L'UE: plan de destruction des nations européennes

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Merci l'Europe, merci Schengen

Message par Chasseur le Mar 18 Fév - 12:04

Là encore, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

Merci l'Europe, merci Schengen

Le temps de la sérénité de nos campagnes s'éloigne !


Des bandes organisées, de plus en plus nombreuses, écument désormais les champs et les fermes, en quête de butins rémunérateurs : machines agricoles, récoltes, carburant, câblage, tout y passe. Même les animaux. Comme si une partie du monde rural s'était brusquement transformée en un gigantesque libre-service. Dans le sud de la France, un réseau international, responsable du vol de 38 tracteurs, vient d'être démantelé. Montant du préjudice : 3,2 millions d'euros…

La situation s'est vraiment dégradée depuis 2006. Du simple chapardage, qui a toujours existé à la campagne, « on est passé à une tout autre dimension, celle du crime organisé  », précise Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA. «  On est confronté à une augmentation des vols très forte et très rapide », dit-il encore. Leur nombre, légèrement inférieur à 6000 il y a sept ans, a allègrement franchi la barre des 10000 l'an passé.

Les chiffres laissent rêveur et pourtant ils sont inférieurs à la réalité, à la fois parce que l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) ne prend pas en compte les vols avec effraction, mais aussi parce que, très souvent, les agriculteurs jugent inutile de porter plainte. Un comportement auquel la gendarmerie tente de remédier pour faciliter ses interventions et les rendre plus efficaces. Pour y parvenir, elle s'est rapprochée de la FNSEA et de ses fédérations départementales, organisant des réunions dans les lieux les plus chauds afin d'éviter la tentation de certaines victimes d'organiser leur propre défense. « L'exaspération est telle que ça finira mal, surtout chez les agriculteurs qui ont été cambriolés à plusieurs reprises »,estime Arnaud Rousseau, agriculteur et président de la FDSEA (fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) de Seine-et-Marne.

Le phénomène affecte tout particulièrement les fermes situées dans le voisinage des routes nationales 3 et 4. « Ce sont des axes routiers très commodes pour les voleurs, qui viennent de la région parisienne avec des porte-chars pour embarquer le matériel. Une fois commis leur forfait, ils filent vers l'Europe de l'Est », commente Arnaud Rousseau. Les gendarmes y ont découvert des sites de revente regorgeant de machines volées.

Pour les agriculteurs, la facture s'alourdit très vite. Le réservoir d'un tracteur contient de 400 à 600 litres de fioul. S'il est siphonné et détérioré par l'opération, la note peut atteindre 3.000 euros. Sans parler du fait que le tracteur étant momentanément inutilisable, c'est une, deux ou trois journées de travail perdues.

La proximité des villes est clairement un facteur aggravant. Celle des frontières aussi. Ainsi dans les Pyrénées-orientales, Nathalie Capillaire, directrice de la FDSEA, raconte : «  Cette année, les agriculteurs ont subi des vols de récoltes de fruits. Parfois en très grandes quantités d'un coup, 5, 6, 7 à 8 tonnes. Parfois tout au long de la saison par quantités de 500 à 600 kilos au rythme d'une fois par semaine » , raconte-t-elle. La période des vendanges dans la région de Collioure et de Banyuls a été riche en mauvaises surprises. Les voleurs n'ont pas hésité à vendanger à la machine sur une exploitation. «  Ces délits récurrents sont d'autant plus pénibles qu'ils s'accompagnent souvent de vols de matériels  », ajoute Nathalie Capillaire. Les hangars entièrement vidés ne sont pas rares dans les Pyrénées-Orientales et «  les méthodes de pillage et les circuits de revente sont très organisés  ».

Les animaux dépecés sur place ont «  beaucoup choqué les esprits . Cela requiert un certain professionnalisme et des outils » , observe la FNSEA. La vision des carcasses débarrassées de leur viande gisant au milieu du champ n'est pas près de s'effacer de la mémoire des éleveurs.

L'intervention de la gendarmerie ne suffit pas toujours à régler le problème. Arnaud Rousseau témoigne. «  Un jour, un agriculteur a alerté les gendarmes après avoir découvert tous ses moutons regroupés et attachés à la clôture. Ils ont arrêté le responsable, contre qui rien n'a été fait parce que le voleur était en dehors des terres, sur la route bordant le champ.  » Le laxisme intolérable de la justice n'a pas de limite. La preuve : tel autre agriculteur a été débouté de sa plainte auprès du tribunal, qui a classé l'affaire parmi les cas de glanage, historiquement tolérés. « Comment un magistrat peut-il conclure au glanage face au pillage d'une récolte ? » s'emporte Arnaud Rousseau.

Les vols de matériel sont orchestrés par des bandes très organisées, rompues au repérage et à l'action rapide. « Les receleurs revendent aux agriculteurs des pays de l'Est ou blanchissent le matériel et le louent. " Souvent, les gendarmes se trouvent face à ce qu'ils pensent être des bandes autonomes, travaillant chacune pour sa filière. «  Et, finalement, on découvre que toutes alimentent le même commanditaire.  » Lorsque le butin est revendu dans les pays de l'Est, il n'est pas toujours simple pour les gendarmes d'obtenir le soutien des autorités locales pour saisir les biens immobiliers des délinquants. «  La législation des pays d'Europe centrale ne le permet pas toujours. Les autorités roumaines coopèrent plutôt bien. Mais chaque cas est un cas d'espèce. Et on a plus ou moins de résultats selon les personnes que l'on vise. Quand ce sont des Roms, ils nous aident. Ils sont plus regardants pour les autres. »

Parallèlement, la gendarmerie a entrepris de développer avec l'aide des agriculteurs des dispositifs d'alerte par SMS ou par courrier entre agriculteurs lorsqu'ils remarquent une situation suspecte. Dans le même esprit que ce que nous avons déjà proposé avec l'association "Voisins vigilants" (lire "Une activité d'avenir : voisin vigilant" http://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/04/22/bulletin-climatique-quotidien-22-avril-2013-de-la-republique-francaise/).
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Athènes, le début et la fin de l'Europe...

Message par Chasseur le Mar 25 Fév - 11:43

La cupidité et la folie des hommes n'a pas de limite. C'est pour cela que je pense que l'on n'est déjà plus dans le rationnel, et comme les populations semblent impuissantes, il faudra un remède à la hauteur de ces hérésies



Lire l'article sur : http://www.crashdebug.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=8314:athenes-le-debut-et-la-fin-de-l-europe&catid=90:ca-sest-dit-par-la&Itemid=70
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[Enfin, de la croissance !] Intégration de la prostitution et de la drogue dans le PIB

Message par Chasseur le Jeu 27 Fév - 22:20

[Enfin, de la croissance !] Intégration de la prostitution et de la drogue dans le PIB

La Prostitution et les drogues vont ajouter 10 Md€ au PIB espagnol

● Les statistiques officielles incluront à compter du mois d’octobre 2014 les transactions économiques illégales non prises en compte qui avoisineront 1% du PIB.

● Ce changement coïncide avec une nouvelle méthodologie qui entrainera une augmentation du PIB de 10 milliards d’€.

● Les experts posent les dernières règles pour quantifier les transactions économique hors-la-Loi et affirme clairement que l’impact est uniquement statistique.

L’économie espagnole sera officiellement plus grosse de 20 milliards d’euros cet automne. Cette augmentation ne sera motivée par aucune reprise économique ni par les réformes imposées par la troïka. Son origine résidera dans une nouvelle méthodologie statistique s’appliquant à la mesure du PIB, qui comportera deux changements singuliers à partir du mois d’octobre.

Le plus choquant est, sans aucun doute, l’incorporation de l’économie illégale à l’activité économique. L’Institut National de la Statistique (INE) va commencer à évaluer combien d’argent génèrent les transactions économiques comme la prostitution, le trafic de drogue ou la contrebande. Des experts assurent que le résultat approchera 1% du PIB. L’économie espagnole frôlant grosso-modo les 1 000 milliards d’euros, l’économie illégale génère donc 10 milliards d’euros.

Depuis des années, le système européen de comptabilité nationale demande à ses membres, les 28 pays de l’Union Européenne, de commencer à prendre en compte dans leurs statistiques ces opérations hors-la-Loi. Cette recommandation deviendra obligatoire en 2016 mais l’INE a décidé de prendre le taureau par les cornes dès l’exercice 2014. La raison en est que d’autres changements statistiques entrent en vigueur comme le comptabilisation de la R&D ou la production d’armement. Dès lors, les dépenses en R&D seront comptabilisées non plus comme consommation intermédiaire mais investissement (formation brute de capital fixe).

Les responsables de la statistique espagnole préfèrent modifier en une seule fois la méthodologie. Ils profiteront donc du changement obligatoire de cet automne pour introduire la mesure de l’économie illégale. Il se trouve que Bruxelles a estimé que ce changement de mesure des dépenses d’investissement entrainera également une augmentation du PIB . . . de 1 à 2%. C’est à dire l’équivalent de l’intégration de l’économie illégale dans le PIB. Au total, le PIB passerait de 1 000 milliards d’euros à 1 020 milliards d’euros.

Lire la suite sur : http://www.les-crises.fr/enfin-de-la-croissance-drogue/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Tout est en place pour la liquidation totale

Message par Chasseur le Jeu 27 Fév - 22:31

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La « stratégie du choc » avance implacablement en Europe

Message par Chasseur le Sam 15 Mar - 15:34

Nouvel Ordre Mondial : La « stratégie du choc » avance implacablement en Europe

La « stratégie du choc » est une politique de démantèlement des biens publics et de réduction drastique des libertés menée après une grave crise économique, politique ou environnementale, un attentat ou une guerre.

Elle s'inspire des techniques de lavage de cerveau et de privation sensorielle employées par la CIA visant à détruire la mémoire du sujet, briser ses capacités de résistance et obtenir une « page blanche » sur laquelle écrire une nouvelle personnalité.

A l'échelle d'une population, il s'agit de faire « table rase » du passé en réduisant à zéro le patrimoine public d'un pays, ses structures sociales et économiques pour y construire une nouvelle société. Privées de leurs points de repères, littéralement en état de choc, les populations victimes de ce traitement se sont vues spoliées de leurs biens publics (éducation, santé, retraites) et de leurs libertés par l'oligarchie et ses élites sans même pouvoir et vouloir se défendre.

Les Chiliens sous la dictature de Pinochet ou les Argentins sous celle de Videla, les Russes victimes de la « thérapie de choc » de Boris Elstine, les Irakiens victimes de la campagne de bombardements intensifs américains de mars 2003 baptisée  Shock and Awe (choc et effroi), le peuple de Louisiane victime du cyclone Katrina, les Américains victimes de  l'escroquerie du 11 septembre et ses dérives liberticides, les Sud-Africains, les Chinois ou les Polonais victimes de la contre-révolution néo-libérale,...  la liste est encore longue de tous ceux qui ont servi de cobayes à cette doctrine insensée née dans le laboratoire de l'Université Mac Gill à Montréal. Elle a étrangement épargné l'Europe de l'Ouest... jusqu'à la crise des subprimes de 2007-2008.

Bienvenue en Grèce, laboratoire européen du « capitalisme du désastre » où sont testées les limites de la résistance humaine : un taux de chômage (officiel) à 28 %, un tiers de la population vivant sous le seuil de pauvreté, plus d'un tiers sans couverture maladie, des services publics en déliquescence laminés par des cures d'austérité draconiennes, un patrimoine public (sites archéologiques, îles, forêts, aéroports, compagnie de gaz ou d'électricité, ...) bradé pour une bouchée de pain à des sociétés privées... et une population à bout se souffle, devenue incapable de se défendre.

La raison de cette capitulation ? le traumatisme provoqué par la violence de la crise imposée au peuple grec par l'oligarchie bancaire, sapant toute velléité de résistance à la destruction systématique de la sphère publique : «Attendre une crise de grande envergure, puis, pendant que les citoyens sont encore sous le choc, vendre l'État morceau par morceau, à des intérêts privés avant de s'arranger pour pérenniser les « réformes » à la hâte [1] » est un bon résumé de ce qu'ont subi les Grecs. Ce véritable coup d'État financier a nécessité plusieurs phases de préparation. Récit d'une tragédie (grecque) en 5 actes.

Lire la suite sur : http://www.chaos-controle.com/archives/2014/02/15/29220302.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

16 chiffres qui montrent qui paye la crise grecque

Message par Chasseur le Sam 22 Mar - 16:35

16 chiffres qui montrent qui paye la crise grecque

Sur le blog économique Macropolis, Nick Malkoutzis, rédacteur en chef adjoint du journal grec Kathimerini, communique des chiffres qui témoignent des ravages que la crise de la dette a occasionnés dans son pays.

Vu de l’extérieur, les quelques Athéniens décontractés qui dégustent leur tasse de café en terrasse, ou les îliens qui s’attardent à l’apéritif peinent à décrire les conséquences bien concrètes de cette crise pour l’homme de la rue.

Et comme nous ne sommes pas confrontés à ce qui se passe dans les salons, bureaux, bâtiments d’usine et les hôpitaux, nous ne pouvons pas voir l’impact réel et dérangeant de la crise grecque.

Les indicateurs suivants nous rappellent cependant comment ce pays de l’UE a été catapulté au siècle dernier :

✔ 34,6% de la population vit dans la pauvreté ou dans l’exclusion sociale, ou est susceptible d’y glisser (chiffres 2012).

✔ Depuis le début de la crise, le revenu disponible des ménages a chuté de 30%.

✔ 34,8% des ménages grecs ont des arriérés à l’égard de l’Etat, des banques, de la sécurité sociale ou d’autres services publics.

✔ Plus de 40% pensent qu’il ne seront pas en mesure de remplir leurs obligations financières cette année.

✔ Le Service public de fourniture d’électricité coupe l’approvisionnement électrique de près de 30.000 familles et entreprises chaque mois en raison de factures impayées.

✔ Depuis le début de la crise, le chômage a augmenté de 160%. Près de 3,5 millions d’employés travaillent pour soutenir 4,7 millions de chômeurs et d’inactifs.

✔ Les chômeurs reçoivent une indemnité de chômage de 360 euros pendant les 12 premiers mois de leur chômage. En conséquence, seulement 15% des 1,4 millions de chômeurs reçoivent des prestations. Les travailleurs indépendants (25% du nombre total de personnes actives) n’ont pas droit à ces prestations.

✔ Les transferts sociaux devraient être réduits de 18% cette année. Le budget de la santé a été réduit de 11,1% entre 2009 et 2011. Aucun pays de l’OCDE n’a réalisé une coupe aussi importante sur ce budget.

✔ La pension moyenne de base se monte à moins de 700 euros, et depuis 2010, elle a été réduite d’un quart. Il est prévu que ce montant soit encore réduit de moitié sur les prochaines années.

✔ Pour 48,6% des ménages, la pension est la principale source de revenus.

✔ Selon une étude de l’Université d’Athènes, 12,3% des Grecs souffrent de dépression clinique. Ils n’étaient que 3,3% en 2008.

✔ Environ 800 000 personnes vivent sans accès aux soins de santé et dans certaines régions, des organisations humanitaires telles que Médecins du Monde ont dû se substituer au système de santé national pour fournir des soins et des médicaments aux personnes les plus vulnérables.

✔ La réduction du nombre de seringues et de condoms disponibles pour les toxicomanes a provoqué une forte hausse des cas d’infection au VIH, les faisant passer de 15 en 2009 à 484 en 2012.

✔ Les chercheurs notent également une augmentation de 21% du nombre d’enfants mort-nés, qu’ils ont attribuée aux restrictions d’accès aux soins prénatals.

✔ La mortalité infantile a augmenté de 43% entre 2008 et 2010.

✔ Enfin, le taux de suicide est également en hausse, et alors qu’on en avait compté 400 en 2008, on a dénombré 500 cas de suicides en 2011.

Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/16-chiffres-qui-montrent-qui-paye-la-crise-grecque-24202.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’EUROPE, UNE CONSTRUCTION AMERICAINE FINANCEE PAR LA CIA

Message par Chasseur le Mar 25 Mar - 23:12

L’EUROPE, UNE CONSTRUCTION AMERICAINE FINANCEE PAR LA CIA



Une enquête exclusive du magazine Historia ré-ouvre le dossier mal connu des origines américaines de l’intégration communautaire. De 1949 à 1959, en pleine guerre froide, les Américains, par l’intermédiaire de leurs services secrets et du Comité pour l’Europe unie, versent l’équivalent de 50 millions de dollars actuels à tous les mouvements pro-européens, parmi lesquels ceux du Britannique Winston Churchill ou du Français Henri Frenay. Leur but, contenir la poussée soviétique… Le « Mouvement européen » en particulier, qui il y a soixante ans fût fondé, dirigé et financé par la CIA, est aujourd’hui financé par le contribuable via les subventions de Bruxelles et compte au sein de ses organes dirigeants des « Européens convaincus » tels Daniel Cohn-Bendit, Valéry Giscard d’Estaing ou Jean-Pierre Jouyet. On relira aussi avec intérêt Frédéric Charpier : « La CIA en France, 60 ans d’ingérence dans les affaires françaises » (Editions du Seuil, Paris, 2008)

La CIA finance la construction européenne

Lire la suite sur : http://skystars.unblog.fr/2011/02/02/leurope-une-construction-americaine-financee-par-la-cia/

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Hillard : « Le régionalisme entraînera la mort de la France »

Message par Chasseur le Mer 23 Avr - 20:34

Pierre Hillard : « Le régionalisme entraînera la mort de la France »
Publié par : Christopher Lings  17 janvier 2014 dans À la une, Entretiens, International, Politique, Politique et Société 3 commentaires

Pierre Hillard est un essayiste français, docteur en science politique. Il est connu pour ses analyses du mondialisme ainsi que du processus de destruction des nations dans le but d’instaurer un gouvernement mondial. M. Hillard a répondu à nos questions suite aux déclarations de François Hollande, lors de sa conférence de presse du 14 janvier dernier, sur la diminution du nombre de régions. Un régionalisme à marche forcée dicté par l’Union Européenne et l’Allemagne…
Dans sa récente conférence de presse, le chef de l’État a fait part de sa volonté de diminuer le nombre de régions, tout en augmentant leur taille et leur puissance. Comment recevez-vous ce projet ?
PH : L’idée n’est pas nouvelle. Déjà, en 2009, le rapport Balladur avait lancé un projet similaire. Le président Hollande veut, apparemment, procéder à une refonte des frontières régionales françaises. En dehors de la modification territoriale, il est difficile de savoir quelles compétences nouvelles seront attribuées à ces régions. Pour le moment, aucune information n’a filtré de l’Elysée. On peut, cependant, être sûr que ces blocs régionaux vont acquérir tôt ou tard des prérogatives supplémentaires car c’est la finalité du projet. Suis-je étonné d’une telle annonce … bien sûr que non. Elle n’est que la conséquence d’un long travail fait en amont dans le cadre de l’Union européenne. Celle-ci s’inspire du travail fait en coulisses par l’Allemagne.



Peut-on y voir une tendance à tendre vers le modèle allemand des Länder ?

L’Union européenne est le diffuseur des principes régissant la spiritualité politique allemande : régionalisme ethnique et technocratique dans un cadre fédéral. Le principe régionaliste a toujours été prégnant depuis l’existence de la CEE puis de l’UE. Il a vraiment décollé avec l’adoption du Traité de Maastricht (1992) instituant le principe du fédéralisme. J’explique tout cela d’une manière détaillée dans mon livre « Minorités et régionalismes ». Grâce aux travaux du professeur en science politique, Rudolf Hrbek[1], nous savons que les préparatifs ont vraiment commencé en 1987 : « Le point de départ de cette nouvelle série d’initiatives fut la résolution de la Conférence des Ministres-Présidents d’octobre 1987 à Munich, où il fut fixé comme objectif « une Europe à structure fédérale ». Deux plus tard, les Ministres-Présidents des Länder créèrent un groupe de travail de leurs chancelleries d’Etat en lui commandant un rapport sur la position des Länder et des régions face aux développements futurs de l’Union européenne. Remis aux Ministres-Présidents en mai 1990, ce rapport détaillé, contenant des propositions concrètes pour une révision des traités régissant la Communauté, comprenait quatre points principaux : introduction du principe de subsidiarité, modèles pour la participation des Länder et des régions aux travaux du Conseil des ministres, création au plan communautaire d’un Organe spécial, possibilité pour les Länder et les régions d’intenter en tant que tels des actions auprès de la Cour de Justice européenne. Ces revendications furent soutenues par deux résolutions : l’une des Ministres-Présidents du 7 juillet 1990 et l’autre du Bundesrat du 24 août 1990. La résolution du Bundesrat demandait en outre au gouvernement fédéral de faire participer les Länder aux travaux (y compris les travaux préparatoires) de la Conférence gouvernementale et à l’élaboration des positions qui seraient adoptées par les négociateurs allemands. Le gouvernement fédéral répondit favorablement à cette demande des Länder : ce n’est que durant les négociations finales à Maastricht que les chefs d’Etat et de gouvernement restèrent seuls avec les ministres des Affaires étrangères. Dans la phase préparatoire, au contraire, les Länder et le gouvernement fédéral collaborèrent de façon très étroite. »

Lire la suite : http://www.lebreviairedespatriotes.fr/17/01/2014/politique/pierre-hillard-le-regionalisme-entrainera-la-mort-de-la-france/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'effondrement est pour bientôt

Message par Chasseur le Mer 30 Avr - 21:26

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’Europe colonisée

Message par Chasseur le Sam 3 Mai - 20:56

L’Europe colonisée

L’Europe, qui a colonisé le monde, est aujourd’hui colonisée par ses anciennes colonies. Ce fut prévu par le président russe Vladimir Poutine. La colonisation démocratique vient surtout du Sud. Elle prend la forme d’une immigration de masse peu qualifiée et incontrôlable, contre la volonté des majorités démocratiques impuissante

Mais il y a aussi une colonisation par le haut, politique, militaire, économique et financière. Celle-ci, depuis 1945, vient de l’Ouest. Elle est relayée, comme l’avait dénoncé́ De Gaulle, par les oligarchies politiques, notamment socialistes. Elle s’accompagne d’une colonisation culturelle : l’anglais et l’esprit anglo-saxon dominent tant nos élites que nos banlieues. L’Amérique aussi nous a colonisés.

Enfin, nos peuples subissent une colonisation intérieure : la démocratie est une façade qui masque le pouvoir réel d’une oligarchie d’Etat qui impose une pression fiscale insupportable et un endettement public catastrophique.

Comment sortir de ces colonisations multiples qui sont autant d’amoindrissements de nos libertés ? L’auteur trace des pistes de résistance en s’inspirant aussi bien de la Suisse que de l’exemple russe, très méconnu en France. Il faut ouvrir la classe politique à̀ des catégories sociales nouvelles et utiliser le référendum pour faire participer le peuple aux décisions. Ainsi, nous retrouverons notre souveraineté́ perdue, notre croissance face aux puissances émergentes et notre identité nationale menacée.

Ivan Blot, ancien élève de l’ENA, docteur ès sciences économiques, fut député du Pas-de-Calais et au Parlement européen. Il est aussi ancien membre d’un grand corps d’inspection de l’Etat ; il est à présent consultant auprès de la radio « la Voix de la Russie ». Il a fondé le Club de l’Horloge dont il fut président de 1973 à 1986. Il anime l’Institut néo-socratique de philosophie politique (www.insoc.fr) et préside l’association « Agir pour une démocratie directe » (www.democratiedirecte.fr). Il est l’auteur de nombreux ouvrages de science et de philosophie politiques et enseigne dans plusieurs universités en France et en Russie.

Source : http://www.polemia.com/conference-dedicace-de-son-livre-par-ivan-blot/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=47020cde0c-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-47020cde0c-57555045
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir sortir de l’Union européenne

Message par Chasseur le Sam 10 Mai - 15:04

Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir sortir de l’Union européenne

Méfiance à l’égard de l’Europe

En 2004, 67% des Français estimaient que la France avait sa place dans l’Union européenne. Aujourd’hui, seulement 51% des Français soutiennent l’appartenance de la France à l’Union européenne, selon ce sondage CSA pour BFMTV / Groupe Nice Matin.  

Quand ils «pensent à la construction européenne», 48% des personnes interrogées se disent «inquiètes», 10% «hostiles». Ils sont seulement 18% de «confiants» et 2% … «enthousiastes».

Les institutions européennes pointées du doigt

52% des sondés estiment que les institutions européennes «ne sont pas assez démocratiques», 78% «trop éloignées des préoccupations quotidiennes des gens». Ce sondage intervient à deux semaines du scrutin européen.

Lire l'intégralité du sondage : http://www.valeursactuelles.com/soci%C3%A9t%C3%A9/fran%C3%A7ais-sont-plus-plus-nombreux-vouloir-sortir-l%E2%80%99union-europ%C3%A9enne
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’Europe sans les peuples : petite histoire d’un grand hold-up

Message par Chasseur le Lun 19 Mai - 13:18

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Plan pour une monnaie unique européenne dès 1955

Message par Chasseur le Mer 21 Mai - 20:54

Plan pour une monnaie unique européenne dès 1955



[MEDIUM]L’Elite mondialiste avait discuté d’un agenda pour la création de l’Euro près de 40 ans avant que cela ne soit codifié par le Traité de Maastricht en 1992.[/MEDIUM]

Une fuite de documents de la conférence du groupe Bilderberg de 1955 qui s’est tenue en Allemagne, révèle qu’il a été discuté d’un agenda pour créer l’UE et sa monnaie unique l’Euro, des décennies avant que ces plans ne soient présentés, contredisant les affirmations des démystificateurs qui affirment que le groupe Bilderberg n’a aucune influence sur les événements mondiaux.

Une fuite de documents de la rencontre qui a eu lieu les 23-25 Septembre 1955, au Grand Hotel Sonnenbichi à Garmisch-Partenkirchen en Allemagne de l’Ouest, a permis qu’ils soient publiés par le site Wikileaks hier.

Comme nous l’avions d’abord rapporté en 2003, une équipe enquêtant pour la BBC avait été autorisée à avoir accès aux données de Bilderberg confirmant que l’UE et l’Euro ont été les créations intellectuelles de Bilderberg. Ils ont probablement lu les mêmes documents publiés par Wikileaks.

Ce n’est que le mois dernier que le vicomte de Belgique, actuel président du groupe Bilderberg, Etienne Davignon, s’est vanté que Bilderberg avaient aidé à créer l’Euro en introduisant l’agenda politique pour une monnaie unique au début des années 90.

Cependant, les documents montrent que l’agenda pour créer un marché commun européen et une monnaie unique remonte à plusieurs décennies plus tôt.

Le sommaire du rapport des discussions de la rencontre de 1955 parle d’un  « besoin pressant de rassembler le peuple allemand et les autres peuples d’Europe dans un marché commun ».

Le document donne un aperçu du plan  « pour arriver le plus rapidement possible à un degré d’intégration des plus élevés, à commencer par un marché commun européen ».

Juste deux ans plus tard, en 1957, la première incarnation de la Communauté Economique Européenne (CEE) était née, qui créait un marché unique entre la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Luxembourg, et les Pays Bas. La CEE s’est graduellement élargie les décennies suivantes jusqu’à devenir la Communauté européenne, l’un des trois piliers de l’Union européenne, officiellement créée en 1993.

Le sommaire du texte de Bilderberg 1955, parle brièvement d’un consensus comme quoi  « il serait peut-être mieux de procéder au développement d’un marché commun par traité plutôt que par la création de nouvelles institutions supérieures ». La CEE a été effectivement créée via le Traité de Rome, signé le 25 Mars 1957.

Le même processus continue d’être suivi jusqu’à maintenant avec le Traité de Lisbonne, qui livre de vastes pans de souveraineté nationale à l’UE avec l’accord des présidents et premiers ministres des pays européens, plutôt que via la création arbitraire de nouvelles institutions, méthode qui révélerait le fait que la création d’un super état fédéral de l’UE est de par sa nature même totalitaire.

Malgré cela, les démystificateurs essaieront encore d’affirmer que l’idée d’un marché commun européen était dans l’air dans les années 50 et que Bilderberg ne faisaient que discuter des idées politiques contemporaines.

Cependant, on ne peut pas dire la même chose de la monnaie unique européenne, qui n’a même pas été introduite sous forme de billets et pièces avant Janvier 2002, ayant d’abord été codifiée dans le Traité de Maastricht de 1992. Les documents prouvent que les membres de Bilderberg avaient poussé à son introduction quelque 40 ans plus tôt.

Le sommaire du document stipule que « le porte parole européen a exprimé son inquiétude sur le besoin d’une monnaie unique, et a indiqué que de son point de vue cela impliquerait nécessairement la création d’une autorité politique centrale ».

Effectivement, la monnaie unique européenne, l’Euro, n’a été introduite qu’après la création d’une autorité politique centrale, l’Union européenne.

Le document insiste également sur « la nécessité d’amener le peuple allemand dans un marché commun européen aussi rapidement que possible » ajoutant que le futur était en danger sans une « Europe Unie ».

Nous apprenons également qu'« un participant des US a confirmé que le soutien enthousiaste des Etats-Unis pour l’idée d’intégration n’avait pas faibli, bien qu’il y ait eu en Amérique une hésitation considérable sur comment manifester cette enthousiasme. Un autre participant des US a pressé ses collègues européens d’aller de l’avant avec l’unification de l’Europe en s’attachant moins aux considérations idéologiques, et, par dessus tout, en étant concret et en œuvrant rapidement ».

Malgré une pléthore d’exemples qui s’appuient effectivement sur des preuves de l’implication de l’agenda Bilderberg dans les politiques actuelles et les développements géopolitiques sur la scène mondiale, les démystificateurs des médias de l’establishment continuent de dénigrer des chercheurs indépendants qui osent affirmer que les rencontres secrètes de 150 des personnes les plus influentes et les plus puissantes qui discutent du futur de la planète, ne seraient que des ateliers de débats informels, dénonçant de telles affirmations comme étant des « théories du complot ».

Pourtant, la « théorie du complot » la plus risible jamais émise c’est bien celle de ces démystificateurs suggérant stupidement qu’un événement qui attire des titans des gouvernements, de l’industrie, des banques, des affaires et du monde universitaire, où les problèmes mondiaux les plus urgents de l’actualité sont discutés, tout ceci dissimulé derrière un black out médiatique conjointement accepté, n’a rien à voir avec les événements futurs mondiaux.

L’agenda Bilderberg 2009 a déjà fait surface avant la rencontre du 14-17 Mai, à Vouliagmen en Grèce. Selon le journaliste d’investigation Daniel Estulin, l’un des objectifs de Bilderberg c’est de dénigrer les activistes et politiciens qui s’opposent au Traité de Lisbonne en plantant dans les médias des histoires désobligeantes afin de réduire au silence ceux qui s’opposent à un super état fédéral de l’UE que le groupe Bilderberg a minutieusement cultivé depuis ses premières rencontres dans les années 50, un fait, prouvé par les propres documents internes de Bilderberg, et non pas une théorie du complot.

Paul Joseph Warson

source et liens : http://www.crashdebug.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=8751:bilderberg-fuite-de-documents-plan-pour-une-monnaie-unique-europeenne-des-1955&catid=90:ca-sest-dit-par-la&Itemid=54

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Austérité en Grèce : Vive l’Europe libérale

Message par Chasseur le Dim 1 Juin - 21:37

Austérité en Grèce : Vive l’Europe libérale



Source : http://www.lelibrepenseur.org/page/2/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jacques Sapir L'euro est la cause essentielle de nos malheurs économiques

Message par Chasseur le Lun 30 Juin - 18:49

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

10% des Italiens sont dans une situation de pauvreté absolue !!!

Message par Chasseur le Mar 15 Juil - 21:38

10% des Italiens sont dans une situation de pauvreté absolue !!!



La pauvreté "absolue" concerne 9,9% des Italiens, soit 6,20 millions d’entre eux, alors qu’ils n’étaient "que" 4,81 millions (8%) en 2012.
10% des Italiens, soit 6,20 millions d’entre eux " dans une situation de pauvreté absolue" qui est caractérisée par l’impossibilité de payer les biens et les services considérés comme "essentiels" pour avoir un niveau de vie "au minimum acceptable"!  L’Italie, c’est presque le France ! Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Près de 10,48 millions de personnes. C’est le nombre de personnes pauvres que comptait l’Italie en 2013. Représentant plus de 16,6% de la population, ce chiffre est en augmentation par rapport à l’année précédente, a annoncé lundi l’Institut national des statistiques (Istat). En 2012, l’Italie comptait 9,56 millions de personnes pauvres, soit 15,8% de la population totale.

La pauvreté "absolue" concerne 9,9% des Italiens, soit 6,20 millions d’entre eux, alors qu’ils n’étaient "que" 4,81 millions (8%) en 2012.

Lire la suite sur : http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/07/15/10-des-italiens-sont-dans-une-situation-de-pauvrete-absolue/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vers une banqueroute prochaine pour la France ?

Message par Chasseur le Jeu 17 Juil - 14:50

Vers une banqueroute prochaine pour la France ?

16 juillet 2014 par Thieulloy (de) Guillaume dans Economie, Politique avec 11 commentaires

Le 11 juillet dernier, Charles Gave, bien connu pour ses livres qui défendent énergiquement les libertés économiques, a, en tant qu’analyste et associé chez GK Research, conseillé, « pour la première fois depuis 43 ans », à sa clientèle institutionnelle de vendre la dette française. Et, corollairement, de se débarrasser de toute action bancaire et de toute obligation de la zone euro, à l’exception des obligations allemandes.

Charles Gave a la réputation d’être un analyste financier avisé. Ce conseil ne doit donc pas être pris à la légère. Il est probable qu’il signifie que ce système technocratique de duperie et de spoliation qu’est la monnaie unique européenne vit ses derniers instants.

Cela est-il possible ?

Nous avons tous, plus ou moins confusément, le sentiment que la France, que l’euro, sont « trop gros pour faire faillite », comme on dit aux États-Unis pour justifier les sauvetages par l’impôt de multinationales en faillite.

Il est vrai qu’une défaillance du niveau de la France n’est pas chose courante. Mais cela arrive.

Et, en l’occurrence, nous avons accumulé les absurdités.

Nous avons ouvert les frontières en nous attachant des boulets aux pieds qui favorisent nos concurrents.

Nous avons créé une monnaie unique sans nous préoccuper des énormes disparités économiques entre pays européens.

Nous avons soustrait la monnaie à la compétence étatique en interdisant la concurrence entre monnaies – et, en particulier, en refusant obstinément que l’or joue son rôle séculaire de monnaie de référence.

Nous avons tenté de conjuguer socialisme au plan national et internationalisme mondialiste. Alors que le seul socialisme qui puisse fonctionner économiquement – n’est-ce pas M. Staline ? n’est-ce pas M. Hitler –, c’est le national-socialisme.

Oui, notre système est un système absurde et mensonger. La valeur de la monnaie ne signifie rigoureusement rien. Les taux d’intérêt ne signifient rien non plus.

Alors, certes, la chute des finances publiques françaises aura des con­séquences gravissimes sur l’ensemble de la planète. Bien davantage que celles de Grèce ou de Chypre. C’est en ce sens que l’on peut dire que nous sommes « too big to fail ».

Mais ce « too big to fail » n’a de sens que pour retarder l’échéance inéluctable. Quand l’administration Bush a décidé de « sauver » General Motors, elle a certes violé les règles usuelles de la vie économique – en prenant le risque de spolier le contribuable américain de milliards de dollars. Mais en imposant à la direction de réformer profondément l’entreprise pour la rendre à nouveau concurrentielle. Ce qu’elle fit. Peut-on en dire autant de l’économie française ? Évidemment non. Au contraire, elle ne cesse de s’enfoncer dans le socialisme.

Et, quand arrive la chute, le « too big to fail » se retourne : l’importance de l’entreprise ou de l’économie qui motivait naguère des mesures dilatoires devient une circonstance aggravante et, plus l’entreprise est grosse, plus sa chute est brutale et lourde de conséquences.

Si nous en croyons Charles Gave – et, malheureusement, les indices surabondent pour montrer qu’il a raison –, nous en sommes là pour l’économie française.

Selon toute vraisemblance, avant la fin du quinquennat de Hollande, les investisseurs institutionnels vont abandonner la dette française, provoquant la dépression. Et, dans la foulée, l’explosion de l’euro. Le seul intérêt de cette monnaie, au plan économique, était d’offrir une alternative à une monnaie internationale extraordinairement fragile : le dollar. Mais il y a tant d’économies dynamiques dans le monde qui pourraient proposer une monnaie moins artificielle…

Oui, je crains fort que Charles Gave n’ait raison.

Mais, si c’est le cas, il faut, amis lecteurs, se préparer à des spoliations d’une ampleur jamais égalée.

J’ai déjà dit que les oligarques de Paris, de Bruxelles, ou du FMI avaient théorisé la fin de la dette publique par une « contribution » forcée prélevée sur le patrimoine de l’ensemble des contribuables (le FMI parlait de 10 % du montant global des patrimoines privés et le candidat Hollande avait imaginé de fiscaliser les « loyers fictifs » que les propriétaires ne paient pas).

Le droit de propriété risque d’être très sérieusement mis à mal. Soyons prêts à le défendre. Car il n’y a absolument aucune raison qui puisse justifier que ces oligarques qui se sont goinfrés sur notre dos pendant des décennies puissent – toujours sur notre dos et en mettant le comble à leurs spoliations – s’exonérer de leurs responsabilités !

Guillaume de Thieulloy

Source : http://www.les4verites.com/politique/vers-une-banqueroute-prochaine-pour-la-france?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+les4verites+%28les+4+v%C3%A9rit%C3%A9s%29
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

En Croatie, le rêve européen se transforme en cauchemar

Message par Chasseur le Lun 28 Juil - 19:53

En Croatie, le rêve européen se transforme en cauchemar

La Croatie a célébré le 1er juillet son premier anniversaire dans l’Union européenne. Le panneau de signalisation frappé de l’inscription « douane » avait l’an dernier été symboliquement retiré du passage frontalier avec la Slovénie, la seule ex-République yougoslave qui ait rejoint à ce jour l’UE depuis le démantèlement de l’ancienne fédération communiste. Un panneau portant le signe de l’UE avait été dans le même temps installé à l’extrême est du pays, à la frontière avec la Serbie, pays à qui Bruxelles a également donné l’an dernier son feu vert pour l’ouverture de négociations d’adhésion.



Lire la suite sur : http://www.chaos-controle.com/archives/2014/07/28/30324462.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=chaoscontrole
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

CE  QUE  DE VILLIERS,  S'EST PERMIS DE DIRE A HOLLANDE,  EN PLEIN  PARLEMENT  EUROPEEN.

Message par Chasseur le Sam 16 Aoû - 19:25

Philippe De Villiers au Parlement EU face à HOLLANDE !!!! CE  QUE  DE VILLIERS,  S'EST PERMIS DE DIRE A HOLLANDE,  EN PLEIN PARLEMENT  EUROPEEN.

http://gloria.tv/?media=396038&language=MnVpcnQGQh7
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

1998, l'euro ou comment on vous a endormi.

Message par Chasseur le Dim 17 Aoû - 11:13

1998, l'euro ou comment on vous a endormi.

Allocution de Jacques Chirac le 31/12/1998 à l'occasion des voeux de fin d'année, le président de l'époque vente l'euro. Mais il ne savait pas qu'internet aller rappeler et mettre en évidence les résultats catastrophiques de la monnaie unique.

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un intervenant balance tout sur les USA et l’UE en plein direct de France 24

Message par Chasseur le Ven 22 Aoû - 21:12

Un intervenant balance tout sur les USA et l’UE en plein direct de France 24

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Espagne : Les agriculteurs ont brûlé les drapeaux de l’UE à cause des sanctions contre la Russie

Message par Chasseur le Dim 31 Aoû - 20:30

Espagne : Les agriculteurs ont brûlé les drapeaux de l’UE à cause des sanctions contre la Russie

En Espagne, les représentants de l’Association des jeunes agriculteurs de la Catalogne ont versé plusieurs tonnes de nectarines et de pêches devant le bâtiment du gouvernement de la ville, en les couvrant avec les drapeaux de l’UE, et ont mis le feu.



Lire l'article : http://www.chaos-controle.com/archives/2014/08/31/30503418.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=chaoscontrole
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

tout à commencé par un mensonge

Message par Chasseur le Dim 31 Aoû - 22:16

tout à commencé par un mensonge :



Philippe de Villiers s’en prend à l’idéologie mondialiste
Il y a quinze jours se tenaient à Paris les journées parlementaires du groupe souverainiste Europe des Libertés et de la Démocratie, auquel appartient Philippe de Villiers.
Ce dernier a ouvert les débats en prononçant un discours remarquable, s’en prenant à l’ « idéologie mondialiste » qui, non contente de détruire la souveraineté des nations européennes, porte en son sein les lois contre-nature qui sévissent dans nos contrées.
Le site internet Polémia a mis en ligne le texte du discours de M. de Villiers.

En voici un extrait :

« Qui osera nommer la nouvelle idéologie qui a succédé à la peste rouge et la peste brune du XXe siècle ? Cette idéologie, elle rassemble les contraires, les deux internationales : l’internationale communiste, qui ne veut plus de nation et qui veut unifier le genre humain, et l’internationale capitaliste, qui ne veut pas de loi, qui ne veut pas de législation protectrice, qui ne veut pas d’Etat, qui ne veut pas de Nation : c’est plus facile de commercer et d’exploiter les gens ! Ce mondialisme vise à créer une agrégation inconstituée d’atomes interchangeables à l’échelle de la planète : des individus coupés de leurs attachements vitaux et qui n’ont plus de racine.

C’est le grand déracinement : le déracinement historique, géographique, avec la nécessaire mobilité à cause de l’euro, le déracinement affectif avec la fin de l’identité sexuelle, le déracinement spirituel, le déracinement culturel. Le mondialisme est un système dans lequel ce sont les pauvres des pays riches qui subventionnent les riches des pays pauvres. Donc c’est un système qui porte deux idées majeures, qui sont deux hémorragies potentielles : l’immigration de masse et la délocalisation de masse. Regardons les choses en face, mes chers amis parlementaires européens : nous assistons à un formidable chassé-croisé qui nous détruit à petit feu ; chassé-croisé, oui : avec d’un côté l’avortement de masse et de l’autre côté l’immigration de masse. »

source : Le rouge & noir
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

LE BOSSU DU MEDEF VEUT DECLENCHER LUI AUSSI UNE REVOLUTION EN FRANCE

Message par Chasseur le Lun 15 Sep - 18:07

LE BOSSU DU MEDEF VEUT DECLENCHER LUI AUSSI UNE REVOLUTION EN FRANCE
du 15 au 19 septembre 2014 : Ce lundi matin, Mr Gattaz fils, patron du MEDEF, a fait très très fort et a glissé une bombe nucléaire sous le bureau de Manuel Valls. "Pour créer des emplois, il faut baisser les salaires en-dessous du SMIC, annuler les 35 heures et supprimer 2 jours fériés". Même les enfoirés de la Goldman Sachs avaient pris plus de gants en Grèce!!!! C'est dire...

A la limite, supprimer un ou deux ponts du mois de mai, et remonter à 39 heures ne semble pas scandaleux (loin de là), en revanche, lancer un sous-smic, comme en Allemagne au seul usage des ouvriers venant des pays euro à 300 euros de salaire par mois est un véritable scandale, car déstiné à abaisser les salaires des Français par le seul jeu de la concurrence.

Les Français, un peuple de lions mené par des ânes, se font plumer par l'Etat qui rembourse les banques privées, se font cambrioler par des hordes de ********* et maintenant se font dépouiller de leur salaires par les grands patrons français à la solde des multinationales des paradis fiscaux. Seul Dieu peut désormais sauver le pays à ce niveau de trahison. Vite une Jeanne d'Arc, un Napoléon ou un Charles De Gaulle.

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2014
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'UE: plan de destruction des nations européennes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum