Arménie : la première nation chrétienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arménie : la première nation chrétienne

Message par Henryk le Dim 10 Déc 2017 - 19:38

Le mont Scpouh ou Kohanam est célèbre dans la tradition arménienne par l'épée miraculeuse, suspendue en l'air, et nommée liawhalï, du roi Tiridate, que Grégoire l’illuminateur* transforma en croix et que ceux-là seuls qui en sont dignes peuvent voir. C'est sur le mont Kohanam que Grégoire l’illuminateur descendait à genoux, pour se rendre à Jérusalem, afin d'obtenir la rémission des péchés de son père Anak ; Dieu lui apparut et lui envoya des séraphins pour L'empêcher de continuer à se torturer ; il leur obéit et fonda à cet endroit le couvent des Saints Séraphins.

*Il naît en Arménie vers 257, et grandit à Césarée, où il vit dans un univers chrétien. Il a deux enfants, Aristakès et Vertanès.

Tiridate IV devient, en 298, roi d'Arménie. Le souverain désire restaurer les fêtes de la déesse Anahit (Tiridate est païen). Grégoire, qui est chrétien, exprime son mécontentement et n'accepte pas d'y participer. Le roi décide de le jeter dans une fosse à Khor Virap, qui sera appelé « Prison de saint Grégoire », où il reste emprisonné durant treize années. Puis Tiridate tombe malade et il décide de le libérer pour qu'il vienne le soigner. Grégoire le guérit miraculeusement et devient officiellement catholicos d'Arménie, le premier de l'histoire, faisant du royaume, le plus ancien pays chrétien au monde. Il se fait ordonner évêque de Césarée de Cappadoce, d'où il ramène les reliques de saint Jean-Baptiste et d'Athanagène, martyr.

L'Église d'Arménie existait, certes plus ou moins superficiellement, avant Grégoire l'Illuminateur ; mais il en est le réel créateur, fonde des évêchés. Les conversions sont nombreuses.


Dernière édition par Henryk le Dim 24 Déc 2017 - 22:30, édité 1 fois
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 864
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 52
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arménie : la première nation chrétienne

Message par Henryk le Dim 10 Déc 2017 - 19:39

Il est malaisé, pour ne pas dire impossible, de donner d'une façon précise les limites du vaste territoire qui, au cours des siècles, servit d'habitat à la nation arménienne. Le centre de gravité du monde arménien s'est énormément déplacé, suivant les moments ; il fut tantôt à Ani et au pied du mont Ararat ; tantôt à Erzeroum ou à Van ; tantôt enfin dans les montagnes, dans les vallées et sur les rives de la Cilicie.
Il y eut un moment dans l'histoire où le territoire arménien fut très étendu ; c'est sous le règne du roi Arsacide Tigrane, au premier siècle avant l'ère chrétienne. C'est de cette époque que date la division géographique de l'Arménie qui est devenue classique chez les géographes arméniens et étrangers, et dont l'onomastique et la toponymie ont persisté jusqu'à nos jours.
Les inscriptions assyriennes et vaniques, anté-arméniennes, attestent l'existence, au IX siècle avant J.-C, d'un empire aux bords du lac de Van, qui est nommé Diaina dans les inscriptions en idiome local et Ourartou (Ararat) dans les inscriptions assyriennes. Les peuples qui constituaient cet empire étaient les Khaldaioi ou Khaltiq. Leur langue n'était ni arménienne, ni indo-européenne. On connaît seulement les noms de quelques-uns de leurs rois.
Il faut descendre au temps du roi Darius (522-486) pour trouver le nom d'Arménie. Les inscriptions de ce roi (Béhistoun ou Bissoutoun) mentionnent l'Arménie, qui figure toujours à côté de la Cappadoce.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 864
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 52
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arménie : la première nation chrétienne

Message par Henryk le Dim 24 Déc 2017 - 22:30

Le maire de Valence a posé la première pierre, avec une autorité religieuse de ce pays, d'une école franco-arménienne.


Mardi 28 , l'après-midi, a été rendu le délibéré du procès intenté par Maxime Gauin contre Ara Toranian et Sam Tilbian. Ce “chercheur“ français financé par un soudoiement turc avait attaqué le directeur du site des Nouvelles d’Arménie Magazine, Ara Toranian, et un contributeur du site, Sam Tilbian, pour diffamation et injure publique par voie électronique, notamment pour trois séries de propos publiés en 2013 et 2014 où Maxime Gauin est comparé au négationniste Robert Faurisson et taxé de tâcheron au service du fascisme turc.


En premier ressort, la plainte de Maxime Gauin a été jugée recevable en sa constitution de partie civile pour diffamation, mais il a été débouté et la relaxe a été prononcée. En ce qui concerne l’injure, la Cour a jugé qu’il n’y avait pas d’injure, car les propos avaient eu lieu dans le cadre d’une réflexion. Une avancée pour la cause arménienne et une défaite devant les tribunaux des tenants de la négation du génocide arménien.


“Nier le génocide arménien n’est pas un délit, mais au moins c’est reconnu comme un mensonge“ : voici la réaction satisfaite de Me Henri Leclerc, avocat des accusés, à la sortie de la 17e chambre correctionnelle.

_⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _⚜ _
avatar

Henryk
Titre du rang
Titre du rang



Masculin Messages : 864
Date d'inscription : 05/12/2017
Age : 52
Localisation : Forez

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum