L'UE: plan de destruction des nations européennes

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'UE: plan de destruction des nations européennes

Message par Chasseur le Lun 9 Sep - 20:03

Marie France Garaud: Jean Monnet était un agent américain



----------------------------------------------------------------------

Le Système est en train de modifier radicalement le paysage social et économique français et européen, il est temps d'en parler !

Invités : Adrien Abauzit écrivain et avocat (droit du travail), Roberto Fiorini Secrétaire Général de Terre & Peuple et syndicaliste et Eugène Krampon rédacteur en chef de Réfléchir & Agir.



Dernière édition par V le Mar 15 Sep - 15:03, édité 3 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'agonie de l'euro - l'analyse de Kai A.Konrad

Message par Chasseur le Lun 9 Sep - 22:02

Kai A. Konrad, conseiller en chef du ministre allemand des finances, a accordé au journal Die Welt un entretien passionnant le 17 août dernier. On peut supposer que les déclarations de M. Konrad ont été mûrement pesées et représentent la réflexion d’une partie au moins des dirigeants allemands. Or cet entretien avalise en toute clarté les analyses que nous défendons depuis le débat sur le Traité de Maastricht, au début des années 90. Que le lecteur nous permette de n’avoir pas le triomphe trop modeste, après plus de 20 ans durant lesquels les bienfaits de l’euro occupaient dans la classe politique et médiatique le statut de l’immaculée conception dans le dogme catholique. Les hérétiques que nous fûmes ne peuvent que se féliciter de se retour à un élémentaire réalisme économique, mais la messe n’est pas encore dite : la BCE peut durablement reporter la faillite des banques et le défaut de paiement des États, un Euro-zombie peut se survivre encore des longues années pour le malheur des peuples d’Europe.

La grande valeur de l’entretien ci-dessous c’est qu’elle expose la situation sans langue de bois ni faux semblant, sous la seule réserve de notre point de vue d’un optimisme de commande concernant les perspectives de l’Allemagne hors Zone Euro.

Télécharger le texte de l'entretien avec Kai A.Konrad sur : http://bloc-notesdejoelhalpern.hautetfort.com/archive/2013/08/24/l-agonie-de-l-euro-l-analyse-de-kai-a-konrad-5146923.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’UE est une création nazie

Message par Prince de Talmont le Mar 10 Sep - 22:18

cela devrait te faire réfléchir sur son acolyte Robert Schuman :

L’UE est une création nazie :



avatar
Prince de Talmont

Messages : 149
Date d'inscription : 24/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973

Message par Chasseur le Mar 24 Sep - 20:55

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973
de Pierre-Yves Rougeyron

Comment la France a perdu sa souveraineté


Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Enquete-sur-la-loi-du-3-janvier-1973-20269.html



Dernière édition par Vincent le Mar 15 Oct - 18:16, édité 1 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'Union européenne : la nouvelle URSS - Vladimir Boukovski

Message par Chasseur le Mer 9 Oct - 19:31

Vladimir Boukovski est écrivain, ancien dissident soviétique et prisonnier politique, il a passé 12 ans dans les geôles de l'URSS.
Il expose sa vision de l'Union européenne et ses similitudes avec l'URSS.

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La spoliation des épargnants, c’est pour demain !

Message par Chasseur le Sam 12 Oct - 11:05

Le FMI est à la fois le flic et le pompier – pyromane disent certains — de l’économie mondiale. À ces titres, il est un observateur attentif de l’évolution des grands agrégats fondamentaux que sont la balance des paiements et la dette publique. Mais contrairement aux hommes politiques qui, généralement, pratiquent la langue de bois, le FMI ne se soucie guère de l’opinion des électeurs. Lorsqu’une économie malade a besoin d’un remède de cheval, c’est sans le moindre état d’âme qu’il s’en fait le prescripteur.

Or, justement, l’économie française est moribonde et le remède de cheval dont il est question tient davantage de l’amputation sans anesthésie que de la médecine douce.

En suggérant de taxer à hauteur de 10 % l’épargne nette des ménages européens, ce sont surtout les Français qui sont visés. En clair, lorsqu’il préconise de puiser directement sur leur compte en banque, le FMI ne fait que s’inspirer de ce que Chypre a fait il y a quelques mois pour éviter la faillite de son système bancaire.

On pourrait épiloguer à l’infini sur les motivations cachées de Madame Lagarde puisqu’en définitive, c’est bien d’elle qu’il s’agit. Souhaite-t-elle pousser la gauche à prendre une décision politiquement suicidaire ? Ou plus simplement inviter François Hollande à « se secouer » davantage sur le front de la réduction des dépenses ? Peu importe, l’occasion m’est offerte ici de vous rappeler quelques vérités cachées sur l’état de notre économie et de vous inviter à faire preuve de prudence.

1. Au-delà d’un certain niveau déterminé par la nécessité de contracter de nouveaux emprunts pour rembourser les anciens, la dette fait boule de neige et augmente sans fin. Il devient alors impossible de l’arrêter par des mesures conventionnelles. Ce seuil d’insolvabilité, les pays de l’OCDE — et notamment la France — l’ont largement dépassé.

2. Toutes les projections officielles sur une réduction des déficits ne sont que de la poudre aux yeux, imaginée pour accompagner des mesures impopulaires dont le seul effet est de ralentir la marche vers l’inévitable faillite.

3. Même si l’argent dépensé par l’État emprunte un parcours sinueux au travers des différents agents de l’économie, il n’est jamais perdu. In fine, à toute dette publique correspond en contrepartie une épargne privée. En dernier recours, lorsque le mécontentement né de la hausse des impôts et/ou de la réduction des aides sociales menacera de déboucher sur une déroute électorale voire une jacquerie générale, le gouvernement n’aura pas d’autre choix que de puiser d’autorité sur cette épargne en prenant soin de cibler les classes moyennes et supérieures, et il le fera sans crier gare, brutalement, de préférence pendant un weekend ou le 15 août.

4. À la question de savoir s’il optera pour un prélèvement unique ou par petites touches, il faut bien garder à l’esprit que les banques, redoutant par-dessus tout une vague de retraits massifs de leurs déposants, préféreront et de loin la première solution.

Un homme averti en vaut deux, c’est chose faite. Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire.



Source : http://www.bvoltaire.fr/christopheservan/spoliation-epargnants-cest-demain,38075
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

POURQUOI VOTRE EPARGNE SERA TAXEE DE 10%

Message par Chasseur le Lun 14 Oct - 15:35

Qui aurait imaginé que le drame de la pièce de Jean-Paul Sartre se retrouverait joué au sein du Fonds Monétaire International. Cela fait plus d'un an que je vous avertis que vos économies seront braquées par votre gouvernement (fr, be, etc.) )pour sauver les banques en faillite, PARCE QUE (selon les banquiers) IL N'EXISTE PAS D'AUTRES SOLUTIONS. Eh bien aujourd'hui nous y sommes. Une "note technique" à entête du FMI a donné son feu vert pour une saisie de 10% sur l'épargne des Européens. Donc vous. Depuis que vous suivez ce blog, vous savez que cela commence toujours par des "notes techniques" anodines. Comme pour les swaps. Je vous ai dit et redit que Chypre n'était qu'un test à l'échelle d'un pays pour voir la réaction de son peuple. Le "Peuple" ne s'est pas révolté. Il n'a même pas bougé. Alors les Américains se sont frottés les mains car ils ont su qu'ils pourront voler les Européens sans risquer de révolution. Et via le FMI, qui leur appartient, ils ont décidé de lancer leurs filets de pêche digitaux pour ramener 10% de tout ce qu'ils trouveront sur les comptes bancaires européens. Une vraie Razzia!!! Et là aussi, ça tombe bien, depuis 2009 vous avez tous eu à remplir des questionnaires venant soi disant de votre banque pour connaître toute votre épargne. Vous savez pourquoi maintenant. C'était pour mieux vous braquer.

Il va aussi de soi que cette "feuille de route" a bien sûr reçu l'aval de Christine Lagarde, patronne du FMI: Dans son "Moniteur des finances publiques" ... au détour d'un petit encadré, caché en fin de rapport, le FMI évoque en quelques lignes le principe d'une taxe exceptionnelle sur la richesse privée. L'idée est simpliste: "Les taux de taxation nécessaires pour ramener les ratios de dettes (par rapport au PIB) à leur niveau de la fin 2007 nécessiteraient une imposition d'environ 10% sur tous les ménages disposant d'une épargne nette positive". Ces calculs ont été faits pour 15 pays de la zone euro". Le journal l'Echo note qu'en Belgique, "à la fin du premier trimestre 2013, les actifs financiers des particuliers atteignaient 1.045,4 milliards d'euros. En y ajoutant les actifs immobiliers et en décomptant l'endettement, le patrimoine net de l'ensemble des Belges s'élève désormais à 1.916,1 milliards d'euros, soit 401.600 euros par ménage". Lire ici le Figaro et ici L'Echo belge.

Vous, lecteurs, vous êtes écoeurés. Cédric par exemple nous dit "La méthode est imparable, tous les comptes d'épargnes positifs seront taxés à 10% une fois pour réduire l'endettement. On croit rêver !! C'est comme si un joueur de poker, arrivé à 0 jetons, allait taxer les jetons de tous les joueurs de la table pour rembourser le banquier! Bien sûr, on vous dit que c'est seulement une hypothèse".

Bien sûr que ce n'est pas une hypothèse, au contraire. Ce papier technique avait pour but de préparer le terrain médiatique. C'est fait. Maintenant, chers lecteurs REGARDEZ BIEN QUEL POLITIQUE FRANCAIS OU BELGE AURA LES C., pardon, LE COURAGE DE MONTER AU CRENEAU ET DE DIRE A MME LAGARDE ET A SON FMI D'ALLER SE FAIRE VOIR (et je reste poli)".

PS: retrouvez ici le reportage en direct de Chypre (mars et avril 2013) quand les banques ont été fermées et les Chypriotes dépouillés.

PS2: lisez bien l'article de John Rubino sur l'historique des saisies des biens et/ou épargne par des gouvernements/rois devenus fous et/ou en faillite : - ) Rubino est le co-auteur du livre L'Effondrement du Dollar et de l'Euro et comment en profiter. Cliquez ici. Vous verrez que ce type de vol des gens est un grand classique des politiques corrompus.


POURQUOI VOTRE EPARGNE SERA TAXEE DE 10% (LISEZ BIEN, VOUS AVEZ UNE AUTRE PREUVE CI-DESSOUS)
du 14 au 18 octobre 2013 : Presque en même temps que le texte anodin de la "préparation H à 10%" du FMI, figurez vous que la France (PLUS GRAND STOCK D'OR PRIVE D'EUROPE, QUAND MEME) a fait passer EN TOUTE DISCRETION et surtout A TOUTE VITESSE un nouvel impôt sur l'or et l'argent!!!! "Un amendement adopté jeudi, prévoit d'augmenter la taxe sur la vente de métaux précieux à 12% contre 7,5% auparavant. Une décision aberrante, pour les professionnels. Les spécialistes de l'achat et de la vente d'or sont consternés. En toute discrétion, la commission des finances de l'Assemblée nationale a adopté jeudi un amendement au projet de loi de finances de 2014 prévoyant un alourdissement de la taxation en vigueur sur la vente ou l'exportation de métaux précieux. La taxe passera donc de 7,5% à 12%".
Ben oui, Christian Eckert, Parti Socialiste, (lien wiki), n'avait que cela à faire, EMPECHER LES FRANCAIS de sauver leur épargne !!! Je rappelle que depuis l'explosion de Wall Street du 29 septembre 2008, l'or a fait +75%, et cela malgré toutes les magouilles de Blythe Masters et consors, et des planches à billets. MAIS LE MEME CHRISTIAN ECKERT N'A PAS FAIT DE LOI POUR EMPECHER LES SOCIETES ETRANGERES DE RACHETER L'OR DES FRANCAIS. Etonnant, non?
Dans son courrier d'alarme, Claire Morenvillez (Anthenor) écrit: "Comme nous le craignons, le gouvernement ... a fait déposer par le biais du rapporteur général du budget, M. Eckert, un amendement visant à augmenter la TMP de 7.5% à 12%, et la taxe applicable aux bijoutiers de 4.5% à 6%. Cet amendement a été adopté ce matin ... Il sera à nouveau examiné en séance plénière pendant les débats de la semaine prochaine (du 15 au 18 octobre), et très vraisemblablement, adopté ... Cette hausse va encourager le développement d'un marché illégal parallèle, d'acteurs déloyaux, qui ne s'en acquitteront pas, et va, injustement, pénaliser les acteurs loyaux (sans parler de la) distorsion de concurrence avec les bijoutiers/ deux poids deux mesures qui encouragent des situations de concurrence déloyale".
Il va de soi que la coordination FMI + taxe sur achat, pardon, vente d'or est parfaite. Découvrant le texte du FMI dans la presse, beaucoup de Français ont pris l'option or, mais, oh la la, surtout ne pas les laisser faire, vite, vite, taxons-les de 10%, BIEN AVANT que le texte du FMI devienne réalité. Comme ça, personne ne pourra passer à travers les mailles du filet. Le PS ne sait faire qu'une chose, détruire l'armée et taxer les Français afin de ne leur laisser aucune porte de sortie... Lire le bon papier du Figaro ici.
Sauf que la situation devient si instable que les Français comme les Européens se moqueront de ces taxes, car la confiance en l'argent papier est de plus en plus affaiblie (cf. USA). En cas de défaut de paiement des Américains, ET IL Y AURA DEFAUT UN JOUR OU L'AUTRE des USA, les actions s'effondreront et seuls l'or et l'argent sortiront vainqueurs. Comme toujours depuis Louis XV et John Law, le premier à avoir tenté de voler les Français en leur interdisant d'acheter de l'or.
PS: Cet acharnement sur l'or et l'argent vous montre 1) que les Américains ne savent plus quoi imposer au gouvernement de Hollande pour empêcher les Français d'acheter, et 2) que la France pèse très lourd dans les achats métaux précieux européens, CQFD. RESISTANCE à ces voleurs et à leurs planches à billets d'escrocs.
PS2: lisez bien cet article de ZH qui explique comment le cours de l'or a été volontairement massacré à deux reprises à la même heure, alors que la Chine a importé 2000 tonnes d'or: "China has just one thing to say to all those who engage in the now daily slamdowns of gold just around the time of the London fixing, after 8 am Eastern, which lately have gotten so vicious they have resulted in "stop logic" market halts not on one but at least two occasions, keeping the price of gold delightfully low for all those who instead of selling, are looking to buy: "thanks." As the chart below shows, in the past two years since September 2011 (ironically the same month we wrote "Wikileaks Discloses The Reason(s) Behind China's Shadow Gold Buying Spree" namely that the PBOC was quietly seeking to make the renminbi the new gold-backed reserve currency) the mainland has imported an unprecedented 2,116 gross tons of gold from Hong Kong (in addition to the hundreds of tons produced domestically), for the first time crossing the 2k gross ton import barrier in a two year period!". Lire le grand article ici.
PS3: Oubli, lisez aussi cet autre article sur le même sujet ""Stop Logic" Gold Slam Was So Furious It Shut Down CME Trading Again", qui vous explique comment ils démolissent le cours sans jamais y arriver totalement. Lire ici.

Source : http://www.jovanovic.com/blog.htm

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le Joker de l'impôt camouflé : "Les députés PS viennent de créer un précédent d'ampleur en adoptant à l'Assemblée nationale une mesure qui soumet les cotisations mutualistes à l'impôt. La mesure concerne 76% des salariés qui sont couverts par un contrat collectif de complémentaire santé, soit 13 millions de personnes. Les cotisations aux mutuelles des salariés bénéficiaires de contrats collectifs de complémentaire santé négociés avec les syndicats au niveau d'une branche ou d'une entreprise, étaient jusqu'ici alignées dans leur principe sur la Sécurité sociale : seul le salaire net direct était imposable ; pas les cotisations concourant au salaire différé. Fait sans précédent, les députés PS viennent de dénommer "niche fiscale" ces cotisations mutualistes : la "part employeur" de ces cotisations sera désormais incluse dans le revenu imposable du salarié", lire ici La Nouvelle Resistance, merci à Mr Boumazha.



Source : http://www.jovanovic.com/blog.htm


Dernière édition par Vincent le Lun 21 Oct - 21:07, édité 1 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sortir de l'union européenne

Message par Chasseur le Mar 15 Oct - 21:22

Il faut la poser cette question. La sortie de l’UE n’est pas du tout une idée extrémiste comme veulent le faire croire les médias. C’est au contraire indispensable pour redonner aux Français la faculté de choisir eux-mêmes les politiques économiques, sociales, budgétaires, agricoles, industrielles, environnementales, diplomatiques et militaires qu’ils veulent. D’ailleurs, on ne pourra jamais redresser la France si ce sont les instances de Bruxelles et de Francfort qui la gouvernent sans préavis du peuple de l’hexagone.

Vous constaterez par ailleurs qu’aucun débat sur le sujet n’a lieu sur aucune chaine. Pourquoi ce parti pris ?
Pourquoi cette pensée unique ?  Pourquoi devoir s’essouffler à chercher des vidéos malheureusement quasi-inconnues sur Youtube.



Pourquoi continuer à écouter les promesses des européistes JAMAIS tenues en 21 ans de construction européenne ? Pourquoi ne pas avoir écouté les prix Nobel d’économie qui prévoyaient une crise sans précédent DEPUIS 1992 ?

Les deux pays du continent Européen s’en sortant le mieux économiquement sont comme par hasard les deux pays ne faisant pas partie de l’Union Européenne (Norvège, Suisse)
Quid du Groenland également ? De la Suède qui est sortie de la zone euro?  De la Finlande?   Leur économie a-t elle sombrement chutée dans un gouffre sans fin comme nos dirigeants s’amusent à nous le faire miroiter ?

L’Union européenne est une farce à tous les points de vue. Ce n’est ni la paix, ni la providence économique promise par Chirac et entérinée par Sarko et Flamby !
Cette crise est bien devant nous, et pas derrière. Ceux qui vous affirment qu’il est impossible de sortir de l’UE vous mentent effrontément, l’article 50 du TFUE vous le garantit !

Pourquoi ce genre de débat est-il interdit sur les grandes chaines lors des grandes heures d’écoute ?
L’Union européenne est-elle vraiment une démocratie ?
La liberté d’expression est-elle respectée ?

Lire la suite sur : http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/10/04/sortir-de-lunion-europeenne/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La pauvreté gangrène l’Europe

Message par Chasseur le Sam 19 Oct - 16:13

À écouter les partisans de l’Union européenne, l’unification du Vieux Continent devait apporter plus de prospérité et plus de bien-être social. Il suffit de se rappeler les formules dithyrambiques avancées lors des préparatifs au référendum de Maastricht (1992) et au lancement d’une monnaie unique pour faire sienne cette maxime : « Tout ce qui est exagéré est insignifiant. » Ce concentré de bêtises a laissé des traces. La vision idéologique consistant à créer, contre vents et marées, un peuple européen qui n’existe pas, tout en permettant l’élaboration des mêmes règles de conduites entre des économies bien différentes, met sur le carreau des millions d’Européens. L’Europe en voie d’unification, c’est la pauvreté en marche.

Le récent rapport de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (l’IFRC) [PDF] dresse un constat accablant de la paupérisation croissante et même galopante en Europe. Comme le souligne la directrice pour la zone Europe, Anitta Underlin, on observe une aggravation de la situation depuis le premier rapport en 2009 consacré à l’impact de la crise sur les populations européennes. Selon ce rapport, les personnes dépendantes de la distribution de nourriture par la Croix-Rouge ont crû de 75 %, entre 2009 et 2012, dans 22 pays. On peut distinguer trois degrés dans cette dégradation en Europe : 18 millions de personnes dépendent des aides alimentaires de l’UE ; 43 millions n’ont pas assez de revenus et doivent s’appuyer en partie sur les aides ; enfin, 120 millions d’Européens se rapprochent dangereusement de la catégorie « pauvre ». Cette dernière est définie, selon les critères de l’ONU, comme toute personne vivant avec moins de 1,25 dollar par jour.

Une telle situation fait dire à Bekele Geleta, secrétaire général de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, que « l’Europe est confrontée à la crise humanitaire la plus grave depuis six décennies ». Les faits prennent une ampleur certaine en Grande-Bretagne, minée par la crise économique et le communautarisme galopant. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la Croix-Rouge distribuera dans ce pays de la nourriture aux nécessiteux, comme le souligne The Independent.

Cette caractéristique de « brésilianisation » qui touche peu ou prou toute l’Europe prend une forme très nette, en particulier au sein de la société française. L’arrivée de populations extra-européennes ne s’assimilant pas aux pays d’accueil, des riches de plus en plus riches, des pauvres de plus en plus nombreux et, entre les deux, une classe moyenne qui s’effrite ; tous ces éléments condamnent à mort les pays européens.

Ce phénomène de disparition des classes moyennes a été diagnostiqué, dans le cas allemand, par un rapport de la Fondation Bertelsmann repris par l’IFRC. De 1997 à 2012, la classe moyenne allemande est passée
de 65 % à 58 %, soit le basculement de 5,5 millions de personnes classées dans la catégorie à faibles revenus. Suite à la crise et à ses conséquences, il faut ajouter la détresse psychologique qui conduit à une hausse des suicides. Comme le rapporte le ministère de la Santé grec, le taux de suicide a bondi de 40 % entre janvier et mai 2011, comparé à la même période en 2010.

Du fait de l’aggravation de la crise en Europe et aux États-Unis, ces chiffres sont appelés à croître. Il faut espérer que l’instinct de survie des populations européennes va prendre le pas sur l’apathie générale face à la montée en puissance d’une oligarchie prédatrice et apatride qui profite de la crise pour imposer son modèle digne des ouvrages d’Aldous Huxley. Cette possible évolution n’a pas échappé aux réalisateurs d’Hollywood qui, dans le film « Assault on Wall Street », n’ont pas hésité à faire d’un homme ordinaire (un convoyeur de fonds) un héros. Ce dernier ayant perdu tous ses biens face aux requins de la finance se venge en abattant de nombreux traders travaillant dans une grande agence financière qui, dans le film, s’appelle « Huxley ». Les concepteurs du film ont soit de l’humour soit une véritable compréhension de l’origine du mal…

Pierre Hillard

Source : http://www.bvoltaire.fr/pierrehillard/pauvrete-gangrene-leurope,38324
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L’assaut du ministère des Finances par les manifestants en Italie

Message par Chasseur le Dim 20 Oct - 18:41

Des dizaines de milliers de manifestants se sont mobilisés au Portugal et en Italie samedi. Ils protestaient contre les nouvelles mesures d’austérité annoncées par leurs gouvernements afin de maîtriser les déficits publics.

En Italie, quelque 70 000 personnes selon les syndicats, 50 000 selon les autorités, ont protesté à Rome, où un important dispositif policier était déployé par crainte d’incidents.

« On proteste contre une austérité qui met le pays à genoux », a expliqué Piero Bernocchi, du syndicat autonome Cobas. Pour lui, cette politique « n’a pas atteint son but, qui était de réduire la dette, pendant que la classe politique continue avec ses privilèges ».

Des heurts ont opposé une centaine de manifestants cagoulés à la police autour du ministère italien des Finances, tandis que la vitrine d’une agence de la banque Unicredit a été défoncée à coups de pierres. Quatorze personnes ont été interpellées avant la manifestation et « plusieurs » autres ultérieurement.

Le Parlement italien a entamé l’examen du budget pour l’an prochain, qui comporte d’importantes coupes dans les prestations sociales.

Sur deux ponts

Au Portugal, les manifestants ont défilé sur les ponts des deux principales villes du pays, à Lisbonne et à Porto, à l’appel de la CGTP, la principale centrale syndicale du pays, proche du Parti communiste.

A Porto, la capitale du nord du pays, ils étaient « entre 50 000 et 60 000 » selon les organisateurs, mais 25 000 selon la police, à traverser à pied le pont do Infante qui relie les deux rives du fleuve Douro.

Dans la capitale portugaise, les protestataires ont franchi le célèbre pont du 25 Avril, du nom de la révolution qui a renversé la dictature salazariste en 1974, à bord de quelque 400 autocars.

Nouvelles mesures

Au Portugal, il s’agissait de la première grande mobilisation après l’annonce mardi d’une nouvelle cure d’austérité dévoilée dans le projet de budget pour 2014 qui touchera de plein fouet le pouvoir d’achat des fonctionnaires et des retraités.



Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Manifestations-contre-l-austerite-en-Italie-et-au-Portugal-20840.html

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ça craque :

Italie : des policiers anti-émeutes se joignent aux manifestants

Le 9 décembre 2013 à Turin en Italie des membres des forces de l’ordre ont rejoint les manifestants anti-taxes qui protestent contre le gouvernement politique actuel et l’augmentation des taxes et des impôts. Certains policiers ont été filmés en train d’enlever leur casque anti-émeute et ont rejoint les rangs des manifestants.






Source E&R : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Italie-des-policiers-anti-emeutes-se-joignent-aux-manifestants-21898.html#forum

Rome : arrestation de Simone Di Stefano, vice-président de CasaPound



Source E&R : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Rome-arrestation-de-Simone-Di-Stefano-vice-president-de-CasaPound-22001.html


Dernière édition par Vincent le Sam 14 Déc - 21:00, édité 2 fois
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Comment l'Europe nous ruine

Message par Chasseur le Dim 20 Oct - 20:18

Qui est Catherine Ashton ? Le premier passant d’une rue parisienne à qui est posée la question réfléchit quelques secondes, l’air concentré, pour finalement avouer qu’il n’en a aucune idée. Les trois suivants feront la même réponse. Il faut attendre la cinquième tentative pour qu’un commercial d’une quarantaine d’années réponde qu’il s’agit de « la ministre des affaires étrangères de l’Europe ». Avant d’ajouter immédiatement qu’elle « ne sert absolument à rien, ne joue aucun rôle, comme tous les dirigeants du Parlement européen ». Les mêmes sèchent également, parfois, quand on leur demande qui est Herman Van Rompuy, l’actuel président du Conseil européen.

À quelques mètres de là, Colette, 80 ans, est attablée à une terrasse de café. Grande, mince, l’oeil vif, elle ne fait pas son âge, malgré ses cheveux blancs. Elle a élevé seule ses deux enfants et a dû parfois cumuler deux emplois pour s’en sortir, le premier la nuit, aux Halles, le second chez un marchand de volailles. L’Europe, elle ne veut plus en entendre parler. « C’est totalement inefficace. Non seulement elle ne nous protège pas, mais elle nous tire vers le bas, avec tout ce qu’ils nous font payer. Quant à l’euro, c’est une cochonnerie, qui n’a servi qu’à faire augmenter les prix. Il faudrait revenir au franc, ajoute-t-elle. Mais je n’y crois pas. Cela ne se fera jamais. »

« L’Europe, ça sert à protéger les intérêts industriels et financiers, pas les Européens, lâche, d’un air définitif, l’un de ses voisins. Et tous les pays devraient reprendre leur monnaie. » Sur la Toile, les commentaires d’internautes sont tout aussi virulents, comme celui de cet homme, qui se définit lui-même comme « un très ancien Européen qui y a cru un temps »… « Puis est venu le temps des nichées de fonctionnaires européens, d’élus dont on ne sait rien, d’une chienlit de textes en tout genre se superposant à notre législation déjà démentielle. Si les jeunes croient en l’Europe, le réveil sera dur… », écrit-il. Les buralistes des régions frontalières sont, eux aussi, vent debout quand ils voient leurs clients faire quelques kilomètres pour acheter des cigarettes bien moins chères qu’en France.

Mais c’est peut-être chez les agriculteurs que le rejet de l’Union est le plus brutal. Comme Roger Violant, petit producteur de lait breton que nous avons rencontré, étranglé par le prix du lait qui ne cesse de baisser tandis que les contraintes, notamment environnementales, sont de plus en plus lourdes… à cause de l’Europe. Une Europe incohérente qui coûte cher. Les témoignages se succèdent. Au désamour a succédé la défiance, quand ce n’est pas le rejet pur et simple. À Bruxelles, les eurocrates sont déprimés… et détestés. Les 56 000 fonctionnaires européens se sont longtemps distingués dans les rues de la capitale belge. Eux étaient toujours bien habillés, leur badge d’accès à la Commission autour du cou. Ils roulaient dans les plus belles voitures, avec leurs plaques d’immatriculation bleues sur fond blanc commençant par « EUR », vivaient dans les plus belles maisons, étaient attablés dans les meilleurs restaurants… Aujourd’hui, ils rangent leur badge dans leur poche quand ils sortent de la Commission et sont quasi tous passés aux plaques belges, à force de voir leurs voitures vandalisées. L’année dernière, des affiches ont été collées un peu partout dans le quartier de la Commission. Un homme y était pendu par sa cravate, sur fond de drapeau étoilé. Avec cette légende : « Eurocrate, sers-toi de ta cravate ».

Les dernières enquêtes d’opinion confirment le malaise : les Français ne croient plus en l’Europe. Ils n’ont jamais été autant « eurosceptiques ». Dans une enquête réalisée en février par BVA, seuls 38 % des sondés considéraient encore la construction européenne comme une « source d’espoir », alors qu’ils étaient 61 % en 2003. Et 75 % des Français estiment que l’Union a été « inefficace » ces dernières années.

« Pendant longtemps, l’Europe a incarné un espoir, sa construction était un atout, un bouclier, commente Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop. Aujourd’hui, elle est ressentie comme un handicap. Un boulet. Les Français ont le sentiment que non seulement l’euro n’a pas tenu ses promesses en termes d’emploi, d’activité économique, mais de surcroît, la monnaie unique est jugée responsable de l’augmentation des prix. L’Europe solidaire ? Pour l’opinion, c’est une solidarité qui nous tire vers le bas, car en plus de la crise économique sévère qui secoue notre pays depuis bientôt cinq ans, il faut de surcroît payer pour la Grèce… et les autres. Au sein d’une Europe qui n’a cessé de s’élargir jusqu’à devenir ingérable. »


où les Français étaient dans le peloton de tête des euro-enthousiastes ! C’est dans cette décennie que la confiance dans l’avenir de l’Europe a été la plus forte : 74 % des Français avaient une opinion positive de l’Union en 1987. C’était l’époque de la présidence Delors (1985), de l’Acte unique européen (1986). La première fracture devait se produire en 1992, autour du débat sur le traité de Maastricht, qui a pour la première fois, politisé et clivé la question européenne. On est alors sorti de ce que les observateurs qualifiaient de « consensus permissif ». À partir de 1995, la barre des 50 % d’opinions favorables ne sera que rarement dépassée dans les sondages d’opinion. L’érosion de la confiance dans l’avenir européen n’a jamais cessé depuis, jusqu’au choc de 2005, où les Français votent non à plus de 54 % au référendum sur le projet de Constitution, pourtant soutenu par l’UMP et le PS. Aujourd’hui, la France fait partie des pays les plus europhobes. Un sondage réalisé par l’Ifop va jusqu’à révéler que les Français, s’ils avaient dû revoter pour la ratification du traité de Maastricht (prévoyant le passage à l’euro), auraient voté contre à 64 % !

« La réaction des Français est légitime, confie l’ancien ministre de l’Économie Jean Arthuis. On s’est doté d’une monnaie unique orpheline d’une gouvernance politique, dans une course continue à l’élargissement où le laxisme a été la règle, l’euro un anesthésiant. »

Même constat de l’ancien député européen centriste Jean-Louis Bourlanges : « L’Europe est devenue le bouc émissaire d’un monde qui s’est transformé et dont les Français ne veulent pas tel qu’il s’offre à eux. On accorde à l’Europe beaucoup de pouvoirs imaginaires. Les politiques budgétaires, fiscales, sociales, du logement, de la défense, de l’aménagement du territoire, de l’éducation, du droit du travail, entre autres, restent pilotées au niveau national. Mais l’Europe est un touche-à-tout. Alors on lui reproche paradoxalement de ne pas mener à bien les missions qu’on ne lui confie pas. Second problème : après une génération de pro-européens, de Mitterrand à Delors, en passant par Helmut Kohl, Felipe González, en Espagne…, au milieu des années 1990, au moment où on créait une monnaie fédérale, un peu partout en Europe, les eurosceptiques ont pris le pouvoir : Jacques Chirac, totalement indifférent, Gerhard Schröder, qui, en 1998, fait campagne contre l’euro, Silvio Berlusconi, en Italie, José María Aznar, en Espagne… Contradiction ingérable. » L’époque, justement, où les Français (comme les dirigeants européens ?) vont commencer et ne jamais cesser de douter, jusqu’à arriver à un véritable rejet de la construction européenne.

Josée Pochat
Valeurs Actuelles
25/04/2013

Correspondance Polémia – 27/04/2013

Source : http://www.polemia.com/comment-leurope-vous-ruine/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Jovanovic sur la situation économique aux États-Unis et en France

Message par Chasseur le Mar 22 Oct - 21:11



avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mobilisations contre l’austérité en Italie et au Portugal

Message par Chasseur le Mer 23 Oct - 21:19

Le Monde nous produit un article assez mou sur la situation en Italie et au Portugal, un article très court et assez laconique. Pourtant, il y aurait beaucoup à dire sur ce qui se passe dans ces deux pays.

Chacun d’entre nous doit bien comprendre que ce qui se passe actuellement dans notre pays est exactement ce qui se passe chez les autres. Simplement, nous avons juste quelques années de retard sur eux. Nous en serons donc là où ils en sont aujourd’hui d’ici deux à trois ans.

Une nouvelle taxe par semaine et des fois deux ou trois, ce qui est le rythme effréné de la créativité fiscale du gouvernement Ayrault, finiront par laisser des traces indélébiles dans le pouvoir d’achat des gens. Pas des très riches ou des supers riches ou encore des mégas riches… Non, ceux-là s’en vont se faire tondre ailleurs et dans une moindre mesure.

Alors il ne restera que les classes moyennes, les classes populaires, disposant d’un emploi, ce qui suffit désormais dans notre pays pour être considéré comme un nanti ou un privilégié.

Concernant nos amis retraités, ils peuvent frémir, car au Portugal les nouvelles mesures d’austérité c’est la réduction des salaires des fonctionnaires allant de 2,5 % à 12 %, ainsi que les coupes de près de 10 % dans les retraites des anciens salariés du secteur public !

C’est donc une mise sous esclavage réelle des peuples pour rembourser une dette qui ne le sera de toute façon jamais, comme nous le montre « brillamment » l’exemple grec.

L’austérité sans liberté monétaire n’est pas la solution. Même le FMI le dit… Mais nous continuons une politique économique vouée à un échec retentissant.

Charles SANNAT

source : http://www.lecontrarien.com/mobilisations-contre-lausterite-en-italie-et-au-portugal-23-10-2013-portugal?utm_source=Le+Contrarien+Matin&utm_campaign=8cf88de220-daily_newsletter_2013_10_23&utm_medium=email&utm_term=0_b6dd3f3e5f-8cf88de220-45297677

Lire l’article entier du Monde ici : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/10/19/mobilisations-contre-l-austerite-en-italie-et-au-portugal_3499550_3214.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le vrai visage de l'Union européenne - Commissair​es européens : « il n’y a plus de politique intérieure nationale »

Message par Chasseur le Lun 4 Nov - 16:15

Le vrai visage de l'Union européenne - Commissair​es européens : « il n’y a plus de politique intérieure nationale »

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jacques Attali : « un pays, c'est un hôtel »

Message par Chasseur le Mar 5 Nov - 21:04



Raisonnement de Jacques Attali :
"Soit l'on va accepter l'unité du monde ....., soit on va se refermer..... (et donc ?).... on verra revenir Hitler, Mussolini, le communisme".

Le raccourci/simplification :
Nationalisme (tous ceux qui aiment et défendent leur pays) = nazisme, fascisme, communisme = violence et arbitraire.

Et tout le monde applaudi ! Le public dans ces nouvelles émissions de l'idéologie mondialiste est là uniquement pour applaudir de manière télécommandée aux poncifs et raccourcis que le système veut faire entrer de force dans la tête des téléspectateurs. Éteignez votre téléviseur et reprenez le contrôle de votre esprit !
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Hillard : "Aux sources du mondialisme"

Message par Chasseur le Mar 5 Nov - 22:28

"Aux sources du mondialisme"



Pierre Hillard est docteur en sciences politiques et essayiste français. Dans cette conférence il dresse une vue d'ensemble des méthodes et projets du mondialisme. Partant de ses travaux sur les minorités et les indépendantismes, il remonte progressivement jusqu'aux sources messianiques les plus anciennes de ce projet. Il nous livre ici une analyse encore inédite des ambitions et des visées mondialistes. L'avènement d'un État mondial est-il inéluctable ? Quelle métaphysique sous-tend cette ambition totalitaire ? Qui veut rebâtir Babel ? Qu'est-ce que le "Noachisme"? Qui veut une nouvelle religion mondiale ? Après avoir exploré les arcanes des organisations supra et infra-étatiques qui veulent dissoudre les nations, il oriente maintenant ses travaux sur ce qu'il estime être le cœur et la matrice du mondialisme mais aussi son but final : l'établissement d'une religion mondiale pilotée par un peuple de prêtres de l'humanité. Cette religion, le Noachisme, ne pouvant pleinement s'étendre qu'après la destruction du principal obstacle sur son chemin : la religion catholique romaine.

Source : http://www.les-non-alignes.fr/node?page=1
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

UN MONDE DISPARAIT... DANS L'INDIFFERENCE GENERALE

Message par Chasseur le Mar 5 Nov - 23:09

Tandis que la planète médiatique vit à l’heure des nouvelles de la Banque centrale américaine, l’économie réelle souffre de plus en plus en Europe. Un syndicaliste célèbre de la cause ouvrière, désormais en retraite, a été placé dans une organisation mondialiste lui  assurant une retraite paisible au pays du chocolat... Une manière de remercier la servilité de son action syndicaliste à l'agenda mondialiste. Vous trouverez sans peine à qui nous faisons allusion. Il y a des années, dans l'un de ses numéros, LIESI avait montré que les responsables syndicalistes de premier plan étaenit souvent invités dans les cénacles mondialistes pour y entendre le programme de l'avenir : la 'nécessaire' liquidation de la classe ouvrière.

Depuis 2008, début de la phase I de la PERESTROIKA DU SYSTEME CAPITALISTE, les leaders syndicalistes sont étrangement silencieux. Curieux n'est-ce pas ?



Comme nous l'affirmions cet été, la reprise annoncée est un mythe auquel ne croient même plus les moulins à propagande. Comme les journalistes sont très bien formatés, ils doivent débiter ces sornettes au quotidien sur les ondes ou via la presse sous contrôle.

LA REPRISE, C'EST L'ARLESIENNE

L'office européen de statistiques Eurostat a récemment annoncé que le chômage a atteint un niveau record en septembre dans la zone euro, touchant 12,2% de la population active. Cela représente tout de même près de 20 millions de personnes vivant dans les 7 pays de la zone euro. Pour l’Union européenne, c’est près de 27 millions d’individus !
Et mieux vaut éviter d’évoquer la situation en Grèce ou en Espagne où les mesures gestapistes émergent envers les détracteurs de la politique engagée par les commissaires du peuple bruxellois, eux-mêmes sous obédience, comme chacun doit le savoir.

Mais qui s’intéresse réellement au problème du chômage aujourd’hui ?

Comme nous l'écrivions au début de ce message, la planète a les yeux rivés sur les déclarations des pontifes de la Banque centrale américaine, attendant frénétiquement la communication donnée quasiment  tous les mois. Dès lors que l’économie américaine va mal, les indices explosent au motif que les spéculateurs et gestionnaires des gros fonds ont l’assurance que les banquiers centraux américains continueront d’acheter des actions pour 4 milliards de dollars par jour... avec des billets créés sur RIEN.

En conclusion : les statistiques d’aujourd’hui confirment que tout se dégrade, et les indices financiers font la fête. Voilà une logique désormais bien ancrée dans le cortex cérébral des foules aseptisée par la propagande mondialiste.

Mais n'oublions pas que les arbres ne montent jamais au ciel... et que le pouvoir qui se joue des grands de ce monde, a un un autre projet et un agenda dont nous aurons l'occasion de parler dans LIESI, car le chemin de la spoliation est désormais ouvert. Ne vous fiez pas aux reculades de ce gouvernement... appréciez la tactique... et lisez (bien) entre les lignes !

Source : Editions Delacroix LIESI
http://www.liesi-delacroix.com/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

« Pleure comme une femme ce royaume que tu n’as pas su défendre comme un homme ! »

Message par Chasseur le Mer 6 Nov - 10:12

Cette invective d'une mère à son fils maure obligé de quitter l'Espagne perdue pourrait bien se retourner contre les fils d'Europe :

« Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée » (XXe chant de l’Apocalypse)

Printemps 1491. Après sept siècles de luttes contre l’occupant Musulman, la « Reconquista » sous la conduite des rois catholiques,Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, est sur le point d’aboutir. Le 26 avril commence le siège final de Grenade, seule province espagnole encore aux mains des Maures commandés par le Sultan Boabdil. Les réserves de nourriture s’épuisant et le moral de ses hommes étant au plus bas, Boadbil, comprenant que la fin était proche, négocia, dans le souci de conserver sa vie, celle de sa famille et de sa cour, les 1 et 2 janvier 1492 sa reddition qui prévoyait un départ en exil vers l’Afrique du Nord.

Le 2 janvier au matin, les Espagnols avec à leur tête les Rois catholiques, entraient sans combattre dans Grenade. Aussitôt, la bannière de Castille et la Croix chrétienne furent hissées sur la forteresse de l’Alhambra, bijou architectural maure.

Dans le même temps, arrivé avec sa troupe sur les hauteurs d’un col surplombant Grenade d’où l’Alhambra se dessinait majestueusement, Boadbil, dans un instant de dépressive mélancolie se mit à pleurer. Le surprenant en larmes, sa mère Aïcha El Horra, s’exclama sur un ton de reproches : « Llora como una mujer, lo que como un hombre no supiste defender ! ». (Pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme). Depuis lors, on appelle ce col « El Suspiro del Moro », « Le Soupir du Maure ». Ce moment historique est particulièrement bien relaté parChateaubriand dans sa nouvelle « Les aventures du dernier Abencerage».

Pourquoi cette anecdote historique ? Parce qu’elle préfigure parfaitement ce qui pourrait advenir de semblable, demain, des Nations européennes (particulièrement la France) si elles persistaient dans leur entreprise d’asservissement et d’autodestruction. Souvenons-nous à cet effet de cette prédiction que Larbi ben M’Hidi, redoutable terroriste du FLN, avait lancée à la face des parachutistes français venus l’arrêter en 1957 lors de la « bataille d’Alger » : « Vous voulez la France de Dunkerque à Tamanrasset, je vous prédis, moi, que vous aurez l’Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ».

Aujourd’hui, l’histoire se répète, sauf que cette fois c’est le monde occidental qui est en passe d’être confronté à une défaite dans le déshonneur total, comme celle que l’on doit à la trahison de gouvernants veules, de chefs de partis aveuglés par de maigres illusions qui s’entredéchirent pour une meilleure place à la mangeoire, de dirigeants qui exfiltrent des centaines de milliers d’euros vers leur compte de « là-bas » en prévision du grand séisme qu’ils vont eux-mêmes provoquer, d’une pseudo élite qui s’aplatit devant des rustres pour de piètres privilèges avec, en prime, la corruption politique, le mépris du gouvernement pour le peuple, l’arrogance des oligarques… tous vivant dans une impudique sérénité se riant du blâme lancé, jadis, par Châteaubriant : « Honneur aux pays qui se lèvent et honte aux pays qui se couchent ! »

Comme, hier en Algérie, la tactique dite du « salami » est, aujourd’hui, utilisée (notamment en France) et il se trouve toujours des responsables politiques de tous bords, des usuriers à l’affut du gain ou simplement des opportunistes du « show biz » pour faire digérer chaque tranche à une opinion publique assoupie depuis des lustres. «  Ce peuple que tu as trahi, il oubliera jusqu'à ton nom » écrivait le poète Arnulf Overland… sauf que, ces gens là seront, à leur tour, défenestrés et l’Histoire traînera leurs noms dans la fange. Mais ce sera une piètre consolation pour un peuple enchaîné. Jamais la prophétie de Lénine n’a été aussi véridique et sur le point de se réaliser : « L’Occident nous vendra la corde pour le pendre ».

Le plus triste cependant, c’est de voir ce peuple indifférent à son propre sort, qui regarde mourir sa nation. « L’Europe s’aperçoit en frémissant que par sa sombre indifférence une puissance destructrice a fait irruption chez elle, puissance qui paralysera ses forces pendant des siècles » vitupérait Stephan Zweig.

Et dans ce terrifiant augure, très peu discernent l’imminence de l’inéluctable naufrage. La majorité silencieuse se contente de vivoter, de courir après de pathétiques leurres, lorsqu’elle ne s’enferme pas dans de ridicules tours d’ivoire qui s’écrouleront au premier coup de massue. Et Jean Raspail de dénoncer ce comportement en ces termes : « Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans  un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé ».

Et c’est ainsi que nous regardons, impuissants, notre monde s’effriter par pans entiers jusqu’au jour où, poussés sans combattre vers l’exil mais ne sachant où aller, nous connaîtrons à notre tour la dépressive nostalgie de Boadbil et laisserons nos larmes couler sur ce qui fut, jadis, notre raison de vivre. Alors, la juste sentence d’Aïcha, s’appliquera dans son implacable rigueur : « Pleure comme une femme ce royaume que tu n’as pas su défendre comme un homme ! »

José CASTANO

Source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/11/-pleure-comme-une-femme-ce-royaume-que-tu-nas-pas-su-d%C3%A9fendre-comme-un-homme-.html
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'UE: plan de destruction des nations européennes

Message par Chasseur le Jeu 7 Nov - 16:49

Pierre Hillard

Après des années de recherche et d’étude sur les origines et l’évolution de l’Union européenne, il est toujours étonnant de rencontrer des eurolâtres avouer leur ingénuité face à l’évolution du Vieux Continent. C’est particulièrement le cas à la lecture d’un article du journaliste de Libération, Jean Quatremer.

Traitant des mouvements sécessionnistes catalans et écossais, l’auteur souligne avec raison les dernières déclarations du dirigeant flamand Bart de Wever à la tête de la N-VA. Celui-ci a présenté le programme économique et politique de son parti pour les élections du 24 mai 2014. Elles sont claires. Il s’agit d’installer un confédéralisme donnant les pleins pouvoirs à la Flandre et à la Wallonie tandis que les habitants de Bruxelles seraient obligés de choisir entre les deux régions concernant le système électoral et la sécurité sociale. À cela, la fonction de Premier ministre disparaîtrait, laissant place à un directoire de trois Flamands et de trois Wallons à la tête d’un État belge évanescent chargé de gérer la dette fédérale. La Chambre et le Sénat seraient supprimés et remplacés par un unique Parlement composé de 50 membres originaires pour moitié de Flandre et de Wallonie. Un tel programme présenté aux électeurs flamands, aux élections de mai 2014, ressemble plus à un référendum pour ou contre le maintien de l’État belge.

Cette évolution, qui est générale à différents degrés en Europe, est dénoncée par Jean Quatremer, qui avoue au sujet des transferts financiers (fonds structurels) et de l’émergence de baronnies que « [les] aides régionales ne sont pas versées aux États, mais aux régions. Ainsi, une relation directe entre le centre européen et les divisions subétatiques s’est mise en place [...]. La construction européenne qui s’est faite pour affaiblir les États, censés être les réceptacles naturels des nationalismes fauteurs de guerre, a eu pour conséquence qui n’était pas prévue le réveil des nationalismes locaux qui ne sont pas plus sympathiques [...]. Bref, faute d’avoir réfléchi à son modèle, l’Europe a donc joué avec le feu. »

L’erreur de ce journaliste est d’évoquer le « problème » des nationalismes alors qu’en fait, les deux guerres mondiales ont été d’abord et avant tout des confrontations d’empires. L’empire anglo-saxon maritime s’est opposé à la mainmise du monde germanique, puissance d’empire terrestre, sur toute l’Europe. Londres et Washington n’acceptent la tutelle allemande sur l’Europe qu’à la condition de voir Berlin soumis à leurs ordres. Les règles du jeu ayant été fixées depuis 1945 (pour le moment), il est possible à l’Allemagne de remodeler l’Europe selon les principes fédératifs et régionalistes germaniques en accord avec ses supérieurs anglo-saxons. Cela passe par la destruction des États plus digestes à la sauce du libre-échange, principe qui ne gêne pas l’Allemagne car la nation allemande a préexisté à sa création étatique. C’est tout l’inverse pour la France.

N’en déplaise aux nombreux journalistes et politiciens oublieux du passé, pour les Anglo-Américains, la régionalisation est un idéal ancien à atteindre, comme l’atteste entre autres cet article du Herald Tribune du 16 septembre 1974 [PDF]. Il faut rappeler aussi que la plus grande distinction accordée, depuis 1950, aux personnes agissant en faveur de la construction européenne, le prix Charlemagne, a été accordée à des Américains : le général George C. Marshall (1959), Henry Kissinger (1987) et le président Bill Clinton (2000).

Pour les euro-béats, nous rappelons ce « savoureux » passage du discours de remerciement du président Clinton, à la remise de son prix, qui s’est fendu d’une véritable déclaration d’amour pour la régionalisation de l’Europe : « L’unité de l’Europe est en train d’engendrer quelque chose de véritablement neuf sous le soleil : des institutions communes plus vastes que l’État-nation, parallèlement à la délégation de l’autorité démocratique aux échelons inférieurs. L’Écosse et le pays de Galles ont leurs propres parlements. L’Irlande du Nord, dont ma famille tire son origine, a retrouvé son nouveau gouvernement. L’Europe est pleine de vie et résonne à nouveau des noms d’anciennes régions dont on reparle – la Catalogne, le Piémont, la Lombardie, la Silésie, la Transylvanie, etc. –, non pas au nom d’un quelconque séparatisme [NDLR : quel humour !], mais dans un élan de saine fierté et de respect de la tradition. La souveraineté nationale est enrichie des voix régionales pleines de vie qui font de l’Europe un lieu garantissant mieux l’existence de la diversité [...] »

À méditer, cher Jean Quatremer…
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Fdesouche a commenté un clip de propagande du Parlement européen

Message par Chasseur le Lun 18 Nov - 20:51

UE : Réinformation contre propagande

Fdesouche a commenté un clip de propagande du Parlement européen :

avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nouvel Ordre Mondial : Comment l’accord de libre-échange transatlantique va établir le totalitarisme américain en Europe

Message par Chasseur le Lun 25 Nov - 23:09

Nouvel Ordre Mondial : Comment l’accord de libre-échange transatlantique va établir le totalitarisme américain en Europe

Voilà vers quoi mène le pont sur nos billet en Euros : les états unis, et ....le totalitarisme, pour contrer la Chine ; revue de presse 2013 Z@laresistance


Fracturation hydraulique, nouveaux modes de vaccination, imposition des ogm, diminution de nos droits et de notre liberté d'expression au nom de la propriété Intellectuelle, nouvelles lois sécuritaires, et nombre de conséquences qui découleront inévitablement de l'américanisation de l'Europe, voici les premiers changements qui pourront être observés une fois le pacte ratifié...

C'est le 19 septembre 1946 que le premier ministre britannique,Winston Churchill, a relancé l'idée d'unification de l'Europe dans un discours prononcé à Zürich, ou il affirma : « Il nous faut édifier une sorte d'Etats-Unis d'Europe ». Plus tard, en Europe, la ratification du Traité de Lisbonne par les 27 Etats européens le 19 novembre 2009 marque le tournant décisif que nous connaissons dans les ambitions mondialistes.

Il ne reste plus qu'à unir l'Europe et les Etats unis, ce que va concrétiser l'accord de libre-échange transatlantique actuellement en cours de négociation, et dans lesquelles les plus puissants lobbyistes et pdg de multinationales vont peser de tout leur poids. Le but inavoué de cette alliance est de dominer l'Eurasie (La suprématie sur l'Eurasie est stratégique parce qu'elle contient les 3/4 des ressources naturelles en matière d'énergie et représente 60 % du PIB mondial).

Vous allez vous appercevoir à la lecture des lignes qui suivent, que cet accord ne nous apporte pas de réjouissantes perspectives, mais la lecture de plusieurs sources sur le sujet m'amène à évoquer une possibilité qui fait froid dans le dos : Et si les oppositions et rapports de force tant médiatisés entre les Etats unis et la Russie n'étaient qu'une vaste mascarade, nous laissant ainsi un faux espoir qu'une force puisse s'opposer au totalitarisme américain ?

Un passage d'un article très interessant à ce sujet laisse planer l'ombre d'un doute effrayant :

« ...un événement majeur passé sous silence par la presse française. En effet, lors du sommet de l'Aquila en Italie (8-10 juillet 2009), les chefs d'Etat ont traité divers dossiers (crise économique, climat, ...). Cependant, lors d'une rencontre avec les journalistes, le président russe Medvedev s'est plu à présenter un prototype de monnaie mondiale sous la forme d'une pièce fabriquée en Belgique sur laquelle était gravée en anglais « unité dans la diversité ». Cette présentation constitue un tournant majeur. Pour la première fois, un chef d'Etat a présenté un exemplaire d'une monnaie en mesure d'être la référence unique de l'humanité toute entière... »
Les russes travailleraient ils parralèlement main dans la main avec les Etats unis dans un but globaliste et fédéraliste pour « nous la faire à l'envers » le moment venu ? C'est une possibilité à ne pas négliger, mais dans l'immédiat, préparons-nous, faute de résistance de la part d'un peuple endormi, à ce qui nous attend dans un avenir proche.

Le veilleur

Publication de l'Accord secret de Partenariat Trans-Pacifique - Chapitre portant sur la Propriété Intellectuelle (Wikileaks)

Le 13 Novembre 2013, WikiLeaks a publié le projet de texte secret négocié pour l'ensemble du chapitre du TPP (Trans-Pacific Partnership) portant sur la Propriété intellectuelle. Le TPP est le traité économique le plus important jamais négocié et englobe les nations représentant plus de 40 pour cent du PIB mondial. La publication de ce document parWikiLeaks s'inscrit dans la perspective du sommet décisif des négociateurs en chef du TPP à Salt Lake City, Utah, le 19-24 Novembre 2013.

Le chapitre publié par WikiLeaks est peut-être le chapitre le plus controversé du TPP en raison de ses multiples effets sur les médicaments, les éditeurs, les services Internet, les libertés civiles et les brevets biologiques. De manière significative, le texte publié comprend les positions de négociation et de désaccords entre les 12 états membres potentiels.

Le TPP est le précurseur du pacte également secret entre les États-Unis et l'Union Européenne (Transatlantic Trade et Investment Partnership), pour lequel le président Obama a entamé des négociations américano-européennes en Janvier 2013. Ensemble, le TPP et le TTIP couvriront plus de 60 pour cent du PIB mondial. Les deux pactes excluent laChine.

Depuis le début des négociations sur le TPP, le processus de rédaction et de négociation autour des chapitres du traité a été entouré d'un niveau de secret sans précédent. L'accès aux projets des chapitres du TPP est protégé du grand public. Les membres du Congrès américain ne sont en mesure de consulter que certaines parties choisies des documents relatifs aux traités et dans des conditions très restrictives et sous stricte surveillance. Il a été précédemment révélé que seulement trois personnes dans chaque pays concerné par le TPP ont accès au texte intégral de l'accord, tandis que 600 « conseillers commerciaux » - les lobbyistes qui défendent les intérêts des grandes sociétés américaines comme Chevron, Halliburton, Monsanto et Walmart - ont un accès privilégié aux sections cruciales du texte du traité.

Les négociations du TPP sont actuellement à une étape critique. L'administration Obama se prépare à accélérer le traité TPP d'une manière qui empêchera le Congrès américain de discuter ou de modifier tout ou une partie du traité. De nombreux chefs d'État du TPP et hauts responsables de gouvernement, dont le président Obama, ont déclaré leur intention de signer et de ratifier le PPT avant la fin de 2013.

Le Rédacteur en chef de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré :

« L'administration américaine pousse de manière agressive et à la sauvette le TPP dans le processus législatif américain ».
Le projet avancé du chapitre sur la propriété intellectuelle, publié par WikiLeaks le 13 Novembre 2013, fournit au public la meilleure possibilité jusqu'à présent de se familiariser avec les détails et les implications du TPP.

Le chapitre de 95 pages et 30.000 mots énonce des dispositions pour instituer un régime juridique et d'application transnational de grande envergure, qui modifiera ou remplacera les lois en vigueur dans les États membres du TPP. Les paragraphes du chapitre comprennent des accords en matière de brevets (qui peuvent produire des biens ou des médicaments), de droits d'auteurs (qui peuvent transmettre des informations), de marques déposées (qui peuvent décrire ou authentifier des biens) et de conception industrielle.

La section la plus longue du chapitre - « mise en oeuvre » - est consacrée à détailler de nouvelles mesures de police, avec de profondes implications pour les droits individuels, les libertés civiles, les éditeurs, les fournisseurs de services Internet et la vie privée sur Internet, ainsi que pour le patrimoine de création, intellectuel, biologique et environnemental. Parmi les mesures proposées on trouve en particulier des tribunaux de contentieux supranationaux à qui les tribunaux nationaux sont censés céder leur souveraineté, mais sans aucune garanties en matière de droits de l'homme. Le Chapitre du TPP précise que ces tribunaux peuvent tenir des audiences avec des preuves tenues secrètes. Le chapitre reprend également de nombreuses dispositions de surveillance et d'application des traités SOPA et ACTA qui avaient été écartées.

Le texte de synthèse obtenu par WikiLeaks après la réunion du 26-30 Août 2013 à Brunei - contrairement à tous les autres documents liés au TPP qui ont été diffusés au public - contient des annotations détaillant les positions de chaque pays sur les questions en cours de négociation. Julian Assange souligne que l'Australie, « extrêmement obséquieuse », est le pays le plus susceptible de soutenir la position intransigeante des négociateurs américains contre d'autres pays, alors que des états dont le Vietnam, le Chili et la Malaisie sont plus susceptibles d'être dans l'opposition. De nombreux pays du contour Pacifique et proches - dont l'Argentine, l'Équateur, la Colombie, la Corée du Sud, l'Indonésie, les Philippines et, surtout, la Russie et la Chine - n'ont pas été impliqués dans la rédaction du traité.

Selon Julian Assange, le rédacteur en chef de WikiLeaks,

« Si ce traité est institué, le régime de propriété intellectuelle du TPP piétinera les droits individuels et la liberté d'expression, et foulera aux pieds le patrimoine intellectuel et créatif. Si vous lisez, écrivez, publiez, pensez, écoutez, dansez, chantez ou inventez, si vous cultivez ou consommez des aliments, si vous êtes actuellement malade ou si un jour vous tombez malade, le TPP vous a dans sa ligne de mire ».
Actuellement, les états membres de la négociation TPP sont les États-Unis, le Japon, le Mexique, le Canada, l'Australie, la Malaisie, le Chili, Singapour, le Pérou, le Vietnam, la Nouvelle-Zélande et Brunei.

Source Wikileaks - Traduction Le grand soir

L'accord de libre-échange transatlantique touche à la sécurité alimentaire

Alors que les négociations sur le futur accord de libre-échange entre la Commission Européenne, les États-Unis et le Canada ont démarré cet été, des voix se lèvent pour contester ce partenariat qui, négocié dans la plus grande opacité, menace les normes protégeant l'environnement, l'alimentation et la santé des citoyens européens, au profit des multinationales.

Un accord censé dynamiser la croissance économique

Les négociations sur le futur « partenariat transatlantique sur le commerce et l'investissement » (PTCI) entre l'UE, le Canada et les États-Unis sont ouvertes depuis cet été. L'objectif de cet accord? Dynamiser la croissance économique en libéralisant les échanges (exportations, investissements, etc.) entre les deux plus grands marchés du monde.

Mais attention à ne pas se laisser avoir par ce charmant tableau, car le PTCI constitue en réalité une sérieuse menace pour l'environnement et la sécurité sanitaire et alimentaire des européens. C'est d'ailleurs ce qu'est venu confirmer un récent rapport commandité par le Parlement européen, qui met en garde contre les conséquences que cet éventuel accord pourrait avoir.

L'harmonisation des réglementations : une menace environnementale, sanitaire et alimentaire

Ce partenariat cache en réalité des risques considérables pour notre souveraineté écologique, sanitaire et alimentaire: la convergence des normes européennes, canadiennes et américaines, prévue par l'accord, menace les garanties que le droit de l'UE et celui de ses États membres assurent aux citoyens européens. Car il serait illusoire de croire que cette harmonisation se fera par le haut, et ce sont bien nos normes sanitaires et environnementales, encore très insuffisantes mais pourtant jugées trop contraignantes outre-Atlantique, qui seront ainsi remises en cause, ce qui aura des conséquences désastreuses:

• en matières de sécurité alimentaire et sanitaire, les multinationales américaines et canadiennes pourront exporter dans l'UE des viandes hormonées ou chlorées, des OGM ou encore de produits comportant des pesticides dont l'utilisation est actuellement interdite ;

• en matière environnementale, c'est notamment l'interdiction de la fracturation hydraulique qui ne pourra pas résister longtemps aux entreprises du secteur énergétique qui exploitent déjà massivement ces ressources outre-Atlantique, avec les conséquences environnementales et sanitaires que nous connaissons.

Derrière les décisions qui seront prises dans le cadre de ce partenariat, ce sont donc de véritables choix de société qui se dessineront.
 
Quand l'intérêt des multinationales prime sur la protection des citoyens

Plus problématique encore: le PTCI prévoit la possibilité pour les entreprises et les investisseurs de porter plainte contre les États dont la réglementation serait considérée comme contraire à leurs intérêts, et ce afin d'obtenir des dommages et intérêts. L'État français pourra notamment se voir réclamer des dédommagements par des entreprises exportant des OGM, des boeufs aux hormones, ou souhaitant exploiter les gaz de schiste de notre territoire.

Quelle place pour la démocratie et la souveraineté si des multinationales, pour leur seul intérêt, peuvent attaquer en justice des États ayant mis en place une réglementation protectrice de ses citoyens ?

Une négociation totalement opaque

Cerise sur le partenariat, à l'heure où les scandales d'écoute de la NSA éclatent dans la presse, la négociation de cet accord se fait dans une totale opacité. Pour cause, le PTCI n'a pas été rendu public et les gouvernements des États membres de l'UE n'ont même pas reçu le texte intégral !

La France doit prendre position et s'opposer à cet accord

Rien est encore joué : pour être validé, le PTCI devra recueillir l'accord de l'unanimité des 28 pays de l'UE et du Parlement européen. La France doit prendre une position à la hauteur des enjeux et refuser cet accord, au lieu de sacrifier sa souveraineté en suivant le combat de fin de règne José Manuel Barroso, qui doit quitter la présidence de la Commission européenne dans six mois. C'est l'appel qu'a lancé José Bové à François Hollande le 22 octobre dernier à l'antenne de RMC.

Il en va de notre souveraineté sanitaire, alimentaire, écologique, de notre qualité de vie et ... de nos choix démocratiques.

Source : http://www.le-veilleur.com/articles.php?idcat=2&idrub=15&id=1532
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cette europe qui nous tue

Message par Chasseur le Mar 26 Nov - 20:51

Cette Europe qui nous tue !

Même s’il ne se passe pas un jour sans que l’on nous parle de chômage, de fermetures d’usines, de déficits publics et de nouveaux impôts, jamais ou presque jamais l’Euro (et encore moins notre appartenance à l’Union européenne) n’est ouvertement remis en question. À dire vrai, ils ne sont qu’une poignée d’eurosceptiques comme Jacques Sapir, Nicolas Dupont-Aignan ou Marine Le Pen à venir s’exprimer sur les plateaux de télévision et encore, à condition d’être cantonnés dans le rôle ingrat de repoussoir. Quant à François Asselineau, certainement le plus redoutable d’entre eux, il est tout bonnement interdit d’antenne. Le sujet est donc tabou, ce qui, pour un esprit scientifique, est un signe qu’il ne résisterait pas à une critique fondée sur les faits.

Or ces faits, les voici : depuis 1970, le taux moyen de chômage dans les pays de l’UE a plus que quintuplé, la dette publique rapportée au PIB a quadruplé et la croissance économique moyenne annuelle a été divisée par quatre.

Entre 1980 et 2012, le poids de l’UE dans le PNB mondial est passé de 32 % à 18 %.

Au cours des dix dernières années, sur les 34 membres de l’OCDE, les cinq pays les moins performants selon les critères combinés de la croissance, du chômage et de l’endettement public sont tous des pays membres de l’Union européenne et inversement, aucun ne figure parmi les cinq premiers de la classe.

Entre 1986 et 2010, la Grèce, l’Espagne et l’Irlande avaient perçu des différents dispositifs budgétaires de l’UE près de 300 milliards d’euros, un montant équivalent à trois fois le plan Marshall en monnaie courante. Or, en 2013, la Grèce est en faillite, l’Espagne sous perfusion et l’Irlande sort à peine de la plus grande crise de son histoire.

Inutile donc de se demander pourquoi Daniel Cohn-Bendit et Manuel Barroso nous sortent toujours le même argument : la construction européenne a apporté la paix ! Une affirmation bien commode certes mais qui n’en reste pas moins un mensonge historique. La paix en Europe a résulté en premier lieu de l’aversion pour la guerre de tous les peuples européens après la folie de 39-45, en second lieu de la partition du continent en deux blocs militaires intégrés, l’OTAN et le Pacte de Varsovie et enfin de l’absence de buts de guerre. Elle n’a eu strictement rien à voir avec l’UE.

Les européistes les plus convaincus rejettent la faute sur l’absence d’union politique et prônent une accélération du processus d’intégration vers le fédéralisme. C’est oublier que les peuples, qui ont bien senti que la démocratie allait leur filer entre les doigts, n’en veulent pas. Sans compter que la Flandre ne veut plus payer pour la Wallonie, ni la Catalogne pour la Castille, ni Milan pour Naples. Quand à nos voisins d’outre-Rhin, ils ne conçoivent le fédéralisme qu’à la condition totalement utopique que chaque membre soit à sa manière aussi vertueux que l’Allemagne.

La seule conclusion qui s’impose, c’est que la machine infernale de l’UE est un désastre total. Cette utopie supranationale, portée par des idéologues aveugles et maillon essentiel d’un nouvel ordre dominé par les multinationales, cette Europe-là nous tue.

Source : http://www.bvoltaire.fr/christopheservan/cette-europe-qui-nous-tue,42436
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le rôle de la Franc-maçonnerie dans la réalisation de l’idéologie mondialiste…

Message par Chasseur le Mer 27 Nov - 15:21

Le rôle de la Franc-maçonnerie dans la réalisation de l’idéologie mondialiste…

L’idéologie, c’est-à-dire la logique d’une idée, est souvent séduisante, mais la réalité ne plie pas devant elle. Celle-ci doit donc s’imposer par la violence. Elle a, pour cela, besoin de relais et de bras armés. Il est une secte qui n’a eu de cesse de promouvoir l’idéologie mondialiste, en favorisant notamment la destruction de l’ordre social traditionnel. C’est la Franc-maçonnerie.

Le thème est abordé lors d’une émission sur Radio Courtoisie :



Source : http://www.contre-info.com/category/mondialisme
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'âge du loup

Message par Chasseur le Mer 27 Nov - 20:38

Les Grecs en savent quelque chose ! Bientôt pour les Français !

21 novembre 2013

« L’Âge du Loup », documentaire produit par Cinequaprod et traitant de la crise économique, politique mais aussi spirituelle de l’Europe par le biais de la Grèce. Berceau de l’Europe, elle est aussi celui de la crise qui s’abat sur nous.


Co-réalisé avec François Roussel et produit par Cinequaprod.



Source : http://www.sylvaindurain.fr/lage-du-loup/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'UE: plan de destruction des nations européennes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum