Marie Julie JAHENNY - LE TRIOMPHE SERA DOULOUREUX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marie Julie JAHENNY - LE TRIOMPHE SERA DOULOUREUX

Message par Chasseur le Mar 16 Juin - 14:28





ES PROPHETIES DE LA FRAUDAIS
Marie Julie JAHENNY
Abbé Pierre Roberdel
Editions Résiac

UNE PROMESSE ANCIENNE.

LA bienheureuse Marguerite-Marie est à genoux, au pied de la bannière du Sacré-Coeur, tenue par Saint-Michel. Le Seigneur montre la plaie de son coeur et dit :

Mes enfants, mon divin Coeur a le privilège de toutes les grâces. Là est le triomphe. Mais, avant de vous donner ce triomphe, je veux vous éprouver. Je vous enverrai bien des maux : vous verrez ma justice tomber sur la terre ; vous verrez aussi paraître, au firmament, d'éclatants signes précurseurs.
J'avais promis à la bienheureuse victime de mon Sacré-Coeur, de donner le triomphe à la France, par mon Coeur-Sacré, mais à la condition que tous les enfants de la france se seraient soumis. S'ils demeuraient lents et ingrats, les châtiments seraient plus terribles.
J'avais promis que, peut-être, j'aurais attendu deux cents ans, peut-être plus. Si mon peuple avait été docile : j'ai attendu. Mais... Le triomphe aura lieu. Ma victime, retiens bien cela.

Il dit encore :
La victime de mon Sacré-Coeur n'a pu transmettre toutes mes révélations. Voilà pourquoi je veux aujourd'hui prévenir mon peuple, afin qu'il soit bien préparé quand l'heure de ma justice arrivera.
J'avais promis que le triomphe de la France viendrait après de gands châtiments : cette révélation n'a pas été transmise.
J'avais annoncé, à plusieurs âmes saintes, qu'avant le triomphe de la France, il y aurait une grande révolte entre tous mes enfants. On tentera de profaner tout ce qu'il y a de respectable sur la terre : ce sera en vain.
France coupable, ne vois-tu pas le tombeau qui s'ouvre pour entasser les victimes du crime? ... Tu ne vois pas l'heure fatale qui grandit ? Ce sera l'heure du démon. Il va me jeter à la face le souffle empoisonné de sa colère.
Mes enfants, je vous préviens : Satan va satisfaire sa rage qui est d'autant plus grande que les siens seront vaincus. Je veux humilier mon peuple, il n'a pas écouté mes paroles. Ensuite je donnerai la victoire complète.
Voici le moment où le lys blanc et la bannière blanche vont être foulés aux pieds. Ce ne sera que pour un temps. Cette bannière blanche sera plantée sur la France, et ses ennemis seront forcés de vivre sous sa dépendance. (27.10.1877)

PROMESSE RENOUVELEE p.82

Le triomphe des vivants sera beau, DIT SAINT MICHEL, quand la sainte Eglise, aujourd'hui entourée d'épines, se verra entourée d'une couronne de lys d'or. Les défenseurs de la foi seront couverts par la protection du ciel.

Le divin Jésus ajoute :
Je peuplerai la France de fleurs nouvelles quand aura passé le déluge de mes justes châtiments.

Il bénit la France et lui dit :

J'enverrai Saint Michel, prince de la victoire, apporter le lys au chevet de ta tête. Tu verras comme, de jour en jour, je me réconcilierai avec toi, selon qu'il fleurira peu à peu... Je viendrai te visiter, puis te relever moi-même".

La France s'émeut et se rassure. Les épines, coupées pour être placées dans son tombeau, sont remises dans le champ. Le lieu du tombeau reste sans épines. J'entends Saint Michel :

Comme je me réjouis, s'écrie-t-il, voilà,le moment de combattre contre l'enfer dont la rage est plus rouge que les charbons ardents. Mais ne craignez rien, car vous êtes les combattants de la bonne cause. Redoublez de prières pour les pécheurs et les aveugles. Les sifflets des monstres de l'enfer, bientôt, vont se faire entendre d'un bout à l'autre de la France. Le trouble civil...

La Mère Immaculée fond en sanglots plus amers, inconsolable à la pensée de tant d'âmes perdues, dont le rachat avait coûté si cher.

Ma Mère chérie, lui dit son Fils, il faut mettre fin au mal. Si je retardais encore, toutes les âmes seraient perdues. Il est nécessaire que ma Sainte Eglise triomphe. Que de fois n'avez-vous pas averti la France, votre fille bien-aimée ! Pourquoi a-t-elle toujours étouffé votre voix ? (18.09.1877)

Ma victime, dit Jésus, tu vois que l'heure fatale va gronder sur la France et au-delà. Le bien et le mal vont se combattre. Le mal pendant un moment, sera vaiqueur mais, bientôt, cédera devant le bien. L'Univers sera presque renversé, car mon peuple est coupable.

J'ai promis que les châtiments du ciel éteindraient la race corrompue. Le moment va venir. Je fermerai la bouche des impies. Je les surprendrai par ma Justice. Je ne puis plus supporter le mal. Je suis comme dans une piscine où l'eau me gagne ; je suis submergé.

Ce sera un moment terrible pour les ingrats et les méchants. Ce moment sera sans frayeur pour les justes.

Je vais être foulé aux pieds : ma prison d'amour sera violée, mais je n'y serai plus. Mes ministres m'auront soustrait et emporté, caché sur leur coeur. Mon temple sera souillé et plein d'horreur, mais ce moment sera court. MON SANCTUAIRE VOUS SERA FERME ; mais je serai avec vous, et ces jours seront rapides.

La France coupable verra le sang couler ; ma douleur sera amère, mais je resterai insensible. La terre sera abreuvée du sang des martyrs et de celui des impies : le premier criera miséricorde, le second vengeance. (24.10.1877)


LA VIERGE TRAINE LA FRANCE p.84

O France coupable et perfide, n'es-tu pas contente d'avoir déjà fait tant de victimes ? Le sang versé par ta faute a coulé par ruisseaux. Si tu savais quels châtiments mon Fils te réserve encore, avec quelle ardeur tu reviendrais à lui !
(18.09.1877)


LE TRIOMPHE SERA DOULOUREUX p.87


France, écoute ma parole :

... Tu auras beaucoup à souffrir pendant quatorze jours de combats terribles. Pendant ces quatorze jours de guerre, il y aura des châtiments.
Ah ! Si mon peuple savait comme il est à la veille d'un si beau triomphe, il ne pourrait contenir sa joie ! Il prierait chaque jour et, par ces prières, recevrait des consolations : ce serait, même avant la victoire, une marque de reconnaissance.
France, en ces jours de combat, tu ne t'attristeras pas ; tu ne perdras pas courage.
Quand l'étranger viendra fondre sur la France, c'est par une prière révélée qu'il sera refoulé et dispersé. Il viendra fondre sur la France comme un lion furieux, avec toute sa rage, avec toutes ses armes de l'impiété, pour faire plier le peuple français et l'immoler.
Ma main, invisible, le foudroiera.
France, sans ma Mère tu ne te serais jamais relevée de tes forfaits. Si le triomphe t'es accordé si vite, c'est grâce à Marie, à ses supplications, à ses larmes.
France, tu auras un combat terrible pour le Roi Henri qui doit apporter la paix et la concorde dans sa patrie. Tu auras moins de peine pour défendre la sainte Eglise. Rappelle-toi que la délivrance du Saint-Père sera terrible cependant, mais moins terrible que la lutte pour le Roi. La France aura besoin d'un bras puisssant : le premier jour, la bataille sera livrée par le ciel, le second jour, par les hommes. (01.10.1875)

Depuis que la France est fille aînée de l'Eglise, elle a versé beaucoup de sang et fait beaucoup de victimes. Le jour de sa délivrance sera le pus fatal, le plus terrible, le plus triste, le plus douloureux qui ait passé. Oui, beaucoup d'âmes seront moisonnées par l'effroi et la terreur.
France, tu auras de grandes afflictions, au milieu de la foudre du ciel qui grondera et des éléments qui se déchaîneront. (05.11.1875)

France, tu ne rougirais pas d'avoir été si lâche, toi si opulente ? Aujourd'hui, dans ta misère, tu viens mendier le pain de chaque jour. Sans moi, tu serais pour toujours ensevelie dans un tombeau, et tu ne porterais plus ton nom de France.
Remarque bien que, dans ta dernière épreuve, quand le peuple sera plus acharné que jamais, tu verras commencer tous les châtiments : guerre, boucherie, horribles fléaux... Après cela L'APPEL DU ROI.
(12.02.1876)

Où es-tu, pauvre France, brebis perdue, égarée ? Pourtant, c'est toi qui dois espérer la première, puisque c'est toi qui dois délivrer l'Eglise...
Tu n'auras pas à souffrir longtemps, mais ces jours si courts te seront pénibles, douloureux, épineux, déchirants. Place-toi, pauvre France, droit au milieu de la croix.
(1.10.1876)


Source : http://www.marie-julie-jahenny.fr/quelques-propheties.htm
avatar
Chasseur

Messages : 3013
Date d'inscription : 16/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum