Pour une génération de dissidents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour une génération de dissidents

Message par Chasseur le Dim 4 Oct - 21:35

Pour une génération de dissidents




Philippe de Villiers est ancien ministre, député et président de la Vendée. Il est également le fondateur du Puy du Fou, et l’auteur de Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, ouvrage qui revient sur trente ans de vie politique.

Ce livre dénonce un monde politique putréfié… Avez-vous admiré un seul homme politique ?

Tous ceux qui ont dit la vérité sont partis, de gré ou de force. Seuls les menteurs sont restés.

Ceux qui n’ont cessé de répéter qu’avec plus de musulmans il y aurait moins d’islamistes, avec moins de frontières plus de sécurité, avec plus d’Europe plus de prospérité… Ceux qui prétendent aujourd’hui qu’Assad est le danger numéro un parce qu’ils sont vendus au Qatar et à l’Arabie saoudite…

J’ai admiré des gens dans ma vie, qui avaient une colonne vertébrale et donc une pensée, une logique, une droiture. Pas dans la classe politique française.

J’ai quitté la vie politique parce que je considérais alors que la parole métapolitique était plus efficace. Je ne supportais plus le protocole compassionnel qui régit la vie politique : qui pleure le plus est le mieux élu… Les hommes politiques sont devenus des visiteurs de crash, des sous-stars du show-biz qui ne vivent que du mensonge et de la dissimulation.

Avec le temps, je me suis dit que j’avais un message à faire passer aux jeunes pour les encourager à devenir une génération de dissidents.

Comment devient-on un dissident ?

Un jour, Soljenitsyne m’a dit : « Vous, les Européens, êtes dans une éclipse de l’intelligence. Vous allez souffrir. Le gouffre est profond. Vous êtes malades. Vous avez la maladie du vide », mais il a également ajouté : « Le gouffre s’ouvrira à la lumière, de petites lucioles dans la nuit vacilleront au loin […] Aujourd’hui, les dissidents sont à l’Est, ils vont passer à l’Ouest. »

Les dissidents sont ceux qui marchent à tâtons dans la France effondrée sur elle-même et submergée de l’extérieur : ils cherchent les murs porteurs.

Les hommes politiques refusent de trouver des solutions parce qu’ils sont vendus au mondialisme qui nécessite la destruction de tous les attachements vitaux.

La dénonciation de la mondialisation est un sujet important de votre livre…

Derrière les mensonges, j’ai vu la haute trahison. Cette conjonction inouïe entre les intérêts de certains et l’idéologie des autres. D’un côté la recherche d’un marché planétaire sans frontière, de l’autre l’idéologie d’un homme nomade, désaffilié, désexué, atomisé.

Depuis Mai 68, le « no frontière » des libéraux s’est associé au « no limite » des libertaires pour desceller toutes les pierres angulaires.

C’est, par exemple Giscard, fil spirituel de Cohn-Bendit, qui a organisé le chassé-croisé destructeur entre l’avortement de masse et l’immigration de masse. Un jour, mon ami Jérôme Lejeune m’a dit : « Ne lâchez pas sur l’avortement, c’est la vie qui commande tout. » L’avortement a servi de passeport à toutes les transgressions qui ont peu à peu permis la déshumanisation du monde par l’effacement planifié du visage de l’homme.

Les élites mondialisées que je dénonce ont abattu tous les murs porteurs de la France.

Lorsque j’aborde la question de l’Europe, je m’arrête sur la pensée de Jean Monnet : son but n’était pas de créer une superpuissance mais de déconstruire les nations pour offrir l’Europe au marché planétaire de masse.

Pour faire advenir le consommateur compulsif recherché par les marchés américains, il fallait tout détruire : la famille, la nation, les frontières… Il faut maintenant reconstruire, entièrement.

La réponse doit être radicale, et se concentrer sur deux réalités : la famille et la patrie charnelle, qui sont nos attachements vitaux.

Par où commencer cette reconstruction ?

Il y a aujourd’hui deux mots interdits que sont la patrie et la nation.

La patrie est la terre des pères, la paternité. La nation, c’est la naissance, la maternité…

Comment êtres frères sans père ni mère ?

Le drame que subit la France est double : ils ont attaqué la famille, et la famille des familles qu’est la nation. Cette dernière est un héritage, il faut le réaffirmer : la nation se reçoit, elle ne se choisit pas !

Il faut affronter ces élites mondialisées qui n’ont cessé de détruire le peuple réel, la communauté nationale, la haute mémoire, la famille et finalement la France.

Vous avez vous-même quitté la politique dégoûté… Que faire, concrètement ?

Ils veulent fabriquer des atomes urbains et manipulables, à nous de former des générations de tempéraments autonomes, s’exercer à l’insurrection de l’esprit !

Il faut multiplier les isolats de la résistance, créer des écoles hors contrat, lancer des associations indépendantes qui développent des pensées droites et assurent la transmission, la réaffiliation et l’enracinement.

Il faut défendre le caractère sacré de la vie, la filiation comme repère, la nation comme héritage, les frontières comme ancrage et le rêve français comme fenêtre sur le monde.

Nous sommes revenus au temps des catacombes et chacun doit veiller à sa petite luciole, pour que la flamme ne s’éteigne surtout pas. Ceux qui n’ont plus d’espoir sont ceux qui n’ont plus de solution.

Quand je vois ce qu’est devenu le Puy du Fou qui était exactement créé dans cet esprit d’indépendance, je réalise que c’est faisable ! Cette dissidence-là finira par faire exploser le système.

Un mot pour la fin ?

J’ai été un homme politique, je ne le suis plus et ma parole est libre. J’ai écrit avec une plume de feu, n’en pouvant plus de voir la France mourir.

Je suis heureux là où je suis aujourd’hui, je n’ai pas besoin de notoriété mais il faut comprendre ce livre comme un appel aux avilisseurs de tous bords : reprenez-vous, ne touchez plus à la France, cessez de la massacrer !

J’ai quitté la vie électorale mais la passion de la France, aujourd’hui souffrance, ne m’a jamais quitté.

Ce livre n’est pas une démonstration, c’est un battement de cœur.

Source : https://bibliothequedecombat.wordpress.com/2015/10/04/pour-une-generation-de-dissidents/
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"Pour se défendre de ses ennemis mortels, la France a besoin d'un pouvoir fort et consenti, fondé sur la confiance et la gratuité sacrificielle"

Message par Chasseur le Lun 5 Oct - 10:21

Philippe de Villiers : "Pour se défendre de ses ennemis mortels, la France a besoin d'un pouvoir fort et consenti, fondé sur la confiance et la gratuité sacrificielle"





Pour dépasser la simple question de personne vous affirmez, dans votre livre, que le pouvoir est composé de deux éléments : la potestas, le pouvoir de gouverner et l'auctoritas, l'aura, la puissance symbolique et que l'on a perdu les deux. Comment les retrouver, cela passerait-il par un changement de régime ?

Ce qui est en cause c'est la légitimité, il n'y a pas d'autre forme de légitimité que celle du service rendu. On est légitime lorsqu'on rend service, on n'est pas légitime quand on se rend service à soi-même. Donc être légitime, c'est se sacrifier. Il n'y a pas d’autre politique que sacrificielle, la légitimité est oblative, elle est une offrande de soi et quand on a l'honneur d’être responsable d'un peuple qui est le peuple français, quand on a l’honneur d'avoir à conduire son destin, tout ne devrait être que sacrifice. Jadis, le pouvoir était un service, et je pense à tous ceux qui se sont sacrifiés à commencer par le roi Saint Louis, sans oublier Jeanne d'Arc.Aujourd’hui, le pouvoir est devenu une consommation. La potestas est partie à Bruxelles et l'autoritas dans les médias.


Comment récupère-t-on ce pouvoir ?

Le mur de Maastricht va tomber, l'union européenne va s’effondrer, c'est une question de mois ou de quelques années. On le sent comme on sentait que le mur de Berlin allait tomber. Or, quand le mur de Berlin est tombé, on a retrouvé, à l'Est, des forces morales, des forces vives et le droit de pouvoir reparler de valeurs aujourd’hui interdites. Réfléchissons aux étymologies : la nation veut dire naître, elle renvoie à la maternité, la patrie veut dire terre des pères, elle renvoie à la paternité. Comment voudrait-on pratiquer la fraternité aujourd’hui s'il n'y a plus de père et plus de mère. Il faut donc retrouver les notions essentielles. La nation n'est pas un obstacle à la fraternité cosmique c’est le chemin du monde.


Lire l'intégralité de l'entretien : http://www.atlantico.fr/decryptage/philippe-villiers-pour-se-defendre-ennemis-mortels-france-besoin-pouvoir-fort-et-consenti-fonde-confiance-et-gratuite-2367083.html#wbEgHZSRku6wUZA9.99
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum