masquant ce qui pourtant s’apparente à une véritable déclaration de guerre ; nous allons le voir.

5) D’autre part, certains regrettent le ton trop révérencieux de cette lettre, que l’on s’adresse respectueusement au pape, lui demandant de condamner ces hérésies, et que l’on n’aborde pas d’autre sujets connexes comme le concile. Il ne faut pas oublier que nous avons face à nous des interlocuteurs qui sauront habilement déporter la polémique sur des sujets secondaires, évitant le débat sur le principal. Il ne faut donc pas leur donner la possibilité de dévier le sujet sur un terrain où ils pourront facilement faire oublier le fond de la critique pour s’étendre sur l’accessoire, comme l’hostilité envers le pape, la dénonciation du concile, la recherche de divisions à l’intérieur de l’Eglise etc, sans oublier bien entendu l’habituelle accusation d’intégrisme, de repli sur soi, de fermeture au monde, et pourquoi pas, de radicalisation.
En s’exprimant ainsi et en se focalisant sur l’essentiel, les rédacteurs de la Correctio Filialis désamorcent à l’avance les bombes qu’on pourrait leur lancer. D’où l’embarras du Vatican qui préfère le silence, car apporter une réponse les obligerait à répondre sur le fond.
Christian Lassalle déplore que le texte contienne 8 références au concile Vatican II mais là aussi c’est suprêmement intelligent. On sait que le concile manie le double langage : des références théologiques traditionnelles cohabitent avec des innovations modernistes. En utilisant les propres armes de l’ennemi, on le met dans une position difficile puisque, si l’on trouve dans les textes de leur concile de référence des éléments favorables à notre argumentation (et il y en a toujours ! sinon la nocivité du concile aurait été trop visible), on leur démontre leurs propres contradictions.
D’ailleurs pour le moment, les réactions que j’ai pu lire montrent bien leur embarras : tous bottent en touche et abordent le sujet non seulement en minimisant l’accusation d’hérésie, mais même en l’évitant soigneusement. Par exemple Jean-Marie Guénois dans le Figaro du 30 septembre explique que « le pape trouble une partie significative des catholiques » (titre révélateur !); puis il poursuit que ce document est « très discutable sur le fond et sur la forme et émanant d’une sensibilité ecclésiale ouvertement critique vis-à-vis du pape François » mais sans jamais expliquer en quoi elle est discutable et n’aborde à aucun moment le fond du problème : les hérésies visées ; seul point intéressant, il reconnaît qu’elle « a néanmoins obtenu un écho au-delà de ce petit cercle d’opposants. »
De son côté, Mgr Ricard, cardinal archevêque de Bordeaux, donc une haute autorité de l’Eglise, dans une interview donnée début octobre, pense qu’à Rome « on ne donne pas trop d’importance à ces interpellations qui se veulent filiales, mais qui restent intransigeantes » sans dire un mot sur l’accusation d’hérésie. On évite donc pour le moment soigneusement le problème, et on le minimisera le plus longtemps possible. Mais le pavé est lancé et personne n’arrêtera la Sainte Vierge.



6) Enfin, et c’est le plus important, on affirme et on démontre, argumentation théologique à l’appui, que le pape s’est rendu coupable d’hérésies !! Il s’agit bien d’une mise en cause de façon directe du pape, sans aucun doute ni ambiguïté. Reprenons leur texte de présentation :
Cette lettre « affirme que le pape, par son Exhortation apostolique Amoris laetitia ainsi que par d’autres paroles, actions et omissions en rapport avec celle-ci, a effectivement soutenu sept propositions hérétiques par rapport au mariage, à la vie morale et à la réception des sacrements, et qu’il a été à l’origine de la diffusion de ces opinions hérétiques au sein de l’Eglise catholique. »
Oui vous avez bien lu : les 62 signataires disent carrément, je cite leurs propres mots, que le pape a soutenu sept propositions hérétiques et qu’il a été à l’origine de la diffusion de ces opinions hérétiques au sein de l’Eglise. Ceci s’appelle une mise en cause personnelle du pape François et une accusation claire d’hérésie !
Car ils disent bien : le pape ; ils disent bien que c’est lui qui a été à l’origine de la diffusion de ces hérésies.
Par conséquent, puisqu’il est signataire de cette lettre, le supérieur de la Fraternité saint Pie X, qui s’était refusé jusqu’à ce jour à s’en prendre nommément au pape, le traite d’hérétique sans ambiguïté aucune.

Le 20 août dernier, Mgr Fellay avait déjà commis un acte demandé par le Ciel au pape, comme s’il se substituait à lui, en consacrant solennellement la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Un mois après, il traite publiquement le pape François d’hérétique. Ce durcissement du ton fait suite à la réception par la Fraternité fin juin d’une lettre de Rome exigeant à nouveau la reconnaissance par ses soins du concile Vatican II en préalable à la régularisation de sa situation dans l’Eglise. Cette exigence mettait fin aux pourparlers entre la Fraternité et Rome car elle est heureusement impossible pour la Tradition. Dès lors, on peut se demander si le prélat dirigeant ce qui est probablement la véritable Eglise du Christ sur terre ne commence pas à prendre conscience que le mystère d’iniquité lève petit à petit le voile sur ses mystères et que Rome n’est décidément plus à Rome mais… là où d’autres comprennent qu’ils doivent faire le « travail » du pape en se demandant qui est le plus légitime des deux… pas forcément celui qu’on croit.

Mgr Fellay rappelle haut et fort que son attitude est celle de Mgr Lefebvre et de la Fraternité Saint-Pie X depuis le début. Dans sa déclaration du 21 novembre 1974, Mgr Lefebvre la définissait ainsi :
« Nous adhérons de tout cœur, de toute notre âme à la Rome catholique, gardienne de la foi catholique et des traditions nécessaires au maintien de cette foi, à la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité. Nous refusons par contre et avons toujours refusé de suivre la Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante ».
Au fond de lui, Mgr Fellay sait bien que la Fraternité remplace actuellement la Rome défaillante. Que la véritable Eglise se trouve dans la Tradition et non chez les hérético-modernistes de la Rome issue de Vatican II. Il a compris, ou il commence à comprendre, qu’il est temps de les jeter dehors.



L’accusation d’hérésie invalide le pape
Il y a eu par le passé des papes tombés dans l’hérésie. Roberto de Mattei, historien, dans son livre Apologie de la Tradition, cite le cas célèbre du pape Honorius, qui fut jugé hérétique par son successeur, Léon II, s’appuyant sur l’anathème prononcé par le 3ème concile de Constantinople (681). Depuis, explique Roberto de Mattei, les historiens considèrent Honorius non pas comme un hérétique, mais comme un fauteur d’hérésie, ajoutant que ce fut la même chose pour les papes Zosime et Virgile.
On a donc eu par le passé plusieurs cas de papes jugés hérétiques, mais ce fut à chaque fois après leur mort et non pas de leur vivant. Il ajoute que « le cas d’Honorius est l’un des arguments qu’emprunte saint Robert Bellarmin dans son De Romano Pontifice afin de démontrer qu’un pape peut être hérétique. »

Toujours selon de Mattei, « la possibilité qu’il y ait un pape hérétique ne contredit pas le dogme de l’infaillibilité puisque l’infaillibilité ne suppose pas l’inerrance du pape en tant qu’individu, mais bien celle de la charge pontificale en tant que telle« . Il ajoute, et c’est important, que « la divine Providence épargna à l’Eglise la tragédie d’un pape reconnu hérétique, mais pas celle de papes hérétisants qui, dans l’exercice de leur gouvernement, se rendirent coupables de graves fautes en se montrant être d’indignes Vicaires du Christ, mais sans jamais perdre leur charge pour autant. »
Jusqu’à aujourd’hui.

Car Roberto de Mattei rappelle aussi les conditions dans lesquelles un pape peut être jugé. Il faut bien connaître ces éléments car ils sont essentiels dans la compréhension de la portée des événements qui se déroulent sous nos yeux.
« Le pape saint Nicolas Ier (585-867), dans une lettre célèbre adressée à l’empereur byzantin Michel III écrite le 28 septembre 865, récapitula de manière formelle la doctrine de la Primauté romaine. C’est dans cette lettre que l’on retrouve l’expression fameuse « Prima Sedes non judicabitur a quoquam » (Le premier siège ne sera jugé par personne), évoquée par Gratien dans son Décret célèbre par ces mots: « A nemine est judicandus, nisi deprehenditur a fides devius » (Il ne doit être jugé par personne, excepté le cas où il s’éloignerait de la foi).
La règle du Prima sedes non judicabitur n’admet qu’une seule exception : le péché d’hérésie. »
Roberto de Mattei ne fait qu’exprimer ici des règles bien connues des théologiens, du Vatican et des grandes institutions religieuses. Les 62 signataires de la Correctio, à commencer par le supérieur de la Fraternité saint Pie X ne pouvaient pas les ignorer : c’est en toute connaissance de cause qu’ils accusent le pape d’hérésie, sachant que seul ce péché peut lui être formellement reproché.
Donc le choix de pointer sur 7 points litigieux et de démontrer qu’il s’agit d’hérésies est d’une portée sans précédent dans l’histoire de l’Eglise puisque cette accusation est faite du vivant d’un pape alors que les précédentes, on l’a vu, l’ont été par les successeurs des papes incriminés.

Quelles en sont les conséquences ?
Continuons avec Roberto de Mattei : « La possibilité de juger le pape s’il se rend coupable d’hérésie a été -ainsi que l’attestent les grandes collections canoniques- une maxime incontestée durant toute l’époque médiévale. Mais qui peut juger le pape, si nul ne lui est supérieur ? Les décrétistes médiévaux expliquent que, une fois tombé dans une erreur contraire à la foi, le pape cesse d’être le chef de l’Eglise : il s’exclut lui-même de la hiérarchie et de ce fait, tout catholique peut à la rigueur, l’accuser. »
Or c’est exactement ce qui s’est passé : puisqu’il s’agit d’hérésies authentiques, vérifiées et vérifiables, non seulement les 62 signataires ont autorité pour les dénoncer, car ils font leur devoir de chrétiens, mais en plus cette démarche prouve au monde que de facto le pape François n’est plus le chef de l’Eglise et le Vicaire du Christ à partir du moment où la dénonciation de ces hérésies est rendue publique.
Ça aussi Mgr Fellay et les théologiens le savent très bien.
La réponse de la Femme dans le Ciel du 23/09 aux provocations de l’Antéchrist est donc particulièrement cinglante.

Il est certain que l’autorité la plus légitime et incontestable pour déposer un pape de son vivant serait un concile ; mais de toute façon, comme l’explique Roberto de Mattei, toujours en s’appuyant sur les précédents médiévaux, « la sentence de l’Eglise ne serait que la constatation d’un fait« . En l’occurrence, « il ne s’agit pas de déposer un pape, mais simplement de constater qu’un pape est dépouillé de sa fonction en raison de son hérésie. »
Dans ces pages, Roberto de Mattei ne parlait pas des papes Vatican II mais de la position de l’Eglise concernant un pape reconnu coupable d’hérésie. La sentence est sans appel et convient exactement à la situation que nous vivons depuis quelques jours : pour la première fois, du vivant d’un pape, un groupe de laïcs et de religieux, dont l’évêque chef de file de la tradition, affirme et prouve l’hérésie du pape, ce qui revient à déposer le pape officieusement, car il s’est lui-même exclu de l’Eglise par ses positions hérétiques.

La suite est simple : si le pape ne réagit pas à ces accusations et ne condamne pas lui-même, publiquement et sans ambiguïté les hérésies qu’il a formulées ; ou si le pape ne démontre pas par une contre-argumentation théologique que ces accusations sont nulles et non avenues parce qu’il ne s’agissait pas d’hérésies ; alors tout catholique pourra prendre acte que le pape s’est dépouillé lui-même de sa fonction par sa propre faute. Tout catholique saura que le pape François n’est plus pape, si tant est qu’il l’ait été un seul instant, la réalité de la démission de Benoît XVI restant très douteuse.



Quelles sont les hérésies en question ?
Tout le monde en parle mais personne ne les cite ; il serait pourtant intéressant de savoir sur quels points et en quoi le pape se rend coupable d’hérésies.

Les auteurs se sont focalisés uniquement sur l’exhortation apostolique Amoris laetitia ; heureusement car s’ils s’étaient étendus au reste de la doctrine conciliaire, ce n’est pas 7 hérésies qu’ils auraient pointées, mais des dizaines.
Ils expliquent que les passages d’Amoris laetitia auxquels ils font référence sont : AL295, 296, 297, 298 (+ note de bas de page 329), 299, 300 (+ note de bas de page 336), 301, 303, 304, 305 (+ note de bas de page 351), 308 et 311. Les auteurs citent également un certain nombre de paroles, actions et omissions du pape en liaison avec ces passages.

Avant d’aborder leur argumentaire sur les hérésies, voici quelques morceaux choisis extrait de ce document, qui montrent que leur démarche se situe au-delà de la critique, mais constitue plutôt une sévère admonestation du pape et de l’esprit moderniste qui sévit dans l’Eglise depuis le concile, ainsi qu’une mise en garde sur les graves dérives de Rome à l’attention de tous les catholiques.

Florilège :

« Tandis que certains évêques et cardinaux ont continué de défendre les vérités divinement révélées sur le mariage, la loi morale, et la réception des sacrements, d’autres ont nié ces vérités et ont reçu de Votre Sainteté non pas une réprimande mais des approbations. »

« Le Saint Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu’ils fassent connaître, sous sa révélation, une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la foi » (concile Vatican I).

« Les pratiques aujourd’hui encouragées par les paroles et les actions de Votre Sainteté sont contraires non seulement à la foi et à la discipline pérenne de l’Eglise mais également aux affirmation magistérielles de vos prédécesseurs. »

« Une proposition hérétique est une proposition qui contredit une vérité divinement révélée incluse dans la foi catholique. (…) Le péché d’hérésie est commis par une personne qui possède la vertu théologale de foi, mais qui choisit alors librement et en toute connaissance de cause de ne pas croire ou de douter d’une vérité de la foi catholique. Une telle personne pèche mortellement et perd la vie éternelle. »

« En second lieu, nous nous sentons obligés en conscience de mettre en évidence la sympathie sans précédent de Votre Sainteté à l’égard de Martin Luther, et l’affinité entre les idées de Luther sur la loi, la justification et le mariage, et ce qu’enseigne ou favorise Votre Sainteté dans Amoris laetitia et ailleurs. Cela est nécessaire afin que notre protestation contre les sept propositions hérétiques dont la liste est donnée dans ce document puisse être complète ; nous souhaitons montrer, fût-ce de manière sommaire, que ce ne sont pas des erreurs sans relation entre elles, mais plutôt, qu’elles constituent une partie d’un système hérétique. Les catholiques doivent être mis en garde non seulement contre ces sept erreurs, mais également contre ce système hérétique en tant que tel. »

Voici maintenant la liste des 7 hérésies et leur réfutation par des arguments théologiques.

Introduction
« Par ces mots, actes et omissions et par les passages allégués du document Amoris laetitia, Votre Sainteté a soutenu, d’une manière directe ou indirecte (si Vous en étiez conscient et jusqu’à quel point, cela nous ne le savons pas et ne voulons pas en juger), les propositions suivantes, fausses et hérétiques, propagées dans l’Eglise tant ex officio que par des actes privés » :

1) Première hérésie
«Une personne justifiée n’a pas la force, avec la grâce de Dieu, d’accomplir tous les commandements de la loi divine, comme si certains des commandements étaient impossibles à observer pour celui qui est justifié; ou comme si la grâce de Dieu, en produisant la justification d’un individu, ne produisait pas invariablement et par sa nature même la conversion de tout péché grave, ou qu’elle n’était pas suffisante à la conversion de tout péché grave».
Réfutation (Correction filiale) :
Concile de Trente, session 6, canon 18 : «Si quelqu’un dit que les commandements de Dieu sont impossibles à observer même pour l’homme justifié et établi dans la grâce : qu’il soit anathème».

2) Deuxième hérésie
«Les chrétiens qui ont obtenu le divorce du conjoint avec lequel ils étaient validement mariés et ont contracté un mariage civil avec une autre personne (pendant que le conjoint était encore en vie), même s’ils vivent more uxorio* avec leur partenaire civil et ont choisi de rester dans cet état tout en étant pleinement conscients de la nature de leur action et avec le plein consentement de la volonté de rester dans cet état, ils ne sont pas nécessairement en état de péché mortel et peuvent recevoir la grâce sanctifiante et croître dans la charité».
*more uxorio : en mari et femme
Réfutation (Correction filiale) :
Marc 10,11-12: «Il leur dit: Celui qui répudie sa femme et qui en épouse une autre, commet un adultère à son égard; et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère».

3)Troisième hérésie
«Un chrétien peut être pleinement conscient de l’existence d’une loi divine et choisir volontairement de la violer en matière grave, sans être en état de péché mortel, comme conséquence de cette action».
Réfutation (Correction filiale) :
Concile de Trente, session 6, canon 20 : «Si quelqu’un dit que l’homme justifié, aussi parfait qu’il soit, n’est pas tenu d’observer les commandements de Dieu et de l’Eglise, mais seulement de croire, comme si l’Evangile était une pure et simple promesse de la vie éternelle sans la condition d’observer les commandements : qu’il soit anathème».

4) Quatrième hérésie
«Une personne, lorsqu’elle obéit à la loi divine, peut pécher contre Dieu en vertu de cette même obéissance».
Réfutation (Correction filiale) :
Psaume 18,8 : « La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme ». Mais aussi : Ecclésiastique 15,21; Concile de Trente, session 6, canon 20; Clément XI, Constitution Unigenitus, etc.

5) Cinquième hérésie
« La conscience peut juger véritablement et correctement que parfois les actes sexuels entre personnes qui ont contracté entre elles un mariage civil, bien que l’un des deux ou tous les deux soient sacramentellement mariés avec une autre personne, sont moralement bons, voulus ou demandés par Dieu ».
Réfutation (Correction filiale) :
Concile de Trente, session 6, canon 21 : « Si quelqu’un dit que le Christ Jésus a été donné par Dieu aux hommes comme rédempteur, en qui se confier, et non pas aussi comme législateur à qui obéir : qu’il soit anathème ».
Concile de Trente, session 24, canon 2 : « Si quelqu’un dit qu’il est permis aux chrétiens d’avoir en même temps plusieurs épouses, et que cela n’a été défendu par aucune Loi divine (Mt 19,9) : qu’il soit anathème ».
Concile de Trente, session 24, canon 5 : « Si quelqu’un dit que le lien du mariage peut être rompu en raison de l’hérésie, ou bien d’une vie en commun insupportable, ou bien en l’absence voulue d’un conjoint: qu’il soit anathème ».
Concile de Trente, session 24, canon 7 : « Si quelqu’un dit que l’Eglise se trompe quand elle a enseigné et enseigne, conformément à l’enseignement de l’Evangile et de l’Apôtre (Mt 5,32 Mt 19,9 Mc 10,11-12 Lc16,18 1Co 7,11) que le lien du mariage ne peut pas être rompu par l’adultère de l’un des époux, et que ni l’un ni l’autre, même l’innocent qui n’a pas donné motif à l’adultère, ne peut, du vivant de l’autre conjoint, contracter un autre mariage ; qu’est adultère celui qui épouse une autre femme après avoir renvoyé l’adultère et celle qui épouse un autre homme après avoir renvoyé l’adultère : qu’il soit anathème ».

6) Sixième hérésie
« Les principes moraux et les vérités morales contenues dans la Révélation divine et dans la loi naturelle n’incluent pas de prohibitions négatives qui interdisent d’une façon absolue certains genres d’actions particuliers qui, par leur objet, seraient toujours gravement illicites ».
Réfutation (Correction filiale) :
Jean Paul II, Veritatis splendor 115 : « Chacun de nous sait l’importance de la doctrine qui constitue l’essentiel de l’enseignement de la présente encyclique et qui est rappelée aujourd’hui avec l’autorité du Successeur de Pierre. Chacun de nous peut mesurer la gravité de ce qui est en cause, non seulement pour les individus, mais encore pour la société entière, avec la réaffirmation de l’universalité et de l’immutabilité des commandements moraux, et en particulier de ceux qui proscrivent toujours et sans exception les actes intrinsèquement mauvais ».

7) Septième hérésie
« Notre Seigneur Jésus-Christ veut que l’Eglise abandonne sa discipline pérenne par laquelle l’on refuse l’Eucharistie aux divorcés remariés et l’on refuse l’absolution aux divorcés remariés qui ne manifestent pas la contrition pour leur état de vie et le ferme propos de le corriger ».
Réfutation (Correction filiale) :
1 Cor. 11,27 : « C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur ».
Familiaris consortio, 84 : « La réconciliation par le sacrement de pénitence – qui ouvrirait la voie au sacrement de l’Eucharistie – ne peut être accordée qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’Alliance et de la fidélité au Christ, et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l’indissolubilité du mariage. Cela implique concrètement que, lorsque l’homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs – par l’exemple l’éducation des enfants -, remplir l’obligation de la séparation, “ils prennent l’engagement de vivre en complète continence, c’est-à-dire en s’abstenant des actes réservés aux époux”.
2e Concile du Latran, canon 20, DH 717 : « Parmi d’autres, une chose trouble profondément la sainte Eglise : la fausse pénitence ; nous demandons donc à nos frères dans l’épiscopat et aux prêtres de ne pas souffrir que les âmes des laïcs soient trompées par les fausses pénitences et ainsi enchaînées en enfer. Il appert qu’il y a fausse pénitence lorsque, méprisant la plupart des péchés, on ne fait pénitence que d’un seul, ou lorsqu’on ne le fait que d’un seul sans renoncer à un autre. Aussi est-il écrit : » Celui qui a observé toute la loi, mais trébuche sur un seul point, devient coupable de tous » (Jc 2,10), c’est-à-dire en ce qui concerne la vie éternelle. En effet, qu’il ait été impliqué dans tous les péchés, ou qu’il persiste seulement dans un seul, il ne franchira pas la porte de la vie éternelle. Il y a aussi fausse pénitence lorsque le pénitent ne renonce pas à une charge curiale ou commerciale qu’il ne peut en aucune manière exercer sans péché, ou si la haine habite son coeur, ou s’il ne rend pas satisfaction à celui qu’il a offensé, ou si étant offensé il ne pardonne pas à l’offenseur, ou si l’on prend les armes contre la justice ».



Conclusion
Cette Correctio Filialis est un réquisitoire en règle contre le pape et sa doctrine mortifère pour la foi et le salut des âmes. En démontrant théologiquement que le pape s’est rendu coupable d’hérésies, ils mettent l’accent sur le seul point permettant de déposer un pape : le péché d’hérésie. Et même, si l’on se réfère aux précédents dans l’histoire de l’Eglise et aux documents magistériels, en professant une doctrine hérétique, le pape s’exclut de lui-même de l’Eglise, il cesse de facto d’être pape.
Les auteurs démontrent aussi, et affirment, que le pape François ne s’est pas rendu coupable d’hérésie par hasard, par ignorance ou par négligence, mais qu’il s’agit bien de la mise en place d’un véritable « système hérétique« , dont la complaisance avec Luther et ses thèses en sont une autre composante. Il s’agit bien d’une mise en cause sévère et argumentée du chef de l’Eglise catholique, qui prouve que celui-ci a atteint, ou dépassé, le point de non-retour. On ne peut pas à la fois se déclarer catholique et suivre cet homme ; il faut choisir.
Le fait que le supérieur général de la Fraternité saint Pie X soit un des signataires montre non seulement que ce dernier a choisi, mais aussi que tout catholique digne de ce nom doit lui aussi faire le même choix : celui de la Tradition. Il ne fallait pas quitter la Tradition ; il ne fallait pas quitter l’Eglise véritable, celle qui est réellement apostolique car elle défend l’enseignement des apôtres et de Jésus-Christ sans le déformer ; il ne fallait pas s’aventurer dans cette contre-église qui sème le doute, tue la foi, abandonne les âmes à leur sort, refuse de procurer aux hommes le salut éternel, et finalement réhabilite le péché comme si celui-ci allait de soi et n’était plus à combattre.
Oui seule la Tradition a conservé une doctrine saine, une liturgie sainte, un enseignement solide, un engagement missionnaire intact, et une réelle volonté de sauver les âmes.
L’Eglise issue du concile Vatican II a voulu gagner le monde, mais « à quoi sert-il à un homme de gagner le monde, s’il perd son âme ? » (Marc 8:36)
L’heure des choix a sonné ; personne ne pourra dire qu’il ne savait pas ; mais on ne peut pas suivre un pape hérétique. Il ne reste plus que la Tradition.
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Solognot le Jeu 11 Jan 2018 - 23:20

Pour moi, le pape, comme d’autre avant, est hérétique.
avatar
Solognot
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 44
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 61
Localisation : Au bord du Leman

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par AltareDei le Ven 12 Jan 2018 - 17:44

J'avais déjà des doutes sur Bergoglio grâce à une conférence de " Miles Christi " (c'est un pseudonyme) à son sujet (disponible sur youtube pour les intéressés). Mais le remarquable paragraphe d'Héloise confirme bel et bien l'imposture bergoglienne. Nous devons nous attacher aux structures de la Tradition et à ce qu'il reste de fidèles disciples du Christ dans l'Eglise. Pourriez-vous nous indiquer la source de celui-ci ? Merci infiniment

AltareDei
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 24
Date d'inscription : 03/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Héloise le Sam 13 Jan 2018 - 1:48

Bonsoir AltareDei, veuillez m'excuser de ne pas avoir cité la source de cet article "saisissant". Il émane d'une parution intitulée "LE GRAND REVEIL" vous le trouverez sur le net, il est de pensée traditionaliste. De même sur d'autres thèmes il est intéressant de consulter la BNC (bibliothèque numérique chrétienne) les études et analyses présentées ont, de plus, l'avantage de pouvoir être téléchargées gratuitement ainsi que plusieurs ouvrages de théologie.
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Semper Fidelis le Sam 13 Jan 2018 - 11:09

@Héloise a écrit: Il émane d'une parution intitulée "LE GRAND REVEIL" vous le trouverez sur le net, il est de pensée traditionaliste.

Je crois qu'il faut être assez prudent en ce qui concerne ce site et cet auteur (si nous parlons bien du même) qui, s'il reprend nombre de choses traditionnelles et orthodoxes (cad dont la doctrine est droite et conforme à la foi), n'en fait pas moins le mélange avec d'autres qui ne sont pas du tout authentifiées par l'Eglise, avec des interprétations très personnelles qui ne sont justement QUE personnelles, présente un côté "apparitionniste" outré et frise à certains moments le millénarisme qui, lui, n'est pas catholique...

_________________
« Le trône de Saint Louis sans la religion de Saint Louis est une supposition absurde ».
(Chateaubriand)
avatar
Semper Fidelis
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 117
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 55
Localisation : Vivarais

http://leblogdumesnil.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Sam 13 Jan 2018 - 13:38

Devant la triste réalité n'ayons pas peur des mots : un imposteur au service de l'islam a pris la place de Benoit XVI, tout comme Satan lui-même, veut prendre la place de Dieu.

avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Semper Fidelis le Sam 13 Jan 2018 - 14:02

@Chevalier du Temple a écrit:Devant la triste réalité n'ayons pas peur des mots : un imposteur au service de l'islam a pris la place de Benoit XVI, tout comme Satan lui-même, veut prendre la place de Dieu.

Mais, ainsi que je l'expliquais supra, un catholique ne peut pas juger le pape, ni décider (même avec les meilleures raisons du monde) que le pape en place est un pontife authentique ou un antipape : s'il le fait, il n'est plus catholique !

_________________
« Le trône de Saint Louis sans la religion de Saint Louis est une supposition absurde ».
(Chateaubriand)
avatar
Semper Fidelis
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 117
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 55
Localisation : Vivarais

http://leblogdumesnil.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Sam 13 Jan 2018 - 18:47

@Semper Fidelis a écrit:
@Chevalier du Temple a écrit:Devant la triste réalité n'ayons pas peur des mots : un imposteur au service de l'islam a pris la place de Benoit XVI, tout comme Satan lui-même, veut prendre la place de Dieu.

Mais, ainsi que je l'expliquais supra, un catholique ne peut pas juger le pape, ni décider (même avec les meilleures raisons du monde) que le pape en place est un pontife authentique ou un antipape : s'il le fait, il n'est plus catholique !


Semper Fidelis, je vous prie de m'excuser si je vous semble quelque peu agressif mais je suis connu sur de nombreux forums pour mon franc-parler et mon honnêteté.

Lorsqu'un franc-maçon comme l'abominable Mélenchon ne cesse de faire des éloges du pape François, alors je pense qu'il faut commencer à s'interroger. Voila pas mal de temps que je m'intéresse à ce pape argentin, et, je dois vous avouer que j'ai aujourd'hui la certitude, que ce pape qui se félicite de l'islamisation de nos sociétés européennes et qui encourage l'invasion illégale qui nous submerge, travaille au service du magistère mondialiste et remplaciste.

Comment un Français soucieux de l'avenir de son pays, peut-il cautionner ce qui se passe aujourd'hui au Vatican ? Qu'est-ce que la Sainte Bible a en commun avec le satanique Coran des musulmans qui prône la haine et la destruction ?

Au cours de son histoire, l'Eglise catholique a connu foultitude de chefs incapables dont nous aurions pu nous passer. Regardez ce qui est arrivé au pape Benoit XVI pour avoir oser dire des vérités sur l'islam totalitaire et conquérante, à Ratisbonne. Ne pensez-vous pas que l'élection du pape François repose sur des considérations politiques et stratégiques qui n'ont aucun rapport avec le message du Christ ?

Voulez-vous me dire ce que fait la statue de l'hérésiarque Martin Luther au Vatican ? Un homme qui est un faiseur d'hérésie, responsable d'un schisme et d'un bain de sang effroyable entre chrétiens. C'est pousser l'oecuménisme un peu loin, ne croyez-vous pas ? Comment peut-on imaginer un rapprochement avec une église hérésiarque, qui ne reconnait aucune place entre l'homme et Dieu, donc pas de Vierge Marie et point de Saint ? Comment ce pape de gauche peut-il oublier le martyr des prêtres missionnaires catholiques, qui sont morts pour avoir voulu convertir les âmes empoissonnées des brebis égarées de Luther ? Je crois me rappeler que le pape Léon X qui avait étudié la question, condamna ce moine par la bulle << Exurge Domine >> les quarante et une propositions de Luther et l'excommunia. Une bulle que Luther fit brûler sur la place de Wittenberg, marquant ainsi une révolte éclatante contre le pape en place.

De nombreux moines , entraînés par l'exemple de cet hérétique, quittèrent leurs couvents, renièrent leurs voeux et se marièrent. Un nouveau culte fut établi. La messe fut abolie et on dénonça l'adoration de l'Eucharistie comme une pratique d'idolâtrie. La confession fut supprimée. Et c'est ce genre d'individu que le pape François veut réhabiliter ?

<< Si un ange du ciel vous annonçait un Evangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème ! >> - Saint Paul.







avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Héloise le Sam 13 Jan 2018 - 20:54

L'Eglise catholique "moderne" n'a rien à voir avec l'Eglise de Pierre et tant qu'elle cultivera les fleurs empoisonnées du chemin de l'Antéchrist, ce n'est pas au nom des catholiques qu'elle parlera ! Elle ne fait, actuellement, que de la politique et ce n'est pas son rôle. C'est elle qui me fait dire aussi aujourd'hui que je suis de préférence chrétienne plutôt que catholique.... Et comme certains l'ont dit.... c'est beaucoup plus difficile... demandez-le aux chrétiens d'Orient, ils sauront vous expliquer pourquoi !
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Prince de Talmont le Sam 13 Jan 2018 - 23:04

ce n'est qu'une hypothèse, mais nous avons toujours le pape Benoit XVI bien vivant. Normalement il ne peux y avoir deux papes en même temps.

Restons donc fidèles à l'Eglise et au pape Benoit XVI, nous verrons bien à sa mort ce qu'il se passera et qui ne sera rien d'autre que la volonté de Notre Seigneur.
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Dim 14 Jan 2018 - 14:53

Ce pape me fait penser à un enfant choeur, ses discours ne sont pas acceptables pour un grand nombre de chrétiens. Quand j'entends ce pape déclarer que tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus-Christ, je ne peux m'empêcher de sursauter. Malgré les menaces et les violences diverses qui accablent nos sociétés européennes, malgré notre civilisation qui se désagrège et le risque de sombrer dans le chaos, ce pape insensé veut faire passer le sort des migrants avant notre sécurité nationale. François n'arrête pas de faire des appels pour nous faire accueillir en masse ces indésirables, ennemis de nos sociétés démocratiques et de la chrétienté. Quand on lui rappel que les musulmans font déborder nos prisons et que leurs fanatiques sèment la mort sur nos territoires au nom d'Allah, le pape affirme béatement que le véritable islam n'est pas violent, qu'il s'oppose à la violence. Pourtant, la violence extrême est bien explicitement présenté dans le Coran. L'islam est loin d'être une religion de paix. N'étant ni musulman, ni spécialiste de l'islam, François n'est pas légitime pour définir ce qu'est l'islam et ce qu'il n'est pas.
avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Croisé le Dim 14 Jan 2018 - 16:18

Petite pause sourire :

Vu sur Facebook, commentaire d'un "catho" suite à un article sur le Pape François : "J'en ai discuté avec le curé de ma paroisse et il est normal que les décisions du Pape François nous semblent bizarres car l'Esprit Saint n'est pas entièrement avec lui. En effet, vu qu'il y a deux papes, la puissance de l'Esprit s'en trouve divisée par deux. Le Pape François recevra la pleine puissance de l'Esprit lorsque le Pape Émérite disparaîtra. Il sera alors un très grand pape car l'Esprit Saint sera avec lui en plénitude."   Shocked Rolling Eyes

_________________
avatar
Croisé
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 12
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 40
Localisation : Dauphiné

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Mormagor Angrûth le Dim 14 Jan 2018 - 16:21

Quoi ? Dieu n'a pas le don d'ubiquité ? On nous aurait menti ? Laughing

_________________
Des cendres, un feu s'éveillera.
Des ombres, une lumière jaillira;
Renouvelée sera l'épée qui fut brisée,
Le sans-couronne sera de nouveau roi.
avatar
Mormagor Angrûth
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 62
Date d'inscription : 16/12/2017
Age : 26
Localisation : Bourbonnais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Dim 14 Jan 2018 - 16:29

Le pape François qui est en faveur de l'invasion migratoire musulmane, s'imagine peut-être évangéliser l'islam ? Pour lui, les flux migratoires représentent une nouvelle frontière missionnaire, une occasion privilegiée d'annoncer d'annoncer Jésus-Christ et son Evangile à des gens qui ne veulent en entendre parler. Des gens dont le but est de conquérir la terre pour Allah sur les cendres du christianisme. François devrait se renseigner sur tous les missionnaires chrétiens que l'Eglise a envoyé sur les terres d'islam lesquels ont tous subi une morte violente.

<< L'islam est la vraie religion (Coran 2.208 : 3.19,85), qui doit dominer sur toutes les autres, jusqu'à les éradiquer complètement (Coran 2.193), ceux qui ne sont pas musulmans ne peuvent qu'être des pervers et des maudits (Coran 3.10,82,110 ; 4.48,56,76,91 ; 7.144 ; 9.17,34 ; 11.14 ; 13.15,33 : 14.30 ; 16.28-9 ; 18.103-6 ; 21.98 ; 22.19-22, 55 ; 25.21 ; 33.64 ; 40.63 ; 48.13) que les musulmans doivent combattre sans cesse (Coran 61.4,10-2 ; 8.40 ; 2.193), par la rue (Coran3.54 ; 4.142 ; 8.30 ; 86.16), la terreur (Coran 3.151 ; 8.12,60 ; 33.26 ; 59.2), comme la décapitation (Coran 8.12 ; 47.4) ou la crucifixion (Coran 5.33) en vue de les éliminer (Coran 2.193 ; 8.39 ; 9.5,111.123 ; 47.4) et anéantir définitivement (Coran 2.191 ; 4.89,91 ; 6.45 ; 9.5,30,36,73 ; 33.60-2 ; 66.9) . << Vous qui croyez ! Combattez a mort les incroyants qui sont pres de vous et qu'ils trouvent en vous la rudesse...>> (Coran 9.124)

Le pape François ne sait-il pas que les musulmans ne vivent pas en dehors de leur Coran qui est leur modèle de vie. Il ne saurait nullement infléchir les dispositions données par Allah lesquelles sont immuables. La politique de ce pape insensé ne sert pas les chrétiens mais les intérêts des musulmans. Il suffit de lire et d'étudier le Coran pour avoir un aperçu de ce qui va arriver à notre civilisation chrétienne européenne lorsque ces gens-là seront deviendront majoritaires : << Tout groupe non-musulman doit disparaitre (Coran 9.14 ; 47.4 ; 61.4 ; ou payer la "jyzaia" pour racheter son droit de survivre (Coran 9.29).

Quand on a conscience de cela, comment peut-on favoriser l'expansion de l'islam CHEZ NOUS ?
avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Mormagor Angrûth le Dim 14 Jan 2018 - 17:25

Histoire de rire un peu  Laughing


_________________
Des cendres, un feu s'éveillera.
Des ombres, une lumière jaillira;
Renouvelée sera l'épée qui fut brisée,
Le sans-couronne sera de nouveau roi.
avatar
Mormagor Angrûth
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 62
Date d'inscription : 16/12/2017
Age : 26
Localisation : Bourbonnais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Missel le Lun 15 Jan 2018 - 0:42

Cette discussion me semble stérile... Nous devons faire preuve de charité, plus encore envers le pape qu'envers n'importe qui d'autre. Ses intentions sont bonnes. Malheureusement, nous connaissons tous le fameux proverbe. Alors prions, montrons l'exemple, etc.

Mais critiquer (si virulemment) le pape de cette manière me semble inutile et même contre-productif. Que Dieu soit avec lui !

_________________
« Tous les légitimistes ne sont pas fous mais tous les fous sont légitimistes »  king
(Alphonse II)
avatar
Missel
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 41
Date d'inscription : 05/01/2018
Localisation : Flandres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Lun 15 Jan 2018 - 2:25

Cette discussion est nécessaire car c'est notre civilisation qui est en jeu. C'est absolument incroyable qu'un pape de l'Eglise catholique puisse aujourd'hui, faire un travail d'islamisation alors que le rêve de tout bon musulman, est de planter le drapeau de l'islam au milieu du Vatican.

avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Prince de Talmont le Mar 16 Jan 2018 - 12:09

oui c'est incroyable, mais nous ne savons pas ce qui se passe au Vatican, qui n'est qu'une petite place assiégée, infiltrée et quasiment engloutie dans l'esprit pernicieux du monde qui a gagné partout ailleurs.
Notre devoir est de combattre à notre place.

Pour ce qui est de la position à tenir vis-à-vis du pape, je vous propose cet article :
http://royalisme.forumactif.org/t2066-une-approche-tres-legitimiste-de-l-autorite-du-pape-et-du-magistere
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Mar 16 Jan 2018 - 13:38

Face à ses prises de position je me demande si, ce Pape n'a pas atteint et dépassé le seuil d’incompétence. Mais aujourd’hui comme un grand nombre de chrétiens, je me pose des questions à son sujet: de quel bord penche-t-il? Celui du Bon Pasteur ou du mercenaire? Celui de Jésus ou de la gauche immigrationiste? Celui de la foi chrétienne ou de l’islam conquérant?

Le sang des victimes du terrorisme musulman n’a pas le temps de sécher, que ce pape prend un malin plaisir à inciter les fidèles à davantage de masochisme. L’an dernier après le massacre de Nice et l’assassinat du Père Hamel en pleine messe, il intimait l’ordre aux catholiques polonais, d’ouvrir les frontières de la Pologne à l’invasion musulmane. Et le 21 août, à peine quatre jours après le carnage de Barcelone, il y allait de son message sur l’accueil des migrants en Europe. Le bon sens, la décence et un minimum de sensibilité auraient dû tempérer, du moins pour une semaine, l’enthousiasme qu'il démontre pour la conquête islamique. Pourquoi était-il si pressé d’annoncer aux européens que leur sécurité et leur civilisation ne devraient en aucun cas constituer un frein à l’invasion?

Certes il cite force versets de l’Évangile en appui à sa politique, comme si Jésus s’adressait aux gouvernements européens et non aux croyants dans l’intimité de leur cœur. « J’étais étranger et vous m’avez accueilli. » (Évangile selon Saint-Mathieu 25 35) En utilisant cette parole de Jésus-Christ pour justifier et promouvoir l’ouverture des frontières à l’immigration de masse, le pape François commet une fraude intellectuelle et induit délibérément les chrétiens en erreur. Dieu respecte notre liberté individuelle de choisir, parce qu’il n’y a pas d’amour possible et de don de soi sans liberté. En utilisant le pouvoir moral que lui procure sa position, il fait fi de la liberté de choisir des chrétiens et leur imposez, non seulement un fardeau écrasant, mais met également leurs vies en danger. En cela il ressemble aux scribes et aux pharisiens que Jésus a dénoncés quand il a dit: « Ils lient de pesants fardeaux et les imposent aux épaules des gens, mais eux-mêmes se refusent à les remuer du doigt. » (Évangile selon Saint-Mathieu 23 4)

L’Évangile n’est pas un manuel de politique et encore moins un manifeste marxiste, il ne justifie aucunement le parti-pris idéologique. Ce pape s' entête à ne pas prendre en considération la haine et l’hostilité de l’islam envers l’Occident et le christianisme. Il se montre imperméable aux dures leçons de l’Histoire et des évènements récents, comme si les trois cent millions de morts, victimes innocentes de l’islam depuis quatorze siècles, comptaient pour rien, et comme si les massacres perpétrés quotidiennement par l’islam ricochaient sur sa carapace idéologique sans la pénétrer.

Quand le pape François était en Égypte où on l'a informé dans le détail, des souffrances et des humiliations subies par les chrétiens là-bas. Malgré cela il semblait avoir gober toutes les couleuvres que le grand imam d’el Azhar lui a gracieusement servies. Ses étreintes et embrassades nous en ont appris beaucoup sur son hypocrisie et sa crédulité volontaire; il ne s'est pas seulement roulé dans la farine, il s'y est vautré avec délectation. Qu’a-t-il obtenu en retour pour les chrétiens d’Égypte alors que la police, armée de gourdins et de boucliers, empêchaient des milliers de chrétiens de se réunir pour prier. En Égypte le droit de prier des chrétiens est assujetti à l’arbitraire des autorités, c’est la loi islamique qui le prescrit; la liberté religieuse des chrétiens est malmenée dans les pays musulmans et Francois a choisi de garder le silence. Plus je l'observe et plus je réalise qu'il se moque éperdument des minorités chrétiennes en Égypte et au Moyen-Orient, en effet lever le petit doigt en leur faveur pourrait troubler son idylle avec le grand imam. C'est vraiment un drôle de Pape, le berceau du christianisme est islamisé à plus de 95%, les chrétiens du Moyen-Orient sont en voie d’extinction, et il rêve d’islamiser l’Europe!

Inexpérience, ignorance, naïveté, angélisme, voilà ce à quoi il fait penser depuis le début de son pontificat. C’était mal juger de son opiniâtreté et des œillères qui font de lui un danger pour tous les chrétiens. Je me demande ce que faisait le Saint-Esprit durant le conclave qui vous a fait de lui le pape; sans doute s’est-il abstenu d’inspirer des électeurs, plus préoccupés de politique que de foi en Jésus-Christ. Il était alors plus important de présenter aux médias et aux ennemis de l’Église un pape qui leur serait acceptable, un pape à leur image, antithèse de son prédécesseur, la culture et le jugement en moins.

La foi chrétienne a besoin de bon sens, là où le bon sens manque, la foi manque aussi. Aimer son prochain n’implique pas de mettre sa propre vie en danger, qui plus est ce « prochain » qu'il nous force à recevoir, rêve de nous asservir et n’hésitera pas à nous tuer si nous résistons. Commander aux brebis charitables d’accueillir le loup dans la bergerie, c’est ce qu'il ordonne du haut de sa chaire, il l’ordonne non par charité chrétienne mais par acharnement idéologique.

Un peu d’humilité et d’introspection ne lui feraient certainement pas du tort, mais il est vain d’espérer qu’un esprit pétri d’idéologie comme le sien, en vienne à remettre en question les dogmes qui le coupent de la réalité. Là où le dogme idéologique règne en maître, la sagesse a peu de chances de se frayer un chemin. L’Église catholique a commis nombre de péchés durant son existence, mais celui de l'avoir mis à sa tête n’est pas un simple péché, par bien des aspects il s’apparente à un désastre.
avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Mavendorf le Jeu 18 Jan 2018 - 11:59

@Chevalier du Temple a écrit:Je suis vraiment curieux de savoir qu'elle est la position royaliste à l'égard d'un pape qui a pour thèmes favoris, l'anticolonialisme, l'anticapitalisme, la critique de l'islamophobie et le consumérisme.

Pour reprendre la question de base je dirais qu'il n'existe pas de « position royaliste » commune vis à vis du problème que vous soulevez ici. Et pour être plus précis, il n'y a pas non plus de « position légitimiste » commune.

Certes on peut observer qu'il y a une « méfiance générale » du monde royaliste et légitimiste envers les positions prises par le pape... Ce n'est pas nouveau d'ailleurs, dès le Concile Vatican II, des oppositions aux orientations nouvelles prises par le Saint-Siège se sont manifestées. Mais pour votre question, cela restera toujours en fonction de l'appréciation des individus eux mêmes. Donc, il peut y avoir des divergences, ou des discordances plus ou moins marquées sur ce sujet.

_________________
avatar
Mavendorf
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 947
Date d'inscription : 05/12/2017

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Héloise le Jeu 18 Jan 2018 - 17:55

La "contestation" concernant le Pape actuel n'est pas née chez les catholiques "stricto sensu" mais bien parmi les cardinaux ainsi que chez les philosophes laïcs et autres qui s'opposent à la prise de position systématiquement "politique" de François... ce qui n'est pas son rôle !
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Sam 20 Jan 2018 - 9:55

A Akita, la Vierge Marie nous a prévenus : << Le Démon s'introduit dans l'Eglise car elle est pleine de ceux qui acceptent les compromissions. >>
avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier Paul le Dim 21 Jan 2018 - 12:41


_________________
L' Union fait la force
avatar
Chevalier Paul
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 116
Date d'inscription : 29/12/2017
Age : 38
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Marmhonie le Dim 21 Jan 2018 - 20:10

Ce pape François qu'on préfère appeler Bergoglio, est indigne des catholiques de tradition et du Christ-Roi.

D'une famille du XIII siècle, on a tout vu, mais là, on comprend que nombre partent chez les sédévacantistes.

Quand Bergoglio rime avec Rigolo
Après que le pape eut récemment prétendu que le Coran était un livre de Paix et d'Amour :
avatar
Marmhonie
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 23
Date d'inscription : 08/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Héloise le Dim 21 Jan 2018 - 20:49

Tiens ! mais ce n'est pas un "certain" JESUS qui a flanqué les marchands du Temple dehors à grands coups de pieds.... très bas ???? les Papes de Vatican II ne sont que des marchands du Temple, leur tour viendra aussi d'être jetés dehors.... le VEAU D'OR EST TOUJOURS DEBOUT !
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Chevalier du Temple le Dim 21 Jan 2018 - 21:17

J'aimerais rappeler que l'hérésie est une doctrine qui nie la divinité du Christ. Il se trouve que l'islam nie la divinité du Christ. Le Coran des musulmans nie la divinité du Christ : Les Evangiles en attestent ! Comment pourrait-on considérer les musulmans comme nos frères alors qu'ils nient le Christ ?

Aussi incroyable que cela puisse paraître, de nos jours, on peut entendre dans les jardins du Vatican, des invités musulmans qui, au moment de la prière, récitent en arabe des sourates telles que :...<< Tu es notre Maître, accorde-nous la victoire sur les peuples infidèles. >> ou encore :...<< Qu'Allah nous aide à remporter la victoire contre les infidéles ! >> Je crois me rappeler que les chrétiens font partie des infidéles pour les gens du Coran. En voila une belle priére de paix et de tolérance. Ce fait nous a été rapporté par un témoin oculaire, un écrivain egypto-allemand, du nom de Hamed Abdel-Samad.

L'Église catholique romaine, en mettant l'islam sur le même pied que la religion du Christ, se rapproche de l'apostasie annonçée par les apparitions de Lourdes, Fatima et La Salette. Le pape François ne peut donc qu'être un imposteur !
avatar
Chevalier du Temple
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 116
Date d'inscription : 07/01/2018
Age : 72
Localisation : New York USA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Prince de Talmont le Dim 21 Jan 2018 - 21:19

admettons, qu'y pouvons-nous ?
Dieu le jugera, occupons nous de nos devoirs à nous.
avatar
Prince de Talmont
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 310
Date d'inscription : 24/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Marmhonie le Dim 21 Jan 2018 - 23:59

@Prince de Talmont a écrit:admettons, qu'y pouvons-nous ?
Tout cela crie vengeance !
Je suis désolé, les catholiques de tradition depuis 2000 ans n'ont pas de leçons à recevoir de conciliaires depuis 50 ans.
Nous sommes des croisés fidèles, et qu'on nous fasse martyrs, mais pas lâches et corrompus.
Rappelez-vous mon bon Prince de Talmont, on ne se sauve pas sans la Grâce de Dieu. On se damne tout seul...

@Prince de Talmont a écrit:Dieu le jugera, occupons nous de nos devoirs à nous.
Notre devoir est de servir Christ-Roi et Son Royaume.

Être bon catholique
C'est appartenir à une élite qui se sanctifie par :
1) les sacrements, dont la messe tridentine
2) la prière, dont le rosaire
3) l'étude, dont Saint Thomas d'Aquin

La Révolution de 1789
Elle a tronqué cette sainte trinité des bons catholiques par un contrat diabolique :
1) liberté (on coupe la tête à tout ce qui dépasse du caniveau)
2) égalité, ou la dissolution des élites et la fabrique du crétin
3) fraternité franc-maçonne.

La Révolution conciliaire de la Sainte Église
C'est 1789 dans l'Église, nos ennemis viennent de l'intérieur :
1) liberté de conscience, chacun la sienne, plus de morale
2) la collégialité
3) l'œcuménisme
Avec ça, vous ne pouvez éviter de vous damner. Et tout est changé !
# De la Sainte Bible catholique, voici la TOB, la Bible Œcumenique, protestantisée
# De la Sainte Messe de toujours, la messe Paul VI protstante, dos tourné à la Croix, tabernacle dansn coin, plus d'autel, juste une table à manger. Finies nos chaires, nos ballustres...
# Du Missel romain qu'on se transmet dans la famille, le papier journal sous plastique du charabia moderne, la guitare en place des orgues et tout est profané, à commencer par le sanctuarium Dei.

On résume
Qu'est-ce que le progrès dont on nous rabache les oreilles sans cesse ? En quoi avons-nous progressé ? Combien de mensonges dans la légende noire contre les catholiques ?
Que faire ? Eh bien user des armes qu'ils usent contre nous en nous les ayant interdits :
- mettre ses enfants dans des écoles catholiques de tradition
- faire au moins tous les deux ans une retraite aux exercices de St Ignace
- voter blanc ! & ne surtout pas s'abstenir
- faire reconnaître le vote blanc dont nos élus ont si peur
- refuser d'assister à cette messe Paul VI qui est invalide
- aller tous les dimanches à la messe tridentine, et en demander par pétitions aux évêques. Pourquoi ne pas commencer ici en ligne pour celles et ceux qui sont privés de la messe de toujours ?
- refuser d'avoir la TV, user d'Internet en famille que sous la vue de tout le monde

Sursum corda !
Marmhonie (avatar : Saint Thomas d'Aquin)
avatar
Marmhonie
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 23
Date d'inscription : 08/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par AltareDei Hier à 18:31

Marmhonie, je dois dire que je souscris totalement à votre message et vos recommandations ! Mais concernant le vote, il faut s'abstenir, voter blanc c'est accorder du crédit, même si en l'occurrence c'est une sorte de contre-credit, à cette idée absurde de démocratie

AltareDei
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 24
Date d'inscription : 03/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Héloise Hier à 20:34

Voter, quand on est "royalistes" c'est se plier aux règles de la république.... le choix est pourtant simple, on est OU royaliste OU républicain, certainement pas un peu de ceci ou un peu de cela.... Dieu déteste les tièdes !
avatar
Héloise
Titre du rang
Titre du rang


Féminin Messages : 111
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 71
Localisation : Domremy-la-Pucelle

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Marmhonie Hier à 22:10

François a dit :"Jésus sur la croix cela a été un échec"



C'est historique en 2000 ans par un pape blasphémateur, c'était le 26 septembre 2015 en la cathédrale St Patrick de New-York : "Jésus fut un échec sur la Croix"



Voici la liste des blasphèmes de l'étrange pape François considéré comme "dérangé" par de nombreux cardinaux au Vatican.

In nomine Patris †
et Filii †
et Spiritus Sancti †
Amen

Ce n'est pas le pape du peuple, c'est celui des journalistes, et encore, il a mauvaise réputation !

avatar
Marmhonie
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 23
Date d'inscription : 08/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par AltareDei Aujourd'hui à 7:46

J'en suis bouche bée, ce François est un démon sur le trône bimillénaire de Pierre, il va falloir le chasser comme NS a chassé les usurpateurs du Temple !

AltareDei
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 24
Date d'inscription : 03/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Marmhonie Aujourd'hui à 13:34

Le pape François en chute de popularité parmi les catholiques
d’après les statistiques du Vatican



L'effondrement est impressionnant
Les médias adulent le pape François, mais ce n’est pas le cas des catholiques, bien au contraire si on en croit les statistiques de fréquentation des audiences du mercredi publiées par les services du Vatican.
2014 : - 46 % par rapport à 2013
2015 : - 47,8 % par rapport à l’année précédente 2014, (soit – 71,3 % par rapport à 2013).
2016 : - 53% par rapport à l’année précédente 2015.
2017 : - 78,3% par rapport à l’année précédente 2016.

Un pape qui n'est pas catholique
Le constat est dramatiquement simple : François, coqueluche des médias mondialistes majoritairement anti-catholiques, semble avoir perdu rapidement chez les fidèles de base le bénéfice de l’état de grâce due à son élection inattendue. En pleine crise face à la majorité des cardinaux qui font une fronde contre ses propos islamisants, François excommunie à tour de bras.


Rome n'est pas la Mecque et Jésus n'est pas Mahomet, n'en déplaise au pape François
C'est en résumé le message fort que Bergoglio refuse d'entendre des cardinaux.
Le Souverain Pontife, promu "pape des pauvres" par la presse mondialiste, a perdu le contact avec les catholiques dont il est le Chef Suprême depuis le début de ses offenses en 2015 contre 2000 ans de christianisme. Il est devenu, malgré lui, le symbole d’un humanitarisme argentin se soumettant à la dictature des pays islamisés, et où Notre Seigneur n'est plus qu’une option de second rang derrière le prophète Mahomet.

Il est certainement insolite, et même très inquiétant, que le Souverain Pontife se soit transformé en porte-parole onusien alors qu’il est, de fait et de droit, celui du Christ-Roi.

Radio Vatican sombre aussi dans l'écoute
Selon les chiffres publiés par la Préfecture de la Maison pontificale, moitié moins d'audience qu’au début de son pontificat, l'effet de curiosité d'un pape d'Amérique Latine ayant, après les attentats et les massacres des chrétiens, laissé ce pape islamophile seul dans son coin.

En cette fin d'année 2017, la baisse de l'affluence est particulièrement forte.
Près du Vatican, les restaurateurs se montrent très déçus du peu d'affluence suscité par ce pape anti-papes.
Source : Sources : Osservatore Vaticano/Radio Vatican/ octobre 2017.
avatar
Marmhonie
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 23
Date d'inscription : 08/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Marmhonie Aujourd'hui à 13:49

Mais de quelle Eglise est le pape François ?

En 2017, deux anniversaires tombent en même temps : les 100 ans des apparitions de Fatima, qui ont eu lieu entre le 13 mai et le 13 octobre 1917, et les 500 ans de la révolte de Luther, survenue à Wittenberg, en Allemagne, le 31 octobre 1517.

Sous ce rapport, les erreurs que la Russie soviétique diffusa à partir de 1917 furent une chaîne d’aberrations idéologiques qui de Marx et Lénine remontaient aux premiers hérésiarques protestants. La Révolution luthérienne de 1517 peut donc être considérée comme l’un des évènements les plus néfastes de l’histoire de l’humanité,  à l’instar de la révolution maçonnique de 1789, et de la Révolution communiste de 1917. Et le message de Fatima, qui a prédit la diffusion des erreurs communistes dans le monde, contient implicitement le refus des erreurs du protestantisme et de la Révolution française.


Le 13 octobre 2016, le début du centenaire des apparitions de Fatima est passé sous une chape de silence.

Le même jour, le pape François a reçu dans la salle d’audience Paul VI un millier de “pèlerins” luthériens et une statue de Martin Luther a été honorée au Vatican.


Par ailleurs, le 31 octobre prochain, le pape François se rendra à Lund, en Suède, où il prendra part à la cérémonie commune luthérienne-catholique de commémoration du 500ème anniversaire du protestantisme.

Au cours de l’audience accordée aux luthériens le 13 octobre, le pape Bergoglio a dit également que le prosélytisme est « le poison le plus fort » contre l’oecuménisme. « Les plus grands réformateurs sont les saints – a-t-il ajouté – et l’Eglise doit toujours être réformée». Ces mots contiennent à la fois, comme c’est fréquemment le cas dans ses discours, une vérité et une erreur. La vérité est que les saints, de saint Grégoire VII à saint Pie X, ont été les plus grands réformateurs. L’erreur consiste à insinuer que les pseudo-réformateurs, comme Luther, doivent être tenus pour saints.

L’oecuménisme, comme on l’entend aujourd’hui, est le poison le plus puissant contre l’esprit missionnaire de l’Eglise.
Les saints ont toujours été mu par cet esprit, à commencer par ces jésuites qui, au XVIème siècle, débarquèrent au Brésil, au Congo et dans les Indes, tandis que leurs confrères Diego Lainez, Alfonso Salmeron et Pietro Canisio, réunis au concile de Trente, combattaient les erreurs du luthéranisme et du calvinisme.

Mais, pour le pape François, qui est hors de l’Eglise catholique ne doit pas être converti.

Lors de l’audience du 13 octobre, répondant aux demandes de certains jeunes, il a affirmé :
« J’aime beaucoup les bons luthériens, les luthériens qui suivent vraiment la foi de Jésus-Christ. Par contre les catholiques tièdes et les luthériens tièdes ne me plaisent pas ».

Par une autre déformation du langage, le pape Bergoglio nomme “bons luthériens” ces protestants qui ne suivent pas la foi de Jésus-Christ, mais une dérive, et “catholiques tièdes” ces fils fervents de l’Eglise qui refusent de mettre au même niveau la vérité de la religion catholique et l’erreur du luthéranisme.

Quand on voit tout cela, on se demande ce qui arrivera à Lund le 31 octobre. Nous savons que la commémoration comprendra une célébration commune basée sur le guide liturgique catholico-luthérien Common Prayer (Prière commune), ébalorée sur la base du document Du conflit à la communion. Commémoration commune luthérano-catholique de la Réforme en 2017, rédigé par la Commission romaine catholico-luthérienne pour l’unité des chrétiens.

Il y en a qui craignent  justement une “intercommunion” entre catholiques et luthériens, qui serait sacrilège, parce que les luthériens ne croient pas dans la transubstantiation.

Mais à quelle église appartient donc Jorge Mario Bergoglio ?

Source : Correspondance Européenne/Traduction de Marie Perrin.
avatar
Marmhonie
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 23
Date d'inscription : 08/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que pensent les royalistes du pape Francois ?

Message par Marmhonie Aujourd'hui à 13:51

La compilation des plus grosses hérésies anti-catholiques & anti-bibliques de notre pape François

L’ENFER N’EXISTE PAS ET ADAM ET ÈVE N’ONT JAMAIS EXISTÉ SELON LE PAPE FRANÇOIS
Un homme qui est là pour ouvrir de nombreux anciens secrets dans l’église catholique est le Pape François. Certaines des croyances qui ont cours au sein de l’église, mais contraires à la nature aimante de Dieu sont maintenant mises de côté par le Pape qui a été récemment nommé l’homme de l’année par TIME Magazine.

Éclairé, ou illuminé, ou complètement frappé ?
Selon notre pape François, "À travers l’humilité, la recherche de l’âme, et la contemplation de la prière, nous avons acquis une nouvelle compréhension de certains dogmes. L’Église ne croit plus en un véritable enfer où les gens souffrent. Cette doctrine est incompatible avec l’amour infini de Dieu. Dieu n’est pas un Juge mais un ami et un amant de l’humanité. Dieu ne cherche pas à condamner, mais seulement à embrasser. Comme la fable d’Adam et Eve, nous voyons l’enfer comme un dispositif littéraire. L’enfer est simplement une métaphore de l’âme isolée, qui, comme toutes les âmes, seront finalement unies dans l’amour avec Dieu."

L'erreur n'existerait plus, tout serait vrai !
"Toutes les religions sont vraies, parce qu’elles sont vraies dans les cœurs de tous ceux qui croient en elles. Quel autre type de vérité y’a t-il? Dans le passé, l’église a été dure envers celles qu’elle jugeait moralement répréhensibles ou pécheresses. Aujourd’hui, nous ne sommes plus juges. Nous aimons tous et adorons le même Dieu."Même les athées ?

Dieu évoluerait lui aussi !
"Dieu est en train de changer et d’évoluer en tant que nous-mêmes; Dieu vit en nous et dans nos cœurs. Lorsque nous diffusons l’amour et la bonté dans le monde, nous touchons notre propre divinité et Le reconnaissons. La Bible est un beau livre saint, mais comme toutes les grandes et anciennes œuvres, certains passages ne sont pas à jour. Certains appellent même à l’intolérance ou au jugement. Le temps est venu pour voir ces versets comme des interpolations plus tard, contrairement au message d’amour et de vérité, qui rayonne autrement par l’Écriture."

Dieu descend-il aussi du singe ?

Pape François, un clone du pape Jean-Paul II devenu sénile en fin de vie ?
avatar
Marmhonie
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 23
Date d'inscription : 08/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum