La France : Le pays où l’on n’arrive jamais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La France : Le pays où l’on n’arrive jamais

Message par Chasseur le Mar 17 Sep - 21:53

Éditorial

Le pays où l’on n’arrive jamais

La France est un pays de rêve, un horizon sans cesse repoussé, une proposition ouverte… Chaque ministre promet la lune pour 2025, la démocratie pour 2017, la pause fiscale pour 2014, la richesse pour bientôt, l’égalité pour demain. Et en attendant ? En attendant, il ne faudrait pas que la réalité vienne obscurcir ces lendemains radieux. Le réel est sale, le réel pue, le réel ment. Un million de manifestants dans la rue ? C’est faux. Il y a des bandes vidéos truquées qui le prouvent ? Navré, on a perdu le mode d’emploi. Un sexagénaire bouscule volontairement un voleur et se fait assassiner ? C’est un « héros » selon le Président Valls (pourquoi ?…). Un bijoutier assassine un voleur et un million et demi d’internautes le “soutiennent” ? Commençons par dire que ce ne sont pas de vrais like, puis que c’est l’extrême droite qui les suscite (ça les disqualifie d’emblée ?). 2000 milliards de déficits publics, des centaines de milliers de Français vivant sous le seuil de pauvreté, un islam radical intouchable et revendicatif, une influence diplomatique réduite à néant, 20% des enfants arrivent illettrés en sixième – mais non, la croissance revient, non, l’État et le marché ne fabriquent pas d’exclusion sociale, non, il n’y a pas de problème d’intégration, non, Obama n’a pas ridiculisé Hollandouille, non, l’Éducation nationale n’a pas failli à sa mission. Car demain sera meilleur. La France se réinvente. Montebourg nous l’a promis : on a inventé le monde moderne (c’est les Français qui ont tout fait, si j’ai bien compris son film : mettez le son, et pleurez http://printempsfrancais.us4.list-manage1.com/track/click?u=d3e91785a891c0b94fadaf9f8&id=3fb51c69f3&e=77b151b165), on va pas s’arrêter là. Et commençons par changer le sexe de tout le monde, ce sera plus simple pour inventer des produits qui conviendront à tous. Un rêve pas héroïque mais bien brutal.

On ne lâche rien!

Printemps Français
http://www.printempsfrancais.fr/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La France : Le pays où l’on n’arrive jamais

Message par Chasseur le Mer 26 Fév - 19:18

L’essayiste Nesmet Lazar : « Peut-on encore sauver la France ? »

En 2010 est publié Peut-on encore sauver la France ? Cet ouvrage consiste en une analyse des différentes causes du déclin français, et livre un certain nombre de propositions pour y remédier. Fruit d’un long travail, l’analyse de chaque thème est renforcée par de nombreux exemples issus des titres de presse de tous bords, ainsi qu’un rappel très utile et complet des différentes réformes qui se sont empilées. Contrepoints a rencontré son auteur, Nesmet Lazar.



Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques mots ?

Simple citoyenne issue de la cité civile, je suis née en Algérie. J’ai grandi dans un milieu défavorisé, avec un père qui s’est beaucoup occupé de mes études, qui se sont arrêtées tôt car dans l’Algérie coloniale il était pratiquement impossible pour une « indigène » d’accéder aux études supérieures.

Jeune femme, j’ai rencontré une personne qui allait devenir mon mari, et qui a eu une longue carrière de consultant international. Moi qui n’avais pas fait d’études, j’ai découvert grâce à lui, dans le détail, des disciplines fondamentales comme les relations internationales, économiques et diplomatiques.

Suite à sa disparition, en 2005, j’ai décidé de mettre à profit toutes ces connaissances et cette expérience pour décrypter et dénoncer les politiques mises en œuvre en France depuis une quarantaine d’années.

A-t-on besoin d’un Sénat en France ? Non !

Quelle a été l’élément déclencheur de l’écriture de ce livre ?

La décision de débuter l’écriture a été prise en septembre 2006. À cette période, la campagne pour les présidentielles débutait tout juste ; Nicolas Sarkozy avait déjà clairement fait comprendre qu’il était candidat, et l’ambiance générale le voyait déjà comme le prochain président de la république française.

En observant les nombreux débats qui avaient lieu, j’éprouvais une certaine colère de voir que des sujets fondamentaux n’étaient pas abordés, et je craignais que les erreurs d’autrefois ne soient une fois de plus reproduites durant le prochain mandat.

Le seul premier-ministre qui avait laissé la France en bonne santé lors des élections de 1981 était monsieur Raymond barre puisqu’il n’y avait aucune dette ni déficit. Aujourd’hui, sa sépulture se trouve au cimetière du Montparnasse et il n’y a même pas une fleur sur celle-ci. Ne méritait-il pas tout comme Henri Poincaré une très belle entrée en panthéon ?

Lire la suite sur : http://www.contrepoints.org/2014/02/26/157768-lessayiste-nesmet-lazar-peut-on-encore-sauver-la-france?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints2+%28Contrepoints%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'exode de nos jeunes n'augure rien de mieux...

Message par Chasseur le Mar 8 Avr - 18:49

l'exode de nos jeunes n'augure rien de mieux...

Nous avons déjà fait part de notre inquiétude à ce sujet (par exemple: http://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/08/09/a-propos-de-la-fuite-des-jeunes-cerveaux/) mais il semble que les parlementaires de ce que certains nomment abusivement "l'opposition" commencent à s'en émouvoir. Tant mieux, même s'il n'y a pas à en attendre grand chose...

La crise économique encourage-t-elle un essor de l'émigration, une fuite des cerveaux ? Le phénomène serait nouveau pour l'Hexagone, au point qu'une proposition controversée de l'UMP de créer une commission d'enquête sur " l'exil des forces vives de France " doit être débattue à l'Assemblée nationale, en commission des finances mardi 8 avril, puis en séance mercredi 9.

Le sujet était jusqu'à présent relativement marginal dans le débat politique. Avec cette proposition, il fait soudain son entrée dans l'Hémicycle, où gauche et droite défendent des visions radicalement différentes. A l'origine de cette démarche à l'intitulé alarmiste : Luc Chatel, député (UMP) de la Haute-Marne. " C'est un sujet de fond, défend celui qui est aussi vice-président de l'UMP. Depuis dix ans, on envoie des contre-messages aux jeunes, aux entreprises. Aujourd'hui, il y a de plus en plus de cadres et d'étudiants qui partent à l'étranger, et pas seulement pour enrichir leur curriculum vitae. Ils partent pour chercher un emploi. Pourquoi ? "

M. Chatel justifie sa proposition de commission d'enquête par le manque de chiffres sur le sujet. La France ne comptabilise pas les sorties de son territoire. Seulement les entrées, et encore...Et il n'existe pas de base recensant de manière continue et exhaustive la présence des Français à l'étranger.  " Chaque voyage me confirme le précédent : il y a bien une fuite des cerveaux liée à notre perte de compétitivité ", s'emporte Thierry Mariani, député (UMP) des Français de l'étranger (Europe orientale, Asie, Océanie) et bon connaisseur des sujets relatifs aux migrations.

" Les Français ne sont plus casaniers, c'est une bonne nouvelle !, défend pourtant Pouria Amirshahi, député PS des Français de l'étranger pour l'Afrique. En s'expatriant, ils deviennent nos meilleurs interprètes. Il faut encourager ce mouvement. " " L'exil, c'est quelque chose de contraint, le mouvement auquel on assiste est un choix ", ose prétendre de son côté Sergio Coronado, député (EELV) pour l'Amérique latine...Qui ne se pose à aucun moment la question de savoir qui va rester dans ce malheureux pays, à part ses envahisseurs.

An vérité, d'après les rares chiffres disponibles, le nombre de Français établis à l'étranger augmente " de façon significative " depuis le début des années 2000, comme le confirmait, en mars, une étude de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris Ile-de-France (CCIP) intitulée " Les Français à l'étranger, quelle réalité ? ". Dans cette note, la CCIP affirmait notamment que les expatriés restaient à l'étranger pour des durées de plus en plus longues. Un phénomène qu'elle expliquait, d'un côté, par la multiplication des contrats locaux, de l'autre, par la part croissante de créateurs d'entreprises dans ces expatriés.

Ce qui est certain c'est que, désormais, plus on est diplômé, plus on s'expatrie : le taux d'émigration est de 0,04 % pour les non-diplômés, 0,4 % pour les bacheliers, 1,1 % pour les titulaires d'un master et 2,1 % pour les docteurs, selon Bastien Bernela et Olivier Bouba-Olga, chercheurs à l'université de Poitiers, qui ont travaillé sur des données issues des enquêtes " génération " du Centre d'études et de recherches sur les qualifications. "Si d'aventure la situation traduisait une désaffection des diplômés pour la France, ce que nos études ne permettent pas d'identifier aujourd'hui, c'est un chantier qui nécessiterait une mobilisation d'un certain nombre d'acteurs et pas quelques décisions symboliques " estime Yves Poilane, président de la commission relations internationales de la Conférence des grandes écoles...

Source : http://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/author/conseilesperanceduroi/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Il va vraiment falloir que quelqu’un se décide à renverser la table !

Message par Chasseur le Dim 15 Juin - 21:49

Il va vraiment falloir que quelqu’un se décide à renverser la table !



Je suis généralement d’une nature plutôt calme. Mais là, vu l’état du pays et l’effondrement d’une classe politique totalement discréditée (tous partis confondus), je crois qu’il va vraiment falloir que quelqu’un (ou le Peuple) se décide à renverser la table.

On a plus de 5 2 millions de chômeurs, Pôle emploi est au bord de l’explosion… et la SNCF est en grève, les taxis sont en grève, les intermittents du spectacle sont en grève, l’UMP se discrédite tous les jours un peu plus avec des combines et des stratégies personnelles dérisoires, le Gouvernement est totalement tétanisé — on attend désespérément une purge des gaspillages publics, on attend une refonte de tout le système de formation professionnelle qui est une véritable honte, on attend qu’ils dynamitent Pôle emploi qu’il faut reconstruire de fond en comble, on attend qu’ils réforment les modes de scutin, on attend qu’ils instaurent plus de proportionnelle, on attend qu’ils rendent possibles les référendums, on attend des propositions pour reconstruire une Europe qui a été désavouée, mais rien ne vient … Les constructions de logements neufs s’effondrent (à tel point qu’ils parlent même de ne pas sortir les décrets d’application de la loi ALUR), les plans sociaux se multiplient, les entreprises perdent des parts de marché, les Français croulent sous les impôts, les retraites ne sont plus garanties, ni les prestations sociales…

Et, face à ce désastre, vous savez ce que vient de décider l’Assemblée nationale aujourd’hui ? Elle vient de créer une commission d’enquête parlementaire sur … l’impact de la loi sur les “35 heures” — pardon sur “l’impact sociétal, social, économique et financier de la réduction progressive du temps de travail”. Cela fait seize ans qu’ils nous disent qu’ils vont supprimer cette loi votée en 1998. Il y a le feu au lac, on a plus de 5,2 millions de chômeurs et nos chers Parlementaires coupés du monde et des réalités se donnent un délai de 6 mois pour rédiger son rapport. On hallucine !

Réformer de fond en comble. Et vite !
Il faut vraiment que quelque chose change dans ce pays qui s’enfonce dans l’immobilisme et le découragement. Et donc que les politiques sortent de la naphtaline ! Qu’ils montent au front et arrêtent de se planquer à l’arrière où ils cachent leur manque de courage. Qu’ils se décident à réformer tous les statuts, dans tous les domaines, profondément, et vite. Bref, qu’ils se mettent enfin à défendre l’INTERET GENERAL contre les intérêts particuliers ! Sinon je pense que les gens vont exploser.

À propos de la grève de la SNCF aujourd’hui, j’entendais dire qu’il y avait un tel niveau de nervosité et de haine sur les réseaux sociaux, qu’un de ces jour il y aura des représailles physiques d’usagers contre la SNCF… Après les municipales et les européennes, l’exaspération est telle que la France ne tiendra plus longtemps comme ça. Si les politiques ne se décident pas à prendre vraiment le taureau par les cornes et à réformer ce pays de fond en comble — comme s’il s’agissait de le reconstruire après une guerre— eh bien c’est le Peuple qui le fera : avec des fourches !

source : http://switchie5.wordpress.com/2014/06/11/assemblee-nationale-commission-enquete-35-heures-chomage-reformes/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La France : Le pays où l’on n’arrive jamais

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum