Catéchisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 14:59

Sujet inachevé à lire et à relire


Dernière édition par Henryk le Ven 14 Sep 2018 - 9:06, édité 1 fois
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:01

Catéchisme de Bossuet

AVERTISSEMENT
Je vous exhorte, mes chers frères, ainsi qu'a vos enfants, de vous rendre dociles à pratiquer ce saint exercice; et vous, les prêtres, à enseigner le plus que vous pourrez une pratique si nécessaire. Surtout ne vous relâchez pas de l'obligation qui vous est imposée, d'interroger ceux qui se présentent pour la confession, pour le mariage, pour être parrains et marraines; et ne les recevez pas, s'ils ne savent leur catéchisme.

Faites entendre souvent aux pères et mères de famille « qu'ils sont, comme dit l'Apôtre, pires qu'infidèles, s'ils ne procurent l'instruction de leurs serviteurs » et par là faites-leur comprendre ce qu'ils doivent à leurs enfants.

Représentez-leur que les fêtes, et principalement le saint dimanche est institué particulièrement pour vaquer à cette instruction. Montrez-leur le crime qu'ils commettent, en préférant le cabaret et le jeu au salut de leurs enfants; et faites-leur connaître au contraire, que si leurs enfants sont bien instruits, ils goûteront les premiers le fruit de leur instruction, puisqu'ils leur seront d'autant plus soumis, qu'ils le seront davantage à Dieu et qu'ils seront mieux informés de ses volontés.

Au reste vous devez prendre garde à faire le Catéchisme, non- seulement avec une grande assiduité et affection, mais encore avec une gravité mêlée de douceur, afin que la gravité inspire du respect aux enfants, et que votre douceur leur soit un attrait pour vous entendre.

Avant que de faire réciter le Catéchisme aux enfants, faites toujours précéder un discours plein de piété et d'onction, qui leur donne l'idée des vérités dont vous leur demanderez compte. Que ce discours soit familier et court, autant qu'affectueux et insinuant. Finissez par quelque chose de touchant, et recueillez en peu de paroles ce qui aura été dit. Répandez à propos dans tout le Catéchisme des traits vifs et perçants, pour inspirer aux enfants l'amour de la vertu et l'horreur du vice. Mettez-leur souvent devant les yeux les peines de la vie future, et les suites affreuses du péché mortel. Consolez ces âmes tendres par la vue des récompenses éternelles. Tâchez de les attendrir, en ne cessant de leur inspirer l'amour de Dieu et de Jésus-Christ. Mêlez aux instructions quelques histoires tirées de l'Ecriture ou des auteurs approuvés, l'expérience faisant voir qu'il y a un charme secret dans de tels récits, qui réveillent l'attention, et vous donneront le moyen d'insinuer agréablement la sainte doctrine dans les cœurs. C'est pourquoi, lorsque vous aurez à expliquer un mystère ou un sacrement, vous devez poser pour fondement ce qui se sera passé dans l'accomplissement de ce mystère, ou dans l'institution de ce sacrement. Et pour vous faciliter ces récits, M. Fleury, prêtre du diocèse de Paris et abbé du Loc-Dieu, vous en a donné, dans son Catéchisme historique des modèles approuvés de nous. Nous-mêmes nous vous avons ici indiqué quelques récits que vous pourrez faire, non pas pour vous y astreindre, ni pour dire tout, mais pour exciter votre vigilance à en chercher de semblables dans les cas pareils. Le tout est de. savoir rendre sensibles les choses que vous aurez à raconter. Rendez-vous à prendre les sens, afin que par les sens vous vous saisissiez de l'esprit et du cœur.

Inculquez et répétez souvent avec force les choses plus difficiles et plus importantes; et surtout ne vous lassez pas dans un ouvrage pénible autant que nécessaire, puisque la couronne de gloire vous est réservée pour un aussi utile travail, et que vous n'avez que ce moyen de rendre un bon compte à Dieu des âmes qu'il vous a confiées.

AVERTISSEMENT
C'est ce que saint Paul vous ordonne par ces paroles « Soyez attentif à la lecture, à l'exhortation et à l'instruction. Méditez ces choses: soyez-en toujours occupé, afin que votre avancement soit connu de tous. Veillez sur vous-même, et soyez appliqué à l'instruction, parce que par ce moyen vous vous sauverez vous- même et ceux qui vous écoutent » » Et encore «Annoncez la parole; prenez les hommes à temps et à contretemps; reprenez, suppliez, menacez avec toute sorte de patience et de doctrine. Soyez vigilant; souffrez constamment tous les travaux faites la charge d'un évangéliste; remplissez les devoirs de votre ministère »

Nous ordonnons que cet avertissement sera lu au prône aussitôt que ce Catéchisme vous sera présenté; et que pour l'instruction des pères et mères, il sera relu intelligiblement et distinctement deux fois l'année, à savoir le premier dimanche d'octobre et le premier dimanche de carême.

Donné à Meaux, le sixième jour du mois d'octobre mil six cent quatre-vingt-six. Mgr Bossuet, Evêque de Meaux

Par mon dit Seigneur, « I Tim., IV, 13, 1, 16.– » II Tint., IV, 2.

AVIS.

Nous partageons ceux qu'il faut instruire en deux ordres, ou en deux classes. La première classe est de ceux qui commencent et qui peuvent être préparés à la confirmation.

La seconde classe est de ceux qui sont déjà plus avancés, et que l'on prépare à leur première communion. Selon ces deux classes, nous proposons deux catéchismes.
Nous en ajoutons un troisième pour l'intelligence des fêtes et des observances de l'Eglise, pour l'usage de ceux qui seront encore plus avancés.



ABRÉGÉ DE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE POUR CEUX QUI COMMENCENT.
I1 les faut encore distinguer en deux ordres. Car il y a un catéchisme qu'on doit apprendre aux enfants dans la maison, dès qu'ils commencent a parler et à pouvoir retenir quelque chose. Alors ce catéchisme leur doit être appris par leurs pères et par leurs mères.

Premièrement, dès qu'ils bégayent, il faut apprendre à faire le signe de la croix, en le leur disant.

Demande.
Faites le signe de la croix.

Réponse:
Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

Ce qu'il est bon aussi de leur faire dire en latin, afin que dès le plus jeune âge ils s'accoutument au langage de l'Eglise.

In nomine Patris, et Filii, et Spiritùs sancti. Amen.

Quand ils commencent à parler, il leur faut faire ces demandes et leur en apprendre les réponses les unes après les autres, selon qu'ils les peuvent retenir, sans les presser et sans se mettre en peine s'ils les entendent, parce que Dieu leur en donnera l'intelligence dans le temps.

1) Qui est-ce qui vous a créé?
C'est Dieu qui m'a créé.

2) Qu'est-ce que Dieu ?

Dieu est le créateur de toutes choses.



3) Y a-t-il plusieurs Dieux?

Non. Il n'y a qu'un seul Dieu.

4) Ya-t-il plusieurs personnes en Dieu?
Oui. Il y a trois personnes en Dieu.

5) Quelles sont-elles ?
Le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

6) Laquelle de ces trois personnes s'est faite homme ?
C'est la seconde.

7)Quelle est-elle?
Dieu le Fils.

Cool Où s’est-il fait homme ?
Dans le sein de la sainte vierge Marie.

9) Comment a-t-il été fait homme ?
Par l'opération du Saint-Esprit.

10) Comment l'appelez-vous ?
Jésus-Christ, Dieu et homme.

11) Où est Dieu?
Dieu est partout.

12) Dieu voit-il tout?
Oui. Dieu voit tout.

13) Dieu a-t-il une figure humaine?
Non. Dieu n'a point de figure humaine.

14) Dieu a-t-il un corps ?
Non. Dieu n'a point de corps; c'est un esprit.

A mesure qu'ils avancent et deviennent capables de retenir, il leur faut soigneusement apprendre, premièrement le Credo ou le Symbole des Apôtres, le Pater ou l'Oraison dominicale, et l'Ave, Maria ou la Salutation de l'Ange. Remarquez qu'il leur faut apprendre ces choses, sans se mettre en peine s'ils les entendent, premièrement en français et ensuite en latin, selon que leur mémoire en sera capable.

15) Dites le Symbole des Apôtres.
Je crois en Dieu, etc.

16) Dites le Symbole des Apôtres en latin.
Credo in Deum, etc.

17) Dites l'Oraison dominicale.
Notre Père, qui êtes dans les cieux, etc.

18) Dites l'Oraison dominicale en latin.
Pater noster, qui es in cœlis, etc.

19) Dites la Salutation angélique.
Je vous salue, Marie, etc.

20) Dites la Salutation angélique en latin.
Ave, Maria, etc.

On doit aussi leur apprendre les Commandements de Dieu et de l'Eglise, quand on les voit capables de les retenir, selon qu'ils sont portés dans ces vers pour une plus grande facilité.

Dites les Commandements de Dieu.

Un seul Dieu tu adoreras, etc.

Dites les Commandements de l'Eglise.
Les dimanches messe ouïras, etc.


Il faut accoutumer les enfants, le plus qu'il se peut, à faire le signe de la croix, quand on les couche, quand on les lève au commencement et à la fin de tous leurs repas, en disant: Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

Ps : Si vous avez des questions adressez vous directement sur le post, ou par mp à Semper fidelis, ou à un prêtre catholique se servant du catéchisme.
_________________
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par REQUETE CARLISTE le Mer 13 Déc 2017 - 15:02

Merci cher ami, j'avoue que parfois vous me surprenez. Mais depuis que nous avons fait connaissance dans le Velay, je suis plus ouvert pour recevoir et appréciez vos interventions, notre rencontre s'ajoutant a celle de notre ami Mavendorf m'ont permis de retrouver mes racines.Et ce soir je dois dire que pour moi qui redécouvre la tradition catholique grâce a la Légitimité. Moi qui n'ai connu principalement que le catéchisme "conciliaire", je vous remercie pour ce post qui arrive a point nomme dans mon cheminement personnel. Et ce n'est pas pour rien que nous sommes pour l'alliance du Trône et de l'Autel. Comment pourrais t'elle se concrétiser sans la Tradition Catholique.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
POUR DIEU, LA PATRIE ET LE ROI
avatar

REQUETE CARLISTE
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 732
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 51
Localisation : Rade du Port du Levant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:03

Quand les enfants sont assemblés, le catéchiste leur doit faire montrer leur catéchisme prendre garde s'ils le tiennent propre, et les bien avertir de ne le pas perdre, et de ne le pas laisser gâter ni déchirer. Leur faire soigneusement répéter tout ce qui est dit dans la précédente instruction, et se bien garder de passer outre jusqu'à ce que les enfants la sachent parfaitement et sans hésiter. Après, pour leur faire mieux entendre ce qu'ils ont dit, on leur fera les leçons suivantes.
 
De la doctrine chrétienne en général et de la connaissance de Dieu.
On commencera cette instruction, en faisant connaitre l'utilité du catéchisme, où l'on apprend le chemin de la vie éternelle.

On représentera Jésus-Christ à l'âge de douze ans, écoutant les docteurs, les interrogeant et leur répondant (Luc., n, 46, 47) mystère où il a voulu sanctifier les commencements des enfants et nous donner quelque idée du catéchisme. On le fera voir aussi dans toute la suite de son enfance, obéissant et profitant (Luc., il, 40, 51, 52), et on avertira souvent les enfants d'imiter, autant qu'ils pourront la sainte enfance de Jésus-Christ et de s'y unir.





Etes-vous chrétien ?
Oui. Je suis chrétien par la grâce de Dieu.


22) Qui appelez-vous chrétien?
Celui qui est baptisé, qui croit et confesse la doctrine chrétienne.

23) Qu'appelez-vous la doctrine chrétienne ?

Celle que Jésus-Christ a enseignée.



24) Comment est-ce qu'on apprend la doctrine chrétienne?
Par le catéchisme.

25) Que veut dire ce mot catéchisme?
Il veut dire instruction.

26 De qui faut-il recevoir cette instruction ?
De l'Eglise et de ses pasteurs.

27) Que nous apprend la doctrine chrétienne ?
Elle nous apprend pourquoi Dieu nous a mis au monde.

28) Pourquoi Dieu vous a-t-il mis au monde?
Pour le connaître, l'aimer, le servir, et par ce moyen obtenir la vie éternelle.


29) Qu'est-ce que Dieu ?
C'est le créateur du ciel et de la terre, et le Seigneur universel de toutes choses.


30) Où est Dieu?
Il est au ciel, en la terre et en tout lieu.

31) Dieu voit-il tout ?
Dieu voit tout, et jusqu'à nos plus secrètes pensées.


32) Dieu voit-il l'avenir?
Il voit tout ensemble, le présent, le passé et l'avenir.


Du signe de la croix, et de la profession du christianisme.

On pourra commencer, en représentant Jésus-Christ en croix, bénissant tes hommes, et nous apprenant que toute bénédiction est dans la croix.

33) Par quel signe le chrétien se peut-il faire connaître?

Par le signe de la croix.
34) Comment faites-vous le signe de la croix?
Je le fais en mettant la main à la tête, puis à l'estomac, et enfin sur les deux épaules, disant: t Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.



35) Ne fait-un pas encore le signe de la croix en d'autres manières ?
Oui. On le fait ordinairement au commencement de chaque évangile, en imprimant la croix sur son front, sur sa bouche et sur son estomac.


36) Pourquoi sur ces trois parties ?
Pour montrer qu'on veut consacrer à Dieu ses pensées, ses paroles, et son cœur ou ses affections.


37) Pourquoi faites-vous le signe de la croix?
Je le fais principalement pour marquer que je fais profession d'être chrétien.

38) Que veut dire faire profession d'être chrétien?
C'est faire profession de vouloir toute sa vie croire et pratiquer la doctrine que Jésus-Christ a enseignée.


39) Faut-il faire profession du christianisme, ou de la doctrine de Jésus-Christ ?
Il le faut, et il n'y a point de salut pour ceux qui ne le font pas.


40) Pourquoi dites-vous qu'on fait profession du christianisme, en faisant le signe de la croix ?
Parce qu'on y confesse les deux principaux mystères de la religion chrétienne.

41) Quels sont-ils?
Le mystère de la Trinité, et celui de la rédemption du genre humain.

42) Comment y confessez-vous le mystère de la Trinité?
En disant Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.

43) Que devez-vous penser en les nommant?
Que j'ai été baptisé en leur nom.

44) Comment confesse t’on le mystère de la rédemption du genre humain?
En faisant sur nous le signe de la croix en signe que nous avons été rachetés par la croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ.


45) Quand faites-vous le signe de la croix?
Le matin en me levant, le soir en me couchant, et au commencement de chaque action.


46) Qu'entendez-vous par ces actions que vous commencez par le signe de la croix ?
C'est que je le fais avant le repas, avant le travail, en commençant et en finissant la prière, au commencement du sermon et du catéchisme.


47) N'y a-t-il pas quelque occasion particulière où l'on fasse le signe de la croix?
Oui. On le fait dans les grands périls et surtout dans le péril et occasion du péché.



48) Pourquoi commencer ses actions par le signe de la croix ?
Pour s'exciter à tout faire au nom et pour l'amour de Dieu, Père, Fils, et Saint-Esprit.


49) Quel profit tire-t-on de ce signe ?
C'est qu'étant fait avec foi et révérence, il chasse les démons, il dissipe les tentations et les mauvaises pensées, et il attire la bénédiction de Dieu sur les choses sur lesquelles on le fait.








LEÇON III. Du mystère de la très-sainte Trinité.
On racontera ici le baptême de Jésus-Christ, où parurent les trois personnes divines. [Matth., m, 14 Marc., 10 Luc m, 21.) Voyez Catéchisme des Fêtes, Fêtes de Jésus-Christ, leçon v. On avertira soigneusement que la Trinité est invisible en elle-même, encore qu'elle paroisse ici par quelque chose de sensible.


52) Lequel est le plus grand, le plus sage et le plus puissant des trois ?
Ils ont la même grandeur, la même sagesse et la même puissance.


53) Le Père est-il plus ancien que le Fils et le Saint-Esprit ?
Non. Ils sont tous trois d'une même éternité; enfin ils sont égaux en toutes choses, parce qu'ils ne sont qu'un seul Dieu.

54) Pourquoi répétez-vous si souvent ces paroles Au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit?Pour nous ressouvenir que nous avons été baptisés au nom des trois personnes divines, Père, Fils, et Saint-Esprit.







LEÇON IV. Du mystère de l'Incarnation, et de la rédemption du genre humain.
On commencera par le récit du message de l'Ange à la sainte Vierge, en disant qu'à l'acte de soumission qu'elle fit, Jésus-Christ fut formé dans ses entrailles par le Saint-Esprit. (Lue., i, 26.) 55)


Quelle est celle des trois personnes de la très-sainte Trinité, qui s'est faite homme ?
C'est Dieu le Fils, la seconde personne.


56) Qu'est-ce à dire, se faire homme ?
C'est prendre un corps et une âme comme nous.

57) Où a-t-il pris ce corps et cette âme?
Dans le sein de la bienheureuse vierge Marie.

58) Comment a-t-il été conçu dans le sein d'une vierge ?
Par l'opération du Saint-Esprit.


59) Comment s'appelle-t-il?
Jésus-Christ.


60) Comment appelle-t-on ce mystère ?
On l'appelle le mystère de l'incarnation.

61) Que veut dire ce mot, incarnation ?
Il veut dire que le Fils de Dieu s'est fait chair, c'est-à-dire qu'il s'est fait homme, et a pris une chair comme la nôtre.

62) Est-il homme seulement ?
Non. Il est Dieu et homme.

63) Pourquoi le Fils de Dieu s'est-il fait homme ?
Pour nous racheter de l'enfer par son sang précieux, et nous sauver de la mort éternelle par la mort de la croix.

64) Etions-nous perdus ?
Oui. Nous étions perdus par le péché d'Adam, notre premier père.


65) Quel est l'effet du péché d'Adam ?
C'est de nous faire naître dans le péché.


66) Comment appelle-t-on ce péché dans lequel nous naissons ?
Le péché originel.

67) Que veut dire ce mot, originel?
Un péché que nous apportons dès notre origine, c'est-à-dire en naissant.


LEÇON V.Du Symbole des apôtres, et de la prière.
Récit.
Jésus-Christ ressuscité et envoyant ses apôtres prêcher par tout l'univers (Matth., xxvin, 18) ou, si l'on veut, quelque autre endroit où Jésus-Christ envoie ses apôtres, et ordonne de les croire, comme Luc., ix, x, etc.

68) Quel est le fondement de la vie chrétienne ?
C'est la foi.


69) Quels sont les principaux articles de foi ?
Ceux qui sont compris dans le Symbole des apôtres.

70) Combien y en a-t-il?
Il y en a douze.


Récitez-les.
Je crois en Dieu, etc.

71) Est-ce une chose agréable à Dieu de réciter souvent le Symbole?
Oui, pour imprimer dans son cœur les articles de la foi d'où dépend notre salut.



LEÇON VI. De la prière ou du Pater, et de l'Ave.
Récit. Les disciples autour de Jésus-Christ, lui demandant qu'il leur apprenne à prier, et Jésus-Christ le leur apprenant. (Luc., xi.)


72) Quel est le plus nécessaire exercice du chrétien ?
C'est la prière.

73) Pourquoi la prière est-elle si nécessaire ?
C'est qu'elle nous obtient le secours de Dieu sans lequel nous ne pouvons avoir, ni faire aucun bien.



74) Quelle prière dites-vous le plus souvent ?
L'Oraison dominicale, ou le Pater.

75) Que veut dire ce mot, Oraison dominicale?
C'est-à-dire, la prière que Notre-Seigneur nous a enseignée.

Récitez-la. Notre Père qui êtes dans les cieux, etc.

76) N'y a t-il pas encore quelques autres prière que vous fassiez souvent ?
Il y a encore la Salutation de l'Ange.

77) Pourquoi la dites-vous si souvent ?
En mémoire de l'incarnation du Fils de Dieu, et pour honorer sa sainte Mère.


Récitez-la. Je vous salue, Marie, etc.



78) Que faut-il faire quand on commence sa prière?
Se mettre en la présence de Dieu.

79) Qu'appelez-vous, se mettre en la présence de Dieu?
Faire un acte de foi, par lequel on croie que Dieu est présent, et l'adorer comme celui qui voit le fond de nos cœurs.


80) Que dites-vous de ceux qui prient sans attention ?
S'ils négligent d'être attentifs, loin de servir Dieu, ils l'offensent.







LEÇON VII. Des dix commandements de Dieu, et en particulier du premier.
Récit. Dieu donnant les dix commandements dans le désert, sur le mont de Sinaï. (Exod., xix, 16 et suiv. ; xx, 1, etc.; 18, (9, 20, 21.)


Combien y a-t-il de commandements de Dieu ?
Il y en a dix.


1. Un seul Dieu tu adoreras, etc.
Dites-moi ce qu'il y a à considérer en général en chaque commandement de Dieu.

C'est qu'en chaque commandement, il faut entendre quelque chose qui nous est commandée et quelqu'autre chose qui nous est défendue.
Expliquez chaque commandement de Dieu en particulier.



81) Que veut dire le premier, Un seul Dieu tu adoreras ?
Le premier commandement nous oblige à aimer et adorer Dieu de tout notre cœur.

82) Que nous défend-il ?
Il nous défend toute idolâtrie, magie, hérésie, et toutes superstition.

83) Qu'appelez-vous superstition?
Une fausse dévotion.

84) Que dites-vous de ceux qui guérissent, ou font guérir les hommes ou les animaux par certaines paroles ?
Ils pèchent contre ce commandement.

85) Pourquoi?
Parce qu'ils ont recours au démon.

86) Mais si ces paroles sont saintes?
C'est toujours une tromperie du malin esprit, qui nous fait abuser des saintes paroles.


87) Mais si l'on a intention d’honorer Dieu ?
C'est une superstition, parce que Dieu n'a pas attaché une telle vertu à ces paroles.

88) Est-il défendu par ce commandement d'honorer les saints?
Non, parce que nous n'honorons pas les saints comme Dieu, mais comme les amis de Dieu.

89) Est-il défendu d'honorer les images de Jésus-Christ ou des saints?
Non, parce qu'on ne les a qu'en mémoire des originaux, et que l'honneur qu'on rend aux images se rapporte à eux.

90) Et les reliques des saints ?
On les honore de même en mémoire des saints.
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Invité le Mer 13 Déc 2017 - 15:06

Superbe ! Ça n'a strictement rien à voir avec ce cathéchisme d'opérette que l'on a essayé de m'inculquer il y a quelques années.

Vive le roy Vive le roy Vive le roy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:07

Requête Carliste, Léandre, un catéchisme est en effet, par définition, un manuel populaire, un résumé exact et sûr, de la doctrine chrétienne. Il n'est pas et ne doit pas être un traité savant et scolastique de théologie. Il ne parle que de vérités certaines du dogmes et de la morale. les enfants et le fidèles, doivent y trouver ce qu'il est nécessaire de savoir pour être un chrétien suffisamment instruit.






LEÇON VIII à XI

Du second et du troisième commandement de Dieu. Dans les leçons suivantes, pour récit, quelques exemples des châtiments de Dieu contre ceux qui violent ses commandements, comme pour celui des fêtes, l'exemple d'Achab. (Jos., vu.)

90 a)Expliquez le second commandement : Dieu en vain tu ne jureras.
Par ce commandement, sont défendus les jurements faits sans respect et sans nécessité, les parjures, les reniements, et les blasphèmes contre Dieu et contre les saints.

91) Qu'est-ce qui nous est ordonné par ce second commandement?
II nous est ordonné d'accomplir nos promesses et nos vœux.





Expliquez le troisième commandement, Les dimanches tu garderas. Il est commandé de sanctifier les dimanches et les fêtes.

91a) Que faut-il faire pour cela ?
Il faut entendre la messe, la prédication, et le service de l'Eglise avec dévotion et respect, et vaquer aux bonnes œuvres.

92) Et que nous est-il défendu?
Il est défendu de faire aucune œuvre servile.

93) Qu'appelez-vous les œuvres serviles ?
Les œuvres mercenaires, par où ordinairement on gagne sa vie.

94) Quelles autres œuvres faut-il particulièrement éviter, pour bien sanctifier les fêtes?
Il faut éviter principalement le péché, et tout ce qui porte au péché, comme le cabaret, les danses, les assemblées de brelans et des jeux défendus.

95) Et pour les jeux et exercices permis ?
Il se faut bien garder d'y donner trop de temps, et surtout d'y passer le temps de la messe paroissiale, de la prédication, ou du catéchisme et du service divin.

LEÇON IX.
Du quatrième, cinquième, sixième et neuvième commandement.

RÉCIT. Le feu descendu sur Sodome (Genes., xtx) ou le zèle de Phinées contre les impurs (Num., xxv, 6); ou le rigoureux châtiment de David, adultère et homicide (Il Reg., XII, 1, 8, etc.; xv, 13, etc.); ou quelque autre exemple de châtiment qui imprime de la terreur.

96) Expliquez le quatrième commandement, Père et mère honoreras.
Il est commandé aux enfans d'honorer leurs pères et leurs mères, de leur obéir, et de les aider en leurs nécessités corporelles et spirituelles.

97) Que nous prescrit encore ce commandement ?
De respecter tous supérieurs, pasteurs, rois, magistrats, et autres.



98) Et que nous est-il défendu?
Il nous est défendu de leur être désobéissants, de leur faire peine, et d'en dire du mal.

Expliquez le cinquième commandement Homicide point ne seras.
Il est défendu, 1° de tuer, blesser, frapper, nuire au prochain en son corps par soi, ou par autrui;
2° de l'offenser par des paroles injurieuses;
3° de lui souhaiter du mal.





99) A quoi nous oblige ce commandement ?
A pardonner à nos ennemis, et à bien vivre avec tout le monde.

100) Expliquez le sixième commandement, Luxurieux point ne seras.
Dieu défend par là tous les plaisirs de la chair, hors l'usage légitime du mariage.

101) Est-il permis de les désirer?
Non, et Dieu le défend expressément par le neuvième commandement, où il est dit L'œuvre de chair ne désireras.

102) Expliquez un peu davantage le sixième et le neuvième commandement.
C'est-à-dire que Dieu défend toutes actions, paroles, pensées volontaires, désirs et attouchements déshonnêtes.

103) Et quoi encore ?
Tout ce qui donne de mauvaises pensées, comme les tableaux, les livres, les chansons, les danses, et les entretiens impudiques.





Que faut-il faire pour bien garder ce commandement ?
Il faut être honnête et modeste dans ses paroles, habillements, contenances et postures du corps; et garder la modération dans le boire et le manger.




LEÇON X. Du septième et huitième commandement.

Expliquez le septième commandement, Le bien d'autrui tu ne prendras.

Il est défendu de prendre le bien d'autrui, et de le retenir contre la volonté du maître.

104) Et que nous est-il commandé dans ce précepte ?
Il est commandé de rendre le bien d'autrui, soit dérobé, soit trouvé, et de faire l'aumône aux pauvres selon ses moyens.





Dites quelques-unes des manières dont on prend, ou dont on retient le, bien d'autrui. Les plus ordinaires sont l'usure et les tromperies.

105) Qu'est-ce que l'usure ?
C'est le profit qu'on tire du prêt.




106) Qu'entendez-vous par les tromperies ?
C'est comme quand on trompe dans la quantité, ou dans la qualité des choses qu'on vend.

106) a Qu'appelez-vous la quantité ?
Le poids, le nombre et la mesure.

107) Et la qualité, qu'est-ce que c'est ?
C'est comme quand on vend de mauvais blé, ou de mauvais vin, comme bon.

108) N'y a-t-il pas d'autres moyens de prendre ou de retenir le bien d'autrui ?
Oui, comme quand on retient le salaire d'un serviteur ou d'un ouvrier, et quand un manouvrier ou artisan ne travaille pas loyalement, ou exige ce qu'il n'a pas gagné.

Expliquez le huitième commandement, Faux témoignage ne diras.
Il est défendu de porter faux témoignage en justice contre son prochain, de médire de lui, d'en juger témérairement, de mentir, et il est commandé de dire la vérité.


LEÇON XI.
Du dixième commandement.

109) Qu'est-ce qui est défendu par le dixième commandement, Bien d'autrui ne convoiteras ?
C'est-à-dire que Dieu défend, non-seulement l'effet, mais encore la volonté de s'approprier le bien d'autrui.

110) Qu est-ce que Dieu défend encore?
Il défend de souhaiter d'acquérir les biens de la terre par des voies injustes.

111) Et quoi encore ?
De laisser languir de faim les pauvres, plutôt que de leur faire part de ce qu'on a moyen de leur donner.

112) A quoi est-on obligé par ce précepte?
A se contenter de l'état où il plaît à Dieu de nous mettre, et à souffrir la nécessité avec patience, quand il lui plaît de nous l'envoyer.

113) Comment faut il accomplir ce précepte?
En souhaitant que ce soit la volonté de Dieu et non la nôtre

114) Qui sont ceux qui contreviennent à ce commandement?
Ceux qui portent envie à l'élévation et au profit du prochain, comme quand les ouvriers ne voudraient pas que d'autres qu'enx fussent employés dans leur arts, ou travail.

115) Les marchands et les autres hommes ne pêchent ils pas contre ce précepte?
Oui, quand ils souhaitent la disette, afin de débiter plus chèrement ce qu'il ont à vendre.
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:08

LEÇON XII. Des commandements de l'Eglise, et de la récompense de ceux qui gardent ces commandements.
116) Combien y a-t-il de commandements de l'Eglise?
Il y en a six, savoir :

I. Les dimanches messe entendras, etc.

117) L'Eglise a-t-elle le pouvoir de faire des commandements?
Oui, sans doute, puisque Dieu nous l'a donnée pour Mère et que les commandements qu'elle nous fait servent à observer les commandements de Dieu.

118) Suffit-il de savoir les commandements ?
Non. Il faut les observer tous.

119)Le peut-on ?
Oui. Dieu et l'Eglise ne les feraient pas, si on ne pouvait les observer.

120) Mais le peut-on de soi-même et par ses propres forces?
Non. On ne le peut que par la grâce; mais Dieu est toujours prêt à nous la donner, si nous la lui demandons.

121) Quelle récompense Dieu promet-il à ceux qui feront tous ses commandements ?
Dieu leur promet le paradis, où ils seront éternellement bienheureux.

122) Quel châtiment recevront ceux qui ne les auront pas gardés ?
Ils seront misérables en ce monde et après cette vie ; ils iront en enfer, où ils seront privés de la vue de Dieu, et brûlés à jamais, avec les démons.

LEÇON XIII.
Des sacrements.

123) Combien y a-t-il de sacrements ?
Il y en a sept le baptême, la confirmation, l'Eucharistie, la pénitence, l'extrême-onction, l'ordre, et le mariage.

124) Qu'est-ce que le baptême ?
C'est un sacrement qui nous fait chrétiens et enfants de Dieu.





125) Ce sacrement est-il nécessaire aux petits enfants?
Oui, pour effacer en eux le péché originel, avec lequel nous naissons tous.
126) Qu'est-ce ce que la confirmation ?
C'est un sacrement qui nous donne le Saint-Esprit, et qui nous fait parfaits chrétiens.

127) Qu'est-ce que l'Eucharistie ?
C'est un sacrement qui contient, sous les espèces du pain et du vin, le vrai corps et le vrai sang de Notre-Seigneur, pour être notre nourriture spirituelle.

128) Qu'est-ce que la pénitence?

C'est un sacrement qui remet les péchés commis après le baptême.
129) Qu'est-ce que l'extrême-onction ?
C'est un sacrement qui nous aide à bien mourir, et achève en nous la rémission des péchés.

130) Qu'est-ce que l'ordre ?
C'est un sacrement institué par Jésus-Christ, pour donner à son Eglise des prédicateurs de sa parole, et des ministres de ses sacrements.

131) Quels sont-ils?
Ce sont les évêques, les prêtres, les diacres, et les autres.
132) Qu'est-ce que le mariage?


C'est un sacrement qui donne la grâce à ceux qui se marient, de vivre chrétiennement dans cet état, et d'élever leurs enfants selon Dieu.




LEÇON XIV.
Des deux sacrements que l'on fréquente le plus, savoir ta Pénitence et l'Eucharistie.

133) Quels sacrements fréquentons-nous le plus ordinairement ?
Ce sont la pénitence ou confession, et l'Eucharistie ou communion.

134) Que faut -il faire pour se bien confesser?
Il faut faire cinq choses :



1° examiner sa conscience, et penser à ses péchés;

2° en avoir grande douleur;

3° avoir un ferme propos de ne les plus commettre

4° les dire tous à son confesseur, sans en cacher aucun;

5° faire la pénitence qui nous est ordonnée.



135) Que'est ce que le prêtre éléve et montre au peuple?
C'est le corps de Jésus-Christ sous les espèces du pain, et dans le sacré calice le sang de Jésus-Christ sous les espèces du vin.
136) Qu'appelez-vous les espèces du pain ?
C'est la blancheur du pain, la rondeur, le goût.

137) Qu'appelez-vous les espèces du vin?
C'est la couleur du vin, l'humidité, le goût.

138) Faut-il adorer le corps et le sang de Jésus-Christ ?
Il les faut adorer sans aucun doute, parce que ce corps et ce sang sont inséparablement unis à la divinité.

139) Que reçoit-on à la sainte table ?
Le corps adorable de Jésus-Christ.

140) Ne reçoit-on que le corps de Jésus-Christ ?
On reçoit en même temps son sang, son âme, sa divinité, et en un mot, la personne entière de Jésus-Christ, parce que tout cela est inséparable.

141) Faut-il adorer Jésus-Christ en le recevant ?
Il faut adorer sans aucun doute, parce que c'est la propre personne du Fils de Dieu.

142) Quelles dispositions faut-il avoir pour bien communier ?
Il y en a de deux sortes, dont les unes regardent le corps, et les autres regardent l'âme.




143) Dites celles qui regardent le corps?
1° Il faut être à jeun;

2° il faut être habillé modestement et proprement, autant qu'il se peut.

144) Dites les dispositions qui regardent l'ame ?
Il faut, avant toutes choses, n'avoir aucun péché mortel sur la conscience, et pour cela s'en être confessé, si on en a.





145) Est-ce tout ?
Non il faut encore être instruit du Symbole des Apôtres, et des principaux points de la religion.
146) Et quoi encore?
Il faut en particulier avoir une ferme foi, et une croyance certaine qu'on reçoit dans ce sacrement le corps de Jésus-Christ, et lui-même tout entier.

147) Et enfin?
Enfin il faut désirer de s'unir à lui par un saint amour.





LEÇON XV. Du chapelet.
148) Comment dites-vous le chapelet ?
Je me mets en la présence de Dieu je fais le signe de la croix, en disant ( In nomine Patris, etc.) et puis je dis
Adoramus te, Christe,et benedicimus tibi, quia per crucem tuam redemisti mundum qui vivis et regnas Deus in sœeula sœculorum. Amen.





149) Que veulent dire ces paroles?
C'est-à-dire 0 Jésus, nous vous adorons et nous vous bénis- sons, parce que vous avez racheté le monde par votre croix; vous qui étant vrai Dieu, vivez et régnez aux siècles des siècles. Ainsi soit-il.
150) Que faites-vous ensuite?
Je dis le Credo tout entier, en latin ou en françois.

151) Que faut-il dire sur les gros grains?
Il faut dire le Pater en latin ou en françois; et sur les petits, dire l'Ave.

152) Pourquoi dit-on le chapelet ?
Pour imprimer dans son esprit les principaux actes du chrétien, comme l'acte de foi en récitant le Symbole, et la principale prière en récitant le Pater.

153) Pour quelle autre fin dit-on encore le chapelet?
Pour montrer qu'on est affectionné à la sainte Vierge, et pour obtenir de Dieu par son moyen les grâces qui nous sont nécessaires.

154) Quelle opinion avez-vous de la sainte Vierge ?
Que c'est une excellente et bienheureuse créature, pleine de grâces et de vertu, et la très-digne Mère de Jésus-Christ.


154) A quoi doit-on penser en disant Ave ?
On doit penser au message que la sainte Vierge reçut, lorsque l'ange saint Gabriel lui vint annoncer qu'elle serait Mère de Dieu.


155) Est-il utile de penser à ce message ?
Oui, parce que c'est le commencement de notre salut, et le fondement de l'honneur qu'on rend à la sainte Vierge.
156) A quoi doit-on penser en disant Sancta Maria?
On doit penser à la mort, et au besoin particulier que nous y aurons de la grâce de Dieu, que la sainte Vierge peut nous obtenir par ses prières.

157) Est-il utile de répéter souvent la même prière ?
Oui, si en la répétant on est soigneux de penser et d'imprimer dans son cœur ce qu'elle contient.

158) Faut-il croire qu'il y ail quelque vertu dans le nombre de Pater ou d'Ave?
Non ce serait une croyance superstitieuse.

159) A qui le chapelet peut-il profiter ?
A tous, puisqu'il contient ce qu'il y a de plus nécessaire et de plus utile dans la religion mais il sert principalement à ceux qui ne savent pas lire, ou qui ne sont pas assez exercés à prier.




LEÇON XVI.

La manière de servir et répondre à la messe.

Celui qui sert à la messe a soin que les cierges soient allumés, et les burettes garnies de vin et d'eau, avant que la messe commence. Il aide au prêtre à se revêtir, et prend garde qu'il soit revêtu proprement.

Si le prêtre part de la sacristie tout habillé, marche devant modestement, portant le missel et les burettes (si déjà elles n'étaient à l'autel); et s'il passe devant le Saint-Sacrement il fait la révérence.

Etant arrivé à l'autel, il passe au côté de l'Épitre; et y ayant reçu le bonnet, il le place en un lieu convenable, hors de dessus l'autel; puis ayant mis le missel sur l'autel, et les burettes en leur place, aussitôt il se va mettre à genoux au-dessous des degrés, tout en bas du côté de l'Évangile, et se tourne vers le milieu de l'autel.

Il fait toujours la révérence lorsqu'il passe devant l'autel. Il n'a ni livre ni chapelet à la main, afin d'être plus libre et plus attentif à bien servir le prêtre.
Il fait le signe de la croix avec le prêtre au commencement et répond clairement et distinctement au même ton que le prêtre.

Le catéchiste fera dire les réponses aux enfants en latin, et les avertira qu'ils les trouveront en français dans le livre des prières, se servant de cette occasion pour les obliger à l'avoir. Il leur parlera fortement du respect et de la dévotion avec lesquels ils doivent servir à la messe; et se servira aussi de cette occasion pour imprimer à tous les enfants un grand respect intérieur et extérieur dans
l'église, et particulièrement en entendant la sainte messe.

Quand les enfants doivent recevoir le sacrement de confirmation il faut les y préparer par des instructions particulières, et les mettre en état de répondre sur le catéchisme précédent. On les doit aussi instruire particulièrement sur le baptême, dont ce sacrement confirme la grâce, et puis leur apprendre ce que c'est que la confirmation. Pour cela on leur fera ces deux leçons, surtout s'ils sont dans un âge plus avancé.
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:08



LEÇON XVII.
Du baptême.
Raconter le baptême de Jésus-Christ, ou la manière dont on baptise dans l'Eglise d'autres fois, l'alliance entre Dieu et Abraham dans la circoncision, avec les promesses mutuelles ( Gen. xvn); ou l'alliance entre Dieu et le peuple par le ministère de Moïse et par celui de Josué. (Exod. xxiv, i, etc., jusqu'au 9; Deut.j xxix, 1, 10 et seq.; Jos. xxiv.)
160)Qu'est-ce que le baptême ?
C'est un sacrement par lequel nous sommes faits chrétiens et enfants de Dieu.

161)Comment donne-t-on le baptême ?
On verse de l'eau sur la tête de celui qu'on baptise, en disant ces paroles Je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, avec l'intention de faire ce que fait l'Eglise en baptisant.





162)Que signifie l'eau dans le baptême ?
Elle signifie que comme l'eau lave le corps, ainsi le baptême lave l'ame de ses péchés.
163)Pourquoi dit-on ces paroles Je te baptise au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit?
Pour faire entendre au chrétien, dès sa première entrée dans


l'Eglise, qu'il est consacré à un seul Dieu, Père, Fils, et Saint- Esprit.
164)Qu'est-ce que fait le baptême en celui qui est baptisé ?
Il le nettoie du péché originel, et des autres péchés qu'il peut avoir commis depuis sa naissance, s'il a atteint l'usage de la raison.
165)Que fait encore en nous le saint baptême?
Il nous fait enfans de Dieu et nous donne droit au royaume des cieux, comme à notre vrai héritage.

166)Pouvons-nous mériter ces choses ?
Non elles nous ont été données gratuitement par le sang et par les mérites de Jésus-Christ.

167)Pourquoi appelle-t-on le baptême une seconde naissance ?
Parce qu'il efface le péché que nous avions apporté en naissant au monde, et nous donne une nouvelle vie.

168)Le baptême est-il nécessaire au salut ?
Le baptême est nécessaire au salut.

169)Mais ceux qui sont en âge de discrétion, ne peuvent-ils suppléer au défaut du baptême, lorsqu'il ne leur est pas possible de le recevoir?
Ils y peuvent suppléer ou par le martyre, ou par un parfait amour de Dieu, pourvu qu'ils aient le vœu du baptême.

170)Qu appelez-vous le voeu du baptême?
Une sincère résolution de le recevoir quand on le pourra.





171)A quoi s'oblige celui qui reçoit le baptême?
Il s'oblige à croire en Dieu, Père, Fils, et Saint-Esprit, et toute la doctrine de Jésus-Christ.
172)A quoi s'oblige-t-il encore ?
Il s'oblige à renoncer au diable, à ses pompes et à ses œuvres.





173)Comment l'Eglise explique-t-elle cette obligation?
En disant à celui qu'on va baptiser : Abrenuntias Satanœ, et omnibus pompis ejus, et omnibus operibus ejus ?
174)Que veulent dire ces paroles ?
C'est-à-dire Ne renoncez-vous pas. au diable, et à toutes ses pompes, et à toutes ses ceuvres ?
175)Que répond-on pour celui qu'on va baptiser ?




On répond Abrenuntio j'y renonce.


176)Qu'appelez-vous les pompes du diable?
Les vanités et l'éclat trompeur du monde.
177)Qu 'appelez-vous les œuvres du diable?
Les péchés et les maximes corrompues .du monde.

178)Dites quelques-unes de ces maximes du monde.
Par exemple qu'il faut faire comme les autres, c'est-à-dire être libertin et débauché comme la plupart des hommes, qu'il est honteux de ne se pas venger quand on a été offensé, d'être pauvre, d'être humble, et ainsi du reste.

179)Que dites-vous de ceux qui craignent de paroître dévots et vrais chrétiens?
Qu'ils manquent aux obligations, et renoncent à la grace du baptême.
Quand les enfants seront bien instruits des demandes précédentes, le curé ou le catéchiste leur fera renouveler les promesses du baptême en cette forme, surtout par devant la Confirmation.

180)Vous tenez-vous obligés à garder ce que vos parrains et marraines ont répondu pour vous dans le baptême ?
Oui, puisque Dieu ne m'a reçu à sa grace que sous ces promesses.





Renouvelez les promesses de votre baptême.
Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre
Et en Jésus-Christ son Fils unique, Dieu et homme tout ensemble, qui a racheté le monde par sa croix
Et au Saint-Esprit.
Je crois l'Eglise catholique, la communion des saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair, et la vie éternelle. Je renonce de tout mon cœur au diable, à ses pompes, aux vanités et à l'éclat trompeur du monde, aux œuvres du diable, à tout péché, et aux maximes corrompues du monde et je veux vivre et mourir en vrai chrétien, moyennant la grace de Dieu. Ainsi soit-il.

Et le prêtre dira:
Faites ainsi et vous vivrez.
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Philippe de L. le Mer 13 Déc 2017 - 15:09

J'ai moi-même été élevé par le pseudo-catéchisme conciliaire, c'est-à-dire par le coloriage et une vague morale humaniste-humanitaire. Ce n'est que sur le tard que j'ai pu assisté à des cours de catéchisme véritable pour étudiants, puis pour adultes. J'en rends grâces à Dieu !

Philippe de L.
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:10

En lien à la leçon XVII


1)Une des conversions les plus remarquables, et qui sert merveilleusement à prouver la divinité du christianisme, a été celle de saint Paul qui, parle plus étonnant de tous les prodiges, de persécuteur fut changé en apôtre. D'abord, connu sous le, nom de Saul, il avait puisé dans la secte des pharisiens une haine violente contre le christianisme, et il ne respirait que le sang et le carnage contre les disciples de Jésus-Christ. Ayant appris qu'à Damas un grand nombre d'Israélites avaient renoncé à la loi mosaïque pour embrasser la religion nouvelle, il alla trouver le grand prêtre, et lui demanda des lettres et des pouvoirs pour les synagogues de cette ville, afin de saisir et d'enchaîner les Juifs convertis à la foi de Jésus-Christ et, dès qu'il eut obtenu la mission qu'il sollicitait, il partit comme un tigre altéré de sang, accompagné de quelques officiers sous ses ordres. Comme il était sur le chemin de Damas, il fut tout à coup Perdam sapientiam sapientium ; placuit Déo per stultitiam praedicationis salvos facere credentes. Investi d'une vive lumière venue du ciel qui le fit tomber à la renverse. Il entendit en même temps une voix qui lui dit Saul, Saul, pourquoi me persécutez-vous ? Qui êtes-vous, Seigneur ? répondit-il. Je suis Jésus, que vous persécutez, Saut tout tremblant s'écria Seigneur, que voulez-vous que je fasse ? Levez-vous, reprit la voix, entrer dans la ville, et là je vous ferai connaître mes volontés. L'épouvante, dont Saut avait été saisi, fut telle qu'il en était devenu aveugle. Ses compagnons furent donc obligés de le prendre par la main et de le conduire jusqu'à Damas, où il recouvra miraculeusement la vue par les prières d'Ananie qui, lui ayant mis les mains sur les yeux, en fit sortir comme des écailles. Saut reçut le baptême et il fut dès lors un vase d'élection, et une des plus fortes colonnes de l’Église.





1. Cor, xiv) v21.

2. Le plus grand nombre des juifs se rendant de plus en plus indignes de la grâce évangélique, par leur endurcissement, Dieu fit connaître à Pierre, dans une vision, que le moment était venu de faire entrer les nations dans le berçait du divin Pasteur. Ce fut un officier romain de Césarée nommé Corneille, qui fut appelé le premier à la foi chrétienne. Ji avait attiré sur lui les regards du Ciel par la pureté de sa vie et les abondantes aumônes qu'il faisait aux pauvres. Un jour qu'il était en prières, l'Ange du Seigneur lui apparut et lui dit: « Vos prières et vos aumônes soi montées jusqu'au trône de la miséricorde divine. Envoyez chercher à Joppé un homme appelé Simon et surnommé Pierre. C'est de lui que vous apprendrez ce que vous avez à faire pour être sauvé. » L'Ange ayant disparu, Corneille envoya aussitôt à Joppé trois de ses serviteurs, pour chercher et faire venir chez lui celui qui devait l'instruire des grandes vérités du salut. Lorsque ces envoyés de Corneille furent près d'entrer dans la ville, Dieu fit connaître à Pierre qu'il n'y avait plus de distinction entre tes Juifs et les Gentils, et que ces deux peuples n'en devaient former qu'un. Il n'hésita donc pas à partir avec ceux qui venaient le chercher, et il se mit aussitôt en route pour Césarée. Cependant Corneille avait assemble chez lui ses parents et ses amis. Dès qu'il aperçut Pierre, il se jeta à ses pieds, comme pour l'adorer. Mais Pierre lui dit « Levez-vous, je ne suis qu'un homme comme vous. » Puis, adressant la parole à t'assemblée, il annonça la doctrine et les miracles de Jésus-Christ. !t n'avait pas achevé son discours que le Saint-Esprit descendit visiblement sur ses auditeurs, et leur communiqua le don des langues. Pierre baptisa aussitôt le vertueux officier et toute sa famille. Telles furent les heureuses prémices de l'Église des nations.

Il convenait que Pierre, en sa qualité de chef des apôtres et de pasteur suprême, ouvrit le premier la porte de l'Église aux Gentils.

Cependant Paul était, par sa destination spéciale, l'apôtre des nations, sans qu'il négligeât pour cela les Juifs, car il prêchait aux uns et aux autres avec un zèle infatigable. Après avoir annoncé l'Évangiles en plusieurs villes célèbres de la Grèce, il se rendit à Athènes rien de plus célèbre que le discours qu'il y prononça, au milieu de l'Aréopage. C'était la compagnie la plus savante de l'univers et on la regardait partout comme l'oracle de la vérité et la régulatrice du goût. Voilà donc un étranger, un barbare, un pauvre juif, de petite stature, en face de ces beaux esprits, de ces philosophes, de ces littérateurs bouffis d'orgueil et pleins de préjugés. Que va-t-il leur dire M a remarqué, en traversant leur ville, un autel sur lequel on avait inscrit Au Dieu inconnu, car les Athéniens étaient tellement superstitieux qu'ils adoraient tous les faux Dieux des autres peuples, et, craignant toujours d'en oublier quelqu'un, ils avaient dressé cet autel avec cette inscription. C'est de là que saint Paul prit occasion de commencer son discours

« Citoyens d'Athènes, leur dit-il, tout ce qui frappe mes regards m'annonce que vous êtes religieux jusqu'à l'excès car, en parcourant votre ville et en examinant les simulacres de vos Dieux, j'ai rencontré un autel « sur lequel j'ai lu cette inscription Au Dieu inconnu. Or, ce Dieu que vous adorez sans le connaître, je viens vous l'annoncer. Et aussitôt il leur prêcha l'unité de Dieu, sa spiritualité, ses souveraines perfections, la création de l'homme, sa dégradation par le péché, la nécessité de faire pénitence enfin, il allait les entretenir de Jésus Christ mais ils l'interrompirent, en l'entendant parler de la résurrection des morts. Plusieurs éclatèrent de rire et se moquèrent de lui, comme s'il leur disait une chose impossible et ridicule; d'autres, au contraire, fâchés qu'on l'eût interrompu d'une manière si brusque et si peu honnête, lui dirent qu'ils seraient bien aises de l'entendre encore une autre fois sur cette matière, parce qu'apparemment ils commençaient à goûter les vérités célestes dont ils n'avaient jamais ouï parler. Quelques-uns, enfin, crurent et s'attachèrent à lui, entre lesquels fut un des plus considérables sénateurs de l'Aréopage nommé Denis, qui fut depuis le premier évêque d'Athènes, et une dame de grande considération, nommée Damans.

3. L'histoire nous a conservés le nom d'un des principaux officiers de Néron, converti au christianisme. C'est le glorieux martyr saint Tropès, un de ces fervents chrétiens dont l'apôtre saint Paul dit, dans son épître aux Philippiens Les saints vous saluent tous, et principalement ceux qui sont de la maison de César. Le barbare Satellicus le fit battre à coups de verges, en haine de la foi. Il fut ensuite exposé aux bêtes féroces qui, moins cruelles que les hommes, l'épargnèrent, et il n'en reçut pas la moindre blessure. On le condamna enfin à perdre la tête; et c'est ainsi qu'il consomma son martyre. Martyrologe Rom.17mai. L'histoire des premiers siècles nous offre une série continuelle de conversions, toutes plus admirables les unes que les autres; et il faudrait un temps infini pour les rapporter toutes.
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:11

LEÇON XVIII.

De la confirmation.

Représenter la descente du Saint-Esprit au jour de la Pentecôte (Act., III), ou les apôtres donnant la confirmation à Samarie (Act., VIII, 14, 15, 16, 17), et saint Paul la donnant à Ephèse (Act., xix, 1, etc.).

181)Qu'est-ce que la confirmation ?
C'est un sacrement qui nous donne le Saint-Esprit, et qui nous fait parfaits chrétiens.

182)N'avons-nous pas le Saint-Esprit par le baptême?
Oui nous l'avons, mais ce n'est pas avec la même force que dans la confirmation.

183)Comment est-ce que la confirmation nous fait parfaits chrétiens ?
En augmentant en nous la grâce du baptême et en nous donnant la force de confesser le nom de Jésus-Christ.

184)Que veut dire ce mot, confirmer ?
Il veut dire donner de la force.

Donnez-moi l'exemple de quelque occasion où le sacrement de confirmation donne de la force.

Si un infidèle menaçait un chrétien qui aurait été confirmé, de le faire mourir, à moins qu'il ne voulût renoncer à la foi, ce sacrement donnerait courage au chrétien pour ne pas craindre ces
menaces, et pour persévérer dans la foi.

185)Qui est le ministre de ce sacrement ?
C'est l'évêque.

186)Que fait l'évêque en donnant la confirmation ?
Il étend premièrement les mains sur ceux qu'il doit confirmer en invoquant le Saint-Esprit, afin qu'il descende sur eux avec ses dons.

187) Que faut-il faire pendant que l'évêque fait celle prière?
Ouvrir son cœur au Saint-Esprit par un acte de foi, et par le désir de le recevoir.

188)De quelle matière se sert l'évêque dans la confirmation ?
Du saint chrême.



189)Qu'est-ce que le saint chrême ?
De l'huile d'olive mêlée de baume, que l'évêque à consacrée le Jeudi Saint.

190)Que signifie l'huile dans la confirmation ?
Elle signifie l'abondance de la grâce du Saint-Esprit, qui se répand dans les ames.

191)Que signifie le baume mêlé avec l'huile ?
Le baume par sa bonne odeur signifie que le chrétien, qui est prêt à confesser la foi, doit édifier le prochain par l'odeur d'une sainte vie.

192)Que fait l'évêque avec le saint chrême sur celui qui est confirmé?
Il lui en fait une onction en forme de croix sur le front.
193)Pourquoi sur le front ?
Parce que le front est la partie la plus haute et la plus apparente du corps.

194)Pourquoi encore ?
Parce que les signes de la honte et de la crainte paraissent principalement sur le front.

195)Et que veut-on dire par là ?
Qu'il faut faire une profession ouverte de la foi de Jésus-Christ, et qu'on n'a ni crainte ni honte de confesser son nom.

196)Pourquoi fait-on l'onction en forme de croix?
Pour montrer qu'on ne doit pas rougir de la croix de Jésus-Christ.


197)Pourquoi l'évêque donne-t-il un soufflet à celui qu'il a confirmé ?
Afin qu'il se souvienne qu'il doit être prêt à souffrir toutes sortes d'affronts et de peines.

198)Faut-il être en état de grâce, afin de recevoir ce sacrement?
Oui, il faut être en état de grâce.

199) Pourquoi?
A cause que ce sacrement augmentant la grâce et confirmant la sainteté, il suppose qu'elle soit déjà dans le fidèle.

200) Que doit faire le chrétien qui doit recevoir ce sacrement, s'il se sent en péché mortel?
Il doit se confesser avant que de le recevoir.

201)Dans quel temps est-on plus obligé de recevoir la confirmation?
Dans le temps que l'Eglise est persécutée.




202)Mais le-doit-on négliger lorsque l'Eglise est dans la paix?
Non, parce que les enfants de Dieu ont toujours à souffrir une espèce de persécution.

203)Quelle est cette persécution que les enfants de Dieu ont toujours à souffrir?
C'est que le démon les tente, et que le monde les contraint, autant qu'il peut, à vivre selon ses maximes.

204) Est-ce un péché de ne se pas présenter au sacrement de confirmation ?
Oui, quand c'est par mépris qu'on ne s'y présente pas.

205) Ne doit-on pas se presser de recevoir ce sacrement?
On le doit principalement quand on prévoit que l'occasion de le recevoir ne reviendra pas de longtemps, et peut-être jamais.


206)A quel âge doit-on recevoir la confirmation ?
On la donne ordinairement quand on commence à avoir l'usage de la raison.

207) Lorsque la confirmation donne le Saint-Esprit, donne-t-elle la même grâce que les apôtres reçurent le jour de la Pentecôte?
Oui, elle donne la même grâce, mais non pas de la même manière.

208) Pourquoi la même grâce ?
Parce que le Saint-Esprit habite dans le chrétien qui est confirmé, comme il habita dans les apôtres, et qu'il lui donne comme à eux la grâce de confesser la foi.

209)Pourquoi ne recevons-nous pas cette grâce de la même manière ?
Parce que les apôtres la reçurent sous la figure des langues de feu, au lieu qu'elle est figurée par le saint chrême à celui qui est confirmé.

210)Peut-on recevoir deux fois la confirmation ?
Il s'en faut bien garder, ce sacrement ne peut se réitérer.


211)Que doit faire le chrétien pour en conserver la grâce?
Il la doit souvent renouveler par le souvenir, et en invitant le Saint-Esprit à demeurer dans son cœur.
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Spectanda fides le Mer 13 Déc 2017 - 15:12

Très cher Henrik,


Juste quelques mots pour vous remercier de cet enseignement. Je ne sais s'il est de vous, mais en tous les cas recevez ma profonde gratitude pour cette connaissance que vous mettez à ma portée. L'enseignement est précis, bien structuré et facilement assimilable.


N'ayant pas été élevée dans une famille catholique, je me trouve totalement dépourvue face à la doctrine catholique.
Nous n'insisterons jamais assez sur les méfaits de l'ignorance dans tous les domaines, mais bien plus encore dans le domaine de la foi où il est si facile de se perdre et de devenir la proie de faux prophète.

Vive le roy

Merci et soyez béni.
avatar

Spectanda fides
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 2
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:12

Ce catéchisme est celui de Bossuet. J'ai numéroté les questions pour les reports. N'hésitez pas à envoyer vos questions, à un prêtre traditionnel, pour la compréhension. Mais l'essentiel de la vérité catholique est contenue dans ce catéchisme, que je n'ai pas encore fini d’écrire.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:13

Le catéchisme est, par définition, un manuel populaire, un résumé exact et sûr de la doctrine chrétienne.

Il n'est pas et ne doit pas être un traité savant et scolastique de théologie comme le pavé édité en 1993; les opinions d'école en sont exclues.

Il n'y est écrit que des vérités certaines du dogme et de la morale. Les enfants et les fidèles doivent y trouver tout ce qu'il est nécessaire de savoir pour être un chrétien suffisamment instruit, ou du moins ce qu'il faut croire et pratiquer, pour cheminer vers son salut.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par LAUGIER Sylvie le Mer 13 Déc 2017 - 15:14

Merci beaucoup pour cet enseignement. Cela tombe juste à pique, car je dois me préparer pour faire ma confirmation.

LAUGIER Sylvie
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 1
Date d'inscription : 08/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:16

Le catéchisme en petites leçons d'un quart d'heure. en supplément des questions réponses.

1 Pourquoi le catéchisme?

2 qu'est ce que le Credo?

3 Dieu existe

4 Ce qu'est Dieu

5 Les perfections de Dieu

6 La Création

7 La Providence

8 Le Mal

9 Erreurs sur Dieu

10 La Sainte Trinité
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Solognot le Mer 13 Déc 2017 - 15:17

Super ces petites vidéos !!
avatar

Solognot
Titre du rang
Titre du rang


Masculin Messages : 195
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 62
Localisation : Au bord du Leman

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par FLF_BZH le Mer 13 Déc 2017 - 15:17

De nouvelles vidéos ont été ajoutées sur le site "la porte latine" mis en lien plus haut. Vraiment très intéressantes et très claires que sont les explications de cet abbé.
avatar

FLF_BZH
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 951
Date d'inscription : 05/12/2017
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par FLF_BZH le Mer 13 Déc 2017 - 15:17

D'autres leçons de catéchisme pour adultes aussi, en version plus longue ici:

https://www.youtube.com/user/PhilippeLaguerie/videos
avatar

FLF_BZH
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 951
Date d'inscription : 05/12/2017
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 13 Déc 2017 - 15:18

(Question 90a)D. Que nous défend le second commandement de Dieu ?
Dieu en vain tu ne jureras, ni autre chose pareillement
R. Il nous défend de jurer en vain son saint nom.

Le nom du Seigneur est saint et terrible; il est digne de tous nos hommages et de toute notre vénération. A ce nom sacré, dit le grand Apôtre, tout genou doit fléchir dans le ciel, sur la terre et dans les enfers; et le Prophète royal nous invite à célébrer ses louanges depuis le lever du soleil jusqu'à son couchant, dès maintenant et dans tous les siècles, parce que le Seigneur est élevé au-dessus de toutes les nations, et que sa gloire est au-dessus des cieux. Le nom de Dieu est si redoutable que les anciens Hébreux n'osaient le prononcer. Dans les premiers temps, le Seigneur n'avait pas voulu le faire connaître aux patriarches, qu'il avait cependant comblés de faveurs; aussi étaient-ils obligés d'employer une circonlocution pour l'exprimer. Plus tard quand il l'eut révélé à Moïse, il statua que le grand prêtre seul aurait le droit de le prononcer, et encore rien qu'une fois par an, dans une circonstance solennelle et au milieu du plus grand appareil. Tant le Seigneur est jaloux de la gloire et de la majesté de son nom!

Quant à nous chrétiens, le Seigneur nous a dévoilé non-seulement son nom, mais encore ses plus belles, ses plus magnifiques prérogatives. S'il a usé de plus de condescendance à notre égard, est-ce une raison pour nous de le moins honorer, de le moins respecter ? Ne devons nous pas, au contraire, lui en témoigner plus d'amour, et l'en remercier dans toute l'effusion de notre cœur Nous pouvons donc prononcer le nom de Dieu, puisqu'il a bien voulu nous le permettre nous devons même le prononcer, afin de rendre au Seigneur nos hommages. Mais prononçons-le avec les mêmes sentiments que les anges et les saints qui, prosternés devant le trône du Très-Haut, disent sans cesse avec un religieux tremblement: « Saint, Saint, Saint est le Seigneur Dieu des armées. » Prononçons-le avec les mêmes sentiments que le Prophète royal qui, en mille endroits de ses psaumes, emploie toutes les formes du langage pour le bénir et le louer.

Célébrez avec moi la magnificence du Seigneur, s'écrie-t-il avec un pieux transport, et joignons-nous ensemble pour glorifier son saint nom. Que le nom glorieux de sa Majesté soit béni dans tous les siècles. Je chanterai des hymnes au nom du Seigneur très-haut je chanterai votre nom, ô mon Dieu, par mes cantiques. » Prononçons-le avec confiance et amour, comme des enfants bien nés, qui se plaisent à célébrer le nom de leur père. Prononçons-le surtout avec une vive foi dans nos peines et nos afflictions, parce que notre principale ressource est dans ce nom sacré. Lorsque nous sommes dans quelque embarras, dans quelque danger, le premier mouvement de notre cœur, c'est de l'invoquer et ce cri : mon Dieu! qui s'échappe alors presque involontairement de nos lèvres, atteste notre faiblesse et le besoin que nous avons du secours d'en haut.

Autant c'est une coutume sainte et louable de prononcer le nom de Dieu avec respect et dévotion, autant c'est un péché hideux de le déshonorer, en l'associant à des paroles de fureur, de vengeance, de blasphème, ou à des discours ridicules, indécents, déshonnêtes; et même, sans pousser la malice si loin, on n'est pas exempt de faute, lorsqu'on le prononce à tout propos, sans aucune nécessité, dans les jeux et les divertissements, par manière d'exclamation, pour témoigner sa surprise ou autres causes futiles. Ne prodiguez pas ce nom divin à chaque parole, vous dit la sainte Écriture (3). Le Seigneur n'excuse pas de péché quiconque prononce son saint nom en vain.

On peut déshonorer le nom de Dieu de trois manières par des jurements, par des blasphèmes, par des imprécations.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Clovis le Mer 13 Déc 2017 - 15:19

@Henryk a écrit:Le catéchisme en petites leçons d'un quart d'heure.   en supplément des questions réponses.

1 Pourquoi le catéchisme?

2 qu'est ce que le Credo?

3 Dieu existe

4 Ce qu'est Dieu

5 Les perfections de Dieu

6 La Création

7 La Providence

8 Le Mal

9 Erreurs sur Dieu

10 La Sainte Trinité

Merci! Ce fil est exactement ce que je ne voulais pas mais pourtant ce dont j'ai besoin. Exclamation
Un bon retour aux sources, rien de tel pour retrouver une bonne santé générale.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison." Coluche
avatar

Clovis
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 4
Date d'inscription : 05/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Ven 21 Sep 2018 - 22:46

D. Qu'est-ce que l’Eglise?

R. L'Eglise est la société des Fidèles, dont Jésus-Christ est le chef invisible et le Pape le chef visible.

Le Symbole des Apôtres nous parle de l’Eglise immédiatement après l'article qui traite du Saint-Esprit parce que c'est du Saint-Esprit que l’Eglise tire toute sa force, toute son autorité toute sa sainteté.

Par le mot Eglise nous ne voulons pas toujours ici désigner ces édifices matériels, Ô combien nécessaires, où nous nous réunissons pour prier Dieu, pour entendre la parole sainte et participer aux mystères augustes de la religion. Le mot Église, tel qu'il est employé dans cette leçon du catéchisme, signifie assemblée, congrégation, société. Primitivement, il servait a désigner toute réunion d'hommes, sacrée ou profane. Mais, depuis bien longtemps, l'usage commun a consacré ce terme pour signifier la société des Chrétiens, qui professent la vraie religion de Jésus-Christ et qui sont soumis aux pasteurs légitimes. Remarquons bien encore qu'il ne faut pas confondre une église particulière avec l'Église universelle. Ainsi, nous qui sommes ici réunis, et qui avons le bonheur de connaître et d'adorer le vrai Dieu, et d'être en communion avec notre évêque et le Saint-Siège de Rome, quoique nous fassions partie de l'Église, nous n'en sommes qu'une très petite fraction. Pareillement, quand saint Paul, écrivant aux Romains, leur dit que toutes les églises d'Asie les saluent, quand saint Jean, dans son Apocalypse, parle également des sept églises d'Asie, et nous-mêmes, quand nous disons l'église de France, l'église d'Espagne, etc., il est évident que, dans ces locutions et autres semblables, le mot Église est pris dans une signification restreinte, et ne s'applique qu'à une portion du troupeau de Jésus-Christ.

Mais l’Église, telle qu'on l'entend communément, est la société de tous les fidèles de l'univers, en quelque lieu de la terre qu'ils habitent; et c'est de l'Église, prise en ce sens, que nous allons nous occuper.

Nous la trouvons désignée dans les saintes Écritures et les ouvrages des Pères, sous divers noms mystérieux, bien capables de nous en donner la plus haute idée et de nous la faire aimer et respecter. Ainsi, elle est appelée l'assemblée des enfants de Dieu, le peuple choisi, la nouvelle Jérusalem, le palais du grand Roi, son royaume, sa cité, l'armée du Dieu vivant, son temple, son sanctuaire, etc. Mais voici quatre noms principaux qu'on lui donne, et qui méritent une explication particulière. On l'appelle:

1° La maison de Dieu, parce qu'elle est, comme une famille, gouvernée par un seul père, et que tous les biens spirituels y sont communs. Jésus-Christ lui-même en est l'architecte et le fondement; il l'a bâtie sur la pierre ferme, et il y a dressé sept colonnes, c'est-à-dire les sept sacrements qui en sont l'appui. Elle est toute composée de pierres vivantes, qui sont les âmes fidèles; il y en a d'or, d'argent, de bois, de terre, selon leurs divers mérites. Les enfants de Dieu s'y trouvent réunis, comme de jeunes plants d'olivier autour de la table de leur père; et Jésus-Christ leur a préparé un double festin, te festin sacré de la parole divine, et le festin adorable de l'Eucharistie. Cette maison de Dieu est encore sur la terre; mais elle s'élève jusqu'aux cieux, pour y placer ses habitants.

2" Le troupeau de Dieu; Jésus-Christ en est le pasteur, il connaît ses brebis et il en est connu; il veille sur elles avec la plus ardente sollicitude il les conduit dans les plus gras pâturages où rien ne leur manque, et il les défend contre la fureur des loups. Si quelqu'une s'égare, il court après elle, la porte sur ses épaules et la ramène au bercail. Heureuses les brebis, qui sont dociles à la voix de ce divin Pasteur.

3" L’épouse de Jésus-Christ, parce que c'est dans cette assemblée sainte que naissent les enfants de Dieu; Jésus-Christ l'a aimée jusqu'à répandre son sang pour elle. L'ayant trouvée pauvre, nue, misérable, souillée, impure, il t'a embellie de ses grâces et enrichie de ses dons, et lui a donné pour dot son royaume céleste. Épouse toujours vierge et toujours féconde, elle donne des enfants à Jésus Christ, non pas à la façon des autres mères, en les produisant de son sein, mais en les attirant de dehors pour se les incorporer à elle-même, et par elle à Jésus-Christ. C'est parte baptême qu'elle enfante, et, nourrice toujours charitable, elle ne laisse manquer de rien aucun de ses enfants, leur donnant tour à tour le lait de la doctrine, le vin des forts, le pain de vie.

Enfin, ce corps de Jésus-Christ, corps mystique, dont Jésus-Christ est le chef, et dont les fidèles sont les membres. La foi et la charité sont les liens qui les unissent entre eux et avec leur chef. Chacun a son emploi, qui doit concourir au bien général, et Jésus-Christ communique à tous la force et la vie. Mais, si nous faisons partie du corps de Jésus-Christ, si nous sommes ses membres, quelle gloire pour nous! et, d'un autre côté, quelle obligation de ne rien faire d'indigne de notre auguste chef! Ne serait-ce pas une abomination que de souiller, par des actions honteuses, les membres de Jésus-Christ? Quelle honte encore que, sous un chef couronné d'épines, il y eût des membres qui se livrassent à la mollesse!

Avant d'aller plus loin, il ne sera pas hors de propos de traiter séparément de l'origine et de la fondation de l'Église, de ses combats et de ses triomphes, de son éternelle durée. Pour aujourd'hui, nous nous bornerons à l'origine et fondation de l'Église..

Origine
C'est le Fils de Dieu lui-même qui a fondé l'Église il n'était venu sur la terre que pour se former un peuple fidèle, qui le reconnût pour maître, et qui s'attachât inviolablement à sa loi sainte, afin de trouver en elle la vérité et la vie. Mais cette Église, qu'il acheta au prix de tant de travaux et de souffrances, au prix même de son sang, ne se composait d'abord que du petit nombre d'apôtres et de disciples que Jésus-Christ avait attirés a lui, pour les instruire par ses discours et les former par ses exemples.

Le jour de la Pentecôte, elle était tout entière renfermée dans le cénacle, persévérant dans la prière, et appelant de tous ses vœux le Consolateur promis. C'était, comme l'avait dit Notre-Seigneur lui-même, le grain de sénevé, la plus petite de toutes les semences, mais qui, venant à germer, produit bientôt une plante très élevée, une espèce d'arbuste où les oiseaux du ciel peuvent se percher. Son accroissement fut merveilleusement rapide. Dès la première promulgation que fait saint Pierre de la loi chrétienne, au milieu de Jérusalem, trois mille juifs se convertissent, et se font baptiser au nom de celui qu'ils avaient naguère crucifié. Pierre prêche une seconde fois, et cinq mille autres juifs se convertissent chaque jour, nouvelle prédication et nouvelles conversions.

Conversions sans nombre c'étaient des personnes de tout rang, de tout âge, de tout sexe; c'étaient des scribes, des pharisiens, des docteurs de la loi; c'étaient quelquefois ceux qui s'étaient montrés les plus acharnés ennemis de Jésus, et qui, éclairés tout à coup des lumières de la grâce, ne pouvaient s'empêcher de détester leur crime, et de rendre hommage à l'évidence des faits évangéliques. Conversions sincères, efficaces on faisait taire les préjugés, on renonçait à tous les liens de la chair et du sang, pour pratiquer les œuvres de la plus éminente sainteté. Qui pourrait lire, sans être saisi de la plus vive admiration, la vie des premiers chrétiens? Ils n'avaient tous qu'un cœur et qu'une âme ils faisaient leurs délices de la prière, de la parole de Dieu, de la participation aux saints mystères; une tendre piété animait toutes leurs actions. Les plus fervents d'entre eux ne connaissaient pas ces mots odieux et glaçants le mien, le tien, qui sont la source de tant de haines, de querelles, de procès; au contraire, ils mettaient leurs biens en commun, et celui qui était pauvre devenait riche par la libéralité de ses frères.

Ce fut alors l'âge d'or de l'Église; tout y exhalait un parfum d'innocence, de pureté, de sainteté et cette société des premiers fidèles était vraiment une image de la société des Bienheureux dans le ciel. Mais le temps était venu où toute chair devait voir le salut de Dieu, où l'on ne devait pas adorer seulement dans Jérusalem ou sur le mont Garizim; en tous lieux devait s'offrir l'Hostie pure et sans tache; et toutes les nations de la terre devaient se convertir au Seigneur. Les apôtres se sont partagé le monde; et leur voix a bientôt retenti jusqu'aux extrémités de l'univers. La doctrine qu'ils annoncent, ils la confirment par les miracles les plus éclatants, et les nations viennent en foule se prosterner devant la croix de Jésus. Après avoir prêché aux Juifs, saint Pierre entre dans la Syrie, dans le Pont, dans la Galatie, dans la Bithynie, dans Rome, qui était alors la capitale de l'empire et du monde. Saint Paul parcourt des provinces innombrables, et son zèle à propager la foi parmi les Gentils, et ses succès prodigieux lui ont valu le glorieux titre d'Apôtre des nations; saint Jean va dans l'Asie, saint André dans l'Épire et l'Achaïe, saint Philippe dans les deux Phrygies, saint Thomas jusqu'aux Indes.

Ils bravent la rigueur des climats, la férocité des peuples; ils traversent des mers inconnues, les forêts les plus sauvages, les îles les plus reculées ils pénètrent dans les lieux mêmes où les armes des plus fameux conquérants avaient été forcées de s'arrêter. L’œuvre qu'ils ont si bien commencée, leurs successeurs la continuent, sans que rien puisse ralentir l'ardeur de leur zèle. Dès le troisième siècle, le monde est plein de chrétiens. On en trouve partout, dans les villes, dans les campagnes, dans les écoles et les académies, dans les armées, au barreau, dans les tribunaux et jusque dans le palais des Césars.

Ainsi, cette petite pierre, que Daniel avait vue détachée de la montagne sans aucune main d'homme, est devenue elle-même une montagne qui a couvert toute la terre. Ainsi, cette vigne, après avoir jeté ses racines dans la Judée, a porté ses ramifications d'une mer à l'autre, et s'est étendue jusqu'aux régions les plus reculées. Ses pampres, toujours verts, ombragent les plus humbles collines, et couronnent les cèdres les plus élevés; et, toujours féconds ils produisent des fruits de justice et de sainteté. Mais comment le christianisme a-t-il pu se propager si rapidement? comment a pu s'opérer cette grande merveille de la conversion de l'univers? Ah c'est bien ici qu'il faut que toute langue confesse que Dieu seul a fait cet ouvrage. Et, pour mieux nous en convaincre, considérons un instant que les apôtres eurent à surmonter les obstacles les plus invincibles, et qu'ils n'avaient aucun moyen pour réussir.

1° Obstacles de la part des Juifs.
Il fallait leur persuader que le temps de la loi de Moïse était passé; que l'attente où ils étaient d'un Messie glorieux et triomphant, qui les délivrerait du joug des Romains, était une chimère; il fallait leur persuader que ce Jésus qu'ils avaient vu pauvre, méprisé, crucifié, était leur Dieu, leur Sauveur; et qu'en le mettant à mort, ils s'étaient rendus coupables d'un crime inouï, d'un affreux déicide! Quel juif voudra les entendre? Qui voudra embrasser une doctrine, qui voue toute leur nation au mépris et à l'exécration des peuples? Et les princes des prêtres, les magistrats, les scribes, les docteurs, sur la tête de qui ils font retomber le sang de l'Homme-Dieu, ne vont-ils pas se soulever contre eux, et user de toute la rigueur des lois, pour arrêter la propagation de l'Évangile? Vraiment, si l'on en juge d'après les règles de la prudence humaine, c'était folie que de prétendre faire adorer aux Juifs le crucifié du Calvaire.

2° Obstacle de la part des Gentils :
Le paganisme était, il est vrai, une religion absurde, bizarre, qui choquait visiblement et grossièrement les premiers principes du bon sens; et cependant il était profondément enraciné dans l'esprit et le cœur de tous les peuples. Car c'était une religion qu'on avait sucée avec le lait, qu'on avait appris a vénérer dès la plus tendre enfance, qu'on voyait soutenue par la magnificence des cérémonies et la splendeur des sacrifices, défendue par les magistrats, autorisée par l'exemple des plus sages législateurs, des plus illustres capitaines, des plus célèbres philosophes. De plus, c'était une religion facile, riante, commode, qui ne proscrivait aucun vice, qui flattait toutes les passions. !i n'y avait pas de crime, si abominable qu'on le suppose, qu'on ne pût excuser par l'exemple de quelques Dieux. Aussi la débauche faisait-elle partie du culte qu'on leur rendait. On conçoit facilement qu'une pareille religion devait avoir de grands attraits pour l'homme, a qui rien n'est si doux que de suivre en liberté ses penchants.

Et que de traits ne trouvons-nous pas dans l'histoire, qui nous prouvent l'attachement de peuples à leurs superstitions, si extravagantes qu'elles fussent!

Daniel a fait périr le monstrueux dragon, idole des Babyloniens, et il excite un soulèvement général, et il est jeté dans la fosse aux lions.

Quelques soldats romains tuent par mégarde un chat, et l'on sait que le chat, ainsi que l'ibis et le crocodile, étaient des Dieux chez les Égyptiens; et voilà que tout le peuple s'ameute contre eux, et, sans aucun respect pour la majesté du nom romain, ils sont impitoyablement mis en pièces. Quel n'était pas le zèle des Éphésiens pour la gloire de la Diane! Saint Paul veut les désabuser de ce culte insensé, et la ville est aussitôt remplie de cris et de tumulte, et la sédition devient si violente que les magistrats ont beaucoup de peine à l'apaiser.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Ven 21 Sep 2018 - 22:51

C'est donc un fait constant, que tous les peuples étaient fortement persuadés de l'existence de leurs Divinités, et actuellement de leurs idoles, de leur raisons cartésiennes et de la légitimité du culte qu'on rendait à ces idoles.

Les personnages les plus instruits et les plus sensés eux-mêmes se montraient pleins de respect pour leurs prétendus Dieux immortels. Or, ces idoles qui leur étaient si chères, il fallait les briser, et cela, non en un seul lieu, mais dans toute l'étendue de l'univers; et, sur leurs débris, il fallait élever l'autel d'un Dieu nouveau, d'un Dieu inconnu, d'un Dieu venu de la Judée, pour laquelle on professait un souverain mépris, et, pour tout dire en un mot, d'un Dieu crucifié! Conçoit-on les difficultés d'une pareille entreprise? conçoit-on que douze pauvres pêcheurs aient osé s'en charger?

Les plus audacieux des hommes eussent reculé à la vue de cette tempête effroyable de haines, de vengeance et de mort, que le fanatisme idolâtrique allait exciter contre eux. Évidemment, si les apôtres n'eussent été animés de l'Esprit de Dieu, il leur était impossible de convertir, je ne dis pas un seul peuple, mais une seule ville.

3° Obstacles du côté de la doctrine qu'ils annonçaient. Il ne leur suffisait pas d'extirper le préjugé de l'idolâtrie, il fallait encore rendre les hommes chrétiens, c'est-à-dire faire violence à la fois à leur esprit et à leur cœur. A leur esprit, en leur proposant à croire sans hésiter, sans raisonner, les mystères les plus incompréhensibles, un Dieu en trois personnes et trois personnes ne faisant qu'un Dieu un Dieu né dans une étable, un Dieu crucifié entre deux voleurs, comme un infâme scélérat. Un Dieu crucifié quelle doctrine à persuader au monde quelle folie Aux plus doux penchants du cœur, car le christianisme est une religion de privations, de croix, de souffrances il commande les vertus les plus pénibles l'humilité, la mortification, la chasteté, la pénitence, le pardon des injures, l'amour des ennemis; il exige les plus austères devoirs; il veut qu'on regarde la terre comme un lieu d'exil, et le ciel comme notre unique patrie qu'on se détache des biens de ce monde qu'on fasse la guerre, et une guerre continuelle, aux plus douces inclinations de la nature; qu'on porte dans tout son corps la mortification de Jésus-Christ.
Or, croyez-vous qu'il fut facile de renverser ainsi les idées des peuples, d'étouffer en eux l'amour des plaisirs, des richesses, des honneurs? Oser l'entreprendre n'était-ce pas exciter contre soi les passions qui ont le plus d'empire sur l'homme ?

Convenons-en pour détruire l'idolâtrie, cette religion de mollesse et de volupté, et pour y substituer la religion chrétienne, si effrayante par la profondeur de ses mystères et l'austérité de sa morale, il fallait plus qu'un bras de chair, il fallait toute la force du Dieu vivant. Maintenant, voyons quelles étaient les ressources des apôtres pour le succès de leur entreprise.
Qu'est-ce qui fait réussir dans les grands desseins ? C'est ou la science, ou la richesse, ou la force, ou l'adresse.. Mais les apôtres n'avaient aucun de ces moyens. C'étaient des hommes pauvres, grossiers, ignorants, tirés de la lie du peuple c'étaient des artisans des pêcheurs qui n'avaient connu de leur vie que leurs barques et leurs filets. Leur air, leur langage, leurs manières, tout annonçait en eux l'abjection dans laquelle ils étaient nés. Il n'ont pour arme qu'un instrument de supplice, la croix; ils n'ambitionnent que les mépris et les souffrances. Loin d'agir à la manière des conspirateurs, qui déguisent d'abord leurs vrais sentiments, qui cherchent à s'insinuer dans les esprits par de sourdes menées, et à se faire ainsi un parti capable de se soutenir par lui-même, les apôtres prêchent l’Évangile à haute voix, sur les places publiques, sur les toits des maisons, sans aucun ménagement pour la délicatesse de leurs auditeurs, sans aucun adoucissement dans la morale ils demandent une foi pure et simple, sans raisonnement et sans discussion. Ils ne reçoivent dans leur société que ceux à qui ils trouvent des marques d'une conversion sincère et, si quelqu'un de leurs sectateurs tombe dans quelque faute notable, loin de fermer les yeux, ils le soumettent à de rigoureuses pénitences, ou bien ils le chassent impitoyablement.

De bonne foi, était-ce là des moyens de se concilier les esprits, de se faire des partisans ? Des imposteurs en auraient-ils usé de la sorte pour faire prévaloir leur complot? Nous voyons donc que, dans l'établissement de l'Évangile, toutes les règles de la prudence humaine ont été violées. Les apôtres avaient tout contre eux ils n'avaient rien pour eux. Disons plus, eussent-ils eu toute l'éloquence des plus sublimes orateurs, toute la subtilité des plus profonds philosophes, toute l'habileté des plus grands politiques, toute la puissance des Césars, jamais, non, jamais, ils n'auraient pu persuader aux hommes d'adorer un Dieu mort sur un infâme gibet, d'embrasser une religion qui commande de croire ce qu'on ne comprend pas, d'espérer ce qu'on ne connaît pas, de pratiquer ce qu'on ne goûte pas, d'aimer ce que la nature nous fait haïr, de haïr ce que la nature nous fait aimer, de se renoncer soi-même, et de porter chaque jour la croix. Eh bien! là où les puissants génies eussent échoué, douze pauvres pêcheurs ont réussi. L'Esprit Saint, Dieu, était, est et sera là.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par LargoWinch le Sam 22 Sep 2018 - 9:21

Mais l'Eglise de France est en train de s'effondrer !
avatar

LargoWinch
Titre du rang
Titre du rang


Messages : 25
Date d'inscription : 14/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Sam 22 Sep 2018 - 10:03

Nous sommes dans un sujet de catéchisme, pas sur un débat, déjà ouvert ailleurs.

L’Église est faite d'hommes et de temps, plus ou moins religieux. Un peu comme notre vie de chrétien...

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 26 Sep 2018 - 8:47

Oui, c'est le propre de Dieu d'opérer les plus grandes merveilles avec les instruments les plus faibles en apparence et jamais sa puissance n'éclate davantage que lorsque, par les moyens les plus disproportionnés à ses fins, il produit les plus magnifiques ouvrages. Il ne lui fallut qu'un mot pour créer le monde, qu'un peu de boue pour former l'homme, que des moucherons pour confondre l'orgueil de l'Égypte; et, quand il a voulu régénérer les hommes et établir le règne de l'Évangile, il n'a employé que la voix de douze bateliers. S'il avait suscité pour lui les Césars, et avec eux les grands, les riches, les savants, les sages du siècle, on eût pu dire que la religion chrétienne s'était établie par les efforts de la puissance humaine.

Mais il était écrit que Dieu détruirait la sagesse des sages, qu’il rejetterait la science des savants et il lui a plu de sauver, par la folie de la prédication, ceux qui croiraient en lui.

Nous concluons donc que la conversion de l'univers est le chef-d'œuvre de la droite du Très-Haut, qu'à Dieu et à Dieu seul en appartient toute la gloire; et il ne nous faut pas d'autre preuve pour démontrer la divinité du christianisme. Car de deux choses l'une ou le christianisme s'est établi par les miracles de Jésus-Christ et des apôtres, ou bien sans miracles.
Dans le premier cas, son origine est évidemment divine; dans le second cas, outre qu'on s'inscrit en faux contre toutes les histoires, il est évident encore que la conversion du monde, opérée sans miracles, serait elle-même le plus étonnant de tous les miracles. C'est la pensée de saint Augustin, elle suffit à elle seule, pour confondre tous les raisonnements des incrédules.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Sam 29 Sep 2018 - 23:21

Une des conversions les plus remarquables, et qui sert merveilleusement à prouver la divinité du christianisme, a été celle de saint Paul qui, parle plus étonnant de tous les prodiges, de persécuteur fut changé en apôtre.
D'abord, connu sous le nom de Saul, il avait puisé dans la société des pharisiens une haine violente contre le christianisme, et il ne respirait que le sang et le carnage contre les disciples de Jésus-Christ. Ayant appris qu'à Damas un grand nombre d'Israélites avaient renoncé à la loi mosaïque pour embrasser la religion nouvelle, il alla trouver le grand prêtre, et lui demanda des lettres et des pouvoirs pour les synagogues de cette ville, afin de saisir et d'enchaîner les Juifs convertis à la foi de Jésus-Christ et, dès qu'il eut obtenu la mission qu'il sollicitait, il partit comme un tigre altéré de sang, accompagné de quelques officiers sous ses ordres.

Comme il était sur le chemin de Damas, il fut tout à coup investi d'une vive lumière venue du ciel qui le fit tomber à la renverse.
Il entendit en même temps une voix qui lui dit:
"Saul, Saul, pourquoi Me persécutez-vous ?"
"Qui êtes-vous, Seigneur ?" répondit-il.
"Je suis Jésus, que vous persécutez!"
Saul tout tremblant s'écria "Seigneur, que voulez-vous que je fasse" ?
"Levez-vous", reprit la voix, "entrer dans la ville, et là je vous ferai connaître mes volontés."

L'épouvante, dont Saut avait été saisi, fut telle qu'il en était devenu aveugle. Ses compagnons furent donc obligés de le prendre par la main et de le conduire jusqu'à Damas, où il recouvra miraculeusement la vue par les prières d'Ananie qui, lui ayant mis les mains sur les yeux, en fit sortir comme des écailles. Saul reçut le baptême et il fut dès lors un vase d'élection, et une des plus fortes colonnes de l’Eglise.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Sam 29 Sep 2018 - 23:25

Le plus grand nombre des juifs se rendant de plus en plus indignes de la grâce évangélique, par leur endurcissement, Dieu fit connaître à Pierre, dans une vision, que le moment était venu de faire entrer les nations dans le berçait du divin Pasteur. Ce fut un officier romain de Césarée nommé Corneille, qui fut appelé le premier à la foi chrétienne. Il avait attiré sur lui les regards du Ciel par la pureté de sa vie et les abondantes aumônes qu'il faisait aux pauvres. Un jour qu'il était en prières, l'Ange du Seigneur lui apparut et lui dit: « Vos prières et vos aumônes soi. montées jusqu'au Trône de la miséricorde divine. Envoyez chercher à Joppé un homme, appelé Simon et surnommé Pierre. C'est de lui que vous apprendrez ce que vous avez à faire pour être sauvé. » L'Ange ayant disparu, Corneille envoya aussitôt à Joppé trois de ses serviteurs, pour chercher et faire venir chez lui celui qui devait l'instruire des grandes vérités du salut. Lorsque ces envoyés de Corneille furent près d'entrer dans la ville, Dieu fit connaître à Pierre qu'il n'y avait plus de distinction entre tes Juifs et les Gentils, et que ces deux peuples n'en devaient former qu'un. Il n'hésita donc pas à partir avec ceux qui venaient le chercher, et il se mit aussitôt en route pour Césarée. Cependant Corneille avait assemble chez lui ses parents et ses amis. Dès qu'il aperçut Pierre, il se jeta à ses pieds, comme pour l'adorer. Mais Pierre lui dit « Levez-vous, je ne suis qu'un homme comme vous. » Puis, adressant la parole à l'assemblée, il annonça la doctrine et les miracles de Jésus-Christ. Il n'avait pas achevé son discours que le Saint-Esprit descendit visiblement sur ses auditeurs, et leur communiqua le don des langues. Pierre baptisa aussitôt le vertueux officier et toute sa famille. Telles furent les heureuses prémices de l’Église des nations.

Il convenait que Pierre, en sa qualité de chef des apôtres et de pasteur suprême, ouvrit le premier la porte de l'Église aux Gentils.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Jeu 25 Oct 2018 - 11:30

D. Quels biens devons-nous demander à Dieu?

R. Nous devons demander à Dieu principalement les biens spirituels; mais nous devons lui demander aussi les biens temporels.

Il y a deux sortes de biens, ceux de la nature et ceux de la grâce. Les premiers n'ont rapport qu'à cette vie périssable, et passent comme elle; les seconds, qui sont sans contredit les plus précieux, nous sont donnés pour nous rendre dignes de Dieu et nous faire parvenir à la fin surnaturelle pour laquelle nous sommes créés. Mais, hélas tel est l'aveuglement de notre esprit et la faiblesse de notre cœur, que nous n'avons le plus souvent que des vues mondaines.

On ne songe qu'à la santé du corps, qu'à l'accroissement de sa fortune, qu'à son bien-être matériel, et l'on voudrait que la volonté toute pure et toute sainte de Dieu se conformât à nos pensées terrestres et qu'elle nous aidât à satisfaire notre ambition, notre orgueil, peut-être même nos désirs les plus injustes, nos haines et nos vengeances et il arrive quelquefois qu'on lui adresse à cet effet les vœux les plus téméraires et les plus insensés. Voulez-vous donc, nous répond le Seigneur, par la bouche de son Prophète, que je serve à vos iniquités? Voulez-vous que je me fasse le protecteur de cette aveugle concupiscence qui vous domine?

Au lieu de chercher avec tant d'avidité les biens périssables de ce monde, qui sont si souvent préjudiciables au salut, et deviennent, par l'abus qu'on en fait, de véritables maux, cherchons les biens solides et incorruptibles de l'éternité. La rosée du ciel, qui signifie les dons de la grâce, doit évidemment passer, dans Perdre de nos désirs, avant la graisse de la terre. En un mot, selon la pensée du divin Maître, demandons avant tout le royaume de Dieu et sa justice. Tout le reste, comme le dit saint Jean Chrysostome, n'est que du sable, que de la boue, qu'une vile toile d'araignée.

Votre ambition, ô chrétien, ô enfant de Dieu, doit se porter plus haut. Quoi à ce Dieu si grand, si puissant vous ne demanderiez que des bagatelles! A l'Éternel vous ne demanderiez que des choses périssables au maître du ciel que les richesses de la terre au Dieu qui vous ouvre son royaume immortel, que de misérables biens qu'il faudra bientôt perdre sans retour, et dont la jouissance fugitive vous expose à tant de dangers Ah demandez-lui plutôt des choses vraiment grandes demandez-lui les dons célestes.



1) Le don de la Prière car, ainsi que l'a très-bien dit saint Nil, de même que la vue est le plus excellent des sens, de même aussi la Prière est la plus divine des vertus. De nous-mêmes, nous ne savons le plus souvent ni ce que nous demandons, ni ce que nous devons demander. C'est le Saint-Esprit qui doit former dans nos cœurs ces désirs purs et ardents, qui sont toujours exaucés

2) La sagesse, c'est-à-dire la réunion des vertus chrétiennes, et surtout de celles dont nous avons le plus besoin, la patience, la douceur, la charité, la pureté des mœurs, la bonne conscience, une foi vive, une humilité profonde, en un mot, tout ce qui peut contribuer à la sanctification de notre âme et en faire la perfection.

3)La grâce. Elle est le plus précieux des trésors, elle est la seule parure de notre âme, elle est la pierre précieuse au moyen de laquelle nous pouvons nous faire ouvrir les portes du ciel.

4) La gloire, non pas cette gloire humaine qui s'évanouit comme une vaine fumée, mais la gloire des saints, cette gloire sans fin, pour laquelle nous avons été créés et à laquelle nous arriverons infailliblement par l'innocence de notre vie.

5) La possession même de Dieu, car il a promis de se donner à nous. Il veut bien être notre récompense, notre bonheur, notre gloire. Ne lui demandez donc autre chose que lui-même, vous dirai-je avec saint Augustin; laissez les autres borner leurs désirs à tels ou tels avantages, qui les séduisent et les égarent; pour vous, c'est à Dieu lui-même que vous devez prétendre.

Ce n'est pas que nous ne puissions absolument demander les biens temporels. Quoique si peu proportionnés à la noblesse de notre être, il nous sont nécessaires pour notre passage ici-bas.

Et, comme c'est de la main de Dieu qu'ils émanent et qu'il en a la souveraine dispensation, nous devons nous adresser à lui pour les obtenir. Aussi, l'Église a-t-elle établi des Prières solennelles, comme les Rogations, les Quatre-Temps, pour attirer les bénédictions du Ciel sur les fruits de la terre.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catéchisme

Message par Henryk le Mer 5 Déc 2018 - 11:03

Par le symbole, nous ne pouvons faire mieux que de citer les lignes suivantes, que le baron de Géramb a écrites, après avoir visité la grotte où les apôtres, selon la tradition, composèrent en commun cette sublime profession de foi. Voici les réflexions de cet illustré pèlerin.

« C'est une magnifique et ineffable merveille que ce Credo, œuvre de quelques hommes sans science et sans lettres, que ce Credo, sorti d'un coin obscur de la Judée, se soit répandu dans toutes les parties de l'univers, et soit devenu le symbole, non-seulement des peuples, mais encore de tout ce qu'il y a eu depuis sur la terre d'hommes véritablement grands, surtout d'hommes solidement vertueux donnant aux plus timides le courage et la force de braver les persécutions et la mort, et triomphant partout des tyrans comme des philosophes, des sophismes comme des échafauds. Sans doute, pour constater les faits de l'histoire évangélique, il devait suffire qu'ils eussent été publiquement attestés sur les lieux mêmes où ils s'étaient accomplis; qu'ils eussent été confirmés par les témoins, en présence des chefs du peuple et des magistrats, et scellés par eux de leur sang. Toutefois ce n'était pas assez dans les desseins miséricordieux de la sagesse divine elle a voulu, non-seulement que les faits de la naissance, de la passion, de crucifiement, de la mort et de la résurrection du Sauveur, fussent consignés dans le Credo, mais qu'à ce témoignage des apôtres vînt se joindre le témoignage de tous les chrétiens contemporains, et qu'exprimé par le même symbole, il fût répété d'âge en âge par tous ceux qui deviendraient membres de l'Église de Jésus-Christ; qu'en tout temps, en tous lieux, dans les persécutions comme au sein de la paix, dans les assemblées particulières comme en public, dans l'intérieur des familles comme dans les temples, etc., il ne cessât pas un seul jour d'être proclamé; de manière que de toutes les voix du monde chrétien réunies il ne résultât, en quelque sorte, qu'un seul et unique témoignage, tenant, s'il est permis de parler ainsi, par un premier anneau, aux faits mêmes dont il est l'objet, et devant se rattacher, par le dernier, à la croix glorieuse et triomphante, avec laquelle, au jour redoutable, Jésus reparaîtra sur la terre, pour juger et ceux qui auront cru et ceux qui auront refusé de croire. ».

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 1739
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 53
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum